Direct Soir n°753 29 avr 2010
Direct Soir n°753 29 avr 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°753 de 29 avr 2010

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (256 x 341) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 1,8 Mo

  • Dans ce numéro : Télévision : l'île de toutes les tentations

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
E. ROBERT/DIRECT8 Directsoir N°753/Jeudi 29 avril 2010 12 BUZZ TÉLÉ LE BILLET DE JEAN-MARC MORANDINI Journaliste, animateur de radio et de télévision Miss France : l’offensive d’Endemol Franchement, nous pensions tous que la guerre des miss était terminée, et que ce feuilleton à rebondissements qui oppose la famille de Fontenay à Endemol avait pris fin il y a une quinzaine de jours, chacun campant sur ses positions avec la volonté de divorcer. Mais voilà qu’hier, un nouveau rebondissement est intervenu avec la révélation d’un mail envoyé par Sylvie Tellier, patronne de la société Miss France, propriété d’Endemol, qui a demandé à tous les comités locaux de choisir entre Geneviève et elle ! Ces comités, c’est la force de l’élection, car c’est là qu’est élue chaque année la miss de la région. Sans eux, impossible d’organiser la grande cérémonie annuelle. Suite à ce mail, révélé par nos confrères de La Dépêche du Midi, quatorze régions ont changé de bord et ont décidé de quitter « la dame au chapeau », préférant s’assurer une belle exposition en prime time sur TF1 et surtout conserver la continuité, même si c’est sans celle qui incarnait avec force les valeurs des miss. Car le mystère qui entoure l’opération de Fontenay commence à inquiéter certains. A ce jour, toutes les chaînes – ou presque – affirment avoir refusé de retransmettre le nouveau concours qu’organise Geneviève : TF1, bien sûr, et toutes ses filiales, comme TMC ou NT1 mais aussi le groupe M6 et W9. Et hier, NRJ12 jetait l’éponge à son tour, préférant s’intéresser à mister France. Si le concours « de Fontenay » ne trouve pas une chaîne hertzienne « historique » ou TNT pour retransmettre la cérémonie, cette nouvelle miss aura du mal à exister médiatiquement et elle sera supplantée par le rouleau compresseur TF1 et Endemol. C’est tout le pari de Geneviève de Fontenay, car si elle a clairement gagné la première manche médiatique, il lui reste maintenant à gagner le volet économique ! Mais là, elle risque de se retrouver un peu seule. A demain ! Réagissez : redac@directsoir.net LA LISTE DES 23 Le 11 mai, Raymond Domenech annoncera la liste des 23 Bleus retenus pour disputer la Coupe du monde de football en Afrique du Sud au mois de juin. Canal+ Sport proposera une émission des Spécialistes le jour même pour réagir aux choix de l’entraîneur. Stefan Etcheverry anime le magazine Les spécialistes. X. LAHACHE/CANAL + « Côté maison » se rénove ➔ A partir du 3 mai, l’émission de France 3 Côté maison fait peau neuve, avec des formats et des horaires différents. Les téléspectateurs pourront retrouver Laetitia Nallet, entourée de ses coéquipiers Laurent Petitguillaume et Robert Longechal, du lundi au vendredi à 10 heures et le dimanche à 14h25. Tout au long de la semaine, un téléspectateur inscrit sur le site france3.fr pourra bénéficier d’un cours particulier de technique et d’esthétique avec des artistes et professionnels de l’univers de la décoration. Laetitia Nallet et Robert Longechal. Richard Anconina interprète François, dans Panique !. Les abeilles piquent une crise ➔ Alors qu’il plante sa tante avec Franck Dubosc dans Camping 2, Richard Anconina sera à l’affiche d’une nouvelle fiction de TF1, le jeudi 13 mai à 20h45. Dans Panique !, l’acteur interprète un médecin spécialisé dans l’humanitaire, qui décide de prendre un poste dans le sud de la France pour se rapprocher de sa fille. Un grave problème va prendre le pas sur leurs soucis familiaux. Les ruches de la région se vident, les abeilles deviennent folles et attaquent les hommes et les bêtes. François va devoir enrayer la catastrophe. F. LEFEBVRE/FRANCE3 J. CAUVIN Illitch Ramirez Sanchez (Edgar Ramirez), dans Carlos. Au service du terrorisme ➔ Véritable mythe du terrorisme international des années 1970 et 1980, Carlos a incarné à la fois l’activisme propalestinien et le militant pro-armée rouge japonaise. Canal+ diffusera le 19 mai à 20h45 la première partie de la fiction événement Carlos d’Olivier Assayas ; les deux autres épisodes sont programmés (en première diffusion) pour le 26 mai et le 2 juin. Présenté hors compétition au Festival de Cannes, ce biopic tente de lever le voile sur le mystère qui entoure l’homme et le criminel, un personnage contradictoire, aussi violent que l’époque dont il est l’incarnation. Sur deux décennies, la fiction « suit » Carlos de Londres au Yémen, en passant par la France et la Jordanie dans ses attentats et ses prises d’otages. GRISBI PRODUCTIONS QUAND LE X DÉTOURNE HOLLYWOOD ➔ Si les films pornographiques ne laisseront sans doute pas d’empreinte dans l’histoire du cinéma, leurs titres provoquent parfois de francs éclats de rire. Parodiant souvent de grands succès français ou hollywoodiens, ces caricatures potaches sont devenues incontournables dans l’univers duX. Canal+ enquête sur les raisons de ces détournements dans Ça glisse au pays des merveilles le 5 juin à 22h20. Ce documentaire inédit au cœur de l’industrie pornographique recueille aussi les réactions des victimes de ces pastiches érotiques. Sebastian Barrio, acteur de filmsX.
www.directsoir.net INTERVIEW Julia de Funès, professeur de philosophie et animatrice « Bousculer les lieux communs » Parler philosophie de façon ludique en deux minutes, ce n’est pas mission impossible. Présenté par Julia de Funès, petite-fille de Louis de Funès, « Le bonheur selon Julia » s’y attelle. Produit par Frédéric Lopez et diffusé du lundi au vendredi depuis le 5 avril sur France 5 à 17h40, ce programme court balaie les idées reçues. Depuis le 5 avril, vous animez le programme court Le bonheur selon Julia. Comment est né ce concept et quel est-il ? Julia de Funès : L’idée est née y a deux ans. Je regardais D’art d’art, le programme court de Frédéric Taddeï qui présente un tableau en une minute. Je me suis dit qu’il serait bien de l’adapter à la philo. Parler d’un sujet qui concerne tout le monde – le plaisir, le bonheur ou la liberté –, et ce qu’a à dire en quelques mots un philosophe sur ces thèmes. Ainsi, dans Le bonheur selon Julia, je pars d’idées reçues, de lieux communs que je renverse, via le regard d’un philosophe. Le but est ainsi de rendre la philo très accessible. Comment parle-t-on de philosophie en deux minutes chrono ? J. de F. : En deux minutes, je n’ai pas la prétention de parler de Kant ou de Descartes, mais de partager le goût de la philo à partir d’éléments concrets. Avez-vous des exemples ? J. de F. : Bien sûr. On dit souvent : « Je suis épicurien, je vais me faire plaisir, je vais profiter des plaisirs de la vie. » Eh bien être épicurien, quand on lit Epicure, cela n’a rien à voir. C’est, au contraire, mener une vie quasi monacale. De la même « LE BUT EST DE RENDRE LA PHILO ACCESSIBLE » façon être machiavélique pour nous tous signifie être fourbe, hypocrite, malveillant. Quand on lit Machiavel on se rend compte que non. J’utilise aussi des expressions comme « tous les goûts et les couleurs sont dans la nature ». Des lieux communs que je bouscule grâce à un philosophe. Comment ces lieux communs ont-ils dérivé de leur sens premier ? J. de F. : Attention, il y a aussi des vérités dans les lieux communs. Mais, personnellement, j’ai cherché le philosophe qui pouvait dire ou penser le contraire. Par ailleurs, si l’on prend le cas de l’épicurisme, la distorsion vient d’une confusion. Certes, Epicure dit bien que le but de la vie, c’est le bonheur, et qu’il faut privilégier certains plaisirs. Toutefois, nous avons confondu hédonisme et épicurisme avec le temps. L’hédonisme, c’est l’accumulation de jouissances et de plaisirs. L’épicurisme, c’est se contenter de certains plaisirs. Ceux qu’Epicure appelle des plaisirs naturels et nécessaires – boire de l’eau quand on a soif, manger du pain quand on a faim. Cela n’a rien à voir avec la luxure ou l’orgie. Au fil des siècles, des parasites sont venus troubler ces expressions. Moi, je redonne le sens premier du mot. Quel rôle a joué Frédéric Lopez, producteur de ce programme ? J. de F. : Je suis arrivée avec des notions universitaires, des liaisons partout, quatre pages pour chaque thème. Frédéric Lopez m’a dit : « Tel quel, ça ne va pas être possible. » Pour alléger tout cela, il a eu l’idée d’animer ces concepts. Je n’avais pas pensé à une dimension aussi ludique avec des animations, des gags. A l’écran, je suis dans un univers très dessiné, un peu à la Sempé. En quoi ces illustrations rendent-elles la philosophie plus accessible ? J. de F. : Puisque le fond ne peut pas changer, nous n’allons pas dévier les propos des philosophes, mais nous avons choisi de rendre la forme très légère en l’animant par des dessins marquants. Pour reprendre l’exemple d’Epicure, lorsque j’explique qu’il ne nous aurait pas proposé un dîner somptueux, mais plutôt frugal, on me voit d’abord autour d’une table avec du champagne, du caviar, de la langouste, puis devant une assiette avec de l’eau et du pain. Même si les téléspectateurs ne retiennent pas les concepts philosophi - ques, cela marque les esprits. Et puis, je parle comme dans la vie, il n’y a pas de termes pompeux. Quels concepts évoquez-vous ? J. de F. : Le bonheur, le travail. La volonté par le biais de l’expression « quand on veut on peut ». La liberté avec « faire ce que l’on veut quand on veut ». L’angoisse avec Heidegger. La honte et la mauvaise foi avec Sartre. La démocratie avec Tocqueville. Vous êtes-vous interdit certains auteurs ? J. de F. : Non. J’ai utilisé les grands auteurs de référence – Platon, Aristote, Epicure, Descartes, Rousseau, Kant, Nietzsche, Sartre –, mais aussi des auteurs contemporains comme Emmanuel Levinas, qui est très difficile à lire. La seule chose que je me suis interdite est de parler de politique ou soutenir une thèse très engagée. Que disent les audiences de l’attrait des Français pour la philosophie ? J. de F. : Pour la première semaine, nous avons réuni 550000 téléspectateurs le lundi de Pâques. Puis 755000 le mercredi et 680000 le jeudi. C’est très à la mode maintenant de démocratiser les disciplines BUZZ TÉLÉ 13 Professeur de philosophie, Julia de Funès parle de bonheur sur France 5. qui paraissaient intellos. Je pense notamment aux livres de vulgarisation de matières dites austères qui marchent très bien actuellement. Cela doit aider. Le bonheur selon Julia, présenté par Julia de Funès, du lundi au vendredi, à 17h40, France 5.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :