Direct Soir n°63 27 nov 2006
Direct Soir n°63 27 nov 2006
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°63 de 27 nov 2006

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,0 Mo

  • Dans ce numéro : Charlotte Gainsbourg triomphe au cinéma

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
Directsoir t Lundi 27 novembre 2006 10 ACTU MONDE TCHAD/La confusion règne Alors que les rebelles hostiles au président Idriss Deby ont perdu la ville d’Abéché, la capitale N’Djamena semblerait, selon les dernières informations, hors de danger. h La confusion règne sur la situation réelle au Tchad. Les rebelles de l’UFDD (l’Union des forces pour la démocratie et le changement) ont poursuivi hier leurs opérations dans l’est du Tchad, marquées par le repli du groupe qui avait occupé samedi la ville d’Abéché. Mais l’Ambassade de France à N’Djamena déclarait dans l’après-midi qu’une « importante colonne rebelle » avait été signalée dans la région du Batha, à environ 400 km à l’est de la capitale, en progression vers l’ouest du pays. Elle ajoutait dans un communiqué que la perspective de combats dans la grande périphérie de N’Djamena n’était pas à exclure. Des informations vivement démenties par le ministre tchadien de la Communication, Hourmadji Moussa Doumgor : « je tiens à assurer à la population que N’Djamena n’est aucunement menacée. » L’ambassade de France a, elle-même, fait amende honorable en précisant ÉQUATEUR/Triomphe de la gauche h Haut la main. Crédité de 56,9% des voix, le nationaliste de gauche Rafael Correa, 43 ans, a remporté hier soir les élections présidentielles en Equateur. Selon les premiers résultats, son rival, le magnat conservateur Alvaro Noboa, obtiendrait 43,1% des suffrages, soit quatorze points d’écart entre les deux candidats. Une défaite que le milliardaire, première fortune du pays à la tête de 120 entreprises, n’a pas tardé à contester hier, « car il n’y a pas de résultats officiels. C’est un scénario qui a été préparé ». De leur côté, des milliers de partisans du nouveau président ont fêté hier la victoire du peuple dans les rues de Quito, la capitale : en déployant les drapeaux du pays, les sympathisants ont crié leur joie en scandant : « Si, se pudo ! » (« Oui, on a réussi) ». Pour eux, la victoire de Correa à la tête du pays signifie la fin de la domination américaine et de que la colonne de rebelles « ne progressait plus. » Toutefois, selon une source militaire tchadienne, d’importants effectifs de l’armée équipés de véhicules et d’armes lourdes ont été déployés Avec 14 points d’avance sur son rival de droite, Rafael Correa a remporté hier l’élection présidentielle ANNE DEVERRE,XAVIER FORNEROD Patrouille de l’armée tchadienne dans les rues d’Am-Timan, libérée des rebelles le 26 octobre dernier. l’instabilité politique dans le pays. « Après des années de politiques sociales et économiques d’exclusion (…), ils n’ont pas réussi à nous voler l’espoir », a déclaré hier le nationaliste de gauche, ouvertement anti-américain et proche du président vénézuélien. « Je ne suis pas une nouvelle version de Chávez ou de Fidel Castro", a-t-il toutefois précisé en soulignant qu’il « coopérerait avec Caracas sans compromettre la souveraineté du pays ». Déjà, le nouveau président a annoncé son intention de rejoindre l’Opep (Organisation des pays exportateurs de pétrole), que l’Equateur avait quittée en 1992. Correa souhaite renégocier les contrats pétroliers avec les multinationales opérant dans le pays, cinquième producteur d’Amérique latine. Son futur gouvernement aura déjà la tâche de « chercher des unions avec d’autres pays pour affronter les pouvoirs hégémoniques du monde ». dimanche autour de la capitale. Si l’UFDD a mis un terme à son offensive, une colonne d’une autre coalition rebelle, composée notamment du Rassemblement des forces démocratiques (RAFD) des jumeaux Tom et Timan Erdimi, a été signalée, quant à elle, à seulement 400 km de N’Djamena, selon l’ambassade de France. Rafael Correa, hier à Quito. Alvaro Noboa, candidat conservateur battu. Vote sous haute surveillance, dans un bureau de Quito. S. ROLLEY/AFP R.BUENDIA/AFP PHOTO R.BUENDIA/AFP PHOTO M.MEJIA/AP PHOTO H. SARBAKHSHIAN/AP EN BREF IRAN : 39 MORTS DANS UN CRASH AÉRIEN Un avion militaire iranien s’est écrasé au décollage hier à Téhéran, tuant au moins 39 occupants. Ce crash n’est que la suite d’une série d’accidents due à la vétusté de la flotte civile et militaire du pays. Selon la télévision iranienne, l’appareil d’origine russe s’est écrasé au décollage de l’aéroport international Mehrabad, situé en plein Téhéran. Un temps privilégiée par le chef des Gardiens de la révolution, le général Yahya Rahim Safavi, l’hypothèse d’un attentat a toutefois été écartée. Le mauvais état de la flotte aérienne iranienne, tant civile que militaire, est dû en partie au régime des sanctions américaines, qui interdisent la vente à des compagnies iraniennes ou à l’Etat d’appareils américains Boeing, ou d’Airbus – filiale du groupe européen EADS (quand ils comportent une part significative de composants américains). CONGO : L’ONU RÉPLIQUE Des hélicoptères de la Mission des Nations-unies en République démocratique du Congo (Monuc) et des Casques bleus au sol ont ouvert le feu ce matin sur des soldats dissidents de l’armée congolaise à Sake, dans l’est du pays. Cette réplique survient après que les troupes de la Monuc ont été menacées par des coups de feu de la part de la 81 et 83 brigades, composées d’éléments fidèles au général déchu Laurent Nkunda. THAÏLANDE : LOI MARTIALE EN SURSIS Le chef de la junte militaire thaïlandaise a demandé, ce matin, au gouvernement de lever la loi martiale dans 40 des 76 provinces du pays. Une première depuis le putsch du 19 septembre dernier. Le nord et le nord-est du pays ne seraient pas concernés par cette mesure, la zone étant restée favorable à l’ex-Premier ministre Shinawatra renversé par le coup d’Etat. De même, la loi martiale resterait en vigueur dans l’extrême sud du pays, à la frontière malaisienne, en raison d’une insurrection nationaliste et islamiste. SILVIO BERLUSCONI HOSPITALISÉ Une baisse de tension artérielle est à l’origine du malaise de l’ancien chef du gouvernement italien, Silvio Berlusconi. Celui-ci est pour le moment hospitalisé à Milan. Hier, alors qu’il prononçait un discours lors d’un meeting politique en Toscane, l’ex-chef du gouvernement italien a perdu momentanément connaissance. Mais son porte-parole a fait savoir hier soir qu’il serait présent à la grande manifestation du 2 décembre à Rome organisée contre le gouvernement de Romano Prodi.
www.directsoir.net TURQUIE/Rencontre entre Benoît XVI et Bartholomée I er Le Pape, Benoît XVI, entame demain une visite controversée de quatre jours en Turquie. 12 000 policiers mobilisés. h Pour son premier déplacement en pays musulman, le pape peut s’attendre à des difficultés. La visite de Benoît XVI en Turquie, qui débute demain, a déjà provoqué de nombreuses manifestations hostiles. Hier, ils étaient environ 15 000 à être descendus dans les rues de Caglayan, sur la rive occidentale d’Istanbul. Tous évoquent Manifestation islamique anti-papale, hier à Istanbul. P.KOPCZYNSKI/REUTERS une déclaration du Souverain pontife de septembre dernier, qui liait islam et violence. « Du respect pour le prophète, Pape ! » pouvait-on lire sur une bannière déployée par les manifestants. « Pape ignorant, apprends ta propre histoire ! » ou « Pape, rentre chez toi ! ». Aussi, la visite du Saint-Père est-elle placée sous haute surveillance. 12 000 policiers seront mobilisés à Istanbul, plus que lors de la visite du président Bush, en 2004. Sur son itinéraire, le Pape doit visiter, entre autres, ce qui fut la basilique Sainte- Sophie. De quoi provoquer la colère des islamistes et des nationalistes turcs, qui croient y voir la preuve des ambitions chrétiennes de changer en église l’édifice qui a servi de mosquée pendant presque cinq siècles sous l’empire Ottoman. Deuxième étape : la mosquée Bleue. Benoît XVI sera ainsi le second pape à fouler le sol d’une mosquée, après son prédécesseur Jean-Paul II. Point d’orgue de la visite, sa rencontre avec le patriarche de Constantinople, Bartholomée I er, représentant spirituel des orthodoxes. Plusieurs islamistes et nationalistes sont convaincus que cette rencontre vise à rapprocher les deux églises et à créer une alliance chrétienne contre l’islam. MONDE SUISSE/Un Etat impliqué h Ils ne sont pas dans l’Union Européenne, mais semblent moins eurosceptiques que la plupart des pays membres ! Les Suisses ont en effet approuvé avec 53,4% des voix, dimanche dernier, une aide de solidarité d’un milliard de francs suisses (650 millions d’euros) en faveur des dix nouveaux pays membres de l’Union européenne depuis 2004, au cours d’un référendum national. Les pays bénéficiaires recevront 100 millions de francs suisses par an pendant 10 ans. Ces heureux élus sont : la Pologne, la Hongrie, la République tchèque, la Lituanie, la Slovaquie, la Lettonie, l’Estonie, La Slovénie, ainsi que Chypre et Malte. Avec ce vote, les Suisses réaffirment ainsi leur soutien à la politique européenne menée par leur gouvernement. Car si l’Etat helvétique a refusé d’être membre de l’Espace économique européen en 1992, il a choisi la voie bilatérale pour régler ses relations avec Bruxelles. Cette aide est un des volets de la 2 e série d’accords signés en 2004 entre la Suisse et l’UE. L’aide est appelée officiellement une « contribution à la réduction des disparités économiques et sociales dans l’UE. »



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :