Direct Soir n°721 15 mar 2010
Direct Soir n°721 15 mar 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°721 de 15 mar 2010

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (256 x 341) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 2,0 Mo

  • Dans ce numéro : Dorothée, bienvenue au club

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
10 CULTURE JEUNE PUBLIC Hector et la bicyclette jaune ➔ Pour son anniversaire, Hector vient de recevoir le plus beau des cadeaux : un vélo tout jaune. Grâce à lui, il peut enfin s’imaginer dans la peau du facteur qu’il rêve de devenir. Sur scène, quatre musiciens et un marionnettiste vont faire vivre à un rythme endiablé les péripéties du jeune garçon. De ses peurs avec le chien de Madame Yvonne à sa rencontre émouvante avec Monsieur Norbert, le sans-abri, Hector ira de surprise en surprise. Et nous aussi. Hector le facteur, en concert le 17 mars à 14h30, Café de la danse, 5, passage Louis-Philippe, Paris 11 e (01 47 00 57 59). DR POLYDOR ALBUM OneRepublic se réveille ➔ Mené par Ryan Tedder (par ailleurs songwriter de Rihanna, Beyoncé ou encore Leona Lewis, pour qui il a écrit le fameux Bleeding Love), OneRepublic s’apprête à sortir en France son nouvel album, intitulé Waking Up (paru en 2009 aux Etats-Unis). Nominé en 2008 aux Grammy Awards dans la catégorie meilleure performance pop, le groupe, qui compte déjà plus de deux millions d’albums vendus et huit millions de singles, s’est fait connaître en 2007 avec le single remixé par Timbaland, Apologize, puis par le tube Stop and Stare. Wakingup, précédé par All the Right Moves, confirme le talent de son leader pour les hits pop épiques. Waking Up, OneRepublic, Polydor. En concert le 22 avril, Nouveau Casino, Paris 11e. L. HANSEN Sur son lit de mort, Adam Walker se souvient de cette année 1967 qui changea le cours de sa vie. Brillant étudiant à l’Université Columbia et passionné de poésie, le jeune homme y fait la malheureuse connaissance de Rudolf Born, professeur de littérature et manipulateur émérite, et de sa troublante compagne, Margot. Mais ceci n’est que le point de départ d’un roman de formation autrement plus profond. Paul Auster pousse les portes d’un petit deux pièces new-yorkais pour y laisser voir l’inavouable – un inceste à l’érotisme assumé –, quand il ne se rend pas dans une ruelle mal éclairée pour y faire surgir un meurtre abject. Pour finir de ferrer son lecteur, l’auteur de Léviathan RÉCITAL Pour l’amour du chant ➔ Le public français n’a sans doute pas oublié l’impeccable série d’interprétations mozartiennes que l’allemande Diana Damrau avait initiée avec Les noces de Figaro en 2007, déjà au Théâtre des Champs-Elysées, avant une double participation dans le cadre des Grandes Voix. Si c’est le rôle de la Reine de la nuit, dans La flûte enchantée, qui l’a popularisée à travers le monde, elle dévoile pour cette nouvelle participation sa passion pour le lied. Le programme de ce soir se concentre autour d’une sélection de mélodies de Liszt, Strauss et Rachmaninov. Directsoir N°721/Lundi 15 mars 2010 ROMAN Cette année-là… Après quelques années en demi-teinte, Paul Auster revient en force avec « Invisible », un livre brillant sur la mémoire, l’écriture et l’inavouable. Vertigineux. L’écrivain américain Paul Auster. l’emmène sur l’angoissante île caribéenne de Quillia ou au cœur de l’obscurité d’une chambre mansardée de la rue Saint- André-des-Arts, à Paris, par le biais de narrateurs inattendus, multipliant les points de vue et les révélations au beau milieu des affres des souvenirs. Sans lâcher son intrigue un seul instant, l’écrivain new-yorkais nous emmène, au fil de ses réflexions, sur le territoire de l’écriture et de la mémoire. Peut-on tout écrire ? Toute transgression est-elle autorisée sous couvert de fiction ? Dans une langue brillante, nourrie d’influences érudites, Paul Auster livre là un roman aussi déstabilisant qu’enivrant. Une réussite. Invisible, Paul Auster, Actes Sud, 22,50 €. La soprano Diana Damrau. Airs de Liszt, Strauss et Rachmaninov, Diana Damrau et Helmut Deutsch (piano), ce soir, Théâtre des Champs Elysées, 15, avenue Montaigne, Paris 8 e (01 49 52 50 50). ED. ACTES SUD
www.directsoir.net CONCERT Une musique galactique Star Wars fait son show. ➔ Connue de tous, la musique de Star Wars a marqué de nombreuses générations. Le temps d’une soirée, le Palais omnisports de Paris-Bercy offre l’occasion à tous les jedis en herbe de se replonger dans la saga. Un orchestre symphonique interprétera, en direct, les plus beaux thèmes composés par le grand John Williams. Une féerie qui se déclinera aussi sur écran géant, avec la diffusion en haute définition d’extraits des six épisodes. Star Wars en concert, mercredi 17, 16h, POPB, 8 boulevard de Bercy, Paris 12 e (www.bercy.fr). CULTURE SOIRÉE SPÉCIALE Les mots du rire ROMAN De l’intérêt de voyager léger En bref B. RASIC/REX FEATURE/REX/SIPA DR ➔ Dans le cadre des soirées Nouveaux talents du rire, le théâtre de Puteaux continue à soutenir les humoristes en herbe. Après la triplette féminine Isabeau de R, Charlotte Des Georges et Nadia Roz, place à trois manipulateurs de bons mots : Bernard Azimuth distillera sa poésie absurde et ses jeux de mots qui en font un digne successeur de Raymond Devos, tandis que Luc Antoni, virtuose du caféthéâtre, dressera sa galerie de portraits où la vulgarité n’a pas de mise. Ian Delepine, ex-ingénieur « intellichiant », en habitué du Point Virgule, clôturera cette trilogie de haute volée. Et pour les spectateurs, pas de temps morts, puisque les spectacles seront ponctués par des improvisations d’Esteban Perroy et Franck Porquiet, fondateurs de la désormais prestigieuse Ecole française d’improvisation. Nouveaux talents du rire, demain, 20h45, Théâtre des Hauts-de-Seine, 5, rue Henri-Martin, Puteaux (01 46 92 94 77). ➔ Qui n’a jamais rêvé de tout lâcher l’espace de quelques heures ? De partir sans se retourner ? C’est en tout cas ce que décide de faire Valérie, à presque 40 ans. L’idée ? Ne pas se rendre au travail, changer de prénom, prendre un train pour Toulouse, et se laisser aller aux rencontres les plus improbables pour se donner, qui sait, une douce illusion de liberté. Durant 300 pages et ce court voyage en train Corail, CarlAderhold, l’auteur de Mort aux cons, livre un roman truculent, coiffé d’une galerie de personnages drôles. Une folie douce bienvenue. Les poissons ne connaissent pas l’adultère, CarlAderhold, JC Lattès, 18 €. Pagny en tournée/Après cinq ans d’absence, Florent Pagny repart à la conquête de son public français. Il sera ce soir et demain en concert au Zénith de Paris. Au programme, les titres de son dernier album C’est comme ça, un concentré de saveurs sud-américaines interprétées en espagnol. Mais le cow-boy de Patagonie s’est chauffé en province et ses fans savent qu’ils pourront également entendre les tubes qui ont marqué ses vingt ans de carrière. De Si tu veux m’essayer à Savoir aimer en passant par Je trace… de la nostalgie en perspective. Ce soir et demain soir, à 20 h 30 au Zénith de Paris. Le 20 à Lyon, le 27 à Grenoble et le 30 à Marseille.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :