Direct Soir n°7 14 jun 2006
Direct Soir n°7 14 jun 2006
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°7 de 14 jun 2006

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 10,9 Mo

  • Dans ce numéro : Dominique de Villepin : « Je continue »

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
Directsoir t Mercredi 14 juin 2006 12 SPORTS F. TANNEAU/AFP A ; CLACK/REUTERS UN SUR DEUX A HALLE Résutat mitigé pour les Français hier au tournoi de Halle, en Allemagne. Si Richard Gasquet et Fabrice Santoro ont passé sans encombre le premier tour, le tournoi s’arrête déjà pour Gilles Simon (battu par Tommy Haas, 6-4 7-5) et Florent Serra (contre Marat Safin, 7-6 6-3). Gasquet devra réaliser un exploit pour passer le prochain tour : battre Roger Federer en 8 e de finale. Enfin, Arnaud Clément fait son entrée aujourd’hui sur le gazon allemand contre la tête de série n°2 du tournoi, Nicolas Kiefer. RAPIDE À LA DESCENTE Lors des championnats du monde de descente en République tchèque, Arnaud Hybois a pris la 2 e place en kayak monoplace non-stop. Championnat du monde de descente de canoë-kayak : mercredi 14 juin, championnat du monde classique, de 13h à 16h. UN MAXI TRÈS MARRANT Demain, le nouveau maxi-trimaran de Franck Cammas fera sa première sortie officielle au large de Lorient. Groupama 3 est le bateau le plus large du monde (22,5 m), et le premier équipé de foils à s’aventurer dans les mers du Sud. Le programme annoncé du maxi-trimaran englobe grands records et tours du monde. Demain, au large de Lorient, 1 re sortie officielle du maxi trimaran Groupama 3, dernier-né de Multiplast (architectes : Van Peteghem & Lauriot-Prévost). EN DIRECT DE CANAL+ NHL/Stanley Cup Cette nuit, la Stanley Cup trouvera peut-être son nouveau propriétaire. Les Carolina Hurricanes mènent 3-1 devant Edmonton,à une victoire du sacre.A partir de 2h. Rugby/Championnat de monde moins de 21 ans Les « Petits » vont devenir grands L Loïc Jacquet, l’enfant du pays clermontois. h Depuis huit ans, les Bleus n’ont pas marqué en phase finale de Coupe du monde, mais ce constat n’affole pas l’attaquant d’Arsenal : « Je ne suis pas inquiet, on s’est créé des occasions, mais nous n’avons pas été récompensés de notre domination par un penalty. » Il faudra donc compter sur une éventuelle faute dans la surface des Coréens pour espérer ouvrir la marque. es jeunes espoirs du rugby français étonnent, épatent et forcent le respect. Comme vendredi dernier, les Bleuets sont allés au courage chercher ce point de bonus offensif qui leur permet de rester en course pour une place en demi-finale. Le scénario du match face au pays de Galles était le même que celui de la première rencontre face à l’Irlande : quatre essais, dont un dans les arrêts de jeu. Et comme les Irlandais, les Gallois ont dominé le début de match, mais les hommes d’Emile N’Tamack se sont montrés plus réalistes.Au terme de deux incursions dans le camp adverse, le pays de Galles a commis deux fautes qui ont permis aux Bleuets d’inscrire deux pénalités par l’ailier-buteur perpignanais Mathieu Bourret, auteur d’un sans-faute hier soir. Malgré le très bon jeu au pied de Médard, l’équipe de France perd beaucoup de ballons. Cette mi-temps est marquée par beaucoup de maladresses des deux côtés. Les Français regagnent le vestiaire avec trois petits points d’avance (6-3). Dès le début de la seconde période, les Gallois perdent leur talonneur, Edward Shervington, expulsé après un deuxième carton jaune pour brutalité. Les Français en profitent pour prendre l’ascendant et mettre le pack gallois en grande difficulté. Les Bleuets occupent le ter- Dimanche 18 juin à 21h France/Corée du Sud, en direct de Leipzig. Jézabel Lemonier, Jean-Hervé Moysan, David Gauthier. AFRICA/PANORAMIC ULI DECK/EPA/SIPA rain, fatiguent la défense adverse et la poussent à la faute. La troisième ligne est rayonnante. Pendant les arrêts de jeu, l’enfant du pays, Loïc Jacquet, s’arrache du pack pour inscrire le quatrième essai, celui de la délivrance. Score final 32-3, le banc français et Emile N’Tamack exultent : « Bravo les gars, le contrat est rempli ; vous gagnez, vous inscrivez le point du bonus, et vous commettez peu de fautes. Bravo. » Les Bleuets doivent maintenant rapidement récupérer pour affronter dès ce soir, à Issoire, l’Afrique du Sud, grand favori de ces championnats du monde. Football Dwyane Wade, Henry n’est pas le sauveur ! inquiet. Nous, si… h Dwyane Wade, des Miami Heat, a éclaboussé ce 3 e match de toute sa classe avec une performance titanesque (42 pts, 13 rbs) permettant à son équipe de s’imposer in extremis (98-96). Mal en point au début du dernier quart temps avec un retard de 13 unités, l’équipe floridienne va s’en remettre totalement à son jeune arrière. Dans les six dernières minutes,Wade va marquer 12 points, évitant ainsi à Miami d’être mené 3-0 dans leur série face aux Dallas Mavericks. Shaquille O’Neal, quant à lui, signe son meilleur match de la série avec 16 points et 11 rebonds. L’ailier des Mavericks, Dirk Nowitzki, malgré une belle performance (30 pts, 7 rbs), n’a pas pu inverser la tendance, ratant même un lancer-franc crucial dans les dernières secondes du match. Les Miami Heat reviennent donc à 2-1 dans cette série avec la possibilté d’égaliser dans la nuit de jeudi à vendredi, toujours à Miami. Miami Heat vs Dallas Mavericks : Match 4. En direct de Miami, sur Canal+, à partir de 2h05. Commentaires de George Eddy et de Bruno Poulain. L. NICHOLSON/REUTERS
www.directsoir.net S’il ne fallait en garder qu’un, ce serait lui. Le dieu du football, O Rei, la perle noire… L’homme de tous les surnoms est surtout celui de tous les records, de tous les exploits. Avant lui, le football était différent, après lui, rien n’était plus pareil : créateur, dribbleur de génie, buteur incroyable, passeur hors-pair, Pelé a subjugué des générations entières. Repéré à 10 ans par un ancien international brésilien, Waldemar de Brito, il signe son premier contrat professionnel à 15 ans, dans le club de Santos. Deux mois plus tard, en septembre 1956, il joue son premier match officiel contre le FC Corinthians, et marque un but. La légende est en marche. Coupe du monde 1958, en Suède. Il a alors 17 ans, et est appelé dans la Seleçao. Le sélectionneur brésilien ne l’aligne pas lors des 3 premiers matchs, et c’est à la demande du reste de l’équipe que Pelé sera titularisé en attaque face à l’URSS, associé à Garrincha et D.R Pelé, et une..., et deux..., et trois 1 281 buts. 4 Coupes du monde, dont 3 victorieuses. Indétrônable. Vava. En quart de finale, il marque son premier but contre les Pays- Bas, et signe un triplé face à la France. A en écœurer plus d’un, à commencer par Just Fontaine, le recordman de buts marqués en Coupe du monde : « En 1958, personne ne connaît ce néophyte de 17 ans ; il nous met trois buts et nous élimine en demi-finale pour son deuxième match en tant que titulaire… Je n’ai pris conscience de son talent que pendant la finale, que je regardais depuis les tribunes. Ce qu’il a fait ce jour-là m’a dégoûté du foot, et m’a donné envie de raccrocher les crampons. » Pelé éblouit par sa classe. En finale, la Suède marquera deux buts contre cinq réalisations brésiliennes, dont deux de Pelé, inoubliables. Le défenseur suédois Sigge Parling confiera après le match : « Après le cinquième but, j’avais envie de l’applaudir. » Shopping L’équipe de France dans la peau Maillot de l’équipe de France version domicile. Logos et blasons brodés, 65 €. Maillot officiel pour femme. Coupe cintrée, logos brodés, 50 €. Jezabel Lemonier, Alexandre Carré Veste de l’équipe de France version rétro. Héritage Kopa et Fontaine. 75 €. Maillot de l’équipe de France version extérieur, 65 €. L’exclu Directsoir « Quand il est arrivé sur le terrain, personne ne connaissait ce néophyte de 17 ans. Sa prestation en finale de la Coupe du monde 1958, en Suède, que je voyais des tribunes, m’a donné envie d’arrêter le foot. » Just Fontaine, à propos de Pelé, lors de l’émission « On a gagné » du 4 juin, sur Direct 8. De retour au pays, l’enfant qu’il n’a pas cessé d’être devient l’idole que l’on connaît. De 1958 à 1974, année où il tirera sa révérence internationale, c’est 1 281 buts marqués en 1 363 matchs et 92 sélections… Le roi Pelé a tout gagné. Et pas uniquement sur la pelouse.Ambassadeur du Brésil, tour à tour au bénéfice de son pays, de l’Unicef ou de l’ONU, Pelé a la lourde responsabilité de montrer aux enfants du monde, non seulement comment devenir footballeur, mais aussi et surtout un homme. Survêtement de l’équipe de France marine, logos et blasons brodés, 115 €. Minikit short + maillot de l’équipe de France, pour Zidane en herbe, 50 €. Commandez sur www.adidas.com AFP AFP JOHN MACDOUGALL/AFP UN STADE DE LÉGENDE L’Olympiastadion de Berlin, le stade de la finale, est un ovale de 300 m sur 230m. Il a accueilli les Jeux olympiques de 1936. C’est dans cette enceinte que l’athlète noir Jesse Owens remporta quatre médailles d’or en narguant de la plus belle manière Adolf Hitler, furieux de voir ses athlètes impuissants… Rénovée pour un coût de 242 millions d’euros, l’aire de jeu de l’équipe du Herta Berlin accueillera plus de 66 000 personnes pour la finale de cette édition. LA COUPE EN CHIFFRES Avec 181 sélections, le gardien saoudien MohammedAl-Deayea est le joueur le plus capé de la compétition. Le meilleur buteur présent sur les pelouses est l’Iranien Ali Daei, qui a inscrit 109 buts en 145 sélections, loin devant Ronaldo, troisième avec 58 réalisations en 91 matchs. Si le club anglais de Chelsea est le mieux représenté avec seize de ses joueurs évoluant dans diverses équipes nationales, c’est le Brésil qui est le champion de la constance, puisque c’est le seul pays à avoir participé à toutes les phases finales. Il s’est imposé à cinq reprises, loin devant l’Italie et l’Allemagne. KAHN TITULAIRE… … dans l’album Panini seulement ! Les mythiques albums, imprimés avant la sélection officielle, l’ont en effet inclu dans l’édition 2006. Sauf blessure, c’est Jens Lehman gardera les buts allemands. Si Panini l’a collé dans les cages, son entraîneur l’a collé sur le banc. Peu de chances, donc, d’avoir un nouveau festival de Kahn. STOP OU EN QUART ? D’après une étude très sérieuse menée par de très sérieux économistes suisses de la très sage banque UBS, l’équipe de France s’inclinerait en quart de finale de la Coupe du monde contre l’Italie… C’est en adaptant leur système de calculs financiers à des statistiques sportives que ces cols blancs ont sorti ces prévisions sur nos hommes en short. En demi-finale, la Squadra Azzura s’imposerait face à l’Argentine, avant « d’éclater » en finale un Brésil vainqueur des Pays-Bas dans la deuxième demi. L’honneur est sauf : dans sa poule, la France devrait avaler les petits Suisses. Directsoir t Mercredi 14 juin 2006 13



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :