Direct Soir n°755 3 mai 2010
Direct Soir n°755 3 mai 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°755 de 3 mai 2010

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (256 x 341) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 1,9 Mo

  • Dans ce numéro : Reporter, un métier à haut risque

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
Directsoir N°755/Lundi 3 mai 2010 14 BUZZ TÉLÉ INTERVIEW Emmanuel Pontneau, rédacteur en chef et présentateur de « Business », sur Direct 8 « L’affection et la présence d’un animal n’ont pas de prix » Avec près de 62 millions de chats, chiens, rongeurs et autres « bestioles » plus ou moins exotiques, la France est championne d’Europe des animaux de compagnie. Un marché très rentable pour les professionnels et escrocs de tout poil. Emmanuel Pontneau et son équipe ont enquêté pendant plusieurs semaines sur les dessous du business animal. Comment expliquez-vous cet engouement des Français pour les animaux de compagnie ? Emmanuel Pontneau : Je crois que de plus en plus de gens se sentent seuls et que la montée en flèche du célibat a participé au phénomène. Nous sommes dans des valeurs de cocooning, nous voulons nous rassurer. Avoir un animal à la maison c’est facile, c’est une valeur refuge. Une valeur qui représente aujourd’hui un marché très juteux… E. P. : Le titre de la célèbre émission 30 millions d’amis doit être réactualisé car le chiffre a doublé et les coûts avec. L’affection et la présence d’un animal n’ont pas de prix. C’est d’ailleurs devenu une industrie à part entière. Le marché représente près de trois milliards et demi d’euros par an. Les professionnels estiment qu’un chat coûte, chaque année, 600 euros et un chien 1000 euros. Des enjeux financiers importants qui ont poussé certains groupes agroalimentaires à nous fermer leurs portes pour éviter toute polémique. Les grandes entreprises ne manquent pas d’inventivité pour vendre leurs produits… Il y a vingt ans seulement, il n’existait que deux grandes marques, alors qu’aujourd’hui on recense plusieurs « EN SUÈDE, 80% DES ANIMAUX SONT ASSURÉS » centaines de références de produits alimentaires pour chien et chat confondus. Produits bio, produits fabriqués selon la race ou la taille… il y a une segmentation, les prix ont augmenté, même s’il faut avouer que la qualité s’est améliorée. Les vétérinaires interrogés affirment que les premiers prix sont à éviter, mais ils estiment qu’un produit à prix moyen suffit pour nourrir son animal. Quand on achète beaucoup plus cher, on veut se faire plaisir. Des services, parfois très insolites, se sont également développés autour des animaux domestiques. E. P. : Aujourd’hui, on peut par exemple assurer son animal de compagnie pour couvrir les frais vétérinaires. En France, c’est encore un marché de niche avec à peine près de 200000 animaux assurés. En Suède, 80% d’entre eux le sont. Ces contrats restent néanmoins contraignants, sachant qu’on n’est jamais couvert à 100%. Des professionnels proposent des séances d’acupuncture, de massage… E. P. : Il y a des personnes qui ont très peu de moyens, qui se serrent la ceinture, mais qui ne regardent jamais à la dépense pour leur chien ou leur chat. Pour ceux qui ont des revenus plus importants, l’animal devient un signe extérieur de richesse et donne un statut social. A Paris, dans certains établissements, on ne parle pas de « salon de toilettage » mais de « salon de coiffure pour chien » avec des « coupes » facturées 100 euros. Nous avons rencontré des professionnels en thalassothérapie, des vétérinaires qui font de l’acupuncture, et même une femme diplômée aux Etats-Unis qui propose des massages. Même si ces pratiques paraissent démesurées, nous avons pas eu affaire à des charlatans mais à des gens qui profitent d’un marché rentable. Les animaux de compagnie évoluent. Furet, reptile, poule, bernard-l’ermite… E. ROBERT/DIRECT 8 E. P. : Ce phénomène n’est pas nouveau. Les vétérinaires ont inventé il y a une vingtaine d’années le terme NAC, « Nouveaux animaux de compagnie », quand ils ont vu débarquer dans leur cabinet des rongeurs, des furets… – les reptiles ne sont pas considérés comme des NAC. En ville, ces animaux sont pratiques car généralement plus petits et facilement transportables en cage. Néanmoins, un furet est vendu 400 euros et est coûteux à l’entretien. Les gens ont envie d’originalité, au risque de se lasser très vite de ces animaux, qu’ils abandonnent au bout de quelques années dans la nature. Ce marché juteux attire également les escrocs, avec des trafics de faux papiers. E. P. : Les faux papiers touchent également les animaux et particulièrement la filière canine. Les gens veulent des chiens de race et sont prêts à mettre beaucoup d’argent. Un chihuahua miniature peut atteindre 4000 euros. Les élevages clandestins se sont développés en France ou en Europe centrale. Il y a une réglementation qui est régulièrement détournée. En France, on ne peut pas importer un chiot de moins de quatre mois. Or, dans les animaleries, les futurs maîtres réclament des chiots qui ont à peine deux mois. Les animaux passent donc par des filières clandestines, et dangereuses d’un point de vue sanitaire, avec l’apparition de la rage ou de la maladie de Carré. Les ventes à la sauvette de chiots par des gens qui pratiquent la mendicité et apitoient les passants se sont également développées à Paris. Ces chiots en mauvaise santé peuvent mourir dans les semaines qui suivent ! Après avoir vu un nombre incalculable d’animaux, vous n’avez pas eu envie d’en ramener un chez vous ? A l’issue de ces semaines de reportages, un chiot a fini à la maison… Business, magazine, ce soir à 20h40 sur Direct8.
www.directsoir.net 00H10 10H10 Quelle vie après un plan social ? ÊTRE SOI Charlotte Savreux vous donne rendez-vous pour une émission consacrée à vous, rien qu’à vous et à votre bien-être en compagnie de spécialistes. Au programme : santé, médecines douces, psychologie, sexualité… Bien-être, magazine. ➔ A chaque fois qu’une grande entreprise annonce un plan social, les chiffres tombent comme un couperet : 3000 licenciements à Valenciennes ; 2500 à Saint-Etienne ; 5001 à Sochaux ; 350 à Dijon. Ce soir, dans La case de l’oncle Doc, France 3 s’intéresse au devenir de ces hommes et de ces femmes qui doivent se reconvertir après de grandes restructurations industrielles. Plan social et après ?, réalisé par Laurent Lutaud, revient sur le cas de l’usine Bull de Belfort qui a mis la clé sous la porte en 1992. Plus de 2000 salariés se retrouvaient au chômage, une famille sur dix était touchée par ce drame social. Le film suit le parcours de quelques anciens salariés qui ont connu des fortunes diverses dans leur quête d’un nouvel emploi. La case de l’oncle Doc : Plan social et après ?, documentaire. Le documentaire revient sur l’histoire de reconversions, en suivant le parcours de quelques anciens salariés de Bull. 20H35 Serial killer ➔ Dans la France rurale de 1893, Joseph Bouvier tire sur la femme qu’il aime, avant de retourner l’arme contre lui. Interné dans un asile, puis libéré, il se met à errer en violant et assassinant les jeunes bergers et bergères. Le juge et l’assassin, film. Philippe Noiret. LES FILMS GRAIN DE SABLE/FRANCE TÉLÉVISIONS PÔLE FRANCE 3 BOURGOGNE 22H05 Des privilèges qui coûtent cher ➔ Un secrétaire d’Etat qui loue un jet à prix d’or, quand le gouvernement annonce qu’il faut faire des efforts. Niches et bouclier fiscaux que le gouvernement hésite à supprimer, alors que le Premier ministre évoque de possibles hausses d’impôts… L’Etat semble avoir toujours autant de mal à se réformer. Complément d’enquête s’intéresse à ces privilèges qui pèsent lourd dans l’opinion publique. Complément d’enquête, magazine. 22H40 Le journaliste Benoît Duquesne. Série démasquée ➔ Dans le cadre de la nouvelle trilogie de Canal+, qui permet chaque saison, depuis cinq ans, de découvrir la première œuvre de fiction de réalisateurs et d’auteurs prometteurs à travers la diffusion de trois séries, les téléspectateurs ont rendez-vous avec Catch-moi si tu peux !, une série originale sur l’amour dans le monde du catch français. Catch-moi si tu peux !, série française. ARD DEGETO Léa Bonnie, alias Bomba Léa (Judith Davis). Les admirateurs de Shirley et Dino vont se régaler avec la diffusion de leur spectacle à Marigny. Révélé en 2001 grâce à Patrick Sébastien, le duo continue de faire perdurer la tradition du music-hall. Shirley et Dino à Marigny, spectacle, 22h10, France 4. NRJ 12 FRANCE 2/J.MORELL X. LAHACHE/LA PARISIENNE D’IMAGES/CANAL + 20H35 ZOOM TÉLÉ 15 L’addiction au féminin ➔ Depuis quelques années, de plus en plus de femmes tombent dans diverses formes de dépendances. Le magazine Hors série de France 3 est parti à la rencontre de trois d’entre elles. Corinne, 42 ans, est une acheteuse compulsive. Le documentaire suit cette femme aux revenus modestes mais qui ne peut s’empêcher de faire les boutiques à la recherche de babioles pour calmer ses angoisses. Surendettée, elle est prise en charge dans le service d’addictologie d’un hôpital. De son côté, Anaïs, 21ans, est boulimique. La nourriture est pour elle un moyen d’échapper à la réalité et de se défaire de ses angoisses. Elle mange en grande quantité avant de se faire vomir et accumule les hospitalisations. Laetitia, 34 ans, est prisonnière d’un vice qui touche davantage les hommes. Elle est alcoolique. Trois accoutumances différentes, mais un même combat qu’elles mènent devant les caméras. Ces témoignages représentent aussi un avertissement pour toutes les femmes qui lentement glissent vers un mal dont il est très difficile de se débarrasser. L’émission sera suivie de Post-scriptum, présentée par Béatrice Schönberg, qui animera une discussion avec les auteurs du documentaire (Hervé Brèque et Jean-Baptiste Gallot), ainsi que plusieurs témoins et experts médicaux. Hors série – Des femmes dans la dépendance : comment sortir de l’addiction ?, magazine. Anaïs, 21ans, est boulimique. Corinne, En haut, 42 Anaïs ans, est et une ci-dessus, acheteuse Corinne compulsive. Jeff Bridges. 20H35 Vieux démons ➔ Membre de l’équipe de déminage de Boston, Jimmy Dove décide de devenir instructeur. Quelques jours plus tard, son ancien coéquipier meurt lors d’une opération. La bombe qui a explosé pourrait être l’œuvre d’une ancienne connaissance de Jimmy. Blown Away, film.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :