Direct Soir n°634 29 oct 2009
Direct Soir n°634 29 oct 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°634 de 29 oct 2009

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 275) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 2,9 Mo

  • Dans ce numéro : Astérix a 50 ans, une recette magique

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
6 EN COUVERTURE SOUFFLE SES 50 BOUGIES Le 29 octobre 1959, le héros gaulois faisait sa première apparition dans les pages de la revue « Pilote ». Un demi-siècle plus tard, le petit personnage aux moustaches blondes n’a pas pris une ride. Après cinquante ans d’aventures,Astérix, l’irréductible Gaulois, résiste encore et toujours. Preuve de son inépuisable énergie, un 34 e album, intitulé L’anniversaire d’Astérix et Obélix, le livre d’or, est sorti la semaine dernière pour célébrer le demi-siècle d’existence du petit personnage au casque ailé. Le 29 octobre 1959, les Français découvrent dans les pages du premier numéro de Pilote, un journal hebdomadaire pour enfants, les planches d’Astérix le Gaulois. Cette parution est signée Albert Uderzo pour les dessins et René Goscinny pour les textes. Le duo, qui avait déjà créé dans les années 1950 Oumpah-Pah, un guerrier peau-rouge, invente un nouvel univers très Astérix et Obélix ont traversé les frontières. REPÈRES NANA PRODUCTIONS/SIPA français pour la sortie de Pilote. Rien de tel, donc, qu’un héros gaulois pour des enfants de l’Hexagone nourris jusqu’alors aux bandes dessinées étrangères – américaines ou belges – comme Tintin et « NOUS ÉTIONS LOIN DE PENSER QUE CELUI QUI EST NÉ EN 1959 IRAIT VERS SES 50 ANS » Spirou. C’est dans un appartement HLM de Bobigny qu’Uderzo reçoit son comparse au cours de l’été 1959, à quelques mois de la parution. Un univers adapté au cinéma… ➔ Claude Zidi, Alain Chabat et Thomas Langmann : tous les trois ont en commun d’avoir réalisé des adaptations au cinéma des aventures des deux célèbres Gaulois. C’est en 1999 que le premier se lance avec Astérix et Obélix contre César. Dans le rôle des héros : Gérard Depardieu et Christian Clavier. Trois ans après, les deux acteurs incarneront à nouveau leur personnage dans Astérix et Obélix : mission Cléopâtre. Le comique Jamel Debbouze participe également à ce long métrage. Ces deux premiers opus ont rassemblé chacun près de 25 millions de spectateurs dans le monde. Thomas Langmannfera 16 millions d’entrées pour son film réalisé en 2008 avec Frédéric Forestier, Astérix aux Jeux olympiques (photo), dans lequel jouent Gérard Depardieu, Clovis Cornillac et Alain Delon. En évoquant des périodes de l’histoire, ils s’arrêtent sur la Gaule et sont vite séduits par l’idée. En un quart d’heure, les deux amis plantent le décor de ce qui deviendra en quelques années à peine une œuvre mythique. Les parents du petit Gaulois n’auraient jamais imaginé que leur bébé vivrait un demi-siècle. « Quand nous avons créé Astérix avec René Goscinny, raconte Albert Uderzo, nous en étions déjà à notre dixième personnage pour diverses revues. Nous étions loin de penser que celui qui est né en cette année 1959 irait vers ses 50 ans. Et j’espère au-delà. » LE GRAND SUCCÈS D’UN DUO Deux ans après la publication de ces planches, le premier album, Astérix le Gaulois, est tiré à 6 000 exemplaires. En 1965, Astérix et Cléopâtre, le sixième album de la série, dépasse le million d’exemplaires vendus. Depuis, le succès d’Astérix ne s’est jamais démenti. En 2005, Le ciel lui tombe sur la tête (33 e album) est même édité à 8 millions d’exemplaires. Au total, ce sont plus de 110 millions d’exemplaires qui ont été vendus en France depuis la création d’Astérix. Le héros de papier est aussi connu dans le monde entier, notamment en Allemagne, où l’on adore les aventures du petit village gaulois. Plus qu’une bande dessinée, c’est un véritable univers que les deux créateurs ont conçu avec Astérix et 400 autres personnages. Les appellations en « ix » en sont l’un des exemples les plus évocateurs, et certaines expressions telles que « Il est tombé dans la marmite quand il Directsoir N°634/Jeudi 29 octobre 2009 était petit », « Farpaitement » ou « Le ciel nous est tombé sur la tête » sont même devenues cultes. Uderzo et Goscinny signeront ensemble vingt-quatre albums jusqu’en 1977, année où le scénariste décède d’une crise cardiaque. Uderzo poursuit seul l’aventure. En 1979, il crée les éditions Albert- René, qui publient dès 1982 les nouveaux albums du dessinateur. Depuis fin 2008, ces éditions sont sous le contrôle de Hachette Livre, déjà éditrice des vingtquatre premiers tomes signés de la plume des deux artistes. UDERZO ET LA RELÈVE A 82 ans, Albert Uderzo, qui souffre de la main droite, réalise encore aujourd’hui les crayonnés et confie à son équipe l’encrage et la mise en couleurs des dessins. Mais Uderzo pense à l’après. Lui, qui avait longtemps refusé que la série lui survive, a finalement autorisé Hachette à poursuivre l’œuvre après sa mort. Pour cela, il a déjà confié la relève aux frères Mébarki. Frédéric et Thierry, qui dessinent aux côtés d’Uderzo depuis plus de vingt ans, « ont un don extraordinaire », précise l’illustrateur. Rien ne presse pourtant. Le premier parc d’attractions ➔ Il y a vingt ans, le Parc Astérix ouvrait ses portes à trente kilomètres de Paris, devenant ainsi le premier grand parc de loisirs en France. Albert Uderzo espérait, à travers ce parc dont le chantier a débuté en 1986, donner une nouvelle vie à ses personnages. Le Parc Astérix arrive aujourd’hui en deuxième position en terme de fréquentation, derrière Disneyland Paris. L’année 2008 a pourtant enregistré 1,8 million de visiteurs et un chiffre d’affaires de 69 millions d’euros. Selon Didier Arino, gérant du cabinet d’études Protourisme, la réussite de ce parc repose sur le caractère sympathique des personnages, les attractions à sensations fortes (« Tonnerre de Zeus », « Goudurix ») et la maîtrise des coûts. PHOTOS : 2009 LES ÉDITIONS ALBERT RENÉ/GOSCINNY-UDERZO
www.directsoir.net EN CHIFFRES Événement L’album anniversaire ➔ Par Toutatis ! Le délicat coup de crayon d’Albert Uderzo a encore frappé. Pour fêter dignement les 50 ans du célèbre petit Gaulois, le dessinateur se livre dès les premières pages à un jeu étonnant : imaginer le village gaulois atteint par les ravages du temps. On y croise Abraracourcix en chaise roulante ou Astérix entouré d’une flopée de petits-enfants… Mais cette séquence drolatique s’arrête bien vite pour faire place à une autre idée : les habitants du village gaulois, ainsi que tous les personnages rencontrés au fil de la série, tentent de trouver un cadeau au célèbre duo. Leur offrira-t-on un voyage ? Des fiancées ? Des œuvres d’art ? Un parc dont ils sont les héros ? Uderzo offre finalement un bon panorama de la série tout en laissant s’épanouir son talent de dessinateur (les pastiches de grands peintres resteront dans les annales). Une surprise : le regretté René Goscinny participe à cet album, son esprit facétieux se retrouvant dans un texte follement drôle, écrit en 1966 pour le magazine Pilote. L’anniversaire d’Astérix et Obélix, le livre d’or, Albert Uderzo et René Goscinny, Editions Albert René, 9,20 €. millions d’exemplaires. C’est le tirage 3 du nouvel album L’anniversaire d’Astérix et Obélix, le livre d’or, sorti la semaine dernière dans quinze pays. Pour célébrer les 50 ans des Gaulois, depuis longtemps au panthéon de la bande dessinée française, les institutions se mobilisent. À LA CROISÉE DES MONUMENTS Il ne pouvait sans doute pas y avoir de cadre plus approprié que le musée de Cluny, à Paris, pour rendre hommage Pastiche d’une œuvre de Delacroix. Goscinny (à g.) et Uderzo (à d.). L’album du cinquantenaire. millions d’albums d’Astérix 325 ont été vendus à travers le monde depuis sa création, il y a cinquante ans. Un succès toujours confirmé aujourd’hui. La Gaule s’expose au petit Gaulois. Dans le frigidarium des thermes gallo-romains du musée de Cluny sont présentés planches et tapuscrits. Au-delà de la découverte du processus de création des albums d’Astérix et Obélix, l’exposition est l’occasion de faire se répondre deux monuments nationaux : le bâtiment le plus emblématique de la Lutèce antique et les personnages créés par Uderzo et Goscinny, témoins imaginaires de cette époque. Astérix au musée de Cluny, jusqu’au 3 janvier, 6 place Paul-Painlevé, Paris 5 e (01 53 73 78 16). RETOUR AUX SOURCES Quand, il y a cinquante ans, Albert Uderzo et René Goscinny inventaient Astérix dans un appartement de Bobigny, ils ne se doutaient pas qu’à moins de 500 mètres dormait une des plus grandes nécropoles gauloises. Cette date anniversaire est donc l’occasion pour l’université de Bobigny de mettre en regard, par le biais d’une exposition, les aventures d’Astérix nées dans EN COUVERTURE 7 est le nombre de langues 107 et de dialectes dans lesquels ont été traduits les albums d’Astérix. On compte même le picard, le latin ou l’ourdou. cette ville et les importantes fouilles entreprises sur ce site archéologique. Car si Astérix se nourrit de l’histoire, ses aventures ont aussi stimulé les recherches des archéologues. Drôles de Gaulois, jusqu’au 30 novembre au campus de Bobigny, université Paris XIII, 1, rue de Chablis, Bobigny (01 48 38 84 04). DU MYTHE AU MUSÉE La cité internationale de la BD, à Angoulême, ne pouvait rater un si bel anniversaire. Aujourd’hui débute donc son hommage aux célèbres irréductibles avec présentation à la bibliothèque du musée d’une sélection d’ouvrages sur les héros gaulois et les années Pilote. En parallèle est organisé un cycle de conférences sur l’histoire d’Astérix (et donc de la revue Pilote), documents originaux à l’appui. Cité internationale de la BD et de l’image, 121, rue de Bordeaux, Angoulême (05 45 38 65 65 et www.citebd.org). PHOTOS : 2009 LES ÉDITIONS ALBERT RENÉ/GOSCINNY-UDERZO « Des ouvrages un peu mythiques » ➔ Damien, 35 ans Astérix est une de mes BD préférées. C’est rigolo et sympa. Il y a plein de jeux de mots marrants. Les auteurs ont créé tout un univers dans lequel un petit village rebelle résiste à la grosse société romaine. J’ai aussi vu les trois films d’Astérix au cinéma. DR MICRO-TROTTOIR ➔ Dominique, 53 ans J’achetais les albums au fur et à mesure de leur sortie. Les enfants aimaient bien et moi aussi. Je trouvais sympa de se les passer de main en main et de les partager avec eux. Ce sont des ouvrages un peu mythiques, qui doivent figurer dans une maison familiale. Je les ferai lire volontiers à mes petits-enfants. Au-delà des albums, Uderzo et Goscinny ont créé des personnages qui font partie de notre culture. J’ai aussi acheté les produits dérivés et j’ai bien rien regardant les films au cinéma. DR ➔ Patrick, 60 ans Je suis né avec Astérix. A l’époque, je n’avais pas les moyens d’acheter Pilote, alors dans la cour de récréation, mes copains me racontaient l’épisode et me prêtaient ensuite la revue. Nous attendions avec impatience le jeudi, le jour de sa sortie. Les graphismes étaient parfaits. Ils étaient, je pense, inspirés d’Oumpah-Pah (personnage d’Indien créé par Uderzo et Goscinny,ndlr). Le scénario et les dialogues étaient bien ficelés. Il y avait du suspense et c’était révolutionnaire. DR



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :