Direct Soir n°724 18 mar 2010
Direct Soir n°724 18 mar 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°724 de 18 mar 2010

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 275) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 1,7 Mo

  • Dans ce numéro : Emmanuelle Béart belle de scène

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
12 AUTOMOBILE Fiat Doblò 1.6 Multijet 105 ch Emotion Le Doblò redouble d’efforts Fiat présente la deuxième génération de son « ludospace », le Doblò. Avec 70 000 véhicules de ce type vendus en France l’année dernière, le constructeur italien a bien l’intention de ne pas jouer les figurants. En ce qui concerne le style, le Doblò II ne devrait pas concourir pour le prix de la voiture la plus séduisante. De son devancier, il conserve une ligne massive, issue du monde de l’utilitaire. Et comme si cela ne suffisait pas, il profite en outre d’une poussée d’hormones. Le costaud gagne 14 cm en longueur et prend 11 cm en largeur. Un beau bébé ! Avantage : l’habitacle est spacieux. L’accès à l’arrière est, lui, facilité par les deux portes coulissantes. Côté modularité, la banquette « un tiers/deux tiers » se replie sans effort. Et, au besoin, le Doblò est disponible avec deux sièges amovibles supplémentaires, facturés 800 €. Mais hélas !, c’est tout ce qui peut être dit sur l’aspect pratique de ce véhicule. Car, hormis la grande poche aumônière au-dessus de la planche de bord, l’ensemble manque étrangement de rangements pour un ludospace. En outre, malgré des progrès par rapport au Doblò première génération, la qualité des plastiques n’est pas à la hauteur. Heureusement, le volume du coffre sauve l’honneur : il peut varier de 790 à 3 200 litres. Impossible de trouver mieux sur le marché. Point noir, toutefois, le hayon prend beaucoup de place et se révèle assez lourd à fermer. UNE CONDUITE AGRÉABLE Niveau motorisation, le Doblò accueille sous son gros capot un 1.6 litre Multijet de 105ch. La puissance de l’ancienne génération est toujours de mise, mais de nets progrès ont été réalisés. Ainsi, il se montre Le Doblò dispose de quatre motorisations, dont un bloc essence anecdotique. FIAT agréable à l’usage et assez discret, aussi bien en vibrations qu’en nuisance sonore. Pour couronner le tout, la fonction « Stop & Start » permet de réduire sa consommation de carburant. Selon Fiat, elle n’est que de 5,2l/100 km. Et pour ce qui touche au confort de ses passagers, Fiat a remplacé les amortisseurs à lame, que l’on trouve sur les camionnettes, par des suspensions de berline. Le roulis disparaît, et le comportement est sain et rassurant. Autre bon point : le conducteur profite désormais d’une direction précise. A 20 950 €, le Doblò est relativement cher ; son prix est proche de celui d’un monospace compact. Mais la finition Emotion offre, entre autres, l’ESP, la climatisation automatique, le CD-MP3 et le régulateur de vitesse. Chez les autres constructeurs, il faudra dépenser plusieurs centaines d’euros en options pour posséder la même chose. Donc, lorsqu’on le compare à ses concurrents directs, le Doblò reste finalement abordable, car très bien équipé. Et c’est un atout indéniable. L’intérieur peut se parer de rouge, sans que vous déboursiez le moindre centime. FIAT EN BREF Puissance : 105 ch à 4000 tours/min Couple : 290 Nm à 1 500 tours/min Vitesse maximale : 164 km/h 0 à 100 km/h : 13,4 s Emissions CO 2/km : 138 g/km Eco malus : aucun Consommation cycle mixte : 5,2 l/100 km Poids : 1410 kg Volume du coffre : 790 à 3200 litres Prix : à partir de 15150 € CONCLUSION : Sans être révolutionnaire, la deuxième génération du Doblò progresse sur de nombreux points et a une carte à jouer dans l’univers des ludospaces. NISSAN Communication Le Nissan Qashqai prend le métro ➔ L’affiche 4x3 ne suffit plus. Après la Volkswagen Polo posée sur des socles publicitaires et une Mini sortie d’un carton d’emballage, Nissan expose son Qashqai dans le métro parisien. Saint-Martin, la station fantôme de la ligne 9, s’est transformée en stand de paintball, taches fluo à l’appui. Où s’arrêtera la pub ? Directsoir N°724/Jeudi 18 mars 2010 Coffre record. Agrément de conduite. Confort des suspensions. Qualité des plastiques trop utilitaires. Prix relativement élevés. Manque d’aspects pratiques. Les prix sont donnés à titre indicatif. Programme « Direct auto » Samedi à 18h30 ➔ Grégory Galiffi et son équipe vous font vivre la passion automobile. Au programme cette semaine un face-à-face extrême entre deux Lamborghini Gallardo, l’essai de la nouvelle BMW Série 5, un sujet retraçant l’histoire de Saab et l’incontournable rubrique juridique. E. ROBERT/DIRECT 8 Lamborghini Gallardo. LAMBORGHINI LAMBORGHINI
E. ROBERT/DIRECT8 www.directsoir.net LE BILLET DE JEAN-MARC MORANDINI Journaliste, animateur de radio et de télévision Le jeu qui a tort La diffusion, hier soir, par France 2, du Jeu de la mort laisse comme un goût amer dans la bouche. L’impression que le service public a voulu régler ses comptes avec les chaînes privées, tout en se tirant une balle dans le pied, car la démonstration était totalement ratée. Ce documentaire, qui a coûté deux millions et demi d’euros (sic) à France Télévisions, souhaite faire la morale aux producteurs d’émissions, et en particulier à Endemol, initiateur de la télé-réalité en France. Mais ce reportage mélange tout. Des images trash venues de l’étranger sans jamais expliquer les concepts, une expérience qui souhaite prouver combien la télé représente le mal, mais qui au fond n’est qu’une plongée dans l’âme humaine. Pour se défendre, dans le débat qui a suivi, le réalisateur Christophe Nick a avancé un certain nombre de poncifs et de banalités, soutenu en cela par des « spécialistes » qui affirmaient eux-mêmes ne jamais regarder la télé et encore moins la télé-réalité. Loin de moi l’idée de dire que tout est parfait et que certaines émissions comme Confessions intimes ou L’île de la tentation ne flirtent pas de façon dangereuse avec les limites du bon goût et de la morale. Mais, simplement, France 2 a oublié de nous expliquer hier qui étaient les vrais coupables de ces dérives. Il y a d’abord les producteurs, bien sûr, qui imaginent ces émissions, ainsi que les diffuseurs de ces programmes, mais aussi et surtout les téléspectateurs. Car si ces émissions n’avaient pas d’audience, elles seraient immédiatement déprogrammées. Si ce dernier point a été totalement occulté dans le documentaire, c’est peut-être parce que France 2 sait que certains de ses téléspectateurs regardent aussi de la télé-réalité… A demain ! Réagissez : redac@directsoir.net CHAT ALORS ! A partir du 4 avril, Arte va accueillir le plus déjanté de tous les JT. Groucha le chat (photo) et Lola l’autruche animeront Téléchat, le programme jeunesse culte des années 1980 signé Topor. Un cocktail d’idées explosives dès 8 heures du matin. FRANCE 2/YC ALLIGATOR/DE LEVITA PRODCUTIONS Le sacre du printemps ➔ Avec la spéciale d’E=M6, C’est le printemps : repartons du bon pied ! le 21 mars à 20h05, Mac Lesggy livrera les clefs pour sortir de l’hiver et préparer nos esprits et nos organismes aux beaux jours. L’émission s’attardera sur le traditionnel nettoyage de printemps, dont les vertus s’étendent à notre logis, mais aussi à notre comportement, analyse d’un psychologue à l’appui. Le magazine donnera aussi une série de conseils nutritionnels et d’hygiène de vie pour atténuer le stress, se sentir mieux dans son corps et s’épanouir lors de cette saison du renouveau. Mac Lesggy, le « Monsieur science » de M6. Jane Birkin se retourne sur son passé. Une éducation anglaise ➔ Son drôle d’accent et sa façon unique de bousculer la langue française l’ont rendue populaire et éminemment sympathique. Le magazine Empreintes sur France 5 consacrera son numéro du vendredi 26 mars à Jane Birkin. L’actrice et chanteuse revient sur son passé et évoque avec chaleur et tendresse son enfance, sa carrière dans la musique et le cinéma et sa famille. Celle qui fut la compagne et l’égérie de Serge Gainsbourg livrera ses souvenirs du poète de la chanson française. A. ADJOU/M6 A. MAJOLI/MAGNUM PHOTOS D. MASCARENHAS BUZZ TÉLÉ 13 Thalassa à la découverte de la réserve maritime du Gujarat en Inde. Littoraux indiens ➔ Le temps de deux émissions, le 26 mars et le 2 avril sur France 3, Thalassa partira pour les rivages de l’Inde. Dans le premier volet, Georges Pernoud conduira les téléspectateurs à Mumbai (le nom indien de Bombay). Le magazine d’évasion dressera le portrait d’une mégapole en plein essor économique, où même les bidonvilles sont objets de spéculation. Cette ville gagnée sur la mer s’est bâtie à partir d’un archipel de sept îles. Elle compte déjà plus de 16 millions d’habitants. Le périple se poursuivra sur le delta du Gange, une véritable constellation d’îlots qui disparaissent au gré des conditions climatiques. DE L’ARGENT ET DU BONHEUR En pleine crise économique, des voix s’élèvent contre la course au profit. Les plus optimistes parlent de moralisation du capitalisme. Dans sa soirée Thema du mardi 23 mars, Arte propose de se tourner Vers un monde meilleur ! De Munich à Rio de Janeiro en passant par Paris, le reportage Mille petites révolutions suit le quotidien de nouveaux entrepreneurs, qui placent désormais l’économie au service de l’humain. A Rio, Rodrigo Baggio enseigne aux délinquants des favelas.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :