Direct Soir n°71 7 déc 2006
Direct Soir n°71 7 déc 2006
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°71 de 7 déc 2006

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,1 Mo

  • Dans ce numéro : Hosni Moubarak, le président égyptien en visite à Paris

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
Directsoir t Jeudi 7 décembre 2006 4 EXCLUSIVITÉ INTERVIEW MICHÈLE SABBAN (PS) L’union fait la femme Alliée de Dominique Strauss-Kahn, la vice-présidente de la région Ile-de-France est l’une des figures de proue du combat pour le droit des femmes en politique. Aujourd’hui, elle soutient Ségolène Royal. Pourquoi la féministe engagée que vous êtes a-t-elle préféré soutenir Dominique Strauss-Kahn que Ségolène Royal ? Pourquoi aurait-il fallu que je la soutienne ? Parce que je suis une femme ? S’il avait fallu que je soutienne une femme à chaque élection, en 1981, j’aurais dû soutenir Huguette Bouchardeau, et non François Mitterrand, en 1988, Arlette Laguiller, en 1995, Dominique Voynet, et, en 2002, Marie-George Buffet. Continuez-vous de soutenir Dominique Strauss-Kahn avec autant de détermination ? J’étais derrière DSK, je suis derrière DSK et je serai derrière DSK. Il avait dit avant les résultats que si le choix des militants était celui de Ségolène Royal, il se rallierait à elle et se mettrait à sa disposition. Le parti, comme un seul homme, est derrière la candidate que les militants ont investie, c’est normal. J’étaisderièreDSK,jesuisderièreDSKetjeseraiderièreDSK.IlavaitditavantlesrésultatsquesilechoixdesmilitantsétaitceluideSégolèneRoyal,ilseralieraitàeletsemetraitàsadisposition.Leparti,deboutcomeunseulhomme,estderièrelacandidatequelesmilitantsontinvestie,c’estnormTrop de débats internes ne risquent-ils pas de se retourner contre le parti ? C’est ce qui fait la richesse du parti socialiste. Je trouve cela très bien et je conseille- rais même à l’UMP d’avoir ce beau débat démocratique. Nous avons toujours eu des débats très démocratiques, des votes très démocratiques. Je ne veux pas revenir sur l’effet du référendum qui a été un moment pénible pour les militants que nous sommes. Les militants d’Ile-de-France ont davantage soutenu DSK que les militants des autres régions. Comment expliquezvous cette différence ? C’est un peu logique, DSK est élu de Sarcelles, dans le Val-d’Oise, il a même été conseiller régional. Sarcelles est une mairie difficile. L’Ile-de-France, c’était 42 000 militants sur 220 000 inscrits au 30 juin, cela représente un gros contingent d’adhérents. La sociologie de nos adhérents y est donc très différente. L’adhésion à 20 € a propulsé le nombre de militants PS à 280 000. Comment comptez-vous les fidéliser ? L’adhésion reste à 20 €. Mais ne trouvez-vous pas depuis quelque temps que la façon de faire de la politique a changé ? Nous sommes en pleine mutation. C’est un changement de génération des élus et des militants. Ils ont presque 20 ans de moins que les éléphants du PS. Est-ce simplement une question d’âge ? Non, la génération de Nicolas Sarkozy et de Ségolène Royal, qui est la mienne, n’est pas du tout la même. Nous n’avons pas eu la même éducation. Le coup de booster donné à la parité en 1997 a permis de changer complètement la donne à tous les niveaux de la politique. J’étais derrière DSK, je suis derrière DSK, je serai derrière DSK Repères P.VERDY/AFP D. SIMON/GAMMA MERIA/OG/DIRECT8 MOUSSE/ABACA Quand Ségolène Royal parle de « l’ordre juste », lorsque Nicolas Sarkozy parle de « rupture tranquille », les Français arrivent-ils à se situer ? Les mots ont moins d’importance que la façon dont on les porte. Quand Ségolène Royal parle de « la vie chère » au lieu de dire « le pouvoir d’achat », elle s’adresse à ceux qui font leurs courses le samedi après-midi. Pouvoir d’achat ne signifie rien pour eux. Vous êtes aux commandes de la région la plus riche de France, au côté de Jean-Paul Huchon, la tâche ne vous accable pas ? Non, j’aime ce que je fais, je suis passionnée par ce que je fais donc je le fais avec bonne humeur. Mais la délégation que je préside est harassante. L’opposition droite-gauche est-elle aussi présente à l’échelle régionale ? L’administration générale, ce sont des hommes et des femmes qui travaillent tous les jours pour que la région avance. Nous avons des contraintes, des demandes, des attentes, et ça n’a rien à voir avec la gauche ou la droite. Alors bien sûr une politique sociale peut être différente, mais ce n’est pas de la politique politicienne. Lionel Jospin Pour la parité Le ralliement Dans la perspective du face-à-face annoncé entre Jacques Chirac et Lionel Jospin au deuxième tour de l’élection présidentielle, Michèle Sabban crée le mouvement « 2002 femmes » en soutien au candidat socialiste. PROPOS RECUEILLIS PAR BORIS EHRGOTT AVEC XAVIER PLASSON PROFIL Michèle Sabban est vice-présidente du conseil régional d’Ile-de-France, au côté de Jean-Paul Huchon (PS), chargée du personnel, de l’administration générale et des marchés publics. Elle est première secrétaire fédérale du parti socialiste pour le Val-de-Marne et également secrétaire nationale du PS aux droits des femmes. Elle est également membre du conseil d’administration de l’Ecole nationale supérieure d’architecture de Paris-La Villette. « Ce n’est pas une question de minorité ou de majorité, c’est une question d’égalité. La parité n’est ni le monopole de la gauche ni de la droite, c’est le monopole des femmes qui se sont prises en charge pour que les choses changent. » Avant de se rallier à la candidate du PS, Michèle Sabban fut pourtant cosignataire du manifeste des « 143 rebelles ». Le mouvement estimait que Ségolène Royal préférait son image dans les médias à la démocratie militante.
2 Zéro abonnement.complication. LI TNT, o>'"'lit "'"'Pour- 1 Zéro Pour61 ! 1THTWOUI,M Ill tlf ! M lftv• du.. tt.UI\-. t'Mttillll. THT *'liWM 011\I ! W'ttlolt•Ol'dllllol_, 18 chaînes en numérique pour 0 centime/mois seulement. - UD trmdl € * s artp'M) TMC [$] Jd iiJ CEm 3 centime/mois. Zéro vntt111...,..,.nrr...llb ! M'I4Ic. C• yM&. l'liN"'"'1ft OVD et at Mft ÇO.\fwl..C."N... 18 t"'*- IN"r Te Œ2int:s GF2ïUiïES



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :