Direct Soir n°715 5 mar 2010
Direct Soir n°715 5 mar 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°715 de 5 mar 2010

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (256 x 341) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 1,7 Mo

  • Dans ce numéro : Salon de Genève et la voiture devient intelligente

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
8 CULTURE THÉÂTRE À voix haute Accompagné d’invités prestigieux, Denis Podalydès se confesse sur la scène du théâtre de Gennevilliers. Un exercice singulier. Avec ses invités, le sociétaire de la Comédie-Française donne vie à son livre Voix off. « Je confie à la voix le soin de me représenter tout entier. Les mots écrits et lus me tiennent lieu de parfaite existence. » C’est dans l’enceinte du théâtre de Gennevilliers que Denis Podalydès met en scène son ouvrage Voix off, qui a reçu le prix Femina essais en 2008. Un autoportrait tout en finesse, réunissant des voix familières qui ont jalonné l’existence du sociétaire de la Comédie- Française, parmi lesquelles celles de Pierre Mendès France, Jean Vilar ou encore Antoine Vitez. A l’occasion du programme Podalydès & Guests, des proches – auteurs, acteurs ou metteurs en scène – rejoignent l’artiste pour donner vie à cette collection EXPOSITION La couleur musicale de Chopin ➔ Quel meilleur cadre aurait pu accueillir une rétrospective des années parisienne du compositeur Frédéric Chopin (1810-1849) que le musée de la Vie romantique, à Paris, là même où le pianiste et sa muse d’alors, George Sand, aimaient se rendre à l’invitation du peintre Ary Scheffer ? Frédéric Chopin, la note bleue s’attache ainsi à rendre compte du climat historique, esthétique et poétique de l’époque, à grand renfort de tableaux (Corot, Delacroix…), sculptures, dessins (Ingres) et d’une couleur, cette note bleue que Sand et Delacroix entendaient dans la musique de Chopin, si prompte de personnages. Jacques Weber, Jean- Pierre Vincent, Gérard Desarthe, Eric Ruf, Cécile Brune et Christine Montalbetti, Pierre Michon, Bruno Podalydès et Eric Elmosnino, Emmanuel Bourdieu et Simon Bakhouche, Jacques Bonnaffé, Christophe Ferré et Jeanne Balibar se succéderont sur scène jusqu’au 1 er avril. Podalydès & Guests, du 6 mars au 1 er avril, Théâtre de Gennevilliers, 41, avenue des Grésillons, Gennevilliers (01 41 32 26 26 ou www.theatredegennevilliers.com). Et aussi : Voix off, Denis Podalydès, Mercure de France (avec CD), 25 €, et Folio (sans CD), 7,10 €. Salon George-Sand. à révéler les sentiments dont le blues allait s’emparer un siècle plus tard. Frédéric Chopin. La note bleue, jusqu’au 11 juillet, musée de la Vie romantique, 16, rue Chaptal, Paris 9e. CATHERINE HELIE/MERCURE DE FRANCE D. MESSINA/VILLE DE PARIS TF1 VIDÉO SÉLECTION DVD La vengeance dans la peau ➔ Alors que Bone sort tout juste de prison, il infiltre l’univers des combats de rue organisés par James, un parrain de la drogue et de la prostitution aux méthodes expéditives. Grâce à l’habileté qu’il démontre pour la discipline, Bone entrevoit la vengeance qu’il attend depuis si longtemps. Premier long métrage de Ben Ramsey, scénariste de Dragonball Evolution, Blood and Bone exhibe de prodigieux combats exécutés par des spécialistes du MMA, les Mixed Martial Arts (muay thaï, catch, kickboxing…). Blood and Bone, de Ben Ramsey, Seven Sept, 19,99 €. SEVENSEPT Chronique de la barbarie ordinaire ➔ A la veille de la Première Guerre mondiale, en Allemagne du Nord, d’étranges incidents – la mort accidentelle d’une vieille femme, un enfant enlevé et molesté… – bouleversent la quiétude d’un paisible village protestant. Alors que les soupçons se dirigent vers les enfants et les adolescents de la chorale du hameau, l’intrigue du Ruban blanc soulève en filigrane la question du totalitarisme. Le dernier film de Michael Haneke (Caché, La pianiste, Funny Games, Funny Games U.S.) déploie un noir et blanc marmoréen au service d’une atmosphère inquiétante. Un chefd’œuvre récompensé par la Palme d’or du 62 e Festival de Cannes et par le Golden Globe 2010 du meilleur film étranger. Le ruban blanc, de Michael Haneke, TF1 Vidéo. Directsoir N°715/Vendredi 5 mars 2010 PARIGRAMME Une adaptation fidèle du Bourgeois gentilhomme pensé par Molière et Lully. COMÉDIE-BALLET Satire royale à Versailles ➔ Alors que l’opéra « à la française » n’existe pas encore, Jean-Baptiste Lully, qui règne en maître sur la scène musicale française, et Molière, symbole de la comédie française, vont collaborer, à la demande de leur royal employeur Louis XIV. Il en résultera de nombreuses comédies-ballets, dont Le bourgeois gentilhomme est l’un des plus beaux fleurons. Pour la dernière fois, l’Opéra royal du château de Versailles accueille la plus fidèle adaptation de ce « spectacle total », produite par Vincent Dumestre (Le poème harmonique) et Benjamin Lazar : éclairage à la bougie, instruments d’époque, danse baroque et prononciation du texte à l’ancienne. Le bourgeois gentilhomme, Molière, Lully, demain, 7, 13 et 14 mars, Opéra Royal de Versailles, place d’Armes du Château (01 30 83 78 89). GUIDE Détendez-vous ! ➔ Rien de mieux que de prolonger les vacances de février par quelques escapades loin du stress de la ville. Agnès Rogelet, auteur de Week-ends antistress autour de Paris, l’a bien compris et a recensé des adresses où il est bon d’aller se détendre. L’habitation, qu’elle soit cabane, yourte ou même monastère, prend toutes sortes de formes et apporte une touche d’exotisme à un court séjour. Chacun trouvera sa recette détente : yoga, massage, balade, peinture chinoise… Après tout, qu’importe la direction, du moment qu’on oublie tout. Week-ends antistress autour de Paris, Agnès Rogelet, Parigramme, 6 €.
www.directsoir.net LIVRE Tous coupables ! Après le récit autobiographique « Toute la mer va vers la ville », Hervé Hamon revient à la fiction avec « La diagonale du traître », recueil de nouvelles autour de la figure du traître. Un livre… intègre. On connaît les félons, les lâches, les fourbes délateurs aux doigts crochus et à la langue de vipère. Ce sont ceux de toute une mythologie, des contes de notre enfance et du cinéma. Pourquoi ne les reconnaît-on pas dans la rue ? Peut-être parce que, dans la réalité, sauter le pas vers la trahison est donné à tout le monde et que la traîtrise est inhérente à l’humanité ? C’est ce que tente de montrer Hervé Hamon avec cet étonnant recueil de nouvelles au titre évocateur : La diagonale du traître. Certes, l’auteur met bien en scène quelques figures de traîtres reconnaissables de tous : le partisan qui trahit sa famille politique ou l’agent double sur fond de guerre froide. Mais c’était sans compter sur les capacités d’observation de l’écrivain, qui est aussi documentariste et journaliste à ses heures. Hervé Hamon nous montre avec facétie ces petites traîtrises et injustices ordinaires. D’une femme adultère à une patiente qui se remet d’une maladie mortelle contre toute attente, ou d’une émission de télé-crochet qui brise une amitié à un membre de jury littéraire qui retourne sa veste… Qui trompe qui ? Où est le droit chemin ? La frontière reste trouble. Car derrière ces traîtrises plus ou moins banales se cache en fait notre société, dépeinte par le romancier à la plume de plus en plus incisive et impertinente. La diagonale du traître, Hervé Hamon, Editions-dialogues.fr, 17,50 €. J.-M. CORRE/EDITIONS DIALOGUES CULTURE 9 Dans son dernier livre, Hervé Hamon met en scène la traîtrise et la lâcheté ordinaires.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :