Direct Soir n°714 4 mar 2010
Direct Soir n°714 4 mar 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°714 de 4 mar 2010

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (256 x 341) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 2 Mo

  • Dans ce numéro : Youssou N'Dour, son hommage à Bob Marley

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
6 RALLYE WRC SPORTS Sébastien Loeb veut lancer sa saison Vainqueur des trois dernières éditions du rallye du Mexique, Sébastien Loeb (Citroën C4) tentera la passe de quatre pour revenir sur le leader, Mikko Hirvonen (Ford Focus). La Citroën C4 de Sébastien Loeb, favorite du rallye du Mexique. ➔ Après sa deuxième place en Suède, derrière Mikko Hirvonen, vainqueur de ce premier rallye de la saison, Sébastien Loeb s’élancera demain sur la terre mexicaine, avec, en tête, l’idée de ne pas laisser le Finlandais le distancer : « On ne peut pas dire que la saison ait mal débuté avec une deuxième place en Suède, mais je ne vais pas laisser Mikko prendre le large. Une victoire me permettrait de remettre les compteurs à zéro. » Pas rassasié par sa sixième couronne glanée la saison dernière, l’Alsacien se donne comme objectif un septième titre de champion du monde. Et si certains en doutaient, son choix de ne pas participer aux prochaines 24 Heures du Mans afin de se consacrer à la saison WRC a fini par mettre tout le monde d’accord. Le WRC revient sur terre Au Mexique, première des cinq manches sur terre de la saison (Jordanie, Turquie, Nouvelle-Zélande et Portugal), Sébastien Loeb retrouve un terrain plus propice à son style et à sa Citroën C4. Une terre qui représentera huit des treize rallyes de la saison, et sur laquelle Loeb a remporté vingt-sept de ses cinquantequatre victoires. Autant dire qu’au-delà des sombreros, du soleil et de la chaleur du public, le Français, invaincu au Mexique (victoires en 2006, 2007 et 2008), aura l’occasion de lancer sa nouvelle quête. L’occasion aussi de montrer à Mikko Hirvonen, qui fêtera sa centième participation en WRC, que le patron est toujours là. Seize supporters du PSG, interpellés suite aux incidents survenus en marge du clasico contre l’OM (0-3), ont été interdits de stade par le parquet de Paris. Ils devront se présenter au commissariat de leur domicile à l’heure des matchs. XPB/ICON SPORT FOOTBALL AFP FILES Directsoir N°714/Jeudi 4 mars 2010 LE BILLET DE PIERRE SALVIAC Consultant RTL Paris brûle-t-il ? C’est le buzz de la semaine. Moins le PSG est compétitif, plus on parle de lui. Pas grâce à ses joueurs, qui ont plus souvent perdu que gagné cette saison, mais à cause de ses supporters qui n’en finissent pas de se battre entre eux. Dans un Etat de droit comme la France, toute manifestation peut être interdite par les autorités si elle risque de causer des troubles sur la voie publique. Tout se passe comme si le football échappait à cette règle de la République. Si les joueurs du PSG ne se battent pas sur le terrain, leurs supporters se battent dans la rue. Il y a longtemps que le match Auteuil-Boulogne défraie la chronique aux abords du parc des Princes, mais chaque fois, les autorités feignent de découvrir cette violence. Et promettent des mesures pour éradiquer le mal. Il est si profond, ce mal, qu’au retour d’un match perdu à Nancy, ces pseudosupporters s’en sont pris à leurs joueurs, que le service d’ordre a été obligé de protéger. Le Paris Saint-Germain est en danger. Il y a le feu à tous les étages. Le président du club joue les pompiers. Il vient de prendre la décision d’interdire les supporters de déplacement. Au point où en est l’incendie, cela risque d’avoir l’effet d’un cautère sur une jambe de bois. A moins que ce ne soit qu’une étape avant la décision de faire jouer les matchs du PSG à huis clos. Ce serait un mal pour un bien. Finalement, un parc des Princes vide serait la meilleure des solutions tant il est vrai que, depuis longtemps, il n’y a plus de princes au Parc. Réagissez : redac@directsoir.net Cabañas a déjà quitté l’hôpital ➔ Et si Salvador Cabañas disputait finalement le Mondial ? Complètement inimaginable lorsque l’attaquant paraguayen gisait le 25 janvier dernier devant un bar de Mexico, touché en pleine tête par une balle perdue. Hospitalisé, l’international a quitté mardi l’hôpital pour rejoindre une clinique privée, où il aurait entamé sa rééducation. Si, pour les médecins, il est encore top tôt pour envisager son retour, Cabañas, qui avait fortement contribué à la qualification du Paraguay au Mondial, est bien décidé à tout mettre en œuvre pour rallier l’Afrique du Sud dans moins de cent jours. V. CAPMAN/SIPA
AV ET VCID ac aaaif.com 2009 DARK CASTLE HOLDINGS, LLC. Tous droits réservés. Photos : D.R.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :