Direct Soir n°692 2 fév 2010
Direct Soir n°692 2 fév 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°692 de 2 fév 2010

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (256 x 341) mm

  • Nombre de pages : 12

  • Taille du fichier PDF : 965 Ko

  • Dans ce numéro : Clovis Cornillac, un franc succès

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
8 CINÉMA DRAME PSYCHOLOGIQUE Après la guerre Remake du film danois « Brodre », de Susanne Bier, sorti sur les écrans en 2006, « Brothers » de Jim Sheridan scrute les ravages de la guerre dans la sphère de l’intime. Fort d’une filmographie profondément marquée par l’histoire de son pays (Au nom du père – 1994 –, The Boxer – 1998), le réalisateur irlandais Jim Sheridan prend cette fois-ci la présence américaine en Afghanistan pour toile de fond de son nouveau long métrage. Comme souvent dans les films du cinéaste, la description des conflits armés est un prétexte pour observer leurs répercussions sur l’âme humaine et les rapports familiaux. Sam (Tobey Maguire) et Grace (Natalie Portman) vivent dans une banlieue américaine. Couple et parents modèles, ils voient leur vie basculer quand Sam, militaire, est envoyé en mission en Afghanistan, puis porté disparu. Le jeune frère de Sam, Tommy (Jake Gyllenhaal), petite frappe tout juste sortie de prison, HUIS CLOS Le devoir de tuer ? Récompensé par un lion d’or au dernier Festival de Venise, « Lebanon » est le récit de la première journée de la guerre du Liban vécue par le réalisateur, alors âgé de 20 ans. ➔ 6 juin 1982. Sous un ciel bleu magnifique, un char est à l’arrêt dans un champ de tournesols en fleurs. A l’intérieur, cinq jeunes hommes attendent les instructions de leur mission en ce premier jour de guerre au Liban. Pour Schmulik, le tireur, ce sera à jamais le premier jour du reste de son existence. Dans la vie, Schmulik n’est autre que le réalisateur israélien Samuel Maoz, qui souhaitait avec Lebanon exorciser la douleur de cette expérience. Dans le viseur du char, le réalisateur filme tour à tour les visages à l’extérieur : la douleur Schmulik (Yoav Donat) et Jamil (Zohar Strauss). prend alors en charge la famille de son aîné. Mais lorsque Sam est retrouvé vivant et regagne le foyer, il n’est plus le même homme. Chronique de la trajectoire inverse de deux frères – tandis que l’un va connaître l’horreur de la guerre et la folie des hommes, l’autre trouve enfin une raison de vivre en endossant la responsabilité d’un père de famille –, Brothers dissèque avec intelligence et sensibilité les rouages de l’espèce humaine. La détention de Sam par les talibans dans le désert afghan fait contraste avec la vie endeuillée mais confortable de ses proches. Construisant un récit en miroir, Sheridan réussit Brothers une œuvre forte portée par trois acteurs est un remake du film danois de haut vol. Brodre, qui a reçu le prix du public au Festival de Sundance en 2005. Brothers, Jim Sheridan, en salles demain. Grace (Natalie Portman) et Sam (Tobey Maguire), couple et parents modèles. d’un innocent, d’une mère ou encore l’incompréhension d’un enfant, mais aussi à l’intérieur, les soldats prisonniers d’une machine à tuer. Dans cette guerre des nerfs, aucun détail ne lui échappe. Le spectateur devient dès lors un témoin et personne ne ressort indemme de ce huis clos. Un film poignant sur la détresse des hommes, tous victimes d’un conflit. Son témoignage dramatique lui a valu un lion d’or au Festival de Venise de 2009. Lebanon, de Samuel Maoz, en salles demain. CTV INTERNATIONAL BAC FILM WILD SIDE VIDEO DRAME David Lurie (John Malkovich). DVD Regard sud-africain Directsoir N°692/Mardi 2 février 2010 ➔ Inspiré du roman de J. M. Coetzee, prix Nobel de littérature, Disgrace, drame ambigu, dur et sombre, suit un professeur de poésie d’une cinquantaine d’années. Après son renvoi de l’université de Cape Town pour avoir entretenu une relation avec une de ses étudiantes, David Lurie (John Malkovich) est venu se réfugier dans la ferme de sa fille, Lucy. Mais il est un jour victime d’une agression et assiste, impuissant, au viol de Lucy. Il prend alors conscience de son comportement abusif envers les femmes et du nouveau partage du pouvoir entre Blancs et Noirs, dans une très complexe Afrique du Sud post-apartheid. Disgrace, de SteveJacobs, en salles demain. Des copains en culottes courtes ➔ Adapter Le petit Nicolas de Sempé et Goscinny sur grand écran n’était pas une mince affaire. En septembre 2009, le réalisateur Laurent Tirard, entouré de Valérie Lemercier, Kad Merad, Sandrine Kiberlain et François-Xavier Demaison, a séduit le public (5,4 millions d’entrées). Entre des décors savoureusement rétro, un casting de bambins étonnants et un esprit que Sempé et Goscinny n’auraient pas renié, la version DVD du Petit Nicolas a largement sa place aux côtés des albums cultes. Le petit Nicolas, de Laurent Tirard, DVD Wild Side Vidéo.
E. ROBERT/DIRECT8 www.directsoir.net LE BILLET DE JEAN-MARC MORANDINI Journaliste, animateur de radio et de télévision Les codes du 20 heures explosent La présence de Jim Carrey au 20h de TF1, dimanche soir, faisait vraiment du bien ! Un vent de fraîcheur qui a soufflé sur nos écrans de télé parfois engourdis par la morosité et l’habitude. Assis bien sagement face à la présentatrice du journal, l’acteur américain a très vite commencé à faire le show. Juste après le reportage le concernant, on a retrouvé son siège vide, alors que lui était quasiment allongé sur la table devant une Claire Chazal se retenant pour ne pas exploser de rire. « Vous n’avez pas de micro et en plus vous êtes dans le noir », dit-elle, alors qu’il la regarde amoureusement en lui déclarant sa flamme ! Surexcité, Jim Carrey parle à peine de son film et fait tout simplement le spectacle. A 20h35, il se rapproche de Chazal pour entrer dans le cadre de fin du JT, puis se met à quatre pattes et sort doucement de l’écran. Fabuleux moment de direct où tous les codes des journaux du 20h sont soudain cassés pour laisser la place à l’improvisation et à la vraie vie. Devant son écran, le téléspectateur se sent enfin interpellé par ce qui se passe. Le rythme lancinant du journal qui alterne plateau de lancement et reportage est enfin rompu. Ce n’est pas la première fois que ce type de moment se produit dans un JT. Grand habitué, Jamel Debbouze qui, sur TF1 ou sur France 2, n’hésite pas à interpeller directement les présentateurs pour qu’ils fassent « coucou à sa maman ». On se souvient également, par exemple, de Nagui et Michel Serrault, invités du journal de Bruno Masure sur France 2 en janvier 1993, qui avaient fait un strip-tease alors que le journaliste tentait d’annoncer la suite des programmes. Une séquence qui passe en boucle dans tous les bêtisiers. On imagine d’ailleurs que ce qui s’est passé dimanche sur TF1 aura la même destinée. A demain ! 22H50 Faire la paix ➔ Les accords Start mettent fin à cinquante ans de guerre froide. La Russie s’engage à désactiver ses stocks d’armes nucléaires. Une dizaine de missiles russes sont aussitôt volés… Le pacificateur, film. George Clooney. 20H35 La chasse à la baleine perdure au Japon. Le combat de Greenpeace ➔ A la manière d’un journal de bord, la réalisatrice Angela Graas présente l’expédition menée par l’organisation écologiste Greenpeace en Antarctique contre la chasse à la baleine pratiquée par des navires japonais. Elle a filmé le quotidien de l’équipage, des préparatifs de l’intervention à leur confrontation avec la flotte de chasse japonaise, seule nation à pêcher dans cette zone où les baleines sont protégées. Mille baleines, documentaire. 20H35 Dire non à la discrimination Sandrine. ➔ Depuis 2001, la discrimination est un délit passible de trois ans d’emprisonnement et de 45000 euros d’amende. Dix-huit critères discriminatoires ont été retenus par le législateur, parmi lesquels l’apparence physique, l’orientation sexuelle, l’âge, l’origine ou la grossesse. Dans Pourquoi toi et pas moi ?, Julien, Sandrine, Gérard, Salah, Alexandra et Chantal confient l’injustice qu’ils ont subie. Pourquoi toi et pas moi ?, documentaire. DREAMWORKS SKG Doubles vies, enfants cachés, parents au passé trouble, filiations contestées… Béatrice Schönberg se penche sur ces secrets de famille capables de souder ou de détruire une famille. Prise directe, Secrets de famille : faut-il tout dire ?, magazine, 20h35, France2. 2009 LES FILMS DU KIOSQUE LEYKAUF FILM MISS LUNA FILM 20H40 ZOOM TÉLÉ 9 Sujets de société ➔ Enquête inédite, présentée par Adrienne de Malleray et préparée par la rédaction de Direct8, développe ce soir six sujets de société. Le premier, « Infidélité : sexe, mensonges et gros business », lève le voile sur les nouvelles stratégies de l’infidélité. Celle-ci représente un secteur lucratif pour les détectives privés, qui y consacrent la moitié de leur activité. Aujourd’hui, ils proposent même de fabriquer des alibis sur mesure pour tromper en toute quiétude ou, à l’inverse, d’utiliser des femmes comme appât afin de tester la fidélité d’un mari. Dans « Sangliers : la chasse est ouverte », retour sur la prolifération de ce mammifère omnivore dans les campagnes. Vastes battues, pièges : dans certaines régions, il faut utiliser les grands moyens pour s’en débarrasser. Car ces animaux, en surnombre, commencent à poser de sérieux problèmes. Ils provoquent des accidents fréquents sur les routes, dévastent les plantations des agriculteurs et n’hésitent pas parfois à se rendre jusqu’en ville. L’émission traitera également de l’exorcisme. Si les demandes n’ont jamais été aussi nombreuses depuis des décennies, l’Eglise catholique, très stricte sur ces pratiques, en refuse la majorité. Mais de nouveaux pratiquants ont compris qu’ils pouvaient conclure des affaires avec le Malin. Adrienne de Malleray reviendra également sur trois autres sujets : « Dans les secrets du mont-de-piété », « Champignons, la nouvelle guerre des sous-bois » et « Le danger des ados nues sur Internet ». Enquête inédite, magazine. L’infidélité, un secteur lucratif pour les détectives privés. Le bal des actrices, de Maïwenn. 22H35 Mise à nu ➔ Entourée de comédiens, Maïwennmène la ronde dans son deuxième long métrage, qui met à nu le métier d’actrice. Scènes captées sur le vif ou travaillées, la réalisatrice laisse en permanence planer le doute. Le bal des actrices, film.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :