Direct Soir n°741 13 avr 2010
Direct Soir n°741 13 avr 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°741 de 13 avr 2010

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (256 x 341) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 1,8 Mo

  • Dans ce numéro : Louise Bourgoin , une aventure extraordinaire

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
12 MIEUX CONSOMMER THÉS Kusmi : des saveurs venues du froid Thé vert, thé noir, thé bien-être ou thé glacé, l’éventail des possibilités est très large chez Kusmi. Marque tendance, elle perpétue un savoir-faire qui remonte à la Russie du XIX e siècle. C’est en 1867 que Pavel Michailovitch Kousmichoff crée à Saint-Pétersbourg la maison de thé du même nom. Initié dès l’âge de 14ans au savoir-faire de cette boisson, ce jeune Russe compte déjà onze boutiques au début du XX e siècle et devient l’un des hommes les plus riches de Russie. La maison de thé, très vite baptisée Kusmi, fournit rapidement la cour des tsars de ses mélanges d’arômes, qui en ont fait la réputation. En 1917, il fuit la Révolution russe et s’installe à Paris, avenue Niel, où la marque possède encore aujourd’hui un magasin – devenu historique – au numéro 75. Avant la Seconde Guerre mondiale, de nouvelles boutiques ouvrent leurs portes dans les plus grandes capitales du monde : Londres, Zagreb, Berlin, Hambourg, Constantinople ou New York. L’enseigne devient internationale et prospère jusqu’au décès, en 1946, de Viatcheslav Kousmichoff, le fils Envoyez-nous vos astuces, vos coups de cœur, vos coups de sang… sur les prochains thèmes que nous aborderons dans cette page, « Mieux consommer ». Dites-nous tout sur conso@directsoir.net. 7,5 millions d’euros de chiffre d’affaires ont été réalisés par Kusmi en 2009 du fondateur. Constantin, son héritier, reprend l’activité familiale mais semble moins doué pour les affaires que son père et son grand-père. Il finit par céder Kusmi Tea en 1972. Presque trente ans plus tard, une autre famille – les frères Orebi –, établie dans le commerce du café et du cacao depuis 1962, rachète la maison de thé et lui redonne une seconde vie. Aujourd’hui, Kusmi est distribuée à travers vingt-cinq pays dans le monde mais aussi dans 300 points de vente en France. La marque compte quatre boutiques à Paris, dont la dernière a ouvert récemment rue Danielle-Casanova dans le 1 er arrondissement. Kusmi sort une à deux nouveautés par VOTRE AVIS NOUS INTÉRESSE an. En 2009, Be Cool, parfumé à la réglisse, verveine et menthe poivrée, et Label Imperial, à base de thé vert de Chine, d’orange et de cannelle, ont fait leur apparition sur les étals des boutiques colorées Kusmi. PROCHAINS THÈMES ABORDÉS:• Internet : protéger ses données• Est-ce le moment d’emprunter ? • Les technologies tactiles• La saga de la collection « Pour les nuls » TANEKA/A.E. THION 3 QUESTIONS À… Sylvain Orebi* Quel est l’esprit de Kusmi Tea ? La marque était un peu poussiéreuse lorsque nous l’avons rachetée, il y a six ans. Aujourd’hui, nous l’avons rénovée. C’est devenu le thé du XXI e siècle, qui s’inscrit dans la modernité. Quels sont vos produits phares ? Le Détox, lancé en 2003, est aujourd’hui en tête des ventes, devant le Prince Wladimir et Anastasia, qui sont parmi les deux plus vieux thés de la maison. Comment définiriez-vous le design de vos boîtes de thé ? Elles sont intemporelles. Le fondateur, Pavel Michailovitch Kousmichoff, a dessiné le logo, qui représente la cathédrale Saint-Isaac de Saint- Pétersbourg se reflétant dans la Neva. C’est aussi lui qui a choisi les dessins marbrés, les fleurs de thé et les boîtes colorées. C’était un artiste. Tout cela est encore aujourd’hui d’une grande modernité. *Propriétaire et président de Kusmi Tea. TÉMOIGNAGES ➔ AMÉLIE, 28 ANS « Je bois beaucoup de thé, car je sais que cette boisson est très bonne pour la santé grâce à ses nombreuses vertus antioxydantes. Je prends en moyenne trois tasses dans la journée : le matin au réveil, l’après-midi et le soir avant de me coucher pour me réchauffer. J’essaie en général de varier les saveurs. Mes préférées sont au caramel, à la réglisse et à la menthe. » ➔ NICOLE, 55 ANS « Je suis une passionnée du thé. J’adore flâner dans les maisons de thé pour sentir les florilèges de saveurs qui se dégagent des étals et admirer les conditionnements exposés sur les devantures. Chez Kusmi, les boîtes colorées et baroques offrent un joli spectacle. » Directsoir N°741/Mardi 13 avril 2010 KUSMI TEA L’art du mélange ➔ Kusmi est un enchevêtrement de thés en provenance d’Inde, de Chine ou de Ceylan et d’arômes issus d’essences naturelles de Grasse, de Calabre ou de Madagascar. L’une des grandes particularités de la maison est le thé parfumé aux fruits, aux épices et aux fleurs. Dans ses ateliers, Pavel Michailovitch Kousmichoff procédait, avec beaucoup d’inventivité et de subtilité, à quelques savants mélanges qu’il numérotait, ce qui a permis plus tard de dater la création de ses préparations. Quelques recettes historiques portent encore ces numéros, comme le thé du Matin n°24, le thé du Soir n°50 et bien d’autres. Quelques mélanges anciens sont encore vendus aujourd’hui et sont devenus une référence, comme le thé Prince Wladimir, inventé par le fondateur, ou les thés Windsor, Anastasia et Victoria, composés par son fils, Viatcheslav. Kusmi, des recettes centenaires. L’année de la Russie en France ➔ En hommage à ses origines russes, Kusmi Tea célèbre en 2010 l’Année croisée de la France et de la Russie. UNE ÉDITION LIMITÉE Pour l’occasion, la maison a lancé une édition limitée de trois boîtes de thé – Prince Wladimir, Anastasia et Troïka – aux mélanges inédits, en référence à la culture de la Russie des tsars. Sur chaque boîte est dessinée une poupée inspirée des matriochkas, les célèbres poupées gigognes. LES NUITS SLAVES Après le 8 mars, Kusmi Tea organise encore deux soirées russes, les 10 juin et 9 décembre, qui sont l’occasion de découvrir quelques spécialités du pays, comme la vodka, le caviar et le thé épicé. Pour vous inscrire et avoir une chance de participer à ces nuits slaves, rendez-vous sur le site www.lesnuitsslaves.com.
E. ROBERT/DIRECT8 www.directsoir.net LE BILLET DE JEAN-MARC MORANDINI Journaliste, animateur de radio et de télévision Jeux du cirque Les vingt candidats vont donc s’affronter, dès ce soir, dans Pékin express. Cette fois, c’est tout le continent sud-américain, de l’Equateur à Ushuaïa, qui va servir de décor à cette émission qui, une fois par an, revient sur M6. Chaque année, dix binômes vont se retrouver face à face avec, à chaque fois, des producteurs qui tentent de nous surprendre. Des amis d’enfance, une tante et sa nièce, un papy et une mamie, et, pour la première fois, un couple de jeunes homosexuels de 22 et 25 ans, voilà ceux que nous allons découvrir ce soir. Le danger pour cette émission est de tomber dans la lassitude que peuvent engendrer ces programmes récurrents. Une usure qui se ressent dans les audiences, mais à laquelle peut échapper Pékin express, comme cela a été le cas pour Koh-Lanta, qui, grâce à un casting fort et original, parvient à captiver les téléspectateurs sur TF1. Du côté de M6, on insiste sur les difficultés de cette saison, n’hésitant pas à parler des nombreuses interventions des médecins, des maladies, des abandons, des problèmes techniques, des dangers encourus. Il faut du spectacle, de la sueur et des larmes. Ces émissions ressemblent un peu aux jeux du cirque, avec des téléspectateurs qui encouragent les vaillants gladiateurs qui se battent contre les éléments déchaînés. Depuis Jules César, les années ont passé, la technologie a évolué, mais les divertissements restent les mêmes. A demain ! Réagissez : redac@directsoir.net QUE DU PLAISIR A partir du dimanche 25 avril, Paris Première diffusera les saisons 2 et 3 de la série Satisfaction. Cette fiction australienne suit le quotidien sulfureux de Natalie, Mel, Chloe et Heather, prostituées de luxe au sein du 232, une maison close de Melbourne. G. NOAKES/FREMANTLE Bêtes de guerre ➔ La chaîne Histoire proposera le 3 mai une soirée thématique sur Les guerres insolites. Trois documentaires raconteront les exploits des animaux qui ont rythmé les batailles de l’histoire. La compagnie des ailes s’intéresse aux faits d’armes des pigeons voyageurs, héros de la division MI14 des services secrets lors de la Seconde Guerre mondiale. Après les oiseaux, la gent canine sera à l’honneur avec les Chiens de guerre du Pacifique au service des marines américains. La soirée s’achèvera avec Les soldats des mers : des orques, des dauphins et des bélugas au service de l’armée russe dans les années 1960. Un chien au service des GI. L’ex-miss France, héroïne de série sur Direct 8. Valérie Bègue : une miss en croisière ➔ Valérie Bègue (photo) sera l’héroïne d’une nouvelle série sur Direct 8, à partir du lundi 19 avril à 17h00. Ma super croisière mettra la miss France 2008 dans la peau d’une comédienne capricieuse. Pour sa première expérience dans l’univers de la fiction, la jeune femme sera entourée de plusieurs animateurs de la chaîne, comme Allan Van Darc, de 24h People, et Elodie Ageron, l’une des présentatrices des Animaux de la 8. HARRIS DONE PRODUCTIONS BENAROCH/SIPA BUZZ TÉLÉ 13 Trois documentaires pour mesurer l’évolution des mœurs en France. Histoire contemporaine de la sexualité ➔ Dans le cadre du magazine Infrarouge, France 2 diffusera une série documentaire en trois épisodes sur la sexualité des Français les 6, 13 et 20 mai. Baptisée Sexe, amour et société, ce triptyque reviendra sur l’évolution des mœurs en France depuis la Seconde Guerre mondiale. A travers des images d’archives, des analyses de sociologues, de sexologues, de rédactrices en chef de grands magazines féminins, mais aussi des témoignages d’anonymes, le programme proposera une lecture de la transformation de la société à travers le prisme de la sexualité. Le premier volet sera intitulé Liberté, égalité, sexualité. P.OLIVIER/M6 DANS LE PARIS CHINOIS Le magazine de M6 Enquête exclusive ira à la rencontre de la communauté chinoise de Paris le 25 avril à 22h45. Dans Les secrets des Chinois de Paris, Bernard de La Villardière emmènera les téléspectateurs à la découverte des coulisses de la réussite sociale et économique des Wenzhous. Ces villageois arrivés en France dénués de tout il y a trente ans ont fait fortune dans l’immobilier et le textile. Derrière ce succès, des milliers de Chinois arrivent chaque année clandestinement en France et vivent dans la précarité la plus totale. Le journaliste Bernard de La Villardière.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :