Direct Soir n°703 17 fév 2010
Direct Soir n°703 17 fév 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°703 de 17 fév 2010

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (256 x 341) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 1,8 Mo

  • Dans ce numéro : Mel Gibson, nouveau départ

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
10 INTERVIEW CULTURE Gérard Jugnot, comédien « Une biographie drôle et absurde » Gérard Jugnot renoue avec les planches dans « Le paquet » de Philippe Claudel. Seul sur scène, il met sa bonhomie au service d’un personnage drôle et touchant, flanqué d’un mystérieux paquet. Sept ans après Etat critique, Gérard Jugnot remonte sur les planches. Après sept ans loin des planches, vous remontez sur scène avec Le paquet. Avez-vous l’impression d’opérer un retour aux sources ? Gérard Jugnot : Je considère que je fais plein de métiers : acteur, scénariste, producteur, réalisateur. Cela dit, le métier de comédien fait bien sûr partie de mes fondamentaux. Je n’oublie pas que c’est de là que je viens. Vous avez été coauteur de quasiment toutes les pièces du Splendid. Pourquoi remonter sur scène avec la pièce d’un autre, celle de Philippe Claudel ? G. J. : J’ai beaucoup aimé écrire pour le Splendid, mais je me passionne aussi pour la langue des auteurs contemporains. C’est le cas avec Philippe Claudel. Son univers est très différent de ce que je pourrais écrire. Et puis, c’est agréable d’incarner une langue qui ne vient pas de moi. C’est reposant ! Enfin seul ! en 1981, aujourd’hui Le paquet, c’est finalement la deuxième fois que vous jouez seul. Appréciez-vous cet exercice ? G. J. : Etre seul sur scène, ce n’est pas quelque chose que je revendique. Et puis ce n’est pas évident. Si la pièce de Philippe Claudel ne m’avait pas plu, j’aurais peutêtre eu plus envie de jouer dans une troupe. D’ailleurs, le titre de mon one-man show Enfin seul ! était ironique. C’était une façon de dire : mes copains du Splendid ne sont plus là, on s’est séparés avec dans le fond une petite touche de nostalgie. D’ailleurs votre personnage lutte contre la solitude… G. J. : Oui, il entre sur scène en disant : « Je ne suis pas seul, j’ai beaucoup d’amis. » Le paquet parle de la solitude dans nos sociétés, de la marginalisation avec drôlerie. Peut-on qualifier Le paquet de biographie désopilante ? G. J. : C’est une biographie imaginaire, mégalomane, drôle, absurde, d’un homme qui réinvente sa vie à partir de tout ce qu’il n’a pas digéré. Mi-décembre, vous avez été nommé officier de l’ordre national du Mérite. Quel sens cela a-t-il pour vous ? G. J. : Je n’ai jamais eu de prix à l’école, je suis content d’en recevoir sur le tard. Mais je relativise, ces récompenses on les obtient à l’ancienneté. Le paquet, à partir du 22 janvier, Petit Théâtre de Paris, 15, rue Blanche, Paris 9 e (0142800181). DR ÉD. DELCOURT COLUMBIA/SONY BANDE DESSINÉE Le retour des héros ➔ Parue entre 2000 et 2007, la première trilogie de La Ligue des gentlemen est enfin de retour, après un bref passage au cinéma que l’auteur Alan Moore a lui-même jugé désastreux. C’est une fois de plus Kevin O’Neill qui se charge des dessins, offrant à l’ensemble ce style visuel singulier et « adulte ». Quelques années après leurs premiers exploits, les protagonistes de la Ligue – Carnacki, Miss Murray, Alan Quatrermain et Anthony Raffles – investissent Londres, que de sombres prédictions menacent de destruction, alors qu’un célèbre tueur en série hante les rues de la cité victorienne. 1910, La Ligue des gentlemen extraordinaires, Alan Moore et Kevin O’Neill, Delcourt, 14,95 €. ALBUM Directsoir N°703/Mercredi 17 février 2010 ONE-MAN SHOW Cédric Chapuis bat la mesure Cédric Chapuis incarne Adrien Lepage. ➔ Seul sur scène, Cédric Chapuis se glisse avec Une vie sur mesure dans la peau d’Adrien Lepage. Ni idiot ni limité, seulement différent, ce personnage de fiction tout de blanc vêtu s’apprête à raconter son histoire. Sa passion pour la batterie – une amie qui lui veut du bien – les brimades de son entourage, les gens orgueilleux, amoureux, doués qui ont croisé sa route. En résulte un duo étonnant entre un comédien et son instrument, un théâtre musical cadencé, drôle et émouvant. Car s’il se sent en confiance, Adrien Lepage confiera peut-être au public son terrible secret. Une vie sur mesure, jusqu’au 27 mars, Théâtre de Dix-Heures, 36, bd de Clichy, Paris 18 e (0146061017). Tendre tourmente ➔ Suite à l’expérience rock réussie avec le groupe Ultra Orange en 2007, Emmanuelle Seigner poursuit sa carrière musicale en solo. Entièrement écrit et réalisé par Keren Annet son complice Doriand, son nouvel album intitulé Dingue a été taillé sur mesure pour la belle. Résultat, onze titres en français : des chansons pop, des ballades sensuelles au rythme country révélant une nouvelle facette de son potentiel artistique. Son public pourra la découvrir en live au Palace à Paris, le 10 mai 2010, puis dans plusieurs villes à l’occasion de sa tournée française. Dingue, Emmanuelle Seigner, Columbia/Sony. LIVRE Requiem pour un auteur ➔ Inclassable Arnaud Cathrine. Tour à tour auteur de livres pour enfants, chroniqueur, parolier et coauteur d’un récit musical avec son compère-chanteur Florent Marchet, le jeune auteur revient cette fois vers le roman avec Le journal intime de Benjamin Lorca, livre polyphonique autour d’un écrivain suicidé. Se superposent quatre voix, autant de narrateurs qui ont bien connu l’auteur disparu. A travers ces paroles, on devine par fragments la vie de cet homme, auteur notamment d’un journal intime. Faudra-t-il l’éditer contre la volonté du mort ? Peu importe. Tous ces récits servent à donner à voir, en creux, la figure du disparu, l’écrivain mais aussi ce Paris, vu de nuit et ce fantôme de station balnéaire, aperçue hors saison. Mélancolique et lumineux. Le journal intime de Benjamin Lorca, Arnaud Cathrine, Verticale, 15,20 €. COSA
IKEA F. PENOT www.directsoir.net Un intérieur tout en couleur Classique ou moderne, le choix des couleurs donne le ton aux pièces que l’on veut décorer. A l’approche du printemps, fini les teintes froides ! Pour plus de chaleur et de bonne humeur, redécorons notre intérieur. Objectif : mettre de la couleur partout. Une astuce anti-crise qui a fait ses preuves : la couleur. Elle influence l’atmosphère d’une pièce. Elle révèle l’identité du lieu et de ses propriétaires. Mais si le choix de la couleur est subjectif, il y a quand même des règles à respecter. Valérie Laporte-Volatier, coach déco, conseille : « Les couleurs chaudes, stimulantes, sont à privilégier dans les pièces à vivre. Les couleurs froides, elles, inspirent la sérénité et le calme et sont ainsi idéales pour les bureaux et les chambres à coucher. » Voici quelques suggestions de notre coach déco. Prenez un pot de peinture (mate, pour que la couleur se fonde dans le décor) et c’est parti ! Pour la chambre, pensez au rose, couleur romantique et rétro – à marier avec une teinte cerise. Osez le violet, pour une salle de bain tendance : effet branché et chic assuré, pour changer du traditionnel bleu pâle. Enfin, au salon, l’orange a un côté stimulant et met en valeur le bois et le parquet. CARNET D’ADRESSES SUBTILITÉ… De la couleur oui, mais pas forcément sur tous les murs. Le but du jeu est de dynamiser, pas d’étouffer. Anne Royet, décoratrice d’intérieur, recommande de ne faire « vibrer » qu’un seul pan de mur : « Colorer en aplat et rester sobre sur l’autre partie de la pièce permet de la mettre en valeur. » Dans le salon par exemple, ne colorez que le mur derrière le canapé, pour plus de convivialité. Cela évite d’avoir l’œil attiré vers la télévision. « La couleur, c’est ce qu’on va voir en premier, il faut donc la doser. Tout est question de subtilité. » Dans les pièces à vivre, un mur teinté de rouge ou de vert apporte design et modernité. Alors que dans les pièces plus petites, comme les toilettes, on peut se permettre de peindre les quatre murs ; des teintes un peu flashy suffiront à créer une identité. … ET COHÉRENCE Colorer son intérieur, c’est aussi colorer La touche noir et blanc ses accessoires. Les rideaux, les coussins et la vaisselle réchauffent et harmonisent la pièce. Plus facile que la peinture, et plus pratique ! En un tour de main, le décor de votre appartement se décline. Il s’adapte au rythme des saisons et de nos humeurs. Pour le printemps, Valérie Laporte-Volatier propose des couleurs acidulées comme l’orange, l’aubergine et le vert vif. Le maître mot : la cohérence. Pour elle, comme pour Anne Royet, il suffit de suivre la théorie. Cette dernière explique : « Vous colorez à 80% avec la couleur dominante, 15% avec la deuxième et 5% avec la dernière, en fines touches donc ». Et pour choisir les trois couleurs, il n’y a pas vraiment de règle. Camaïeux et dégradés dans les maisons plus classiques, couleurs opposées dans les appartements plus pop, plus décontractés. A chaque état d’esprit, sa déco et ses couleurs ! www.anneroyet.com• www.lesmursontdesoreilles.com• www.duluxvalentine.com• www.farrow-ball.com• www.thelittlegreene.fr• www.ampm.fr DULUX VALENTINE ➔ Un intérieur en noir et blanc, c’est la classe ! Entre pureté et élégance, une troisième couleur peut s’inviter. Option n°1 : le gris. Gris argenté, gris perle. Il apporte douceur et chic. Option n°2 : les couleurs plus fraîches. Optez donc pour des accessoires comme un plaid orange ou fuchsia. C’est aussi le moment de sortir les stickers pour apporter des petites touches colorées à vos murs. Pour casser l’effet figé et froid du noir et blanc, l’utilisation du bois apparaît nécessaire. Quoi de plus chaleureux ! Ce sera donc le matériau dominant. L’idée, c’est de jouer avec les matières : une armoire en bois, un tapis longue mèche et des coussins en cuir. Dernière étape : casser les angles et la symétrie. Pour plus de douceur, on arrondit avec une table ovale par exemple. Résultat : un intérieur tout en douceur. Les prix sont donnés à titre indicatif DOMESTIC DR DIRECT 8 DÉCO 11 Stickers Customisez vos meubles ➔ Grâce à Domestic, exit les meubles démodés ! Sortez des sentiers battus en personnalisant vos chaises, tables, commodes… Idéal pour donner un coup de jeune à votre mobilier. Ces stickers habilleront avec style le plateau de votre table, par exemple. Le noir, entre autres, s’accordera à de nombreux intérieurs contemporains. Disponible sur www.madeindesign.com. Adhésifs Des cadeaux en couleur ➔ L’atelier LZC met de la couleur sur vos paquets-cadeaux. Ces jeunes designers ont créé des rubans adhésifs imprimés, décorés de dessins ou de petits messages, à coller partout. Trois motifs sont disponibles : Cinétic, Plaisir d’offrir, Amitié. 12,50 € le rouleau. Points de vente sur www.atelierlzc.fr. Écolo Beau comme un lampion ➔ La collection Solig d’Ikea est un ensemble d’éclairages écologiques qui utilise des cellules solaires. Ces lampions fonctionnent avec des ampoules leds. La guirlande solaire existe en blanc, bleu ou rouge. En plus, elle est facile à installer dans le jardin, grâce à son fil électrique de six mètres de long. 19,95 € la guirlande solaire. Les fermes de Marie, à Megève ➔ Déco 8 vous emmène à la rencontre de Jocelyne Sibuet, la propriétaire des fermes de Marie, à Megève. Retrouvez, dans cet hôtel de luxe, toute la décoration traditionnelle savoyarde avec une pointe de modernité. Jocelyne ouvrira également les portes de son chalet, un régal pour les yeux ! Retrouvez sur Direct 8, tous les dimanches à 9h30, l’émission Déco 8, présentée par Caroline Munoz.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :