Direct Soir n°753 29 avr 2010
Direct Soir n°753 29 avr 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°753 de 29 avr 2010

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (256 x 341) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 1,8 Mo

  • Dans ce numéro : Télévision : l'île de toutes les tentations

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
8 CULTURE THÉÂTRE Coup de foudre et poudre aux yeux Presque cent ans après sa création, « L’illusionniste » de Sacha Guitry retrouve le public au Ranelagh. Philippe Stellaire y incarne avec brio ce magicien séducteur. Sandra Valentin et Philippe Stellaire dans L’illusionniste. Les femmes sont-elles aussi manipulables que des car tes ? Dans L’illusionniste, Sacha Guitry développe sa réponse en trois actes. Au placard depuis vingt ans, cette pièce acide retrouve enfin les planches grâce à Tristan Petitgirard. Le metteur en scène s’est entouré d’une troupe de jeunes comédiens pour attester toute la modernité de cette comédie, montée pour la première fois en 1917. Sur la scène du Ranelagh, Philippe Stellaire se glisse dans le costume d’illusionniste de Teddy Brooks. Bel homme, charismatique et élégant, il exécute ses tours avec adresse et manipule les femmes avec passion. En l’espace d’une soirée, il réussit à ALBUM Le « bœuf VIP » de Slash ➔ Considéré comme l’un des plus grands guitaristes de tous les temps, son look haut de forme sur buisson de cheveux ondulés est au moins aussi connu que son jeu de gratte… Evénement dans la sphère rock, Slash, le mythique guitar hero, ancien membre du groupe de hard rock Guns n’Roses, qui compte en outre de prestigieuses collaborations à son actif (Michael Jackson, Lenny Kravitz, Bob Dylan…), sort son premier album solo. Un disque de rock mainstream pas si « solo » que ça puisque le guitariste accueille charmer une petite chanteuse anglaise et à envoûter une bourgeoise gourmande. Pour lui, la séduction n’est pas un jeu, mais une guerre tactique dont il connaît tous les rouages. Dans L’illusionniste, les femmes n’ont pas le beau rôle. Naïves, intéressées et colériques, leur intelligence décline dès que leur cœur bat. Sandra Valentin et Cybèle Villemagne jouent cette partition avec talent. Mais c’est Philippe Stellaire qui donne toute sa saveur à la pièce. Son rôle semble taillé sur mesure, et il séduit le public avec autant d’aisance que ses partenaires. L’illusionniste, théâtre Le Ranelagh, 5, rue des Vignes, Paris 16 e (01 42 88 64 44). – pour ne citer qu’eux – Iggy Pop, Dave Grohl, Ozzy Osbourne, Fergie des Black Eyed Peas ou encore Adam Levine de Maroon 5. Slash, Slash, Roadrunner. ROADRUNNER RECORDS FILIP GOMA EXPOSITIONS Bordeaux aime l’Art nouveau ➔ En ajoutant l’art 1900, l’art déco et un espace design à ses collections, le musée des Arts décoratifs de Bordeaux peut dorénavant proposer un parcours chronologique complet allant du XVII e siècle à nos jours. A noter la présentation de deux meubles signés par des ébénistes de renom : Emile Gallé et Louis Majorelle. La partie design offre une étonnante galerie de sièges permettant de découvrir son évolution et celle de ses matériaux au fil des siècles. Parcours des nouvelles collections permanentes au musée des Arts décoratifs, 39, rue Bouffard, Bordeaux (Gironde) (05 56 10 14 00). Armoire étagère à partitions (détail), d’Emile Gallé. Céleste Jérusalem ➔ Au XVI e siècle, le poète italien Le Tasse écrit La Jérusalem délivrée, récit des exploits des héros de la première croisade. Le peintre baroque Paolo Domenico Finoglio en réalise quelques années plus tard une version picturale de dix toiles monumentales, rappelant la technique du clair-obscur du Caravage. Pour la première fois, cet ensemble magistral quitte l’Italiet est exposé en France au palais des Beaux-Arts de Lille (59). Finoglio, un maître du baroque napolitain, jusqu’au 12 juillet, palais des Beaux-Arts, pl. de la République, Lille (www.pba-lille.fr). Raymond de Toulouse affronte Argant en duel, de Paolo Domenico Finoglio. MAIRIE DE BORDEAUX/L. GAUTHIER GRASSET RUE DES ARCHIVES/PVDE PINACOTECA P.D. FINOGLIO/CONVERSANO/ITALIE Directsoir N°753/Jeudi 29 avril 2010 ESSAI Arthur Cravan : le météore oublié Arthur Cravan (1887-1918). ➔ Chevau-léger ? Hussard ? Franctireur ? Paradoxalement, les images martiales ne manquent pas pour tenter de qualifier celui qui déserta les tranchées européennes pour disparaître à l’âge de 31 ans au large du golfe du Mexique en 1918. Arthur Cravan, né en Suisse de parents britanniques, fit du français sa langue d’élection. Il fut boxeur, poète, directeur d’une revue intitulée Maintenant. Incontrôlable feu follet, ce sale gosse n’est pas sans évoquer un autre Arthur. Rimbaud en l’occurrence, ce « voyou génial » dont parlait le sage Mauriac. Avec une passion effervescente et une plume admirable, Bertrand Lacarelle ressuscite cette figure météoritique, témoin d’une époque où la littérature avait des tripes et des ailes. Arthur Cravan, précipité, de ALBUM Bertrand Lacarelle, Grasset, 17 €. Allô Houston ? ➔ Quand il ne joue pas à l’acteur dans des productions hollywoodiennes, telles que Street Dancers de Christopher B. Stokes – dans laquelle il se révèle par ailleurs être un excellent danseur –, Marques Houston se consacre à la musique. Après deux années passées loin des studios d’enregistrement, le chanteur américain de RnB, né en 1981 à Los Angeles, revient avec un quatrième album, intitulé Mr Houston. Parmi les titres disponibles sur cet opus plus personnel figurent I Love Her, en duo avec le rappeur Jim Jones, et le single Body, qui tourne déjà en boucle sur les ondes. Mr Houston, Marques Houston EMI Music.
www.directsoir.net EXPOSITION Willy Ronis au fil du siècle Le photographe aurait dû fêter cette année son centenaire. La Monnaie de Paris organise pour l’occasion une rétrospective sur une œuvre qui n’en finit pas de surprendre. Sans doute l’un des plus éminents représentants de la photographie humaniste, Willy Ronis, rêvait de voir un panorama de son œuvre exposée. Il n’en a pas eu le temps. Le photographe nous a quittés en septembre dernier, laissant derrière lui une œuvre impressionnante. La Monnaie de Paris lui rend hommage en présentant plus de 150 photographies, connues ou inédites, extraites de la donation faite à l’Etat français en 1983. Ainsi, toutes ces images prises au fil d’un siècle nous ramènent-elles avec nostalgie à d’autres époques, à l’image de ces clichés d’ouvriers démunis, saisis tels des héros ALBUM Les Stone se font un prénom Frère et sœur, Angus et Julia Stone sortent leur second album : « Down the Way ». Après s’être fait repérer en 2007, ce duo pop folk continue ses explorations musicales. ➔ Ils sont tombés ensemble dans la marmite de la musique. Angus et Julia Stone sont connus en Australie depuis leur premier album, A Book Like This, sorti en 2007. Après deux années de tournée à travers le monde, espérons que Down The Way, et il en a le potentiel, leur donnera la reconnaissance qu’ils méritent en nos contrées. Précédé par le single Big Jet Plane, l’opus regorge de mélodies rêveuses, soutenues par la guitare acoustique, évoquant les élans du cœur dans des univers sépia apaisants et qui sentent bon le sable chaud. Sur ces textures soyeuses se laissent entendre tour à tour ou bien entremêlées la voix de petite fille de Julia, légèrement ébréchée, entre Björk et Alison Shaw, des Cranes, et celle plus suave mais désespérée d’Angus. Leur pop folk DISCOGRAPH Julia et Angus Stone. rappellera à certains les univers de Neil Young, Fleetwood Mac, ou encore Aimee Mann. Une musique prompte à faire voguer l’auditeur sur les douces vagues de la nostalgie. Down The Way, Angus et Julia Stone, Discograph. En concert les 7 et 8 mai à Paris (Café de la Danse). J. MORRIS LIVRE GUIDE CULTURE 9 derrière leur machine. Ronis n’a jamais caché son engagement communiste : il capte des tranches de vie dans les usines, dans les rues ou ailleurs. Il ne cherche pas à maquiller ou transformer la réalité. Curieux, il veut laisser un témoignage de ce qu’il découvre via son appareil. Chaque photographie a son histoire, une anecdote, ce qui explique qu’il aime tant photographier sa femme et son fils. Son travail de reporter entamé en 1936 sera récompensé en 1951, le musée d’Art moderne (MoMA) de New York expose alors ses photographies avec celles d’autres grands photographes français de l’époque : Robert Doisneau, Brassaï, Henri Cartier-Bresson, Izis. Tous s’imposeront dorénavant au niveau international. Ronis, lui, voyagera pour capter le monde et ses hommes. Une vision inédite d’un travail d’observation fidèle à des convictions. Willy Ronis, une poétique de l’engagement, jusqu’au 22 août à la Monnaie de Paris, 11, quai de Conti, Paris 6 e (01 40 46 56 66). Ci-dessus : Autoportrait aux flashes (1951). En haut à g. : Petits Napolitains (1938). FIRST EDITIONS ED. LES BEAUX JOURS Un humour bon enfant ➔ Dans la vie, il n’y a pas que les histoires de Toto et les blagues inscrites sur les emballages de célèbres barres caramélisées. L’officiel de l’humour le prouve : les 400 pages de cet ouvrage contiennent plus de 1000 plaisanteries : les incontournables « Monsieur et Madame ont un fils », des devinettes mais aussi des anecdotes ou encore plein d’histoires absurdes qui sauront épater les copains et les faire rire aux éclats. Une encyclopédie du rire à offrir à vos enfants. L’officiel de l’humour, spécial cour de récré, Laurent Gaulet, First Editions, 9,90 €. Sortir des sentiers battus ➔ Si les hôtels classiques ne vous dépaysent plus et si dormir à la belle étoile ne vous effraie pas, alors ce petit guide est fait pour vous. Partout en France, Corinne Targat a sélectionné plus de 260 lieux insolites pour vos prochains week-ends, comme cette hutte en baie de Somme ou ces igloos perchés à 2 000 mètres d’altitude dans les Alpes. Autant de lieux extraordinaires à découvrir seul ou en famille. Le guide des hébergements pas comme les autres en France, Corinne Targat, éditions les Beaux Jours, 12 €.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :