Direct Soir n°641 10 nov 2009
Direct Soir n°641 10 nov 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°641 de 10 nov 2009

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (256 x 341) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 2 Mo

  • Dans ce numéro : François Cluzet, escroc mais pas trop

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
8 Rendez-vous NOTRE PLANÈTE ➔ Les Ateliers de la terre, fondés voici trois ans par Eric Bazin et George Gendelman, ont pris leur rythme de croisière. Du 26 au 28 novembre, ils réuniront près de 400 acteurs venus du monde entier pour The Global Conference, organisée à Deauville (Calvados). Lors de ce grand rendez-vous, le dernier avant le sommet de Copenhague sur le réchauffement climatique qui s’ouvrira le 7 décembre, les participants réfléchiront aux modalités d’édification de « nouveaux équilibres ». La crise ou plutôt le « carrefour des crises » (financière, alimentaire, écologique, morale) évoqué par Daniel Cohn-Bendit, invite – selon les organisateurs – non pas à revenir à l’équilibre antérieur à la crise, mais à définir de nouvelles ➔ Il ne vole pas encore, mais il roule parfaitement. Le Solar Impulse, l’un des projets d’avion à énergie solaire les plus aboutis, a effectué vendredi dernier une série de tests concluants sur un aérodrome en Suisse. D’une envergure de 63,40 mètres, l’appareil ne pèse que 1,6 tonne, toute sa voilure étant tapissée de cellules photovoltaïques. Il reste maintenant à savoir quand cet appareil sera en mesure de décoller et de voler. REGARDS D’AFRIQUE Trois jours pour la Terre À SUIVRE Avion solaire : ça roule ! Le Solar Impulse, sur l’aéroport de Dübendorf (Suisse). Un nouveau partenariat avec l’Afrique ? règles environnementales, économiques et diplomatiques. « A Copenhague, nous allons revenir aux fondamentaux de Rio », analyse Bettina Laville, qui préside le comité d’orientation. « Il s’agit de réconcilier développement et environnement. Mais si tout le monde est d’accord sur ce point, on constate en revanche d’importantes divergences sur les solutions pour sortir de la crise. » A Deauville, où le ministre de l’Ecologie Jean-Louis Borloo est attendu, débats, conférences, événements, études exclusives et enquêtes ont pour objectif d’esquisser des solutions communes permettant de « faire du développement durable un chemin de croissance ». Informations sur www.planetworkshops.org. Avant le 20 décembre pour de brefs envols, et à partir du printemps 2010 pour un vol de 36 heures, espèrent les concepteurs du projet. A l’heure du vote du budget 2010 de la coopération, dont les trois quarts sont consacrés au continent africain, un débat aussi récurrent qu’essentiel survient : comment s’assurer de l’efficacité des fonds distribués aux partenaires de la France ? De très nombreux Français se préoccupent de ce qui se passe en Afrique. Avec l’envie de « faire quelque chose » d’utile. Mais comment s’y prendre ? La générosité devient arrogance quand elle ne passe pas par l’échange et l’écoute. L’altruisme, lui, doit s’appuyer sur la compétence et l’analyse pour produire du développement durable. Distribuer généreusement des motopompes pour fournir de l’eau aux paysans du Sahel sans préparer les villageois à les entretenir est contreproductif. Pourquoi ne pas d’abord utiliser les outils et les technologies F. COFFRINI/AFP Le 26 novembre prochain, Deauville accueille les Ateliers de la terre pour The Global Conference. Le CHIFFRE du jour C’est le taux de déperdition des eaux dans 41% les systèmes de canalisation de la ville de Nîmes. Ce gaspillage, révélé ce weekend par Le journal du dimanche, touche de nombreuses villes : Avignon, Rouen, Amiens et Toulon complètent le top5 du gâchis. Avec seulement 3,5% de disparition des eaux distribuées, Paris fait figure de bon élève grâce au réseau performant conçu par le baron Haussmannet ses ingénieurs. Face à ces statistiques qui font scandale, la secrétaire d’Etat à l’Ecologie, Chantal Jouanno, a défini un objectif global de réduction des pertes à 15%. que des Africains ont inventés ou acceptés et qui sont adaptés au contexte écologique et social ? Il peut s’agir des plantes et arbres utiles, des techniques de reconstitution des sols (Zaï), des méthodes d’irrigation maîtrisable ou encore du microcrédit, un changement sociétal adapté… Bref, appuyer des Africains qui tentent de s’auto-organiser ou de créer une microentreprise est sans doute la voie la plus favorable pour réussir un projet local et durable. Soutenir l’Afrique, c’est aussi minimiser les conséquences directes et indirectes de notre consommation sur les économies, sur les sociétés et sur les ressources naturelles. L’arrêt des subventions et des protections agricoles au Nord serait un geste décisif pour les agriculteurs africains. Le déversement de déchets dangereux, les envois d’aliments bas de gamme, de médicaments périmés Directsoir N°641/Mardi 10 novembre 2009 « COMMENT S’Y PRENDRE ? » ou d’armes ne devraient-ils pas être stoppés ? Notre voracité énergétique ne conduit-elle pas nos grands groupes, pétroliers ou nucléaires, à se conduire en pays conquis ? La collecte des bois tropicaux et la pêche maritime sans reconstitution des ressources doivent être repensées. Et que dire du risque de mainmise sur les terres africaines par des organismes étrangers, publics et privés ? On peut aider en pratiquant des conduites personnelles responsables, comme consommateur, actionnaire, citoyen ou militant. Transparence, justice, commerce plus équitable peuvent progresser si des militants informent et se font entendre et si de véritables organisations démocratiques africaines émergent avec – ou sans – notre complicité, aux niveaux local comme global. Informations : Coordination pour l’Afrique de demain (Cade) sur www.afrique-demain.org.
www.directsoir.net D. BESIKIAN LE BILLET DE FRANK LEBOEUF Ancien footballeur et consultant Chers passionnés, Il y a deux façons d’analyser un match de football, en ce qui me concerne. Si je prends l’exemple de la rencontre disputée entre Lyon et Marseille dimanche soir, et que je me positionne en tant que simple amoureux du sport ne recherchant que le plaisir de regarder un match, j’ai été bougrement servi. Il y a eu de l’action, des buts, de l’enthousiasme, du suspense. Maintenant, si je me réfère à mon passé de footballeur, et surtout de défenseur, mon jugement change dramatiquement. J’y ai vu trop de buts parce que trop d’erreurs, un bloc défensif presque inexistant dans les deux camps, des erreurs de placement, et des milieux ou attaquants oubliant leur part de travail de replacement, ce qui a mis en danger les défenseurs. Je me rappelle de matchs extraordinaires gagnés 4 à 3 à la dernière minute, et d’être rentré chez moi énervé d’avoir concédé tant de buts, notre gardien rageant pendant deux jours pour la même raison. Et pourtant nous avions gagné… Alors, quand je regarde un OL-OM comme celui-ci, je suis heureux pour mon sport favori, mais je suis triste et je me mets à la place de tous ces défenseurs et gardiens de but, qui vont rentrer frustrés chez eux. Quand on vous dit que le monde n’est pas parfait… En même temps, il y a pire dans la vie ! Réagissez : redac@directsoir.net FOOTBALL TENNIS Le Real en danger ➔ Humilié (4-0) à l’aller par la modeste équipe d’Alcorcon (D3), le Real Madrid d’Iker Casillas (photo) tentera de remonter son handicap, ce soir à Santiago-Bernabeu, afin de se qualifier pour les huitièmes de finale de la Coupe d’Espagne. TENNIS Gasquet rejugé RUGBY/XV DE FRANCE SPORTS 9 Fabrice Santoro tire sa révérence Dimanche, à Bercy, à presque trente-sept ans, le vétéran du circuit ATP a mis fin à vingt ans d’une carrière aussi longue qu’atypique. Le rideau est tombé. Un dernier match, le 643 e d’une carrière longue de 20 ans, pour une défaite face à l’Américain James Blake (6-4, 6-3) au premier tour du Masters 1000 de Paris- Bercy. Fabrice Santoro a tiré, dimanche, sa révérence, mettant fin à une carrière étalée sur deux décennies. Pour le Toulonnais, ému mais heureux, c’est « une longue page qui se tourne » et un retrait pris comme « une forme de soulagement ». Sous les applaudissements de ses proches et d’un public parisien conquis depuis longtemps, Fabrice Santoro a effectué un dernier tour d’honneur, avant de verser quelques larmes en aparté : « J’ai résisté le plus longtemps possible, mais en quittant le terrain, je n’ai pu me retenir. » Homme de records et de chiffres (lire l’encadré cidessous), le Français s’est attiré le respect du circuit professionnel par son style à part et sa combativité incroyable, plus qu’à travers son palmarès, honnête mais moins étoffé que ceux des plus grands. UN STYLE À PART Epaté par son toucher de balle et des effets slicés uniques, Pete Sampras avait d’ailleurs surnommé le natif de Tahiti « Le magicien ». Un sobriquet justifié par des coups magiques, comme ceux sortis face à Roger Federer en 2005, au deuxième tour de l’US Open, et repris par un public friand de son jeu caractérisé par un revers à deux mains et un coup droit déroutant. EN CHIFFRES ➔ Contrôlé positif à la cocaïne en mai, Richard Gasquet (photo) devait se présenter aujourd’hui au tribunal arbitral du sport à Lausanne (Suisse), suite à la demande de l’Agence mondiale antidopage et de la Fédération internationale de tennis. ➔ 381 victoires et 262 défaites sur le circuit ATP ➔ 69 participations en tournois de grand chelem (un record) ➔ 6 titres en simple (Lyon 1997, Marseille Après 643 matchs disputés au plus haut niveau, Fabrice Santoro se retire des courts. Un tennis à la fois esthétique et défensif, devenu un véritable modèle. Celui qui restera comme son dernier adversaire en compétition, James Blake, en atteste : « C’était certainement le joueur le plus imité à l’entraînement. Tout le monde essayait de reproduire son slice de coup droit, sans jamais y arriver aussi bien. » Plus performant en double, Santoro restera enfin le joueur français le plus présent dans le Top 100 de l’ATP (798 semaines), depuis son entrée en avril 1990. Une page s’est tournée, laissant le tennis orphelin d’un joueur et d’un homme à part. Mais les souvenirs restent, et avec ceux laissés par « Fabulous Fab » les générations futures ont de quoi se servir. 1999, Doha 2000, Dubaï 2002, Newport 2007 et 2008) et 24 titres en double ➔ 2 victoires en Coupe Davis (1991, 2001) ➔ Meilleur classement ATP : 17 e joueur mondial en août 2001. M. BLONDEAU/ICON SPORT David titularisé ➔ Le néo-Toulousain YannDavid (photo) débutera devant son public, sur la pelouse du Stadium, pour un premier match délicat face à l’Afrique du Sud, vendredi. L’ancien Berjallien formera la paire de centres avec Maxime Mermoz, l’autre star montante du rugby tricolore. Pour le reste du XV de France de départ, dévoilé hier, le sélectionneur Marc Lièvremont a fait dans le classique. François Trinh-Duc et Julien Dupuy formeront la charnière, tandis que Vincent Clerc, Cédric Heymans et Damien Traille compléteront les lignes arrières. Thierry Dusautoir inaugurera, quant à lui, son statut de capitaine.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :