Direct Soir n°7 14 jun 2006
Direct Soir n°7 14 jun 2006
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°7 de 14 jun 2006

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 10,9 Mo

  • Dans ce numéro : Dominique de Villepin : « Je continue »

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
Directsoir t Mercredi 14 juin 2006 6 L’ACTU FRANCE FACELLY/SIPA INTERVIEW/ « MON ENGAGEMENT, RÉDUIRE LA DETTE » Une journée de Dominique de Villepin, Premier ministre, c’est une course de fond : ainsi, hier matin, conseil restreint à l’Elysée – déjeuner avec Nicolas Sarkozy – discussions à Matignon sur le budget – rencontre avec Romano Prodi et départ pour Stuttgart afin d’assister à France-Suisse. Au retour, jusqu’à minuit, prolongation avec son cabinet et certains ministres sur l’esprit d’un budget, qu’il révèle en exclusivité à Direct Soir. Quelle orientation donnez-vous au budget et au gouvernement en ce mois de juin ? Nous voulons répondre aux grandes questions des Français.Les priorités : d’abord l’enseignement et la recherche (1 500 emplois en plus), ensuite la justice et la sécurité (1 500 emplois en plus). Dans ce domaine, au ministère de l’Intérieur, comme à la Défense, les lois de programmation seront respectées. Enfin, il y a l’emploi. Vous avez basé toute votre action gouvernementale sur l’emploi. Qu’en est-il aujourd’hui ? Tous les moyens sont pris pour mobiliser le pays, activer les leviers, obtenir plus de résultats. D’ores et déjà, 210 000 chômeurs en moins par rapport aux mois précédents. Nous sommes passés de 10,1 à 9,30%. Notre ambition : continuer, activer. C’est votre slogan ? Après les nuages, « on continue » ? Notre ambition est double, oui ! Plus de protection, vigilance et justes réponses à tous les phénomènes de violence (tout récemment le problème posé par les chiens fous). Mais aussi, préparation de l’avenir : plus d’emplois, plus de croissance. Ceci en innovant et en augmentant les efforts en matière de recherche technologique. Nous sommes un des premiers pays au monde à avoir tiré les leçons du pétrole cher. L’après-prétrole, les biocarburants, un environnement plus sûr, sont nos choix et nos projets pour les 20, 40 prochaines années. 1995 : A l’Elysée Nommé secrétaire général de la présidence de la République, Dominique de Villepin s’impose comme le régent de la maison Chirac. En 1997, il est présenté, sinon comme l’initiateur, au moins comme un acteur clef de la dissolution de l’Assemblée nationale par Jacques Chirac. Les militants du RPR lui en tiennent rigueur après la défaite. L’hôte de l’Elysée refuse cependant sa démission. Philippe Labro, Boris Ehrgott Ce calendrier va plus loin que le printemps 2007 ? Bien entendu. Il faut moderniser l’Etat. En quelques mois, nous avons procédé à des audits systématiques couvrant une somme de 100 milliards d’euros pour réduire et redéployer. Nous n’utiliserons pas le rabot. C’est argumenté : dans les écoles, le taux d’encadrement restera le même qu’en 2007 avec un enseignant pour 24 élèves, et ceci renforcé dans les ZEP. Il faut comprendre l’évolution démographique de notre pays : dans peu de temps, 30 000 élèves en moins. On doit donc s’adapter et améliorer. Qu’en pensent les fonctionnaires ? Tout ce que nous faisons est en partenariat avec la fonction publique. Les administrations auront un juste retour des effets de nos décisions : 50% des économies qui seront faites leur seront reversées. Comment caractériser l’esprit de ce budget ? Pour la première fois, nous aurons un point en dessous du niveau de l’inflation. L’ambition, c’est un Etat avec moins de dettes et qui, par conséquent, ne pèse pas sur l’avenir de nos enfants. Vous ne vous exprimez donc qu’en terme d’avenir, même lointain ? Et oui ! C’est une question de responsabilité. Nous ne remettons pas à plus tard. C’est une formule souvent utilisée par la gauche : « On verra plus tard ». Nous lancerons, au contraire, Villepin en trois dates En mai 2002, Jacques Chirac le nomme ministre des Affaires étrangères dans le gouvernement de Jean-Pierre Raffarin. Il s’illustre comme le chef de file de l’opposition à l’intervention militaire en Irak voulue par les Etats-Unis. En janvier 2003, il rassemble tous les partis de Côte d’Ivoire. Il parvient à leur faire signer les Accords Kléber, afin de trouver une solution pacifique à la guerre civile. une opération vérité sur l’endettement. Je m’engagerai devant le parlement en juin pour réduire la dépense publique et, sur cinq ans, parvenir en dessous de 60% de l’endettement de l’Etat. Les journées sont longues et diverses. Ma respiration, c’est, tous les jours, le souci de rencontrer les Français. Si j’ai assisté au match France-Suisse, ça n’était pas seulement pour le football, mais aussi parce que cela m’a permis d’emmener quinze jeunes de 14 ans issus de la finale nationale de la ligue des équipes régionales. Une occasion pour moi de les entendre, leur parler de l’égalité des chances, comprendre ce qu’ils attendent. Qu’attendent, selon vous, monsieur le Premier ministre, les Français ? Ils attendent des choses qui peuvent paraître contradictoires, mais ne le sont pas. Etre rassurés dans leur vie quotidienne, et, sans doute aussi par rapport à la mondialisation qui peut faire peur, mais à laquelle nous devons nous adapter.Le maître mot,c’est la confiance en soi. Avez-vous encore le temps de vous distraire ? Oui, un film régulièrement. Le dernier que j’ai vu : Volver, d’Almodovar. Et le jogging ? Très tôt le matin, quand mon agenda le permet. 2002 : A l’Onu 2005 : A Matignon EN COUV. Nommé Premier ministre le 31 mai, il se donne cent jours pour redonner confiance aux Français. En octobre, 5 000 voitures sont brûlées en banlieue, en deux semaines. Avec Nicolas Sarkozy, il décrète l’état d’urgence et permet aux préfets de décréter le couvre-feu. Sur le modèle du contrat nouvelle embauche, il lance le Contrat Première Embauche. Des milliers de jeunes descendent dans la rue. Villepin fait passer la loi en force au parlement grâce au 49-3 mais il annonce le remplacement du CPE par une autre mesure, ce qui revient à son abrogation. PERSUY/HADJ/WITT/SIPA
SEBASTIEN ORTOLA/REA DR www.directsoir.net Bernard Accoyer, président du groupe UMP à l’Assemblée DANS LES KIOSQUES Les musées ont du succès. Doit-on y voir un regain d’intérêt pour la culture ou une marchandisation du secteur ? Télérama s’interroge et mène l’enquête. 1 2 3 4 5 TOPDESTOPS Meilleures ventes de DVD Harry Potter (1 et 5) avec ses petites lunettes rondes est toujours 1 er de la classe toutes éditions confondues (simple et collector) au grand dam de Valérie Lemercier qui, avec son Palais Royal (2) aurait bien prétendu au trône. Surprise : un film historique, Joyeux Noël (3), figure au top tandis que Les chevaliers du ciel (4) conservent leur altitude dans le peloton de tête. Harry Potter et la coupe de feu Warner Home Video Palais Royal Gaumont Columbia Tristar Films Joyeux Noël Warner Home Video Les chevaliers du ciel Fox Pathé Europa Harry Potter et le prisonnier d’Azkaban/Warner Home Video LÉGENDE : (+1) = progression [1] = meilleure position e = entrée/label Source : SNEP/IFOP STEPHANE AUDRAS/REA h Il est révolu le temps où le caravaning allait de paire avec la beauf-attitude ! Jouissant d’une vitrine inédite grâce au film éponyme de Fabien Onteniente, les campings des « Flots bleus » ou d’ailleurs vivent une seconde jeunesse. « La réalité touristique derrière l’effet de mode », c’est le credo de la Fédération nationale de l’hôtellerie de plein air. 70 établissements labélisés « camping qualité » mettent en exergue la réalité de ce mode de vie. Un chiffre d’affaires qui s’élève à 1 milliard POLITIQUE/SUEZ/GDF AU COEUR DU DÉBAT h Hier soir, le groupe UMP n’a pas exprimé son accord au gouvernement sur le projet ouvrant la voie à la fusion Suez/GDF. Bernard Accoyer, président du groupe UMP, invité sur Le grand 8, l’émission politique de Direct 8, l’a confirmé : « La totalité du groupe n’est pas convaincue que ce soit la meilleure solution. » A titre personnel, il a demandé « des garanties extrêmement sûres sur les tarifs ». Ce projet sera débattu aujourd’hui à l’Assemblée nationale. Bernard Accoyer a également demandé à Dominique de Villepin d’être clair sur ses intentions. « Il me paraît difficile à la fois de se consacrer totalement à la France, et de regarder la haie suivante – la prochaine échéance électorale. » SOCIÉTÉ/TENDANCE CAMPING Guide officiel camping caravaning des 11 000 campings de France. Hébergement, locations, tarifs. www.campingfrance.com Particulier souhaitant acheter un mobil-home résidentiel ou propriétaire de camping avide d'investir dans les mobil-home locatifs, http://www.irm-sa.fr Caroline Halazy, Samantha Szwec, Theo Phan, Allan van Darc, Nicolas Cailleaud, Carole Tolila 7 millions de campeurs par an d’euros, 10 000 salariés l’année, 25 000 en saison, le système est donc plutôt prolifique ! Côté qualitatif, la mutation du camping s’explique par la quête de confort des consommateurs de l’Hexagone et de l’étranger. Après une saison 2005 satisfaisante, les professionnels de l’hôtellerie de plein air s’attendent à un été 2006 du même acabit tant la richesse et la diversité de son patrimoine font de la France une destination privilégiée. Les sites à consulter Campeurs, caravaniers et camping-caristes, découvrez la Fédération française de camping et caravaning. http://www.ffcc.fr Pour les adeptes du naturisme, partez en camping sans considération de frontières ou de vêtements ! www.campingo.com FRANCE SUCCESSION CE QUI CHANGE 1 Le régime patrimonial du PACS se voit renforcé. Chaque personne pacsée est inscrite d’office en marge de l’acte de naissance de son partenaire. Le pacsé survivant peut rester dans le logement commun un an de plus, et bénéficie de l’attribution préférentielle du droit à ce logement. 2 Si un héritier ne se manifeste pas, les autres successeurs (par une majorité des deux tiers) pourront demander au juge civil de désigner un mandataire pour représenter l’héritier absent. Cette possibilité permet de débloquer des situations d’indivision. 3 L’héritier pourra être protégé d’une dette contractée par le défunt. Si ce dernier avait de « justes raisons d’ignorer cette dette », il pourra en être déchargé. De plus, il pourra renoncer par avance à tout ou partie de son héritage, par un « pacte » signé avec la personne dont il doit hériter. 4 Les petits-enfants pourront également recevoir une donation-partage. La nouvelle loi autorise ainsi les grands-parents à réaliser une transmission « transgénérationnelle », avec l’accord de leurs enfants, héritiers naturels. L’opération doit être signée du vivant du donateur. DURAND FLORENCE/SIPA Directsoir t Mercredi 14 juin 2006 7



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :