Direct Soir n°668 18 déc 2009
Direct Soir n°668 18 déc 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°668 de 18 déc 2009

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 275) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 3,5 Mo

  • Dans ce numéro : Après Copenhague à nous de jouer !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
6 EN COUVERTURE APRÈS COPENHAGUE L’AVENIR ENTRE NOS MAINS Selon l’adage du sociologue allemand Ulrich Beck, « nous som - mes sommés aujourd’hui de donner des réponses individuelles à des problèmes collectifs ». Autrement dit, il s’agit de penser globalement pour agir localement. Le concert médiatique mondial organisé autour du sommet de Copenhague est l’occasion rêvée de s’interroger sur nos modes de vie. Alors que se développent les méthodes pour calculer son empreinte carbone personnelle, les moyens d’agir sont déjà là, à portée de main et parfois où on ne les voit pas. Une urgence d’autant plus pressante que, comme le dénonce l’association Survival, certaines dispositions globales présentées par les Etats, et même la communauté internationale, comme des solutions à POINT DE VUE la hausse des températures risquent de nuire aux populations les plus faibles. Ainsi, les agrocarburants, prônés par le Brésil, entre autres, comme alternative au tout-pétrole, détruisent des forêts, empiètent sur les terres ancestrales de peuples premiers et, de manière générale, étant plus rentables que les cultures vivrières, se substituent à elles dans un monde qui a déjà faim. Survival note aussi que l’intérêt des nations pour les grands puits de carbone que sont les forêts risque de créer une bulle spéculative autour de cet environnement qui est jusque-là le milieu naturel de certains peuples parfaitement intégrés. Ce cri d’alarme doit être une incitation supplémentaire pour les premiers émetteurs de Décroître pour revivre ➔ Les idées de décroissance sont en vogue. On prête en général à leurs partisans les pires intentions, sans se pencher plus avant sur la question. Or, le concept de décroissance, s’il peut être sainement discuté, est d’abord le fruit d’un constat simple : dans une planète aux ressources limitées, l’idéologie de croissance illimitée qui gouverne actuellement le monde est absurde. En effet, le pétrole est là pour nous le rappeler, les ressources, notamment énergétiques, sur lesquelles ce monde industriel et hypertechnicisé a été bâti, seront épuisées à l’horizon d’un siècle. Mais les pays pauvres et en développement, dira-t-on, n’ont-ils pas droit à la croissance ? La décroissance, qui s’appuie sur le rapport du Club de Rome de 1972, affirme que le modèle occidental n’est pas extensible à l’ensemble de la planète. Il est impossible que tous les êtres humains disposent d’un niveau de vie équivalent au gaz à effet de serre, nous Occidentaux, à modifier radicalement nos modes de vie. Il ne s’agit plus simplement de consommer « vert », mais d’aller vers un mode de vie plus sobre. CHANGER RADICALEMENT Si les décisions ne sont pas évidentes à prendre, les économies, elles, sont faciles à identifier. Aujourd’hui, on estime que ce sont la production et la consommation d’énergie qui émettent environ 80% des gaz à effet de serre en France. Des émis sions réparties ainsi : 25% pour les transports, 20% pour les activités industrielles, 25% pour les bâtiments (à travers le chauffage, la climatisation et l’eau chaude) nôtre. C’est en quoi ses partisans prônent la limitation volontaire des richesses d’abord chez les plus riches. Il est à noter que, contrairement à une idée reçue, les objecteurs de croissance ne sont pas pour la limitation des naissances : « Il n’y a pas trop d’hommes, mais trop d’automobilistes », affirment-ils. Cette pensée réclame un bouleversement de nos modes de vie, pour aller vers une société plus sobre et, partant, plus conviviale. Directsoir N°668/Vendredi 18 décembre 2009 Sans attendre la mise en place de la réglementation internationale adoptée à Copenhague, comment pouvons-nous, chacun – de son côté et dès aujourd’hui – participer à la baisse du réchauffement mondial ? « LA PREMIÈRE RÉSOLUTION TOUCHE AU LOGEMENT » et 10% pour la production d’énergie. On le voit, il est possible pour le citoyen lambda d’influer de manière significative sur cette débauche de gaz à effet de serre. La première résolution touche au logement : le but est de diminuer la facture énergétique globale, en visant l’optimisation. Pour cela, s’il s’agit d’une maison neuve ou de travaux de réfection (des aides publiques sont possibles), on privilégiera une bonne isolation thermique. On utilisera aussi au maximum les énergies renouvelables pour la production d’électricité, de chauffage ou d’eau chaude : on songera donc aux panneaux solaires et à la géothermie. Enfin, on réfléchira au fait que toutes les sources d’énergie et de chaleur naturelle peuvent être récupérées d’une manière ou d’une autre. UNE PHILOSOPHIE DE VIE Parmi les attitudes plus anodines touchant les habitations, baisser le chauffage, éteindre systématiquement les lumières, ne pas laisser d’appareils en veille sont autant de gestes qui contribuent à la diminution globale de la consommation énergétique. On peut se pencher également sur la question des matériaux de base de la maison : le bois a ce grand avantage que sa production requiert très peu d’énergie, contrairement au béton. L’autre axe de réduction de son empreinte carbone est le transport : les 4 x 4 sont à bannir, les trains à préférer toujours à la voiture (surtout si elle n’est pas remplie). Les voyages en avion sont aussi à proscrire, même à l’heure des prix cassés et des promos de dernière minute. On le voit, plus qu’une technique, c’est une attitude morale qui est à mettre en œuvre. P.LANGROCK/ZENITH-LAIF-REA P.ALLARD/REA SUITE PAGE 8 3
La petite agence dans la prairie - Photo : Antoine Kralik, Getty. 1 incendie domestique toutes les 2 minutes c’est chaque année en France, 250 000 logements sinistrés, 10 000 blessés dont près de 3 000 avec invalidité lourde et jusqu’à 800 morts… Autant de drames qui pourraient être évités avec de simples précautions. Vérifiez vos installations électriques Installez des détecteurs de fumée Apprenez les réflexes qui sauvent www.pr e v en t i on - i n c en d ie. g ou v.fr



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :