Direct Soir n°703 17 fév 2010
Direct Soir n°703 17 fév 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°703 de 17 fév 2010

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (256 x 341) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 1,8 Mo

  • Dans ce numéro : Mel Gibson, nouveau départ

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
E. ROBERT/DIRECT8 BUZZ TÉLÉ LE BILLET DE JEAN-MARC MORANDINI Journaliste, animateur de radio et de télévision TAHAR BEN JELLOUN, L’ÉCRIVAIN PUBLIC Le vendredi 26 février à 20h35 sur France 5, le magazine Empreintes sera consacré à l’écrivain Tahar Ben Jelloun. De Fès à Tanger, en passant par Marseille et Paris, ce documentaire suit les empreintes laissées par l’écrivain franco-marocain. C’est un voyage dans le temps et dans l’espace, dans la vie et dans l’œuvre de l’auteur qui écrivit, entre autres, L’enfant de sable et La nuit sacrée (prix Goncourt 1987). Directsoir N°703/Mercredi 17 février 2010 Soupçon d’homophobie La polémique enfle depuis plus d’une semaine sur Internet. Invités de l’émission Cactus sur Paris Première, l’acteur Philippe Lellouche et l’ex-patron de Reporters sans frontières, Robert Ménard, auraient tenu des propos homophobes. C’est du moins ce que l’on peut lire sur plusieurs sites gays, furieux contre ces deux personnalités. Robert Ménard expliquait « qu’il préférait que ses enfants soient hétérosexuels plutôt qu’homosexuels », et qu’il ne souhaitait pas la diffusion en CM2 de ce film avec deux petits poissons mâles, attirés l’un par l’autre, ajoutant « qu’en revanche il n’y aurait eu aucun problème s’ils avaient été hétéros ». Si Philippe Lellouche reste muet sur la polémique et ne s’est pas exprimé depuis cette émission, lundi soir, sur Direct 8, à 18h40 dans Morandini !, j’ai reçu Robert Ménard qui s’est retrouvé, pour la première fois, face à la rédactrice en chef d’un magazine gay. « Je ne comprends pas l’objet de la polémique », dit-il. « Qu’on vienne me donner des leçons est odieux ! Mais enfin, ça ne va pas bien… Je redis que je préfère avoir des enfants hétérosexuels, car c’est plus facile dans notre société. C’est tout. C’est plus simple. Je ne fais pas de mea culpa sur le fond ni sur la forme. » Si Robert Ménard peut penser ce qu’il veut, je suis en revanche surpris qu’il ait refusé de présenter des excuses aux personnes que ses propos ont pu blesser, même si, comme il le dit, il s’agit d’une incompréhension. Mais il a été ferme : « Je ne supporte pas d’être traité d’homophobe. Mais je ne présente pas d’excuses, j’en ai marre de cette société où dès qu’on dit quelque chose on doit s’excuser. Chacun son avis. Je pense que la communauté homosexuelle saute sur le moindre propos pour lancer des accusations. J’assume tout ce que j’ai dit. Et non, pas d’excuses ! » Lundi soir sur Direct 8, c’était visiblement un rendez-vous manqué pour calmer une polémique qui risque fort d’être ainsi relancée. A demain ! Réagissez : redac@directsoir.net L’écrivain Tahar Ben Jelloun. ELECTRON LIBRE
www.directsoir.net BUZZ TÉLÉ INTERVIEW Moundir, serial lover cathodique « L’amour a autant de chemins que de pèlerins » Après avoir participé à « Koh-Lanta », Moundir, l’aventurier au naturel et à la gouaille digne d’un Jean-Claude Van Damme, reprend du service dans un nouveau jeu dont il est, cette fois, explicitement le héros : « Moundir, l’aventurier de l’amour ». Rencontre. Comment est né le projet de Moundir, l’aventurier de l’amour ? Moundir : A la suite de ma participation à Koh-Lanta, on m’a proposé de me suivre dans ma vie quotidienne à travers le prisme des caméras, pendant soixante jours. Je ne voyais aucun intérêt à un tel programme, car ma vie de tous les jours n’est pas très aventureuse et plutôt marquée par la discrétion. J’ai finalement accepté à condition qu’on ne tourne pas dans un cadre aseptisé, mais que le programme colle à ma personnalité et mes valeurs. Dans Moundir, l’aventurier de l’amour, quatorze candidates tentent de vous séduire. Avez-vous pu participer au casting ? Non. Le casting est un métier et ce n’est pas le mien. J’ai juste expliqué à la production ce que j’aimais chez une femme et ce que j’attendais d’une histoire d’amour : de l’écoute, de l’engagement et du partage. Comment avez-vous vécu le fait d’être entouré par toutes ces femmes ? C’est extraordinaire visuellement ! Mais de toute mon existence, je n’ai jamais eu autant la peur au ventre. Au final, je ne regrette pas ! Dans sa vie, un homme rêve de deux choses : devenir Robinson Crusoé et être entouré de jolies femmes. J’ai réalisé ces deux rêves. Quel type d’amoureux êtes-vous ? Je suis fidèle à l’éducation que j’ai reçue. J’ai le sens du partage et du sacrifice. Ma femme passera toujours avant moi. Je pense néanmoins que l’on devient un homme lorsqu’on a un enfant. Quelle aventure a été la plus difficile : Koh-Lanta ou trouver l’amour à la télévision ? Avec Koh-Lanta, j’ai vécu une aventure extraordinaire aux côtés de guerriers respectables ou non. Avec Moundir, l’aventurier de l’amour, j’ai entraperçu un autre côté de l’humanité : la cruauté qu’il peut y avoir entre les filles m’a véritablement marqué. Les plus faibles ont vraiment été malmenées. J’ai compris grâce à cette émission que le métier le plus dur est… aimer. Selon moi, l’amour est fait d’autant de chemins que de pèlerins. Néanmoins, je pense que l’amour est comme un pont : il va là où coulent les belles rivières. Vous avez le sens de la formule ! Contrairement à ce qui a été dit, je ne prépare rien, je ne suis pas dialoguiste. « Le Moundir, ça s’entend, ça ne s’explique pas », aime bien dire de moi Laurence Boccolini. Comment s’est déroulée votre collaboration (Laurence Boccolini présente cette émission,ndlr) ? C’est l’une des plus belles rencontres artistiques et humaines qui m’a été donné de vivre à la télévision. Notre complicité se ressent fortement, je crois. Mais Laurence est impartiale, elle ne m’a jamais orienté lors du tournage. Elle a su respecter mes choix. « JE SUIS FIDÈLE À L’ÉDUCATION QUE J’AI REÇUE » Quel regard portez-vous sur l’évolution de la téléréalité ? Je fais partie des dinosaures de la téléréalité ! Lorsque j’ai participé à Koh-Lanta, elle en était encore à ses balbutiements. Maintenant, nous sommes plus de 5000 personnes à avoir participé à ce type de programmes. Mais j’ai eu la chance d’avoir ma marionnette aux Guignols de l’info, sur Canal+. Ce sont eux qui ont amorcé ce tourbillon médiatique autour de moi. Moundir, l’aventurier de l’amour, ce soir, à 20h40 sur TMC. C. CHEVALIN/TMC



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :