Direct Soir n°722 16 mar 2010
Direct Soir n°722 16 mar 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°722 de 16 mar 2010

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (256 x 341) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 1,6 Mo

  • Dans ce numéro : David Hallyday : « J'ai l'impression d'être un ado »

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
4 EN COUVERTURE DAVID HALLYDAY « J’AIME LES PARADOXES » Le fils de Sylvie Vartan et Johnny Hallyday revient avec un nouvel album, « Un nouveau monde ». Rencontre avec le chanteur dans un bar chic de la capitale. A 40 ans passés, quel regard portez-vous sur votre carrière ? David Hallyday : J’ai une carrière atypique qui a connu des rebondissements. A 17 ans, j’avais déjà fait cinq ou six tournées en Asie avec mon groupe des Etats-Unis. Quand je suis arrivé en France, je chantais en anglais. Cela n’était pas très courant à l’époque. Votre album Un nouveau monde vient de sortir dans les bacs. Que souhaitez-vous transmettre dans ce nouvel opus ? D. H. : Un nouveau monde aborde des questions générationnelles. C’est l’album d’un mec de mon âge qui met en musique sa vision du monde. La morale, les médias, notre façon de communiquer sont en pleine mutation, y compris d’un point de vue social. La société nous demande d’être tout le temps parfaits et forts. Mais nous nous retrouvons parfois seuls. J’ai souhaité parler de choses sombres qui finissent bien, tout en y ajoutant un peu d’humour. En témoigne le titre NYC, qui donne le ton de ce nouvel opus. J’aime les paradoxes, que ce soit dans la musique ou dans la vie. Sur cet album, vous interprétez On se fait peur, en duo avec votre demi-sœur, Laura Smet. Pourquoi ? D. H. : Lors de l’hospitalisation de notre père, toute la famille était réunie. Cette TROIS COLLABORATIONS B. GUAY/AFP PAPA… « JE DÉBUTERAI MA TOURNÉE EN FIN D’ANNÉE » ➔ C’est aux côtés de son illustre papa, Johnny Hallyday, que David fait ses premiers pas sur scène. Il a alors 13 ans, et c’est derrière sa batterie qu’il l’accompagne pour le titre Rien que huit jours. Une dizaine d’années plus tard, David compose pour lui deux chansons, Possible en moto et Mirador (qui s’écoule à 1 million d’exemplaires). Une collaboration efficace, qui incite Johnny à lui confier la réalisation de son album Sang pour sang, le disque le plus vendu du chanteur à ce jour. période n’a pas été facile à vivre pour Laura. J’ai donc pensé que c’était le moment de lui tendre la main. Alors que la campagne de presse, très négative, s’acharnait notamment sur elle, j’ai souhaité lui apporter quelque chose de positif. L’expérience de la chanson lui a beaucoup plu. Laura a adoré le contact avec le public lors de notre prestation aux derniers NRJ Music Awards (le 23 janvier dernier,ndlr). Si elle souhaite un jour enregistrer un album, je lui en écrirai un. Etre le fils de « l’idole des jeunes », n’est-ce pas parfois un héritage un peu pesant ? D. H. : Cela a parfois été une valise assez lourde à porter. Paradoxalement, être le « fils de », c’est également quelque chose de merveilleux. Je ressens beaucoup de fierté. Je suis l’avant-dernier maillon d’une chaîne de cinq générations d’artistes. C’est magnifique aujour d’hui de voir ce qu’ils ont transmis à mes enfants. Cette idée d’héritage diffère selon les pays. En France, on se dit qu’un cheval de course ne fait pas un âne. Mais, malgré tout, on aime la polémique. Quand tu es jeune, on essaie de t’enlever tout ce qui constitue ton identité, ce qui t’est propre, on ne parle de toi que quand tu te plantes. En revanche, tout ce que tu réussis, personne ne veut en parler. Depuis vingt-cinq ans, les mentalités ont néanmoins évolué. TF1/CHOGNARD/SIPA Aujourd’hui, le chanteur assume son héritage familial avec fierté. Comment se porte votre père, actuellement en convalescence ? D.H. : Il va très bien. Il se remet doucement. Nous sommes tous très heureux. Je suis convaincu qu’il remontera sur scène. MAMAN… ➔ Tout d’abord fermement opposée aux ambitions musicales de son fils, Sylvie Vartan sera finalement la première à lui faire confiance. En 1986, elle lui demande de composer des chansons pour l’album Virage. La même année, elle interprète une autre de ses compositions sur la bande originale du film He’s My Girl, dans lequel David tient le premier rôle. En 1998, mère et fils retravaillent main dans la main pour l’album Sensible. BALTEL/SIPA Directsoir N°722/Mardi 16 mars 2010 Envisagez-vous de partir prochainement en tournée ? D.H. : En réalisant cet album, j’ai beaucoup réfléchi à la scène. Je voulais des morceaux qui donnent la pêche et d’autres plus calmes, pleins d’émotions. Je débuterai ma tournée en fin d’année. Le premier concert se tiendra à Shanghai pour la clôture de l’Exposition universelle. Le second aura peut-être lieu à Pékin. La Chine adore notre pays. Pour finir, quel(s) style(s) de musique écoutez-vous ? D.H. : J’écoute de tout, du rock à la pop en passant par le jazz, l’électro ou le rap. J’aime beaucoup la musique anglo-saxonne parce que c’est ma culture. Je trouve également les artistes nordiques très pointus. Curieux, je cherche sans cesse de nouveaux sons. En fait, j’ai l’impression d’être un ado ! ET LES COPAINS ➔ Le meilleur ami de David, c’est Erik Godal, un musicien américain avec lequel il monte deux groupes, Blind Fish et Novocaine. Ensemble, ils ont effectué de nombreuses tournées aux Etats-Unis. Très demandé en tant que compositeur, David a collaboré avec Florent Pagny pour l’album Châtelet- Les Halles. Ce sont aussi Emma Daumas, Anggun et Grand Corps Malade (photo) qui font appel à lui. Dernièrement, il a interprété la chanson On se fait peur avec sa demi-sœur Laura Smet.
www.directsoir.net DATES CLÉS Album À la découverte d’« Un nouveau monde » ➔ Un nouveau monde est le septième album solo de David Hallyday. Un opus qu’il a coréalisé avec Philippe Balzé et dont il signe toutes les musiques, laissant le soin à Pierre-Dominique Burgaud (auteur du Soldat rose et parolier pour Alain Chamfort) d’écrire les textes. Seule exception : un morceau confié à Grand Corps Malade. David Hallyday a fait le pari des duos sur un titre interprété avec l’ancienne « Star Académicienne » Emma Daumas, mais surtout sur le poignant single On se fait peur, toute première collaboration artistique avec sa demi-sœur 1966 Le fils de Sylvie Vartan et de l’idole des jeunes, Johnny Hallyday, naît le 14 août 1966 à Boulogne- Billancourt (Hauts-de-Seine). Après le divorce de ses parents, il part vivre aux Etats-Unis avec sa mère. PILOTE ET HOMME DE TÉLÉVISION L’homme de tous les challenges Homme de scène, de compétition ou d’affaires, David Hallyday semble définitivement taillé pour les défis. A commencer par la course automobile. Dans les années 1980, son oncle, Eddie Vartan, pilote talentueux, est adepte des compétitions de Simca au sein de la Star Racing Team. Il lui transmet le virus alors que David n’a qu’une vingtaine d’années. En 1989, le jeune initié participe à sa première course dans la cour des grands, en Formule 3 (une compétition qui ouvre à la Formule 3000, puis à la Formule 1). Très rapidement, il se tourne vers les très exigeantes courses d’endurance. En 2001, il va jusqu’à décrocher le titre de champion de France GT, en compagnie de l’ancien pilote de Formule 1 Philippe Alliot. Il participe aussi aux 24 heures du Mans. Et, si un abandon marque sa première participation en 2003, il parvient à se hisser à la 28 e place (sur 55 équipes engagées), lors des éditions 2007 et 2008. 1999 Champion de France GT. Avec Laura Smet, avec qui il a chanté et produit un duo. LE PRODUCTEUR QUI VEUT BOUSCULER LE PAF Depuis peu, David Hallyday s’est découvert une autre passion : l’audiovisuel. En novembre 2008, il s’associe avec l’entrepreneur Cyril Viguier, l’un des créateurs de La Cinquième (l’actuelle France 5,ndlr), pour monter une société de production. Les deux amis se connaissent depuis longtemps, du temps où David vivait à Los Angeles. Les initiales des deux associés forment le nom de leur nouvelle entreprise, DHCV, qui se spécialise dans la production Laura Smet (le titre a été enregistré durant l’hospitalisation de leur père Johnny Hallyday à Los Angeles, l’an passé). Un nouveau monde fait alterner morceaux intimistes au piano ou à la guitare avec des ballades pop-rock entraînantes d’inspiration anglo-saxonne. Un disque solaire où le quadragénaire évoque sa vision d’un monde en pleine mutation. Les morceaux devraient prendre toute leur ampleur sur scène lors de la tournée que le chanteur entreprendra dès la fin de l’année 2010. Un nouveau monde, David Hallyday (Mercury/Universal). De retour en France, David Hallyday signe l’album Un paradis/un enfer. Le single Tu ne m’as pas laissé le temps s’écoule à plus de 1 million d’exemplaires. V. DAMOURETTE/SIPA MERCURY L’album de la maturité où les morceaux intimistes côtoient les ballades pop-rock. EN COUVERTURE 5 Passionné de course 2001 automobile, David Hallyday est sacré champion de France Grand Tourisme au côté de Philippe Alliot, ancien pilote de Formule 1. audiovisuelle haut de gamme. L’objectif est de taille pour ces deux amis : ils veulent proposer des programmes qui viendraient bousculer le PAF. La société mise sur les nouvelles technologies, le Web et la télévision sur téléphone mobile afin de poursuivre son développement. DHCV a déjà produit deux documentaires. L’un sur l’ancien président américain Jimmy Carter et l’autre sur l’intimité de Johnny Hallyday. A leur actif également, le dernier clip de David, On se fait peur (un duo avec sa demi-sœur, Laura Smet). NIVIERE-TV/NMA10/SIPA DR DR DR DISCOGRAPHIE Entre France et États-Unis 1988 : « True Cool » Après le divorce de Johnny et de Sylvie, David suit sa mère aux Etats-Unis. C’est là qu’il forge ses goûts musicaux. Après avoir monté un groupe au lycée, c’est en 1986 que sa carrière décolle réellement : il compose le titre Virage pour sa mère, et décroche le premier rôle de la comédie, He’s My Girl. Il interprète trois titres de son cru sur la bande originale. La chanson He’s My Girl atteint le Top 30 des charts américains. David signe bientôt son premier album en France, True Cool, dont cinq titres figurent en bonne position au Top 50. 1990 : « Rock’n’Heart » En 1988, il a composé pour son père le single Mirador, qui, très rapidement, devient n°1 des ventes et atteint le million d’exemplaires vendus. Ce titre, David l’avait d’abord écrit pour lui-même. Il le fera d’ailleurs figurer, en anglais, sur l’album Rock’n’Heart. 1992 : « On The Road » Il part en tournée avec son complice Erik Godal : un spectacle qui donnera lieu à un live, On The Road. 1994 : David Hallyday and Blind Fish L’expérience de la tournée lui donne envie de renouer avec les Etats-Unis : il fonde le groupe Blind Fish avec le même Erik Godal, qui accouchera de l’album BBF. 1997 : Novacaine Trois ans après, David et Erik fondent Novacaine. L’unique album éponyme est très bien reçu aux Etats-Unis. 1999 : « Un paradis/un enfer » En 1999, David Hallyday triomphe en France avec le titre, Tu ne m’as pas laissé le temps. Rapidement, l’album Un paradis/un enfer devient disque de platine et lui vaut le NRJ Music Award de l’artiste masculin de l’année.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :