Direct Soir n°646 18 nov 2009
Direct Soir n°646 18 nov 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°646 de 18 nov 2009

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 275) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 2,3 Mo

  • Dans ce numéro : France - Irlande, allons enfants !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
Directsoir N°646/Mercredi 18 novembre 2009 8 SPÉCIAL FRANCE-IRLANDE LES AUTRES BARRAGES MYSTY/SIPA F. LEONG/AFP Le Portugal de Decodéfie la Bosnie.• Slovénie-Russie à Ljubljana (aller 1-2)• Bosnie-Portugal à Zenica (aller 0-1)• Ukraine-Grèce à Donetsk (aller 0-0) Si les Bleus ne parviennent pas ce soir à se qualifier pour la Coupe du monde 2010, leur élimination devrait sonner le glas du sélectionneur. A la tête de l’équipe de France depuis 2004, Raymond Domenech aura traversé de nombreuses tempêtes. Pour Raymond Dome - nech, l’objectif est clair : emmener l’équipe de France en Afrique du Sud. En cas de victoire, il deviendrait le premier sélectionneur à qualifier les Bleus pour trois rendez-vous majeurs (2006, 2008, 2010) et gagnerait par la même occasion un répit de quelques mois pour préparer son équipe. Autre scénario possible : la nonqualification de l’équipe de France sonnerait le glas de son sélectionneur. Même si le contrat de Raymond Domenech n’expire qu’en juin 2010, le technicien français serait en difficulté pour sauver une fois de plus son poste. Si les soutiens du président de la Fédération française de football, Jean-Pierre Escalettes, et de son vice-président, Noël Le Graët, ont permis son maintien après un Euro 2008 désastreux, une élimination ce mercredi soir signifierait la fin de l’ère Domenech dans une tempête médiatique inévitable. Pour Raymond Domenech, la vie en bleu n’est pas un long fleuve tranquille. Dès son arrivée à la tête de RAYMOND DOMENECH l’équipe de France, le nouveau sélectionneur doit reconstruire une équipe orpheline de ses grands patrons. Zidane, Thuram, Makelele et Lizarazu ont pris leur retraite internationale après l’Euro 2004. On reproche alors à Domenech de ne pas avoir su les retenir. En misant sur la jeunesse, il ne convainc pas. En pleine phase de qualifications pour la Coupe du monde 2006, les Bleus se cherchent, enchaînent les matchs nuls et compromettent leurs chances d’obtenir le fameux sésame. UN HOMME CONTROVERSÉ En août 2005, la situation change avec les retours conjoints de Zidane, Makelele et Thuram. Les Bleus parviennent à se qualifier de justesse pour le Mondial 2006. Domenech donne alors rendez-vous aux supporters le 9 juillet, date de la finale. Un rendez-vous qu’il honore même si l’issue de la soirée lui laisse à tout jamais un goût amer. Suivent une nouvelle période de reconstruction et une qualification un peu pénible pour l’Euro 2008, en Autriche et en Suisse. Mais là-bas, le mélange entre la nouvelle génération, symbolisée par Nasri, Benzema et Lassana Diarra, et les anciens comme Makelele, Thuram, Vieira ou Henry, tourne au cauchemar avec une élimination dès la phase de poules. Tenu pour responsable, Raymond Domenech se discrédite en demandant sa compagne Estelle Denis en mariage, quelques minutes après la défaite contre l’Italie. Le 3 juillet 2008, le Raymond Domenech, sélectionneur de l’équipe de France depuis 2004. ZONE EUROPE ➔ Les quatre dernières équipes qui partiront pour l’Afrique du Sud l’été prochain seront connues ce soir. Si la France, seule nation à s’être imposée à l’extérieur au match aller, s’est simplifiée la tâche, les trois autres favoris – le Portugal, la Russie et l’Ukraine – vont devoir batailler pour obtenir leur qualification. Vainqueurs 1-0 à l’aller, les Portugais auront à contenir les assauts de Bosniaques qui ont touché à trois reprises les montants lusitaniens. L’ambiance s’annonce chaude à Zenica. En bonne posture après avoir mené par deux buts d’écart, la Russie a finalement dû se contenter d’un succès moins large (2-1), qui la laisse à la merci des Slovènes. Enfin, après le 0-0 de samedi en Grèce, l’Ukraine, quart de finaliste de la Coupe du monde 2006, devra s’imposer face aux Hellènes, qui n’ont participé qu’une seule fois à l’épreuve reine, en 1994. LA DERNIÈRE CHANCE C. BOURONCLE/AFP Egypte-Algérie, sous haute tension.• Egypte-Algérie, match d’appui à Khartoum (Soudan).• Uruguay-Costa Rica à Montevideo (aller 1-0) conseil fédéral de la FFF décide toutefois de le maintenir à son poste mais sous tutelle, en lui adjoignant Alain Boghossian. Du côté des médias, une campagne sans merci est lancée. Il faut dire que le personnage est difficile à cerner. Caractériel, atypique, il aime cultiver le paradoxe. Preuve en est : le choix de ses joueurs, à l’instar des convocations surprises de Chimbonda pour le Mondial 2006 et de Gomis pour l’Euro 2008, ou la sélection pour ce même championnat de Vieira, blessé. La période Domenech aura également signé pour certains – Pires, Giuly ou Trezeguet – la fin de leur aventure sous le maillot bleu. Pour d’autres – Coupet, Dhorasoo, Mexès –, leurs relations conflictuelles avec l’entraîneur les pousseront peu à peu vers la sortie. Pourtant, Domenech aime répéter qu’il « ne ferme la porte à personne ». Nicolas Anelka est d’ailleurs l’exception qui confirme la règle. Après avoir un temps fustigé l’entraîneur des Bleus dans la presse, il est aujourd’hui l’un des piliers de l’équipe (lire l’encadré). Joueurs alignés, choix tactiques, communication, attitude, ce soir Domenech n’aura pas le droit à l’erreur. A 23 heures, son sort sera définitivement scellé : un départ par la petite porte, ou une performance inédite de qualifier la France pour trois phases finales successives. Reste à savoir si, en cas de succès, le sélectionneur osera donner rendez-vous aux supporters le 11 juillet 2010, pour une nouvelle finale. RESTE DU MONDE ➔ En dehors de la zone Europe, il ne reste plus que deux tickets pour le Mondial à valider. La victoire de l’Egypte (2-0), samedi contre l’Algérie, pousse les deux nations à disputer un match d’appui, ce soir, sur terrain neutre, au Soudan. Longtemps en tête de son groupe éliminatoire, l’Algérie, contrainte à disputer ce match couperet, jouera sa première qualification pour la Coupe du monde depuis 1986 sous les 35 °C de Khartoum. De son côté, l’Uruguay, double vainqueur de l’épreuve (1930 et 1950), tentera de confirmer son succès de samedi (1-0) au Costa Rica, pour rejoindre l’Afrique du Sud et participer à une compétition que sa devancière avait manquée en 2006.
LA SEMAINE DES BLEUS J. DEMARTHON/AFP www.directsoir.net F. DUFOUR/AFP Mercredi 11 Les milieux récupérateurs inquiètent. Contrairement à leurs coéquipiers, Jérémy Toulalan et Abou Diaby ne sont pas sur la pelouse, en raison de douleurs respectives aux adducteurs et au mollet gauche. Le joueur d’Arsenal a pris un mauvais coup en championnat d’Angleterre, face à Wolverhampton, le 7 novembre. Le nom d’Alou Diarra est évoqué pour le poste. Le reste de l’équipe s’entraîne à jouer à une touche de balle, par deux équipes de neuf (photo), tandis que les gardiens se préparent à l’écart. En fin de séance, les joueurs travaillent les frappes au but, avant de partager un moment avec les 500 spectateurs présents. Lassana Diarra arrive pour sa part tard dans la nuit. Il doit récupérer de son match de la veille avec le Real Madrid, en Coupe du roi. Dans quelques mois, du haut de ses 31 ans qu’il fêtera en mars, Nicolas Anelka participera peut-être, et enfin,à son premier Mondial. Avant cela, le n °9 des Bleus et ses coéquipiers devront convertir leur balle de match contre les Irlandais, ce soir au Stade de France. Pour l’enfant de Trappes (Yvelines), cette future première, qui se dessine après le succès de Croke Park, serait à la hauteur de la déception des trois dernières campagnes, auxquelles il n’a pas participé (1998, 2002 et 2006). ÉLECTRON LIBRE Unique buteur des Tricolores samedi soir, d’une frappe détournée à la 73 e minute, Anelka est enfin devenu le joueur indiscutable que l’équipe de France attendait. Un statut que ce bourlingueur au talent précoce (transféré à Arsenal à 17 ans, puis au Real Madrid à 20 ans) aura mis près de dix ans à assumer. Ce qui explique un nombre de sélections (62) et de buts (14) moins élevés, pour un joueur qui a débuté sous le maillot français seulement SPÉCIAL FRANCE-IRLANDE 9 Lundi 9 Le rendez-vous est pris pour 18 heures, boulevard de Grenelle, à Paris, où se dresse le siège de la Fédération française de football. Après une rencontre avec le personnel et le staff technique, les joueurs se retrouvent. L’heure est à la détente avant d’attaquer une semaine de préparation. L’équipe de France assiste ainsi aux derniers matchs du Masters de tennis de Paris-Bercy (photo). Dans leur bulle, les joueurs tricolores évitent la presse et Raymond Domenech se fait siffler par une partie du public. En fin de soirée, les joueurs regagnent le centre technique national Fernand-Sastre, à Clairefontaine, dans les Yvelines. Un entraînement de décrassage est prévu pour le lendemain, à 16 heures. Vendredi 13 Il est 10 h 30 dans le stade Michel-Platini lorsque les Bleus débutent leur dernier entraînement à Clairefontaine (photo), avant de rejoindre Dublin. Les joueurs suivent une séance de tirs au but par petits groupes avant de mettre en place la tactique pour la rencontre à Croke Park du samedi soir. Une fois entraînés et reposés, ils quittent Le Bourget pour Dublin, à 18 heures. A leur arrivée, Raymond Domenech et Thierry Henry répondent aux presses irlandaise et française. Comme à son habitude, le sélectionneur est resté discret et énigmatique face aux pressions. Il a toutefois rappelé qu’il n’écoutait pas ce qu’on pouvait dire sur lui, préférant se concentrer essentiellement sur la qualification de l’équipe de France pour le Mondial 2010. NICOLAS ANELKA, L’ÂGE DE RAISON quelques mois après Thierry Henry (octobre 1997 pour le Barcelonais et avril 1998 pour Anelka), qui culmine de son côté à 116 capes (pour 51 buts). Longtemps recalé à cause d’un individualisme incompris, Anelka a connu de vertigineux passages à vide sous le maillot frappé du coq. Non retenu de 2002 à 2005, il paya lourdement son manque de régularité, son faible dévouement au collectif et un caractère complexe. Mais avec l’âge, un travail sur luimême et une remise en cause profonde, l’attaquant, qui a trouvé à Chelsea (depuis janvier 2008) la stabilité et une équipe à la hauteur de son talent après avoir écumé des clubs au standing moins important (Manchester City, Fenerbahçe et Bolton), a su rebondir après l’ultime échec de 2006. A tel point qu’il a su se rendre indispensable aux yeux de Raymond Domenech, qui l’avait pourtant snobé lors du Mondial allemand. Impliqué sur et en dehors du terrain, où son sens du sacrifice est enfin palpable, Nicolas Anelka est un atout offensif dont l’équipe de France ne pourra se priver si elle valide son ticket pour le Mondial sud-africain. A droite ou « UNE INDIVIDUALITÉ ENFIN AU SERVICE DU COLLECTIF » F. FIFE/AFP SPORTSFILE/ICON SPORT Dimanche 15 Lendemain de match au St. Helen’s Hotel Radisson de Dublin. Les Bleus disposent d’une matinée de repos avant de décoller pour Paris, à 13h30 (heure locale). Après la victoire 1-0, le moral est au beau fixe. Néanmoins, Raymond Domenech rappelle à ses joueurs que seule une « mi-temps » a été jouée, la seconde se déroulant au Stade de France. Ce score serré imposera à Thierry Henry et à son équipe de jouer le match sans relâchement. De retour au bercail, les Bleus débutent un entraînement vers 17 heures. Malgré l’annonce des forfaits d’Eric Abidal (blessé à la cuisse), de Jérémy Toulalan puis d’Abou Diaby, l’ambition des joueurs ne tarit pas, à l’image du buteur du match aller, Nicolas Anelka, qui affirme : « Mercredi, on va jouer pour la gagne. » Mardi 17 « Il faut jouer, le match commence à 0-0. » C’est sur cette phrase de Raymond Domenech (photo), prononcée la veille, que les joueurs sont invités à oublier la victoire à Croke Park pour se concentrer sur le match retour. L’enjeu est de taille. La France ne doit pas encaisser de but pour s’assurer de faire partie de la fête, qui débutera le 11 juin 2010 en Afrique du Sud. Plus encore, elle doit marquer afin de gagner en confiance. A partir de 17 heures, le sélectionneur doit se prêter à l’habituelle conférence de presse d’avant-match, avant de retrouver ses joueurs sur la pelouse du centre technique de Clairefontaine pour l’entraînement de 18heures. La pression est forte. L’heure du verdict approche. dans l’axe, comme un électron libre, le meilleur buteur de la Premier League la saison dernière (19 buts) apporte sa technique et sa vitesse à l’attaque tricolore. Comme une réponse à des années plus obscures, Anelka a remis les pendules à l’heure, sportivement et humainement, en faisant l’unanimité aussi bien à Chelsea qu’en sélection. Si la France termine le travail ce soir, Nicolas pourra alors songer aux fastes de la plus belle des compétitions qui, trop longtemps, lui a fermé ses portes.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :