Direct Soir n°756 4 mai 2010
Direct Soir n°756 4 mai 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°756 de 4 mai 2010

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (256 x 341) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 1,9 Mo

  • Dans ce numéro : Imogène Mc Carthery, l'espionne qu'on aimait

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
8 SPORTS FOOTBALL/LIGUE 2 Arles-Avignon y est presque Plus petit budget de Ligue 2, le promu Arles-Avignon (3 e) pourrait assurer dès ce soir sa montée en Ligue 1. Un authentique exploit. Autant dire que cela serait la surprise de l’année. Arles-Avignon en Ligue 1, qui aurait osé le pronostiquer en début de saison ? Pas grand monde, même pas les habitués du Parc des Sports d’Avignon, où évolue toujours l’Avignon Foot 84 (DH). C’est pourtant cet authentique exploit qui est en train de se dessiner à trois journées de la fin. Plus petit budget de Ligue 2 (6 millions d’euros), le promu provençal est en position de force pour rejoindre pour la première fois de son histoire l’élite du football français. Les hommes de Michel Estevan, qui peuvent même accéder à la L1 dès ce soir, ont encore trois matchs pour rejoindre Caen et Brest : à Châteauroux, qu’ils affrontent à 20h30, à Sedan vendredi, puis le 14 mai à domicile contre Clermont. QUATRE MONTÉES EN CINQ ANS ? La position d’Arles-Avignon et l’exploit que ce club est sur le point d’accomplir peuvent s’expliquer de façon logique. Jamais, cette saison, les Provençaux ne sont descendus en deçà de la neuvième place, et ils se sont rarement éloignés du podium, sur lequel ils se sont déjà hissés à douze reprises. La réussite de l’Athletic Club Arlésien, devenu l’été dernier l’AC Arles-Avignon pour obtenir in extremis son statut pro et évoluer en L2, c’est d’abord un recrutement judicieux. Un savant mélange de jeunes – Maurice Junior Dalé (en provenance d’Auxerre, 10 buts), André Ayew (prêté par l’OM, 4 buts et 3 passes) – et de joueurs plus expérimentés – Kaba Diawara (ex-PSG et Nice, 5 buts) Sébastien Piocelle (ex-Nantes et Bastia) –, qui a rapidement permis au club de jouer les premiers André Ayew (à g.), attaquant d’Arles-Avignon. rôles en Ligue 2. L’autre clé des succès du club, c’est bien évidemment Michel Estevan, l’entraîneur. Quand l’ancien joueur du cru arrive à la tête de l’équipe en 2005, le club végète alors en CFA 2 (cinquième division). En deux ans, il envoie Arles en National et ne met que deux saisons pour accéder en Ligue 2. Si ses joueurs se glissent en L1 à l’issue de cette saison, le natif d’Alger pourra fêter sa quatrième montée en cinq ans. On comprend mieux pourquoi le chanteur Renaud, qui possède une maison non loin, à L’Isle-sur-la-Sorgue, est devenu fan de ce petit club que personne n’attendait à ce niveau. NATATION Ian Thorpe ne reviendra pas ➔ Le quintuple champion olympique australien Ian Thorpe (photo), retraité des bassins depuis 2006, a précisé hier qu’il ne reviendrait pas à l’occasion des JO de 2012, démentant ainsi de récentes rumeurs. FOOTBALL Kuranyi privé de Mondial ➔ S’il réalise sa meilleure saison (18 buts en Bundesliga), Kevin Kuranyi (Schalke 04, photo) ne participera pas au Mondial. Le sélectionneur allemand, Joachim Löw, en mauvais termes avec lui, a décidé de ne pas le retenir. F. MARVAUX/ICON SPORT HOCKEY SUR GLACE BASKET-BALL/NBA B. FOUILLAT/ICON SPORT Directsoir N°756/Mardi 4 mai 2010 LeBron James est le numéro un ➔ Si c’est Kobe Bryant qui vend le plus de maillots floqués de son nom dans le monde, le n°24 des Lakers doit laisser pour la deuxième année d’affilée le titre de meilleur joueur de la saison régulière (Most Valuable Player, MVP) à LeBron James. Il n’y a guère eu de suspense quant au sacre de la vedette des Cavaliers de Cleveland, qui s’est adjugé 116 des 123 votes pour la première place. Révélation de la saison, l’ailier de l’Oklahoma City Thunder, Kevin Durant, est deuxième, devant Kobe Bryant (Los Angeles Lakers). Annoncé en fin de semaine dernière, James a officiellement reçu cette précieuse distinction dimanche à Akron (Ohio), sa ville d’origine, où il brillait déjà avec le cinq majeur de son lycée. Ce sacre annoncé n’a pas semblé peser sur ses épaules ce week-end, lors du premier match des demi-finales de conférence Est face à Boston, remporté (101-93), avec à la clé 35 points du « Chosen One ». Cette nuit, les Cavs avaient l’occasion, à domicile, de doubler leur avantage dans cette série. LeBron James, l’ailier des Cavaliers de Cleveland. Test américain pour les Bleus ➔ A moins d’une semaine du coup d’envoi des championnats du monde élite en Allemagne, l’équipe de France s’offre un dernier match de préparation difficile ce soir (20h) à Amiens, contre les Etats- Unis. Battus lors de leurs trois dernières sorties par la Lettonie (deux fois) et le Danemark, les coéquipiers de Fabrice Lhenry (photo) tenteront de faire bonne figure face au vice-champion olympique en titre. Une belle prestation face à l’ogre américain permettrait assurément aux Bleus de partir dans les meilleures dispositions outre-Rhin, où ils tenteront de conserver leur place en élite malgré un programme titanesque (Suède, République tchèque et Norvège).
www.directsoir.net COMÉDIE Le hasard, sinon rien ! Comédie romantique pétillante écrite par Arnaud Lemort et coréalisée par Dominique Farrugia, « L’amour c’est mieux à deux » s’inscrit dans la lignée des contes modernes à l’humour savamment dosé. THRILLER Flics de haut vol Antoine Fuqua, réalisateur auréolé du succès du polar « Training Day », fait une nouvelle incursion dans le genre avec « L’élite de Brooklyn », un film au bon goût new-yorkais. Un vétéran de la police (Richard Gere, à g.) face à un voyou (Wesley Snipes, à d.). ➔ Depuis Training Day, film pour lequel Denzel Washington avait reçu l’oscar du meilleur acteur en 2001, il était de bon ton de suivre le parcours du réalisateur américain Antoine Fuqua. Et après un petit passage à vide (Les larmes du soleil ou Shooter, tireur d’élite), on se réjouit de voir le réalisateur du clip de Coolio, Gangsta’s Paradise, revenir au polar, genre qui a fait son succès. Sur un scénario écrit par MichaelC. Martin, un employé du métro newyorkais, Fuqua forge un thriller solide « Le hasard fait bien les choses », telle pourrait être la devise de Michel (Clovis Cornillac), trentenaire dynamique un brin monomaniaque. Un gros bémol quand le hasard se fait la condition sine qua non d’une grande histoire d’amour. D’au tant plus quand son meilleur ami, Vincent (Manu Payet), un avocat aux airs de Don Juan, se charge d’organiser une rencontre « fortuite » à cet allergique des rendez-vous arrangés. Premier long-métrage d’Arnaud Lemort, produit et coréalisé par Dominique Farrugia, qui signe ici son retour derrière la caméra, L’amour c’est mieux à deux est de ces comédies romantiques naïves dont l’humour fait mouche, avec, en bonus, une touche de fantaisie bienvenue. Portée par un trio efficace –Virginie Efira, étonnante de spontanéité, entourée par Clovis Cor nillac et Manu Payet – cette comédie de potes est rythmée par des dialogues percutants et des vannes infaillibles. Une légèreté et un ton acidulé que l’on doit également aux rôles secondaires (Annelise Hesme et Laurence Arné, les deux copines, Shirley Bousquet, l’assistante nympho, Jonathan Lambert, le professionnel du déguisement, et Laurent Laffitte, le conjoint « idéal ») aux répliques affûtées. Conseils de drague et réunion de copines sont d’une réalité étonnante, à croire qu’Arnaud Lemort s’est invité à une soirée filles pour écrire son scénario. Résultat, un premier long métrage abouti. STUDIO CANAL L’amour c’est mieux à deux, d’Arnaud Lemort et Dominique Farrugia, en salles demain. qui s’intéresse à une semaine de la vie de trois flics, un vétéran, un infiltré et un ripou, joués respectivement par Richard Gere, Don Cheadle et Ethan Hawke. Suivant un canevas qui met en parallèle ces trois destins, L’élite de Brooklyn permet de s’immiscer dans les méandres d’un métier qui met les nerfs à rude épreuve, chacun des protagonistes tentant de s’en sortir à sa façon. L’élite de Brooklyn, d’Antoine Fuqua, en salles demain. METROPOLITAN PHOTOS : P.CHANTIER/FEW Nathalie (Annelise Hesme), Vincent (Manu Payet). CINÉMA 9 Michel (Clovis Cornillac) et Angèle (Virginie Efira).



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :