Direct Soir n°706 22 fév 2010
Direct Soir n°706 22 fév 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°706 de 22 fév 2010

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 275) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 1,8 Mo

  • Dans ce numéro : Arthur, l'enfant de la scène

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
Directsoir N°706/lundi 22 février 2010 14 BUZZ TÉLÉ INTERVIEW Véronique Mounier, animatrice « Donner des clés aux parents pour parler sexualité avec leurs enfants » Nouveau venu sur l’antenne de TF1, le magazine d’enquête et d’information « Le sexe dans tous ses états » s’interroge sur la sexualité des Français. L’animatrice Véronique Mounier (« L’amour est dans le pré », sur M6), dont c’est la première collaboration avec TF1, ouvre les portes du premier numéro de l’émission, consacré demain soir aux adolescents. Quel est le concept du magazine Le sexe dans tous ses états ? Véronique Mounier : C’est un magazine d’information et de décryptage de la sexualité des Français en 2010, dont le premier volet est consacré à la sexualité des adolescents. Nous sommes partis d’un chiffre consternant et inquiétant. Aujourd’hui, un enfant sur deux de 10 ans qui a accès à un ordinateur a déjà vu des images pornographiques. L’accès à ces images est d’une facilité déconcertante. Et justement, ce magazine va nous permettre de nous interroger sur les conséquences psychologiques d’une telle vitrine. Mais ce n’est pas tant ces images auxquelles nous nous attaquons, mais au fait que les enfants tombent sur celles-ci sans personne pour les aider à les décrypter, à prendre du recul. Nous souhaitons aussi mettre en relief le fait que la pornographie a aujourd’hui envahi le paysage des adolescents. Bien souvent, ces jeunes font leur apprentissage sexuel à partir de ces films, qui sont loin de refléter la réalité. Le porno fausse leur vision de la sexualité, où il n’y a que des hommes étalons et des femmes toujours prêtes à dire oui. L’émission cherche à aider les adolescents à faire la différence entre la sexualité virtuelle et la sexualité réelle. Il faut communiquer avec nos enfants. Nous avons tous envie qu’ils commencent leur sexualité, leur vie amoureuse dans la tendresse, le respect de l’autre, et non dans la performance et dans l’agression. A quoi sont dues ces évolutions dans la sexualité des jeunes ? V. M. : Le sexe est partout de nos jours. Dernièrement, j’ai vu dans la rue une publicité qui faisait l’apologie du triolisme par exemple. Je n’ai pas le souvenir qu’étant adolescente, même dans les films, même dans la rue, le sexe était aussi présent. Le problème, c’est qu’on ne s’en rend même plus compte. C’est tellement banalisé. Nous sommes là pour veiller à ce que nos enfants puissent garder un peu plus longtemps leur innocence, qu’ils entrent un peu moins vite dans le monde adulte. Quand une fillette de 8 ans tape sur un moteur de recherche le mot « FAIRE LA DIFFÉRENCE ENTRE SEXUALITÉ VIRTUELLE ET SEXUALITÉ RÉELLE » « Barbie », elle se trouve dirigée sur un site pornographique. Com ment réagit-on à cela ? Comment lui expliquer les images qu’elle va y trouver ? La question du filtre est le cœur du problème. Le sexe, c’est comme une voiture. On ne laisse pas conduire une voiture sans permis. Il faut qu’il y ait un code de la route d’Internet. Une étoile danse pour Klapisch ➔ Elle est belle comme un astre, fraîche comme une rose, dévouée comme un soldat. Aurélie Dupont, ballerine exceptionnelle, est danseuse étoile à l’Opéra de Paris. Pour capter l’émotion de ses pas, la grâce et l’élégance de ses gestes, le cinéaste Cédric Klapisch a réalisé le portrait Aurélie Dupont, l’espace d’un instant. Le film sera diffusé sur France 3, le 2 mars, à 22h40. Un film rempli de beauté, à la gloire d’une Aurélie Dupont, danseuse étoile à l’Opéra. femme au sommet de son art. Comment va se dérouler l’émission ? V. M. : La formule est assez classique, mais elle est efficace. Nous serons en plateau où nous suivrons des reportages, des témoignages… Une psycho-sexologue sera à mes côtés. Pour cette émission, elle a suivi un groupe de jeunes qui rencontraient pour la première fois un sexologue. Cela a donné lieu à des séquen - ces assez amusantes dans lesquelles elle teste leurs connaissances. Et on s’aperçoit qu’ils ont quand même beaucoup de lacunes concernant les fondamentaux. Cette émission va surprendre parce que ce Véronique Mounier. sera la première fois qu’on entendra des jeunes parler aussi librement de leur sexualité. Pour beaucoup de parents, ça va faire l’effet d’un électrochoc. L’autre particularité de l’émission, c’est sa dimension pédagogique. Nous ne nous contentons pas de montrer ce qui se passe, de faire du catastrophisme ou d’être alarmistes. Nous essayons aussi de donner des clés aux parents pour parler sexualité avec leurs enfants, grâce à des conseils pratiques, des astuces… Comment avez-vous choisi l’échantillon d’adolescents qui ont accepté de témoigner ? V. M. : Nous sommes partis d’appels à témoins. Nous ne sommes pas allés chercher des adolescents qui ne venaient que du 93 ou que du 16 e arrondissement de Paris. J’estime l’échantillon choisi très représentatif. En tout cas, les jeunes qui regarderont l’émission pourront vraiment s’y retrouver. Vous comptez rassembler à la fois parents et enfants devant le téléviseur ? V. M. : Aujourd’hui, une famille sur deux ne parle pas de sexualité. Ce que nous voudrions en effet, c’est que Le sexe dans tous ses états permette d’amorcer le dialogue entre parents et enfants. Un des messages de la psycho-sexologue avec laquelle nous collaborons est qu’il faut commencer vraiment très tôt à parler de sexualité, avec les termes appropriés à chaque âge, bien sûr. Je crois que les parents vont prendre conscience de beaucoup de choses en regardant l’émission. Le sexe dans tous ses états, demain à 23h15, sur TF1. Après un long séjour en hibernation, deux astronautes se réveillent amnésiques alors que le réacteur nucléaire de leur vaisseau menace d'exploser... Les producteurs de Resident Evil et le responsable des effets spéciaux d’Aliens le retour nous livrent un film d’anticipation oppressant qui jouent avec les nerfs. Envoyez vos nom, prénom et adresse postale à : invitations@directsoir.net Précisez en objet : PANDORUM Seuls les 20 premiers courriels gagneront 1 DVD. Les réponses envoyées avant l’heure de la mise en ligne du journal ne pourront être prises en compte
www.directsoir.net 20H40 Adolescentes et bourreaux ➔ Ce soir, Jean-Marc Morandini revient sur les faits de société qui ont marqué l’actualité. Chaque sujet sera étudié à travers un reportage, qui présentera la démarche et le travail des médias pour traiter l’événement. Les équipes de Présumé innocent retourneront ensuite sur le terrain et rencontreront les différents protagonistes pour tenter de comprendre ce qui s’est réellement passé. Ce soir, les équipes de Jean-Marc Morandini se sont rendues à Tronche, dans l’Isère, où un quinquagénaire a été torturé à son domicile par trois adolescentes. Agées de 14, 15 et 17 ans, les trois jeunes filles l’ont ligoté, brûlé, frappé à coup de marteau et de couteau, afin qu’il livre le code de sa carte bancaire. Ensuite, direction la Belgique pour essayer d’en savoir plus sur un professeur de dessin tueur. Il a tout d’un voisin parfait. Pourtant, cet enseignant a avoué, dernièrement, de nombreux meurtres qui étaient restés non élucidés. Par ailleurs, Présumé innocent enquêtera sur un récidiviste qui est venu sévir à trois reprises dans le même immeuble, jusqu’à tuer un des habitants. Enfin, le magazine s’intéressa aux secrets du docteur Stéphane Delajoux. Ce médecin habitué des pages people a de nombreuses affaires judiciaires à son actif. Présumé innocent, magazine. Jean-Marc Morandini décrypte les faits de société. 20H35 ERIC ROBERT Sandrine Corman et Stéphane Rotenberg. Apprentis cuistots Clem est une jeune fille de 16 ans comme les autres. Mais à son retour de vacances, elle découvre qu'elle est enceinte et qu’elle est dans l’obligation de garder le bébé. Clem, fiction, TF1, 20h45. Bataille magique ➔ Adaptation du roman éponyme de Christopher Priest, Le prestige, raconte la rivalité entre Robert Angier et Alfred Borden, deux magiciens et amis surdoués, dans le Londres du début du XIX e siècle. Le prestige, film. Deux magiciens amis ? 20H40 ➔ Top chef, la nouvelle émission culinaire de M6, prend ses quartiers dans la grille de programme de la chaîne. Stéphane Rotenberg et Sandrine Corman sont aux commandes de ce programme, dans lequel douze jeunes espoirs de la cuisine française auront à convaincre quatre des plus grands chefs de France. Cent mille euros sont promis au vainqueur. A noter la présence, parmi les candidats, de Grégory, heureux gagnant en octobre dernier de la finale d’Un dîner presque parfait. Top chef, divertissement. P.OLIVIER/M6 J. MORELL/FRANCE 2 22H30 ZOOM TÉLÉ 15 La fin du monde ➔ Après le séisme en Haïti, des sectes et prédicateurs de la fin du monde ont cherché à exploiter le drame, afin de donner un sens à cette catastrophe naturelle. L’Apocalypse est à la mode, elle fait recette, envahit le box-office et inspire les groupes millénaristes. En Europe, certains s’organisent pour préparer leur survie au 21 décembre 2012, dernière prédiction en date inspirée du calendrier maya. Mais la fin du monde n’est pas l’apanage des sectes en tout genre. Les savants se penchent sur la question. Jusqu’à l’ONU, qui voit dans la collision avec un astéroïde un risque majeur pour l’humanité. De Haïti dévasté à Los Angeles, où l’on se prépare à affronter le Big One, en passant par Pompéi, le magazine s’intéresse à ces nouveaux prédicateurs de la fin du monde. Complément d’enquête, magazine. Benoît Duquesne présente Complément d’enquête.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :