Direct Soir n°647 19 nov 2009
Direct Soir n°647 19 nov 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°647 de 19 nov 2009

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 275) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 3,9 Mo

  • Dans ce numéro : Bollywood, les Indes charmantes

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
16 MIEUX CONSOMMER ALIMENTATION Et si on se mettait au slow food ? « Bon, propre et juste », le slow food milite contre la malbouffe et l'uniformisation des produits agroalimentaires. Tour d’horizon. Le slow food, c’est d’abord une association, née au cœur du Piémont en 1989 à l’initiative de Carlo Petrini, journaliste, critique gastronomique et sociologue italien. Un pied de nez à la culture du fast-food et à la monotonie de nos repas, faits de surgelés et de yaourts, souvent pris sur le pouce. Celui qui mange slow food doit donc aimer les plaisirs de la bonne chère, prendre son temps pour manger à table, privilégier les produits frais, dits de terroir. Le slow food, c’est aussi une façon de lutter contre les mastodontes de la restauration rapide et les grandes entreprises agroalimentaires, à qui le consommateur de slow food reproche volontiers l’uniformisation de leurs plats et produits. Une façon aussi de promouvoir la biodiversité agricole et les techniques de fabrication traditionnelles, les recettes régionales ancestrales… De 25% en 1960, la part des dépenses consacrée à l’alimentation à domicile dans le budget des ménages est passée à 12% en 2006. LE SLOW FOOD AU QUOTIDIEN « Pas besoin d’être adhérent pour changer ses habitudes alimentaires ou éduquer son goût », précise Annette, membre actif du mouvement. Manger slow food au quotidien, c’est tout simplement s’impliquer dans ses choix alimentaires, cuisiner des plats « bons au goût ». Plusieurs conseils sont ainsi prodigués aux consommateurs intéressés : se rapprocher des producteurs locaux de sa région, faire déguster certains produits à sa famille et ses amis. « Le budget élevé est souvent mis en cause dans ce type d’alimentation, regrette Annette. Pourtant, je pense qu’il s’agit davantage de choix culturels que de coût. Depuis une trentaine d’années, le budget consacré à l’alimentation a baissé considérablement : tout est une question de priorités, il faut savoir les faire évoluer. » S. ZUDER/STERN-LAIF-REA A. DEVOUARD/REA INITIATIVE Valoriser les produits du terroir ➔ Huit produits français sont reconnus et insérés dans un projet international de valorisation par Slow Food : la volaille Coucou de Rennes, la lentille de la Planèze de Saint-Flour, le vin Rancio sec, le jambon noir de Bigorre, le navet de Pardailhan, le pélardon sec affiné, le mouton de Barèges- Gavarnie et le petit épeautre de Haute- Provence. Coq « Coucou de Rennes ». ASSOCIATION Un mouvement international ➔ Slow Food compte plus de 100000 membres dans le monde, répartis dans 107 pays, et des directions nationales en Italie, Allemagne, Suisse, Etats-Unis, France, Japon et Royaume-Uni. Slow Food a aussi son salon, comme ici, à San Francisco. TÉMOIGNAGES ➔ CHRISTOPHE, 30 ANS « Je ne connaissais pas Slow Food, mais le principe de faire l’effort d’être en lien avec les producteurs, de mieux connaître nos produits, d’apprécier pleinement ce qu’on mange est tout à fait intéressant. Depuis peu, je suis affilié à une association française un peu similaire, une Amap, pour le « maintien d’une agriculture paysanne ». J’achète un panier par semaine directement à un producteur qui propose une large diversité de produits de saison. » ➔ CLAIRE, 36 ANS « Sans adhérer à l’association Slow Food, j’ai décidé depuis peu de varier l’alimentation de ma famille et de me rapprocher autant que possible des producteurs locaux. Certes, le budget que je consacre à la nourriture est devenu un peu plus conséquent, mais tout est une question de priorités. J’achète moins de vêtements de marque par exemple. » Directsoir N°647/Jeudi 19 novembre 2009 J. LEYNSE/REA Un Salon du goût en France ➔ A la fin du mois, Tours accueillera le Salon Eurogusto, nouvel événement international de Slow Food. La manifestation, organisée tous les deux ans, se donne pour objectif de faire redécouvrir des productions de qualité françaises et européennes. Des produits fins (foie gras, safran, etc.) aux produits simples (pomme de terre, lentilles, etc.), les gourmands et amateurs de slow food pourront profiter des différents produits présentés par les producteurs. Au programme : dégustation de productions françaises (Centre, Aquitaine, Auvergne, Bretagne, Limousin, Champagne-Ardenne, etc.), mais aussi italiennes (Piémont, Pouilles, Calabre, Sicile…). Salon Eurogusto, Tours (37), du 27 au 30novembre (www.eurogusto.org). DR 11 gestes pour manger mieux 1. Faites-vous plaisir : prenez le temps de déguster. 2. Fêtez les saisons à table. Redécouvrez les saveurs particulières des produits de chaque saison. 3. Mangez local. Préférez les productions régionales. 4. Cultivez vous-même certains produits. 5. Rencontrez des agriculteurs et commerçants spécialisés et compétents. 6. Soyez curieux. Posez des questions dans les magasins, les restaurants… 7. Choisissez avec soin vos viandes et renseignez-vous sur le type d’élevage (pastoral ou industriel) 8. Mangez des produits variés. 9. Préférez les produits moins transformés. 10. Cuisinez ! C’est une façon d’apprécier les saveurs et de manger moins cher. 11. Eduquez vos enfants et votre entourage au plaisir de manger. Plus d’informations sur le site www.slowfood.fr.
Nous vous aidons à rester les plus professionnels des parents LA NUÂrM lY Cllellr•wnm6 ! I.-



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :