Direct Soir n°75 13 déc 2006
Direct Soir n°75 13 déc 2006
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°75 de 13 déc 2006

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,3 Mo

  • Dans ce numéro : Denzel Washington star de « Déjà vu »

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
Directsoir t Mercredi 13 décembre 2006 4 EXCLUSIVITÉ INTERVIEW JACQUES DERMAGNE Propositions pour une refonte du dialogue social Le Conseil économique et social vient de soumettre au Premier ministre un rapport sur la réforme de la représentativité syndicale. Entretien avec Jacques Dermagne, directeur de cette assemblée trop méconnue. Le Premier ministre a annoncé un avantprojet de loi sur la base de votre rapport, visant à modifier les règles de la représentativité syndicale. L’avis du CES vise-t-il à rompre le monopole détenu depuis 1966 par cinq syndicats ? Les monopoles ne sont plus dans l’air du temps. Il n’est pas question de remplacer un monopole par un autre.Tous les cinq ans, il faudra voir, par le vote des salariés, si telle ou telle organisation correspond à une sensibilité qui représente au moins cinq pour cent des salariés. Il y a eu un grand colloque au début de cette année, organisé par les syndicats eux-mêmes avec une question : « les syndicats sont-ils mortels ? » Ils ont découvert que s’ils n’étaient pas remis en position par une décision des salariés, ils risquaient effectivement d’être de plus en plus distanciés. C’est le fameux dossier français concernant la rupture entre les bases et les élites. Il y a eu un entrechoquement des deux sensibilités. Un syndicalisme d’adhérents ou un Repères syndicalisme de représentation à partir des votes. Ce dernier a gagné. Il faut coller au marché, comme on dit entre chefs d’entreprises. Et la façon de coller au marché, c’est de se ressourcer par un vote. Mais quand on réforme dans notre pays, chacun mesure plus les risques que les chances. Le rapport que vous venez de remettre a mis en lumière le CES. Pouvez-vous nous en expliquer le rôle ? Le CES est composé d’élus des corps intermédiaires : syndicats, fédérations patronales, monde associatif. Notre Constitution prévoit trois assemblées. Une « souveraine », avec des membres élus au suffrage universel direct : l’Assemblée nationale. C’est l’assemblée du dernier mot. Une seconde, élue au suffrage universel indirect, qui peaufine la rédaction des lois, contrôle, coordonne, avec des grands sages : le Sénat. La troisième, elle, intervient avant que les textes soient proposés à Les monopoles ne sont plus dans l’air du temps LUDOVIC/REA LUDOVIC/REA F. TONDRE/REA l’Assemblée nationale, c’est le Conseil économique et social. L’assemblée est consultative pour les textes à présenter à l’Assemblée nationale et au Sénat. Son rôle est d’apporter le témoignage de la vie des gens, qu’ils soient paysans, chauffeurs d’autobus, patrons d’entreprise ou président de la Croix-Rouge. Dans le monde, ce concept est en train de prendre de l’importance, parce qu’il est de plus en plus difficile de gouverner et d’avoir l’avis des gens. Comment fonctionne le Conseil économique et social ? Le CES est saisi en permanence d’une cinquantaine de dossiers. Le gouvernement nous pose la question : « que pensent les Français en fonction de leur vie personnelle ? » Nous répondons également à des questions que l’on ne nous a KLEMCZYNSKI/ANDIA jamais posées, mais que nous estimons indispensables de formuler. Qui sont exactement les conseillers ? La composition représente tous les corps intermédiaires de notre pays. Des syndicats, aux organisations patronales, au sens large, et ce que la France compte de vie associative. Dans notre pays, il existe un million d’associations : de la plus modeste des associations locales, jusqu’à la Croix-Rouge, la fédération de football ou le Comité olympique. On se fait parfois critiquer sur la composition : « il devrait y avoir plus d’avocats, moins de ceci ou cela ». En réalité, on peut mieux faire, mais c’est le plus beau panel de France. Les avis que vous rendez sont-ils suivis par le gouvernement ? C’est très évolutif. Si on prend une loupe pour regarder en disant : « qu’a fait le gouvernement ces quatre dernières années ? », c’est un peu décevant. Mais si regarde sur dix ans, c’est le contraire. Tout ce qui est exprimé par la société civile, dans le cadre du CES de la République, s’est retrouvé inscrit dans la loi dans les dix ans qui ont suivi. Cinq centrales syndicales Le CES en trois dates Un modèle copié dans le monde La CGT, CFDT, FO, CFE-CGC et CFTC sont les seuls syndicats autorisés à négocier les accords collectifs, désigner des représentants syndicaux dans les entreprises et des candidats au premier tour des élections professionnelles. 1925 : à la demande des syndicats ouvriers, une assemblée de représentants socioprofessionnels est créée. 1946 : la IV e République fonde le CES. 1958 : le CES prend sa forme actuelle. PROPOS RECUEILLIS PAR ADRIENNE DE MALLERAY ET DAMIEN HAMMOUCHI AVEC MATHIS MEICHLER ET KARÈNE BASSOMPIERRE PROFIL Elu président du Conseil national du commerce en 1981, Jacques Dermagne a été vice-président exécutif du CNPF de 1980 à 1999. Il quittera ces fonctions le jour de son élection à la présidence du Conseil économique et social, en septembre 1999, où il sera réélu en septembre 2004. Grand Officier de l’ordre national du Mérite, il est Commandeur dans l’Ordre national de la Légion d’honneur. Soixante-dix pays, à l’image de la France, ont créé cette structure. Un projet de CES commun à tous les pays disposant de cette assemblée est actuellement à l’étude.
www.frm.org BILLETS EN VENTE, Oans tous l € !. ! 1 magasins www.Ucket"eUr 0 892. 390 1 oo.,... """'www.rranCI ! bllltrLcom 0 892 692 694, - CIRQUE PINDER SEULEMENT 1 2 € POUR UNE SOIRÉE EXCEPTIONNELLE Gala exce'Ptionnel au profit de la recherche sur les maladies rares de rentant avec la Fondation pour la Recherche Médicale Vendredi 15 décembre, début du spectacle â 20h30- Places au tarif unique de 12. € (placement libre) Cirque Pinder Jean Richard, Pelouse de Reuilly, 750 1 2 Paris



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :