Direct Soir n°68 4 déc 2006
Direct Soir n°68 4 déc 2006
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°68 de 4 déc 2006

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2 Mo

  • Dans ce numéro : Restos du coeur, 22 ans de générosité

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
Directsoir t Lundi 4 décembre 2006 8 ACTU FRANCE EN BREF Port-Royal : 10 ans après v Environ 200 personnes, familles et proches des victimes de l’attentat du RER parisien de Port-Royal, le 3/12/1996, qui avait fait quatre morts, ont participé hier à une cérémonie du souvenir sur le quai de la station. Sur les 170 blessés, nombreux sont ceux qui souffrent encore de séquelles et de traumatismes. La France aidera Airbus pour l’A350 v Dans une interview à La Tribune, le ministre de l’Economie, Thierry Breton, affirme que l’Etat français, actionnaire d’EADS, « accompagnera le financement » de l’A350 d’Airbus, comme le feront l’Allemagne, l’Espagne et la Grande-Bretagne. Le conseil d’administration d’EADS a donné son feu vert vendredi au lancement industriel de l’A350 XWB, un programme de 10 milliards d’euros. La grande roue ne tourne plus à Lyon v La Grande roue installée pour les fêtes de fin d’année sur la place Bellecour, dans le centre-ville de Lyon, a été placée hier sous scellés pour les besoins d’une enquête judiciaire après la légère électrocution d’un adolescent samedi alors qu’il se trouvait dans une nacelle. Le jeune homme, âgé de 17 ans, a été hospitalisé et a décidé de porter plainte pour « blessures involontaires ». Une éolienne cassée… par le vent v Une éolienne installée sur le parking d’une entreprise de Bondues (Nord) a été cassée hier au niveau de sa base par une rafale de vent. Elle est ensuite tombée sur le sol, mais sa chute n’a pas fait de victimes ni de réels dégâts, selon les pompiers intervenus sur place. SOCIAL/Semaine chargée en perspective Depuis le mois de septembre, rarement l’agenda social n’aura été aussi rempli que cette semaine : syndicats, patronat, salariés des hôtels-cafés-restaurants, cheminots sans oublier enseignants et étudiants en médecine vont se relayer, qu’il s’agisse de dialoguer ou de porter des revendications. Aujourd’hui, les représentants de la CGT et de la CFDT,Bernard Thibault et François Chérèque,ont ouvert cette semaine de mobilisation. Lors d’une conférence de presse conjointe, ils devaient présenter un plan d’action destiné à favoriser l’inscription dans la loi de l’avis rendu mercredi dernier par le Conseil économique et social. A cette occasion,Jacques Dermagne,son président,avait proposé que tous les salariés puissent se porter candidats lors des élections syndicales. Cette mesure aurait pour principale conséquence de mettre fin au monopole des centrales historiques (CGT,CFDT,FO,CFE-CGC et CFTC).Les organisations syndicales apparues dans les années quatre-vingt-dix,l’Unsa et Solidaires (SUD),devraient en être les principales bénéficiaires. Autre point chaud : les droits des salariés. Ce matin, la CGT a lancé une mobilisation de quinze jours pour « les salaires,le pouvoir d’achat et l’accès de tous à un véritable emploi ». A partir de demain, patronat et syndicats se retrouveront au siège du Medef afin de poursuivre leurs discussions sur les régimes de retraite complémentaires du privé. Si aucune mesure n’est prise, le régime des cadres (Agirc) FRANCE-ALGÉRIE/Le trait d’union économique h Opération séduction à Alger. Hier, le maire de Marseille et vice-président du Sénat, Jean-Claude Gaudin, est arrivé dans la capitale algérienne à la tête d’une délégation de 300 personnes pour une « visite de travail » qui se poursuivra jusqu’à mercredi. Objectif : établir un pont entrepreneurial au-dessus de la Méditerranée. Jean-Claude Gaudin en a profité pour rappeler l’importance d’un renforcement de la coopération entre les deux villes, soulignant que sur les 800000habitants de Marseille, 150000étaient issus de l’immigration, dont une bonne partie de l’Algérie. Le maire de la deuxième ville de France a également été reçu par le président algérien, Abdelaziz Bouteflika. Tous deux se sont mis d’accord pour que l’Assistance publique/Hôpitaux de Marseille réalise un audit sur le fonctionnement de l’hôpital d’Oran (à l’ouest de l’Algérie). THOMAS LIARD,ALEXANDRE GIRAUD,NICOLAS CAILLEAUD,SÉBASTIEN DUPORT,MATTIS MEICHLER François Chérèque et Bernard Thibault lors d’une conférence de presse commune. devrait se trouver en déficit à partir de 2009. A partir de mercredi, c’est la CFE-CGC qui se réunira pour son 28 e congrès. Elle devrait réélire son président Bernard Van Craeynest, seul candidat en lice. Les syndicats et le patronat des hôtels-cafés-restaurants se retrouveront ce même jour pour tenter de négocier une nouvelle grille salariale. Jeudi, ce sont les étudiants et enseignants en médecine générale qui manifesteront à Paris pour réclamer la création d’une véritable filière universitaire de leur discipline dès la rentrée prochaine. PRÉSIDENTIELLE/La « petite voix » de Rachid Nekkaz h Fils d’immigré et patron de start-up. En cette période de crise des identités, l’étiquette qui colle à la peau de Rachid Nekkaz peut séduire. Mais elle est surtout réductrice, car à 34 ans l’homme a déjà vécu mille vies depuis qu’il a quitté sa cité de Choisy-le-Roi (94). Ses parents étaient analphabètes. Lui a écrit trois livres et gravi l’échelle sociale à la force du poignet. Sa dernière idée fixe ? Devenir candidat à l’élection présidentielle de 2007. Avec un objectif en tête, celui de redonner aux citoyens le goût des urnes. Pour les séduire, Rachid Nekkaz propose une refonte draconienne du système démocratique, en supprimant par exemple la fonction présidentielle, en introduisant la proportionnelle aux législatives ou encore en interdisant aux énarques de faire de la politique. Le système Nekkaz ne compte pas s’arrêter là. Depuis 2001, lui et son club des élus « Allez France », fort de 2417 maires, se battent aussi pour l’inscription automatique des citoyens sur les listes électorales. Selon Rachid Nekkaz, 5 millions de personnes Jeudi toujours, la SNCF pourrait être le théâtre de mouvements de grève, destinés à dénoncer « une dégradation des conditions de travail ». A savoir Jeudi, le trafic SNCF devrait être perturbé en Ile-de-France : des préavis de grève ont été déposés par la CGT, la Fgaac, Sud Rail et FO. en âge de voter ne seraient pas en mesure de le faire le moment venu. Un chiffre qui s’alourdit chaque année. Il s’agit de « mettre fin à ce dysfonctionnement », explique-t-il. S’il reste encore peu connu, Rachid Nekkaz n’a rien d’un farfelu. Il fait partie des rares candidats déclarés à prétendre disposer des 500 parrainages nécessaires. Peut-être pas de quoi remporter la victoire finale, mais il espère au moins avoir la chance de faire entendre sa « petite » voix. Rachid Nekkaz, candidat à la présidentielle. F. TONDRE/REA R. DEMARET/REA
www.directsoir.net J. BRINON/AP POLITIQUE/Ségolène Royal achève son voyage au Proche-Orient La candidate socialiste rencontre aujourd’hui Ehud Olmert, alors que sa tournée sucite la polémique en France. C’estdit « La traduction donnée à Ségolène Royal était abrégée et ne comportait pas tous les propos » « Les politiques n’ont pas compris (…) qu’il y a une majorité silencieuse de Français qui leur demande de se relever les manches sur ces enjeux environnementaux. Il y a des moments où l’on se demande s’ils n’ont pas envie que je me présente. » Nicolas Hulot (ce matin sur RTL) Ségolène Royal ce matin au mémorial Yad Vashem, à Jérusalem. Première sortie internationale en tant que candidate du PS à la présidentielle et première polémique. Ses adversaires scrutaient le député des Deux- Sèvres et guettaient le faux pas qui leur permettrait de la fustiger. En se rendant pour cinq jours au Proche-Orient, elle ne se facilitait pas la tâche. Vendredi, un élu du Hezbollah, Ali Ammar, avait assimilé le comportement d’Israël au Liban au « nazisme »,lors d’une rencontre entre la candidate et des députés libanais. L’absence de réaction de Ségolène Royal à ces propos a été le point de départ d’une avalanche d’attaques de la droite. La candidate PS à l’Elysée a affirmé le lendemain n’avoir pas entendu les propos incriminés – l’ambassadeur de France présent à ses côtés non plus – sinon elle aurait « quitté la salle ». Et François Hollande d’ajouter que « la traduction donnée à Ségolène Royal et l’ambassadeur n’était qu’une traduction abrégée,sommaire, qui ne comportait pas tous les propos rapportés par ailleurs aux journalistes ». Mais les explications n’ont pas endigué le flot de critiques. Valérie Pécresse,porte-parole de l’UMP,a estimé de « vraiment inexcusable et inqualifiable » que Ségolène Royal ait attendu « 24 heures pour réagir », mettant l’attitude de la socialiste « sur le compte de la méconnaissance des questions internationales ». Pour François Fillon, c’était une erreur d’organiser cette rencontre. « Accepter de parler avec un membre du Hezbollah, organisation qui prône la destruction d’Israël, a provoqué et mené la guerre contre Israël en entrant en territoire israélien et en prenant des otages, était déjà une faute », a expliqué le conseiller politique de Nicolas Sarkozy, tandis que François Bayrou considérait que les élus du mouvement chiite ne pouvaient « pas être regardés comme des élus du Liban comme les autres ». Dominique Voynet, candidate des Verts à la présidentielle, a estimé de son côté qu’on ne pouvait « pas jouer avec les drames du monde » et qu’il fallait « vraiment bien se préparer avant d’entreprendre un voyage de ce type ». Hier, Philippe Douste-Blazy, a mis en garde Ségolène Royal contre des idées « simplistes ». Julien Dray, porte-parole de la candidate PS, a vertement répliqué au ministre des Affaires étrangères. « Tout cela n’est pas digne de grands responsables politiques, a indiqué Julien Dray. Il y en a qui veulent nous donner des leçons.Franchement,ils sont mal placés pour le faire. » François Rebsamen, codirecteur de la campagne présidentielle de Ségolène Royal, jugeait hier « dérisoires et consternantes les petites polémiques franco-françaises » autour du voyage au Liban de la candidate socialiste. Pour lui, « l’incident est clos ». Ségolène Royal continue son parcours au Proche-Orient qui se terminera demain. Elle était hier dans la bande de Gaza pour rencontrer le président de l’Autorité palestinienne à qui elle a rendu hommage pour ses efforts en vue de constituer un gouvernement d’union nationale. Cet après-midi, la présidente de la région Poitou-Charentes devait se rendre à la Knesset, le parlement israélien, pour rencontrer le Premier ministre israélien, Ehoud Olmert. Cette dernière rencontre, si elle se déroule sans accroc,pourrait renforcer sa stature internationale et faire taire ses détracteurs. « Tous ces présidents de club de supporters savent que s'ils ne participent pas à l'effort nécessaire pour éradiquer la violence dans les stades, leurs clubs pourront être menacés de dissolution. » Jean-François Lamour, ministre de la Jeunesse et des Sports (ce matin sur RTL) « C'est vrai que j'ai un caractère de cochon. Ce n'est pas mentir d'affirmer ça. Parfois, j'aime bien avoir raison, même quand j'ai tort. Mais affirmer que je voulais le pouvoir, non. » Thierry Henry, en réponse aux attaques de certains joueurs de l'équipe de Francede football (L'Equipe) Y. LEMMER/AFP FRANCE ENVIRONNEMENT/Le kérosène en accusation h Le transport aérien représente à lui seul 3% des émissions mondiales de gaz à effet de serre. Le chiffre pourrait être multiplié par quatre, voire cinq à l’horizon 2050 si le trafic continue de croître au rythme actuel de 5% par an. Dans un secteur où les vols internationaux ne sont pas soumis au protocole de Kyoto, l’urgence environnementale a rattrapé les acteurs de l’aéronautique. Hier à Toulouse, un colloque tentait de faire le point sur la question. Pour l’Académie des technologies, le transport aérien doit se préparer à consommer moins de pétrole. D’autant qu’une autre menace s’apprête à ébranler le secteur : l’épuisement annoncé des réserves d’énergie fossile. Déjà, l’A380 d’Airbus et le Boeing 787 donnent le ton, en consommant 15 à 20% de kérosène de moins que les modèles d’ancienne génération. Les motoristes regardent d’ores et déjà vers les énergies alternatives. Exit les biocarburants, ils ne peuvent être conservés à - 50 degrés, condition sine qua non pour les vols à haute altitude. Hydrogène ou fuel synthétiques semblent plus prometteurs pour le renouvellement des flottes dans une vingtaine d’années. Dans les KIOSQUES L’écran fantastique consacre sa couverture du mois de décembre à Déjà vu, le nouveau thriller de Tony Scott, attendu sur les écrans le 13décembre prochain. Denzel Washington en sera la vedette. G.BAKER/AP PHOTO Directsoir t Lundi 4 décembre 2006 9



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :