Direct Soir n°645 17 nov 2009
Direct Soir n°645 17 nov 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°645 de 17 nov 2009

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 275) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 1,6 Mo

  • Dans ce numéro : Sophie Marceau et Christophe Lambert, que du bonheur.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
8 Le film de la semaine « Un soir au club » : l’indomptable démon du jazz ❤❤❤ Simon Nardis, ancien pianiste de jazz internationalement reconnu, mène une vie rangée de père de famille depuis dix ans. Devenu réparateur de matériel électrique et acoustique, il part à Brest pour son travail. Sa vie bascule quand il rate une première fois son train pour Paris. Une nuit, on l’invite dans un club de jazz. Il se retrouve face à ses démons : la musique, l’alcool, les doutes… Si, par hasard au piano-bar, une petite formation de jazz jouait Waiting (« L’attente »), standard attribué à Bill Evans. Si, par hasard au piano-bar, le véritable compositeur de cet air chaloupé et nostalgique réentendait après dix années d’éloignement sa propre mélodie, gentiment massacrée par un pianiste ingénu. Ce soir-là, le brouillard sur la rade de Brest a tout brouillé. Les repères disparaissent. Le réalisateur Jean Achache filme son club de jazz comme un aquarium. Le jazz envahit l’espace sonore par vagues successives. Soudain, une sirène nommée Debbie, voix rauque et susurrée, charme l’ancien jazzman. L’attente est finie. Simon Nardis n’y À L’AFFICHE... pour Réalisateur : Jean Achache Acteurs : Thierry Hancisse, Elise Caron, Marilyne Canto, Anne Kessler Durée du film : 1 h 30 J. ENGLISH-BUF/EUROPACORP ❤❤ CINÉMA « Arthur et la vengeance de Maltazard » ➔ LA FIN DU DIXIÈME CYCLE DE LA LUNE a sonné et Arthur va enfin pouvoir retrouver les Minimoys et la princesse Sélénia. L’animation est digne d’un Pixar ou d’un Dreamworks. Un pur bonheur à savourer en avant-première au Grand Rex avant sa sortie en salles le 2 décembre. De Luc Besson, avec Freddie Highmore, Mia Farrow (1h34). ■ Emmanuèle Frois Simon Nardis (Thierry Hancisse), pianiste de jazz, est confronté, après dix ans d’éloignement volontaire, à ses anciens démons. tient plus. Il va lutter, mais sait déjà qu’il est en train de se faire rattraper par son ancienne vie. La fumée, la musique et le roulis des verres de scotch s’enchaînent jusqu’à ce que l’amour s’en mêle. A l’autre bout de l’histoire, à Paris, un petit chat s’anime, image par image. C’est celui de Suzanne, la femme de Simon, qui perçoit le trouble de son mari et comprend ❤❤ ❤❤❤ Courez-y ❤❤ Allez-y ❤ Pourquoi pas ? ❤ A éviter CTV « In The Loop » ➔ QUELLE IDÉE A EU CE MINISTRE anglais de déclarer que la guerre était « imprévisible » ? Les Etats-Unis vont envahir l’Irak : ils cherchent des alliés. Valses des démentis, hésitations, double jeu, répliques à la mitraillette. Quel réjouissant jeu de massacre ! Ça n’arrête pas une seconde. D’Armando Iannucci, avec James Gandolfini, Peter Capaldi, SteveCoogan (1 h 46). ■ Eric Neuhoff qu’il est sur le point de lever l’ancre. Quand son mari lui demande de venir le chercher, elle prend la voiture sans réfléchir… Finalement, on sort d’Un soir au club comme on sortirait de la boîte de jazz de Michel Jonasz. On imagine bien ce film comme une sorte de petit frère d’Autour de minuit de Tavernier ou du Bird de Clint Eastwood. Adapté du roman éponyme de ➔ Enquête sur les lieux privatisables : les 30 adresses les plus « in ». ➔ Restaurants : les meilleures tables au coin du feu. ➔ Ville en vues : cap sur Nanterre et ses trésors cachés. Directsoir N°645/Mardi 17 novembre 2009 Christian Gailly (prix Inter en 2002 et vendu à plus de 170 000 exemplaires) Un soir au club est un film attachant et nostalgique, à l’image de la bande originale jazzy à souhait signée Michel Benita, et qui fonctionne un peu comme le quatrième personnage du film. Demain dans « LE FIGAROSCOPE » ■ Olivier Delcroix
D'après l'histoire vraie d'un homme qui montra à toute une nation ce que gagner signifie. "Un divertissement très réussi et peu ordinaire" "Une histoire formidablement rythmée, intelligemment dialoguée et excellemment Interprétée" Excessif



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :