Direct Soir n°658 4 déc 2009
Direct Soir n°658 4 déc 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°658 de 4 déc 2009

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 275) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 3,7 Mo

  • Dans ce numéro : Miss France 2010 : la guerre des miss

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
6 EN COUVERTURE MISS FRANCE UNE ÉPOPÉE GLAMOUR La grande soirée de l’élection de Miss France 2010 aura lieu demain au palais Nikaïa de Nice. Malgré son histoire mouvementée et les polémiques qui rythment son train de vie depuis quelques années, le « rêve » Miss France perdure. C’est un journaliste belge, Mau - rice de Waleffe, qui a sorti la première belle de son incognito en 1920. Cette année-là, le premier nom symbole de l’élégance, du raffinement, de la beauté à la française est celui d’Agnès Souret, 17 ans, dans une époque où l’on cherche à oublier les dures années de la guerre. Un peu plus tard, dans les années 1950, Louis Poirot de Fontenay et sa compagne, Geneviève Mulmann(qui lui emprunte son pseudonyme) reprennent l’affaire. « En 1981, quand je suis arrivé, Miss France n’était encore qu’une petite bricole, qui intéressait seulement la presse régionale. C’était artisanal », raconte leur fils Xavier de Fontenay, gérant de la Société Miss France, jusqu’à la cession de l’institution au groupe Endemol en 2002. Médiatisation du show dans les années 1980, rachat… Aujourd’hui, la machine Miss France continue de tourner, mais ce sont de plus en plus les mots « scandale » et « polémique » qui viennent aux lèvres quand on l’évoque. Des remous qui mènent la vie dure à ce concours de « beauté et d’élégance » à la française si cher à Geneviève de Fontenay. En 2008, Valérie Bègue s’attirait les foudres de la dame au chapeau pour ses photos équivoques publiées dans plusieurs magazines. En 2009, Chloé Mortaud, dernière tenante du titre, se voyait reprocher des irrégularités VU PAR dans son élection. Superficialité, vénalité, vulgarité, les critiques ne cessent de pleuvoir sur les lauréates depuis quelques années. Souvent injustes, elles ternissent l’image de l’événement. Ce concours de beauté n’aurait-il plus que les scandales et le buzz médiatique pour exister ? Pour Xavier de Fontenay, ces polémiques seraient surtout à l’origine de la perte de prestige et d’audience qu’accuse la diffusion de la soirée de l’élection sur TF1. Une chute d’environ 40% en dix ans, selon lui. « Il n’y a plus aujourd’hui l’ambition d’élégance et de distinction qui a longtemps caractérisé Miss France », constate le fils de Geneviève de Fontenay. Xavier de Fontenay est catégorique, ces scandales desservent les Miss et retombent aussi vite qu’ils sont apparus. Une erreur qu’il attribue volontiers au groupe Endemol à qui il reproche, dans son Histoire secrète des Miss France (Flammarion), de dénaturer le concours. « Le public ne peut plus s’y retrouver », conclut-il. LES BELLES DE 2010 De son côté, Sylvie Tellier, directrice générale de la Société Miss France, continue de se faire l’ambassadrice des Miss. L’objectif cette année sera d’impliquer davantage les téléspectateurs dans le concours et de continuer à « faire rêver », rappelle l’ex-Miss France 2002. Quand à l’érosion de l’audience, elle en fait fi. « 9,4 millions de téléspectateurs en 2009 pour le couronnement de Chloé Mortaud, ce n’est pas rien, et l’élection de Miss France reste un des meilleurs primes de TF1 », rappelle-t-elle. Parmi les innovations de l’édition 2010, le mode de vote figure en première ligne. Désor mais, le public aura le dernier mot pour sélectionner la Miss parmi les cinq dernières finalistes, contre un « 50-50 » établi entre public et jury les années précédentes. La « belle promo, particulièrement énergique », ainsi que la voit Sylvie Tellier, défilera enfin sur le thème des légendes de la Côte d’Azur, du carnaval de Venise et des croisières… Directsoir N°658/Vendredi 4 décembre 2009 Des candidates lors du voyage de préparation de Miss France 2010. Sous le regard d’Arielle Dombasle qui présidera cette année l’événement. Au programme également, un invité de marque pour accompagner les naïades, Robbie Williams, qui chantera demain soir au cours de la cérémonie. A ce jour, le jury a « DÉSORMAIS, LE PUBLIC AURA LE DERNIER MOT POUR SÉLECTIONNER LA MISS PARMI LES CINQ DERNIÈRES FINALISTES » déterminé la liste des douze demifinalistes qui pour suivront la course demain soir. Parmi les jurés figurent le couturier Jean Paul Gaultier, le mannequin Farida Khelfa, la comédienne et chanteuse Mareva Galanter (Miss France 1999), l’animateur Jean-Luc Reichmannet les comédiens Jimmy Jean-Louis et Xavier Deluc. Élodie Gossuin, Miss France 2001, Miss Europe 2002 : « Une expérience unique » ➔ Que devient une Miss après une année de « règne » ? Etre élue Miss France, c’est une expérience unique. Quand on le devient, tout se transforme d’un coup. Pendant un an, de nombreuses portes s’ouvrent, mais il faut savoir les pousser par la suite ! La médiatisation aide forcément. On nous appelle pour notre image, pour animer des galas, des événements ponctuels… C’est ce qui s’est passé quand je suis devenue l’égérie du coiffeur Lucie Saint-Clair. Ce titre de Miss m’a aussi permis de me lancer en politique. En tant que Miss Picardie, je participais à différentes manifestations dans ma région, ce qui m’a valu d’être appelée par Gilles de Robien pour figurer sur sa liste pour les régionales de 2004. J’espère ne pas m’arrêter là ! En effet, en 2010, je me représente, cette fois aux côtés de Caroline Cayeux. ➔ Que retenez-vous de votre année Miss France ? Cette expérience m’a marquée parce que c’était un rêve de petite fille qui se réalisait. Il y avait aussi une dimension familiale qui m’a touchée, car j’ai été très entourée par Xavier et bien sûr Geneviève de Fontenay. Quand je regarde ce qu’est devenu le concours, j’ai une certaine nostalgie de cette époque. Lorsque j’ai été élue, il y avait encore certaines valeurs, qui peuvent sembler surannées ou ringardes, mais elles préservaient l’image des Miss et du concours. Aujourd’hui, il y a une manière plus moderne et plus glamour de représenter Miss France, qui n’est pas forcément bonne. Les scandales à répétition qui ont fait exister Miss France ces dernières années ont terni leur image. Ces scandales en question peuvent plaire au lecteur mais une fois la médiatisation passée, on tombe souvent plus bas qu’auparavant.
www.directsoir.net ZOOM Miss Picardie : le charme de la diversité ➔ « Beurette », musulmane et jolie brune élancée. Pour Geneviève de Fontenay, Juliette Boubaaya, actuelle Miss Picardie, incarnerait bien la diversité française et pourrait avoir ses chances le soir de la grande élection. Car la présidente du Comité Miss France l’a annoncé fin novembre sur France 5 : elle souhaiterait voir un jour une Miss France « d’origine maghrébine ». « Fière de sa beauté et de sa religion », comme l’expliquait la jeune candidate dans une interview accordée au Parisien, elle n’est pourtant pas la première musulmane à prétendre au sacre, comme le rappelle Sylvie Tellier, directrice générale de la Société Miss France : « On ne peut pas focaliser sur ces caractéristiques outre mesure. Je serais bien sûr ravie que Juliette Boubaaya soit couronnée, mais attention, une Miss n’est pas plus méritante à cause de sa religion ». En attendant, la belle de 19 ans, qui compte préparer le concours de la gendarmerie, attend le verdict à Nice en compagnie des trente-six autres reines de beauté en lice. EN COUVERTURE 7 GEY-ELECTIONS/SIPA Juliette Boubaaya, durant les séances de pose pour l’élection 2010. Geneviève de Fontenay, à côté de Juliette Boubaaya, lors de l’élection de Miss Picardie. LORENVU-TV/LEROUX-TV/SIPA LES 10 COMMANDEMENTS ➔ Si l’inscription au concours des Miss France est gratuite, les critères restent exigeants dès l’entrée:• Etre née de sexe féminin ; • Etre française de naissance ou naturalisée ; • Etre âgée de 18 à 25 ans ; • Mesurer au minimum 1,70 m sans talons ; • Etre célibataire ; • Etre sans enfant ; • N’avoir participé précédemment à aucun autre concours de beauté similaire ; • Résider seule ou au domicile de parent(s) proches(s) ; • S’interdire tout artifice qui pourrait transformer l’aspect naturel (perruque, postiche, lentilles de couleur, prothèses mammaires…) ; • N’avoir jamais posé ou s’être exhibée dans des tenues ou poses équivoques. « Outre sa plastique et son charme, la Miss doit aussi faire preuve de curiosité sur ce qui l’entoure (donc d’une certaine culture générale) et d’ouverture », rappelle Sylvie Tellier.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :