Direct Soir n°696 8 fév 2010
Direct Soir n°696 8 fév 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°696 de 8 fév 2010

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (256 x 341) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 2,9 Mo

  • Dans ce numéro : Le boom des BB Brunes

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
Directsoir N°696/Lundi 8 février 2010 14 BUZZ TÉLÉ C’est la première fois que vous présidez un jury de ce type ? Denis Olivennes : J’ai présidé il y a longtemps des jurys universitaires, et j’avoue que l’idée de donner des notes, bonnes ou mauvaises, ne m’enchante guère. Mais ici, il ne s’agit pas de cela : en tant que président du jury des Globes de cristal, je participe à une présélection. Il s’agit de choisir cinq noms de candidats pour chaque discipline représentée, sachant que le vote lui-même est l’affaire des journalistes de la presse culturelle qui forment le jury. Denis Olivennes, directeur général délégué INTERVIEW du « Nouvel Observateur » et président du jury des Globes de cristal. Globes de cristal : « Une manifestation inédite » Après Bernard-Henri Lévy et Jacques Attali, c’est au tour de Denis Olivennes, du « Nouvel Observateur », de présider le jury des Globes de cristal, les prix pour les arts et la culture, qui sont décernés ce soir par la presse française. LALIQUE Les Globes de cristal bénéficient-ils aujourd’hui de l’aura médiatique qu’ils méritent ? D. O. : Vous savez, on en est seulement à la 5 e édition. Il faut laisser à cette mani - festation, inédite dans le paysage artistique, le temps de s’installer dans l’esprit du public. Je trouve que l’idée d’avoir recours aux journalistes de la presse dédiée pour mener les débats, journalistes qui sont en première ligne sur tous ces thèmes, est particulièrement séduisante et intéressante. C’est cela aussi qui m’a décidé à accepter d’en présider le GAGNEZ DES INVITATIONS POUR LE SPECTACLE DE CHANTAL LADESOU Chantal nous sert un spectacle d’humour sur le théâtre et les travers du métier, les coulisses de la vie conjugale et les péripéties familiales. L’élastique Ladesou vous aimante, elle est si démente qu’elle en est captivante. Elle ne monte pas sur scène, elle démonte la scène. Envoyez vos nom, prénom et adresse postale à : invitations@directsoir.net, précisez en objet : CHANTAL LADESOU Seuls les 10 premiers courriels gagneront 1 invitation pour 2. Les réponses envoyées avant l’heure de la mise en ligne du journal ne pourront être prises en compte jury. De manière générale, toute manifestation qui met sur le devant de la scène les disciplines artistiques françaises me semble louable. Justement, où en est-on de l’idée d’exception culturelle française aujourd’hui ? D. O. : Comme je l’ai écrit il y a très longtemps – c’était dans la revue Le Débat – nous avons une particularité : c’est cette exception culturelle, qu’il ne faut pas comprendre évidemment dans un sens xénophobe ou engendrant l’exclusion. C’est un système qui nous a permis d’être le deuxième ou le troisième producteur de cinéma du monde ; de posséder, en musique, le deuxième catalogue mondial. Tout cela, alors que nous sommes loin d’être pour le reste la deuxième puissance internationale… Donc, c’est un système qui marche et qui, au-delà des bénéfices économiques qu’il apporte, permet de construire notre identité collective. Promouvoir cet aspect culturel est de plus en plus important, alors que la concurrence numérique déstabilise certains secteurs. A ce sujet, comment jugez-vous l’application de la loi Hadopi, vous qui êtes l’un de ses inspirateurs ? D. O. : Je trouve que l’on est malheu - reusement passé par un processus excessivement long et compliqué. Mais je note que les résultats commencent à Le cristal dont on fait les artistes ➔ La 5 e cérémonie des Globes de cristal 2010 sera retransmise ce soir en direct du Lido, à partir de 20h45, sur Virgin 17. Présentée par Patrick Poivre d’Arvor et Anne Roumanoff, en présence de Didier Quillot (président des Globes de cristal), Denis Olivennes (président du jury), Serge Benaïm (délégué général) et Louise Maurin (secrétaire générale). Denis Olivennes. se manifester : pour la première fois depuis longtemps, l’industrie musicale a connu cette année un chiffre d’affaires stable, et pas seulement à cause d’événements malheureux comme la mort de Michael Jackson. Il y a un effet dissuasif, qui est peut-être encore insuffisant. Il faudra sans doute, comme le préconise le rapport Zelnick, trouver d’autres sources de financement, par une taxe sur l’activité numérique peut-être. On constate aussi une hausse de la fréquentation des salles de cinéma. D. O. : Il est évident que tout spectacle qui n’est pas reproductible ne sera pas touché par le numérique : les sensations que procurent un concert, une pièce de théâtre ou une salle obscure ne seront jamais retrouvées devant un ordinateur. Et c’est une bonne chose. Votre coup de cœur pour cette 5 e édition ? D. O. : J’ai décidé de remettre à l’actrice Danièle Darrieux le Globe du président. Pourquoi ? Parce qu’elle me semble, à travers son immense carrière de comédienne, incarner mieux que personne le charme français. Notez que l’on peut avoir n’importe quelle origine et incarner ce charme. Mais en l’occurrence, pour cette grande dame qu’est Danièle Darrieux, sa carrière plaide en sa faveur. Patrick Poivre d’Arvor et Anne Roumanoff.
www.directsoir.net Caroline Ithurbide et Allan Van Darc. 20H35 11H50 « Le Petit Poucet » revu par Omar et Fred Le Petit Poucet, magnifique conte de Charles Perrault, prend une autre dimension quand il tombe entre les mains d’Omar et Fred, le célèbre duo comique qui sévit quotidiennement sur la chaîne cryptée avec leur SAV des émissions. Les deux humoristes, qui ont rebaptisé le conte Le pas Petit Poucet, l’histoire d’un garçon qui, « quand il vint au monde, était très grand et pas plus gras que le pouce », y enchaînent les anachronismes, les références à l’univers de l’enfance et les situations absurdes. Jonathan Lambert, Julie Ferrier ou encore Vincent Desagnat apportent leur concours à cette entreprise complètement délirante. Au terme des quarante-cinq minutes que dure le film, les inconditionnels du duo pourront se délecter d’une sélection des meilleurs moments du SAV des émissions. Soirée spéciale Omar et Fred : Le pas Petit Poucet, téléfilm, Le SAV des émissions, divertissement. Bernardo (Fred Testot) et Zorro (Omar Sy). PLANÈTE PEOPLE Du lundi au vendredi, Allan Van Darc et Caroline Ithurbide reviennent sur les moments forts de l’actualité des célébrités de la planète : scoops, révélations, scandales et informations, 24h people fait le tour du monde people, en direct. 24h people, magazine. 23H05 La peur au ventre ➔ Après avoir réussi à s’échapper de la planète Acheron avec Newt, Hicks et Bishop, Ellen Ripley est la seule rescapée du crash de leur capsule de secours sur la planète Fiorina 161. Pour quelle raison l’ordinateur de bord a-t-il éjecté la capsule ? Bien qu’elle soit entourée de dangereux criminels, Ellen Ripley redoute qu’un danger bien plus grand ne l’ait suivie. Alien 3, film. 20H35 22H10 Ellen Ripley (Sigourney Weaver). Le retour de Lennon ➔ A la suite d’une escroquerie, Pablo, agent d’assurances, doit trouver un demi-million de francs. Il appelle son cousin Léon, qui vient de toucher un gros héritage. Or celui-ci ne s’est jamais remis d’un trip à l’acide. Il passe son temps à attendre le retour de John Lennon et Janis Joplin... Janis et John, film. Une étoile brillante ➔ Intensément concentrée, sur scène et en coulisses, Sylvie Guillem, étoile française de la danse, confie ce soir son besoin permanent de se dépasser, sa crainte panique de « ne pas être à la hauteur ». Qu’est-ce qui pousse encore la danseuse, dans la quarantaine, à se mettre en danger ? C’est le sujet de ce portrait intime, qui glisse, au rythme des saisons, de Tokyo à New York et de Paris à Londres. Sylvie Guillem, sur le fil, documentaire. TWENTIETH CENTURY FOX FILM CORPO 20H40 ZOOM TÉLÉ 15 Idylle en temps de guerre ➔ Juin 1940. Au plus fort de la débâcle, le sergent français Julien Maillat (Jean-Paul Belmondo) abandonne ses camarades pour tenter d’embarquer sur un cargo, à Bray-Dunes, avec les Anglais. Il échappe de justesse aux flammes quand le navire est coulé et rejoint la côte à la nage. Désabusé, il erre sur les plages, parmi les ruines. Il rencontre alors Jeanne (Catherine Spaak), qui refuse de quitter sa maison détruite. Entre eux, une passion amoureuse va naître… Deux ans après le sublime Un singe en hiver avec Jean Gabin, Henri Verneuil (La vache et le prisonnier) et Jean-Paul Belmondo se retrouvent dans cette magnifique adaptation du roman de Robert Merle (prix Goncourt 1949), pour livrer une œuvre talentueuse, ambitieuse (la reconstitution des plages bombardées est impressionnante) et pleine d’humanité. Au-delà du simple film de genre, Week-end à Zuydcoote est une réflexion sur l’absurdité de la guerre et le désœuvrement des soldats, dans la lignée des grands films existentialistes. Malgré son jeune âge, Jean-Paul Belmondo est déjà une star grâce à son rôle dans A bout de souffle de Jean-Luc Godard. Acteur symbole de la Nouvelle Vague mais aussi acteur populaire, celui qui deviendra par la suite Bébel offre une interprétation forte et légère d’un jeune soldat pris dans la tourmente d’événements qui le dépassent. Week-end à Zuydcoote, film. Julien Maillat (Jean-Paul Belmondo), dans Week-end à Zuydcoote. SUNSHINE INTERNATIONA/SIPA



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :