Direct Soir n°702 16 fév 2010
Direct Soir n°702 16 fév 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°702 de 16 fév 2010

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (256 x 341) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 2 Mo

  • Dans ce numéro : Julia Roberts, pretty valentine

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
4 Il est des rencontres qui bouleversent une vie. Celle entre Julia Roberts et Garry Marshall en est la preuve. Il lui a offert son premier grand rôle, elle a connu la gloire. Après Pretty Woman et Just Married (ou presque) – qui marque par ailleurs les retrouvailles du duo Julia Roberts-Richard Gere –, la star au sourire ravageur revient sur les écrans dans Valentine’s Day, sa troisième collaboration avec le réalisateur américain. Et quand il s’agit d’évoquer les talents du roi de la comédie romantique, Julia Roberts ne tarit pas d’éloges. « (Il) n’aspire qu’à une chose : raconter une belle histoire et faire rire les gens. Et il y excelle », confie-t-elle. Dans cette nouvelle comédie sur les rapports amoureux, elle incarne le capitaine Kate Hazeltine. Profitant d’une permission de très courte durée, la jeune femme passe quatorze heures à bord d’un avion dans le seul but de revoir une personne chère à son cœur le jour de la Saint-Valentin. « On ne sait pas de qui il s’agit car elle entretient le mystère à son sujet, précise l’actrice. Néanmoins, je trouve que l’histoire se boucle joliment et de façon très convaincante. » A cette occasion, la comédien - ne a retrouvé Bradley Cooper, son partenaire dans Three Days of Rain, une pièce jouée à Broadway au printemps 2006. « Nous donnions huit représentations par semaine (…) de sorte EN COUVERTURE JULIA ROBERTS TOUJOURS AU FIRMAMENT Vingt ans après son premier grand rôle dans « Pretty Woman », Julia Roberts retrouve le réalisateur Garry Marshall : la star hollywoodienne sera dès demain à l’affiche de la comédie romantique « Valentine’s Day ». TROIS FILMS A. WEBER/SIPA « SES FILMS ONT RAPPORTÉ PLUS DE 2,5 MILLIARDS DE DOLLARS » « POTINS DE FEMMES » ➔ Julia Roberts connaît son premier vrai succès en 1989. Elle est à l’affiche de Potins de femmes, une comédie dramatique signée Herbert Ross. Aux côtés de Sally Field, elle interprète une jeune femme malade qui décide malgré cela d’avoir un enfant. Le rôle avait d’abord été proposé à Winona Ryder, mais le désistement de la comédienne permet à Julia Roberts d’être citée à l’oscar et de remporter son premier Golden Globe. R. BATZDORFF/MMIX NEW LINE PROD ; INC. Dans Valentine’s Day, Julia Roberts apparaît au côté de Bradley Cooper. que je connais vraiment bien Julia. Cette familiarité nous a aidés sur le tournage car nous passons quasiment tout le film côte à côte », explique l’acteur. Bien que Julia Roberts n’apparaisse en réalité que peu de temps dans cette superproduction, la simple mention de son nom suffit à susciter l’intérêt de tous. Car chaque apparition de la star est un événement. EN RETRAIT DES TAPIS ROUGES Depuis qu’elle se consacre au rôle de sa vie, à savoir celui de maman, Julia Roberts, nouvelle égérie de la marque Lancôme, se fait rare sur les plateaux de cinéma. De temps à autre, elle prête sa voix à des personnages de dessins animés (Lucas, fourmi malgré lui, Le petit monde de Charlotte). Julia Roberts ne court plus après la notoriété. Elle a déjà tourné avec les plus A. WEBER/SIPA grands réalisateurs. Celle qui a enchaîné les succès avec L’affaire Pélican d’Alan J. Pakula, Complots de Richard Donner, Coup de foudre à Notting Hillavec Hugh Grant, Ma meilleure ennemie de Chris Columbus ou encore Tout le monde dit I Love You de Woody Allen, a vu ses cachets atteindre des sommets, faisant d’elle l’une des actrices les mieux payées de Hollywood. Pour son rôle dans Le sourire de Mona Lisa de Mike Newell, Julia Roberts aurait perçu près de 25 millions de dollars, soit près de cent fois plus que pour sa prestation dans Pretty « PRETTY WOMAN » ➔ Tout juste remise de sa première récompense, Julia Roberts est à nouveau en compétition pour les oscars et remporte pour la deuxième fois consécutive un Golden Globe pour sa prestation dans Pretty Woman. Carton planétaire, cette comédie romantique réalisée par Garry Marshalla engrangé 460 millions de dollars de recette et offert à la comédienne une notoriété internationale. Directsoir N°702/Mardi 16 février 2010 Chacune des apparitions de l’actrice, qui ne tourne plus qu’un film par an, est un événement, comme ici à New York, le 27 avril dernier. Woman. Ses films ont rapporté plus de 2,5 milliards de dollars. Aujourd’hui, la star ne tourne en moyenne qu’un film par an. Prochainement, elle devrait participer au long métrage Larry Crowne, de et avec Tom Hanks, acteur à qui elle a déjà donné la réplique dans La guerre selon Charlie Wilson, il y a deux ans. De belles perpectives donc. Sachant que la relève semble d’ores et déjà assurée. A 19 ans, Emma Roberts – au casting de Valentine’s Day – semble bien décidée à marcher sur les traces de sa célébrissime tante. « ERIN BROCKOVICH, SEULE CONTRE TOUS » ➔ En 2001, Julia Roberts remporte l’oscar de la meilleure actrice pour sa prestation dans Erin Brockovich, seule contre tous. Cette comédie dramatique portée à l’écran par Steven Soderbergh est tirée d’une histoire vraie. L’actrice incarne avec talent cette mère de famille sans diplôme qui a réussi à prouver, seule, la responsabilité d’une grosse société dans l’empoisonnement de la population d’une bourgade californienne. G. ALLEN/REX/SIPA A. WEBER/SIPA
WARNER www.directsoir.net LOVE STORIES Le film Destins croisés à la Saint-Valentin ➔ Pour les amoureux, c’est l’un des plus beaux jours de l’année. Pour les autres, une date comme les autres. La Saint-Valentin fait battre le cœur de millions de personnes à travers le monde. A Los Angeles comme ailleurs, personne n’y échappe. En cette veille de fête de l’amour, des couples se forment ou volent en éclats. Reed (Ashton Kutcher), fleuriste, demande en mariage 1989 Le film Quand Harry rencontre Sally de Rob Reiner réunit à l’écran le couple Meg Ryan et Billy Crystal. L’orgasme simulé par Sally au restaurant est devenu une scène culte. Premières amours adolescentes, célibataires rêveurs ou endurcis, passionnés… Valentine’s Day attire dans ses filets les amoureux de tous les jours, croisant leur destin un jour de février à Los Angeles. Un Love Actually à l’américaine, qui affiche un casting de stars montantes et trois habitués du cinéma de Garry Marshall : Julia Roberts, Anne Hathaway et Hector Elinzondo, qui a tourné dans tous les films du réalisateur. « Que je sa petite amie Morley (Jessica Alba), tout en essayant de conseiller sa meilleure amie, Julia (Jennifer Garner), tombée sous le charme du docteur Harrison Copeland (Patrick Dempsey). A quelques kilomètres de là, Grace (Emma Roberts) et Felicia (Taylor Swift) connaissent leurs premiers émois sur les bancs du lycée. Kate (Julia Roberts) et Holden (Bradley Cooper), tous deux 1994 Hugh Grant et Andie MacDowell restent le couple emblématique de Quatre mariages et un enterrement de Mike Newell. Le film engendre plus de 245 millions de dollars de recettes. sois libre ou non, Garry finit toujours par me coincer ! », plaisante l’acteur. LA CRÈME DE HOLLYWOOD Si les trois icônes du cinéma hollywoodien se disent comblées de retrouver un rôle dans le dernier film de Garry Marshall, le projet s’est révélé tout aussi attractif pour les autres acteurs. Pour Ashton Kutcher, « Garry Marshall est un maître ». Quant à Bradley R. BATZDORFF EN COUVERTURE 5 Morley (Jessica Alba) va-t-elle épouser Reed (Ashton Kutcher) ? Et Kara (Jessica Biel, ci-dessous) va-t-elle trouver le grand amour ? discrets, tentent de briser la glace. Quant à Kara (Jessica Biel), working girl accro à son téléphone portable, elle désespère de trouver le grand amour. Avec Valentine’s Day, Garry Marshall livre une comédie plurigénérationnelle divertissante et orchestre en maître cette ronde amoureuse. Valentine’s Day, de Garry Marshall, en salles demain. 2003 Richard Curtis signe sa première réalisation, Love Actually. A Londres, des couples se font et se séparent la veille de Noël. Un carton au box-office. CASTING « Valentine’s Day » déroule le tapis rouge Bradley Cooper et Julia Roberts, réunis par le réalisateur Garry Marshall (à droite), pour l’affiche de son dernier film. Cooper, il a dit oui sans hésiter « et plutôt deux fois qu’une ». « Réalisateur idéal », « roi de la comédie romantique » … Les superlatifs pleuvent dans la bouche des nouveaux élèves de Marshall, qui défilaient sur le tapis rouge lors de l’avant-première du film, à Los Angeles, le 8 février : Kathy Bates, Eric Dane, Jamie Foxx, Topher Grace, Queen Latifah, Taylor Lautner, George Lopez, Shirley MacLaine, Emma Roberts, Taylor Swift… Quoi de mieux que ce casting exceptionnel pour faire vivre cette ronde d’un jour de Saint-Valentin ? « Que ces relations amoureuses fonctionnent aussi bien est dû au talent des comédiens. Le plus im - portant était d’arriver à cette alchimie indéfinissable, que le spectateur ressent immédiatement », conclut le réalisateur. R. BATZDORFF/MMIX NEW LINE PROD ; INC. ZOOM L’as de la romance prépare la suite Le réalisateur Garry Marshall. ➔ Alors que son nouveau film ne sortira que demain dans les salles obscures françaises, Garry Marshall plancherait déjà sur une suite de Valentine’s Day. L’as des comédies romantiques abandonnerait cette fois-ci la côte ouest des Etats-Unis pour planter ses décors à New York, ville dont il est originaire. Le film, intitulé New Year’s Eve, mettrait en scène des hommes et des femmes réunis dans la Grosse Pomme pour le réveillon du jour de l’an. Certains des protagonistes de Valentine’s Day participeraient à cette future production hollywoodienne. Les producteurs Mike Karz, Wayne Allan Rice, Josie Rosen et la scénariste Katherine Fugate travailleraient déjà sur le projet. La sortie de ce nouveau long métrage est attendue pour la fin de l’année prochaine. G. MARCOCCHI/SIPA



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :