Direct Soir n°7 14 jun 2006
Direct Soir n°7 14 jun 2006
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°7 de 14 jun 2006

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 10,9 Mo

  • Dans ce numéro : Dominique de Villepin : « Je continue »

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
Directsoir t Mercredi 14 juin 2006 4 EN EXCLUSIVITÉ INTERVIEW DE BOUTROS BOUTROS-GHALI SEUL UN NOUVEAU PRÉSIDENT AMÉRICAIN PEUT RELANCER L’ONU Diplomate au long cours, Boutros Boutros-Ghali fut secrétaire des Nations unies de 1992 à 1996, puis nommé à la tête de l’Organisation internationale de la francophonie. Au cours de sa brillante carrière, il s’est vu décerner des distinctions et des titres honorifiques par vingt-quatre pays. Aujourd’hui âgé de 84 ans, il poursuit inlassablement sa quête pour la justice dans le monde et pour la francophonie. Où va le monde musulman ? Le fondamentalisme islamique n’est pas propre au monde musulman. Il existe un fondamentalisme hindou, chrétien et juif. Ce qui a pour cause un repli identitaire religieux, ethnique et idéologique qu’on retrouve un peu partout dans le monde face à la mondialisation. Imaginez le minaret symbolisant le repli identitaire et le satellite la globalisation. Le citoyen moyen confronté à cette globalisation qui lui fait peur se replie sur lui-même. Si vous considérez qu’il s’agit Le fondamentalisme n’est pas propre au monde musulman Repères Elisabeth Tordjman d’un phénomène qui touche toutes les ethnies, vous aurez alors une vision différente du fondamentalisme islamique. Que faudrait-il pour réconcilier le monde occidental et le monde musulman ? Le monde occidental devrait s’intéresser davantage au sud de la Méditerranée. L’intérêt qu’il accorde à l’Europe de l’Est ne doit pas se faire aux dépens des pays de cette région, de la Turquie au Maroc, car il existe une réelle fracture Nord/Sud de l’Europe. Il y a la misère, et déjà cinq millions de musulmans. L’Onu a-t-elle les moyens de ses ambitions, notamment dans ses missions de maintien de la paix ? Elle passe par une très grave crise, une des plus graves de son histoire. Elle la surmontera dans la mesure où cette institution est indispensable pour contribuer à résoudre les problèmes planétaires qui ne peuvent plus l’être à l’échelle de l’Etat-nation. JEAN-MICHEL TURPIN/GAMMA Comment lui redonner son autorité ? Soit par la présence d’un nouveau président américain qui, comme Wilson avec la SDN et comme Roosevelt avec les Nations unies, croit en l’importance du multilatéralisme. Soit avec l’apparition de nouvelles superpuissances qui auront la volonté politique de s’occuper des problèmes internationaux (l’Inde, la Chine, l’Union européenne, la Russie). Que pensez-vous de sa faible intervention sur l’Irak ? L’Onu peut contribuer à arrêter le conflit, mais a-t-elle réellement la volonté d’y contribuer et les Etats-Unis l’accepteraient-ils ? Et son silence actuel sur l’Iran ? J’espère qu’une solution diplomatique pourra être trouvée et qu’on évitera toute utilisation de la force. Où en est la francophonie ? Elle a pris un bon départ depuis Hanoi avec la nomination d’un secrétaire général. Elle a établi des contacts avec d’autres organisations similaires, le Commonwealth par exemple. Et elle a élargi son objectif, qui n’est pas seulement la défense du plurilinguisme. ONU FRANCOPHONIE AVEC LÉA, SON ÉPOUSE SEYLLOU DIALLO/AFP La part du politique et du culturel dans la francophonie ? Le politique est en train de dominer la francophonie. D’autres institutions qui s’occupent également du culturel font une forme de concurrence à la francophonie. La francophonie est-elle encore une valeur importante au sein de l’Union européenne ? Hélas, elle a moins d’importance aujourd’hui au sein de l’UE qu’elle n’en avait à ses débuts. Ça se traduit par l’utilisation massive de l’anglais. Votre plus grande satisfaction ? Lorsqu’on trouve une solution pacifique à un conflit, au Cambodge, au Mozambique, à l’apartheid en Afrique du Sud. Lorsqu’on fait adopter certains nouveaux concepts comme la protection des enfants et des femmes. Votre vie aujourd’hui ? La commission des droits de l’homme en Egypte et les ONG qui essaient de promouvoir la paix. J’espère avoir la santé pour maintenir la même activité. Je rentre passer l’été dans mon pays natal, l’Egypte. AHMET SEL/SIPA CORBIS SYGMA
Nous avons tous le droit de ne pas être des pros. A l'OCCllsion du Moodtnl 2006 le MM ! 1e fr oubli ! ! les pllolo de tous IS nmalllrn œ loothall qui suovllllt la çul ! léllliou Envoyez vos pholos, les meilleures seron ! publiées sur l e Monde.fr et dans "le Monde 2'. Pour une auue viSI011 du Mon1a1 e1 b•cn ur lous les 1 êsultaiS. ana•yses al PIOilDSIICS. re ! Ul&'VOUS SUl IWIW emonde lr 1 mO.J.lcjli !) 2.Q..06 ftlllonde.fr Bienvenue la où ça se passe "'"',•.lèlllJi.•qtll



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :