Direct Soir n°756 4 mai 2010
Direct Soir n°756 4 mai 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°756 de 4 mai 2010

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (256 x 341) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 1,9 Mo

  • Dans ce numéro : Imogène Mc Carthery, l'espionne qu'on aimait

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
10 CINÉMA POLAR Le poids du passé Récompensé par l’Oscar du meilleur film étranger et par le Grand Prix du festival de Beaune, « Dans ses yeux » ne choisit jamais entre thriller et romance. Et c’est tant mieux. Irene Menéndez-Hastings (Soledad Villamil) et Benjamin Esposito (Ricardo Darin). Fraîchement retraité du ministère de la Justice argentin, Benjamin Esposito (Ricardo Darin) tente de rédiger un roman à partir d’une affaire de meurtre sur laquelle il a travaillé vingtcinq ans plus tôt et qui, bien qu’élucidée, a toujours hanté son esprit. Mais pour ce faire, il doit replonger dans ses souvenirs tant professionnels que personnels. Oscar du meilleur film étranger et Grand Prix du festival international du film policier de Beaune, Dans ses yeux constitue un bon choix parmi les nombreux longs métrages à sortir chaque semaine. Or, même si l’on sait qu’on élit une œuvre de qualité, le nouveau film de Juan José DRAME PRETTY PICTURES Ma vie pour la tienne ➔ Fort d’une filmographie remarquée par la critique depuis sa sélection au Festival de Cannes en 2008 avec Serbis, le réalisateur philippin Brillante Ma. Mendoza livre cette semaine une nouvelle pépite. Dans la lignée de John John, sa précédente tragédie sociale, Lola met en parallèle le parcours de deux grandsmères. L’une se bat pour trouver l’argent nécessaire aux obsèques de son petit-fils, l’autre pour faire libérer le sien, auteur du meurtre du premier. Tournées dans un quartier de Manille constamment inondé, les images de Mendoza, tour à tour Campanella éblouit par sa finesse et sa multiplicité de motifs abordés sans en avoir l’air. C’est ainsi qu’il oscille constamment entre polar et comédie romantique. Le spectateur croit comprendre où veut en venir le réalisateur mais en réalité celui-ci finit toujours par le surprendre. Et là où réside la véritable maestria de Campanella, c’est dans la peinture de la personnalité d’un homme en train de faire le bilan de sa vie, d’essayer de comprendre les choix qui l’ont mené là où il est, d’accepter ses erreurs, ses faux pas, et si possible de reprendre les rênes de sa vie à l’heure où d’autres auraient renoncé. Dans ses yeux, de Juan José Campanella, en salles demain. grossières ou lumineuses, donnent vie à une belle leçon d’humanité. Lola, de Brillante Ma. Mendoza, en salles demain. DR PRETTY PICTURES COMÉDIE DRAMATIQUE Vague à l’âme ➔ Fini insomnies, remords et regrets qui torturent l’esprit. Sophie Barthes a inventé la Banque des Ames, établissement qui soulage les êtres, et Paul Giamatti en particulier (qui joue son propre rôle), de leurs états d’âme. Ames en stock, premier film de cette réalisatrice française résidant aux Etats-Unis, repose sur un scénario inventif qu’on dirait tout droit sorti des méninges de Charlie Kaufman (Dans la peau de John Malkovich). Ames en stock, de Sophie Barthes, en salles demain. David Strathairn et Paul Giamatti. DRAME Au-delà du réel ➔ Oscar (Nathaniel Brown) s’est installé avec sa sœur Linda (Paz de La Huerta) depuis quelque temps à Tokyo. Lui vit de deals et elle de stripteases. Un jour, lors d’une descente de police dans un bar, Oscar trouve la mort. Son âme se met alors à errer à travers les rues tokyoïtes. Moins violent que son précédent Irréversible (2002), le nouveau film de Gaspar Noé n’en est pas moins extrême par sa réalisation en vision subjective. Bourré d’images expérimentales, Enter the Void en intimidera certains. Les autres se laisseront hypnotiser par les vues aériennes de la capitale nippone. Enter the Void, de Gaspar Noé, en salles demain. Linda (Paz de La Huerta). MEMENTO FILMS WILD BUNCH DIST. Directsoir N°756/Mardi 4 mai 2010 Edmond, la passion du cheval en héritage. DOCUMENTAIRE La dernière course ➔ Marc Bertran de Balanda, figure incontournable du monde équestre français, est à présent un vieil homme privé de l’usage de ses jambes. Pourtant à presque 80 ans, il n’a rien perdu de sa passion pour le cheval. Dans son studio aménagé dans d’anciens boxes, il vit entouré de photos, souvenirs de sa grande époque de champion de saut d'obstacles. Même s’il ne se déplace plus qu’à fauteuil roulant, sa soif d’entraîner et de transmettre est omniprésente. Dans son regard, on peut lire la tendresse pour ce jeune cavalier, Edmond, qu’il a choisi de prendre sous son aile, ou l’amour pour Martine, son aide-soignante dévouée. Un film émouvant sur un personnage hors du temps et dont la vie est suspendue. Cavaliers seuls, de Delphine Gleize et Jean Rochefort, en salles demain. DRAME Être une femme en Égypte ➔ Au Caire de nos jours. Hebba et Karim sont en couple. Journalistes, jeunes, beaux et riches, tout semble leur réussir. Mais la pugnacité antigouvernementale d’Hebba, qui anime un talk-show politique, va bientôt mettre en danger la promotion qu’attend son mari. Hebba troque alors la politique pour les faits divers et les histoires vraies, les emmenant des basfonds du Caire à la jet-set. Mais où s’arrête la politique, où commence la question de la condition féminine ? A travers l’histoire de quatre femmes en rupture avec la morale dominante, le réalisateur Yousry Nasrallah dénonce la misogynie qui règne dans la société égyptienne, qui exige des femmes toujours plus de soumission. Femmes du Caire, de Yousry Nasrallah, en salles demain.
DR www.directsoir.net SÉLECTION HUMOUR En duo ou en solo Les disparités familiales ne cessent d’inspirer les comiques. Les Versaillais – Fabrice Conan et Xavier Brouard – jouent de la dualité des statuts, l’un seul et l’autre marié, cinq enfants, tandis que Nathaly Coualy cherche celui qui illuminera la vie de son personnage de « célibattante ». Du rire BCBG En bref Fabrice Conan et Xavier Brouard. ➔ Duo de comiques bien nés, Les Versaillais investissent à nouveau Le Point-Virgule pour rire de la France d’en haut. Fabrice Conan et Xavier Brouard se glissent dans la peau de Louis-Marie de Roquebar, célibataire, et Pierre-François de Saillever, marié, cinq enfants. L’occasion pour ces deux trublions de faire le point sur l’actualité côté aristo, la politique version rive droite, sans oublier les bonnes vieilles séances de catéchisme, la préparation de Noël et l’enterrement de la belle-mère. Un show décapant mis en scène par Chantal Ladesou, actuellement à l’affiche dans J’ai l’impression que je vous plais. Les Versaillais, du mercredi au samedi, jusqu’au 30 juin, au Point- Virgule, 7, rue Sainte-Croix-de-la- Bretonnerie, Paris 4 e (0142786703). Humour pimenté ➔ Ex-mannequin, animatrice et journaliste, Nathaly Coualy reprend dans une nouvelle version son one-woman show Elle ne fait pas sans blanc…, créé en 2009. Un spectacle, coécrit avec Pascal Légitimus et Bertrand Dicale, sur ses origines guadeloupéenne, indienne et corse, qu’elle met en parallèle avec sa vie de « célibattante » à la recherche de l’âme sœur. Elle ne fait pas sans blanc… Nathaly Coualy, jeudi, vendredi et samedi, théâtre Les feux de la rampe, 2, rue Saulnier, Paris 9 e (0142462619). Objectif Sud/Regard Sud et l’Institut Lumière de Lyon proposent au menu de la dixième édition de Fenêtres sur le cinéma du Sud, un panorama des cinématographies arabes. Le festival aura lieu du 4 au 9 mai, en présence de réalisateurs de fictions et de documentaires originaires d’Algérie, d’Egypte, du Liban, du Maroc, de Palestine, de Syrie et de Tunisie. Plus d’infos sur www.institut-lumiere.org Ciné do Brasil/Dans le cadre du douzième Festival du cinéma brésilien de Paris, qui se tiendra du 5 au 18 mai, vingt-neuf films, sélectionnés parmi le meilleur du cinéma brésilien actuel, seront projetés en avant-première au cinéma Le Nouveau Latina (Paris 4 e). Tout le programme sur www.festivaldecinemabresilienparis.com N. MARTIN-BOISSINOT LA SÉLECTION DVD Chemin de croix METROPOLITAN ➔ Le monde est mort. Les survivants traînent leurs carcasses sur une planète recouverte de cendres. Un homme et son fils (Viggo Mortensen et Kodi Smit-McPhee) tentent de rejoindre la côte espérant y trouver de l’aide. Adapté du roman éponyme de Cormac McCarthy, prix Pulitzer 2007, La route est un road movie du désespoir, une fable philosophique aux allures de Mad Max. Un chef-d’œuvre de la littérature contemporaine porté à l’écran par le réalisateur australien John Hillcoat et servi par un casting remarquable. La route, de John Hillcoat, Metropolitan Vidéo, 19,98 €. CULTURE 11 Raison et sentiments ➔ Patti (Selma Blair) et Kate (Debra Messing) sont amies depuis l’enfance. Un beau jour, elles croisent leurs anciens petits copains de fac, Brian (Patrick Wilson) et Michael (Edward Burns). Si, pour Kate, il n’est pas question de renouer, pour Patti, ce premier amour personnifie tout ce dont elle a toujours rêvé. Huitième film écrit et réalisé par Edward Burns, Just You croque avec tendresse les relations hommes-femmes à l’âge des grands choix. Just You, d’Edward Burns, M6 Vidéo, 14,99 €. M6 VIDÉO



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :