Direct Soir n°58 20 nov 2006
Direct Soir n°58 20 nov 2006
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°58 de 20 nov 2006

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2 Mo

  • Dans ce numéro : Romane et Renaud la belle histoire

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
Directsoir t Lundi 20 novembre 2006 10 ACTU MONDE F. COURBET/AFP NAIROBI/La Terre peut attendre... Peuples menacés et déplacés suite aux pluies diluviennes en Somalie. INDONÉSIE/Bush attendu de pied ferme Levée de boucliers anti-Bush hier, à la veille de l’arrivée du président américain dans le pay h « Recherché, mort ou vivant ». Le ton est donné.A la veille de la venue du président américain à Bogor, en Indonésie, des milliers d’Indonésiens sont descendus dans les rues hier pour protester contre cette visite et en exiger l’annulation. Dans le plus grand pays musulman du monde, avec environ 90% de ses 220 millions d’habitants qui se réclament de l’islam, l’opinion publique est en très grande majorité opposée au soutien des Etats-Unis à Israël et à la présence des GI en Irak et en Afghanistan. Reste que cette rencontre entre le président Bush et son homologue indonésien Susilo Bambang Yudhoyono sera symboliquement chargée. La dernière visite en date remonte à 2002, quelques mois après les attentats de Bali, qui avaient fait 202 victimes. Cette fois, Bush compte resserrer ses liens avec un allié ANNE DEVERRE,SAMUEL ROUSSEAU stratégique dans sa lutte contre le terrorisme. Mais les deux présidents doivent aussi parler de lutte contre la pauvreté et la corruption, de grippe aviaire, d’éducation et d’investissements. Selon Jakarta, la capitale indonésienne, les Etats-Unis pourraient doper la crédibilité internationale de l’archipel, en l’aidant à s’élever à un niveau en phase avec sa puissance démographique et en favorisant son décollage économique. De son côté, le président américain veut ménager l’Indonésie, jeune démocratie pratiquant un islam modéré qui peut être un contre poids à la puissance de Pékin en Asie. L’énergie y a aussi une place prépondérante : l’archipel possède de vastes réserves en hydrocarbures. De quoi faire pâlir d’envie les géants américains comme ExxonMobil, qui négocient actuellement d’importants contrats d’exploitation. La 12 e conférence sur le climat s’est terminée sur de maigres avancées qui confirment la poursuite des efforts internationaux, notamment le protocole de Kyoto. h « Il faut laisser aux gens le temps de digérer des décisions qui ne semblent pas au premier abord spectaculaires ». Yvo de Boer, secrétaire exécutif de la Convention de l’ONU pour le changement climatique, résume le bilan mitigé de la 12 e conférence sur le climat, qui a fermé ses portes vendredi, à Nairobi, au Kenya. Après quinze jours de négociations entre 189 pays représentés, les résultats de la conférence avaient pourtant des chances d’être fructueux. Au final, peu d’avancées, mais un consensus mondial : diviser par deux les émissions de gaz à effet de serre est indispensable pour garder un climat gérable. D’où la nécessité du protocole de Kyoto qui, malgré ses insuffisances, est apparu comme étant le seul outil capable de faire face à l’enjeu climatique. Dès 2008, le protocole sera révisé pour assurer l’après-2012, date d’expiration de ses premiers engagements. Un accord a aussi été conclu sur le Fonds d’adaptation qui doit permettre aux pays du Nord de financer des projets pauvres en carbone dans les pays du Sud. Si l’Union européenne affirme, avoir « atteint l’ensemble de ses objectifs », l’Afrique, elle, s’estime lésée. « Les pays industrialisés ne voient rien, ne voient pas la réalité du réchauffement climatique que nous subissons ici en Afrique », fulmine Grace Akumu, responsable au Kenya du réseau Action climat, à l’heure où, ironie du sort, la Somalie fait face, depuis trois semaines, à des pluies diluviennes inhabituelles qui ont déjà fait 52 morts et plus de 50 000 déplacés. Comité d’accueil anti-Bush. 202 victimes dans un attentat à Bali, le 12 octobre 2002. Construction d’un pipeline en Indonésie. C. PALINGGI/REUTERS REUTERS BEAWIHARTA/REUTERS J. BARRETO/AFP EN BREF MEXIQUE : OBRADOR, PRÉSIDENT PARALLÈLE Il a été battu à l’élection présidentielle du 2 juillet dernier par le conservateur Felipe Calderon. Mais Andres Manuel Lopez Obrador, le leader de la gauche mexicaine, poursuit son programme politique en parallèle. Après avoir appelé à des dons pour le financer, Obrador doit inaugurer aujourd’hui son cabinet d’opposition, « seul gouvernement légitime » selon lui, et doit être investi « président légitime du Mexique ». Le Parti de la révolution démocratique (PRD), sa formation politique, a appelé à un grand meeting, où des milliers de partisans sont attendus à Mexico aujourd’hui, jour de la date anniversaire de la révolution mexicaine de 1910. Objectif : faire naître l’« affrontement » envers le président élu. Car la mission de son gouvernement parallèle ne consiste pas à collecter des impôts, ni à proposer des lois, mais à entraver l’action du futur président qui doit prendre ses fonctions le 1 er décembre. Cette investiture non officielle ressemble à un pied-de-nez à l’égard du tribunal électoral fédéral, qui a déclaré Felipe Calderon vainqueur de l’élection présidentielle, avec un écart inférieur à 1% des suffrages. Une marge si mince qu’Obrador avait affirmé s’être « fait voler la présidence » dans un scrutin, selon lui, entaché de fraudes. AFGHANISTAN : BLAIR COMPTE SUR L’OTAN L’Otan doit « se concentrer avec force » sur son engagement en Afghanistan. Le Premier ministre britannique Tony Blair, en visite dans le pays, a réitéré sa confiance envers la force de l’Alliance atlantique pour mener les Afghans « vers le progrès ». Il s’est entretenu avec le président Hamid Karzaï, après avoir rencontré, plus tôt ce matin, les troupes britanniques de l’Otan. Celles-ci sont en poste dans une zone en proie à l’insécurité et à la recrudescence des attaques des talibans. IRAK : QUATORZE OTAGES ASSASSINÉS Les corps torturés de quatorze Irakiens ont été retrouvés ce matin dans un quartier de Badgag où cohabitent sunnites et chiites. Agées entre 20 et 45 ans, les victimes sunnites avaient été enlevées hier soir dans leur maison par des hommes déguisés en policiers. Il s’agit d’un acte de représailles à l’attentat antichiite perpétré hier dans la capitale, où dix personnes ont été tuées et quarante-cinq blessées, dans l’explosion de quatre voitures piégées, dans une station de bus.
www.directsoir.net APEC/Pacifique, l’autre océan du commerce Le Forum Asie-Pacifique qui s’est tenu à Hanoï, veut créer une zone de libre-échange. h Le Forum de coopération économique Asie-Pacifique (Apec), qui s’est achevé hier à Hanoï (Vietnam), a travaillé intensément pour profiter du dynamisme économique de ses membres. D’abord, le Forum a été le cadre de l’annonce de l’entrée de la Russie dans l’Organisation mondiale du commerce (OMC), la fédération était le dernier grand pays nonmembre de l’organisation. A ce sujet, les membres de l’Apec ont aussi déclaré leur intention de tout faire pour sortir de l’impasse dans laquelle se trouve actuellement le cycle de négociations dit de « Doha ». Mais, lucides sur la difficulté de la tâche, ils ont surtout mis en avant l’idée d’une zone de libre-échange dans le Pacifique, pour laquelle va être commandée une étude de faisabilité. Au chapitre politique, les 21 ont également exprimé hier leur « vive inquiétude » face à une Corée du Nord nucléarisée, et ont appelé à la reprise des négociations diplomatiques. Un consensus mou, élaboré alors que les tensions entre la Chine et le Canada sur les droits de l’homme ont créé une tension sensible à Hanoï. La rencontre entre les leaders des deux pays s’est soldée sur un constat de Le président vietnamien, Nguyen Minh Triet, devant les chefs d’Etat et membres de l’Apec, hier. désaccord sur cette question, malgré une déclaration d’intention sur l’économie. Un événement révélateur de la complexité de ce forum dont les membres comptent pour 57% du PIB mondial, 45% de sa population et 50% de son commerce. POOL HOANG DINH NAM/AFP MONDE LONDRES/Un ancien espion empoisonné h A quelques jours de la sortie d’un nouveau James Bond, Londres ne pouvait espérer d’affaire plus à-propos. Un ancien espion russe, Alexandre Litvinenko, aurait été victime d’un empoisonnement dans un restaurant japonais de la capitale britannique. L’homme, âgé de 43 ans, est brutalement tombé malade le 1 er novembre dernier après un dîner avec l’un de ses contacts. Celui-ci, qui disait détenir des informations sur le meurtre récent de la journaliste russe Anna Politkovskaïa, a disparu après le repas. L’histoire pourrait être pittoresque si l’espion n’était pas hospitalisé dans un état jugé très inquiétant pour un empoisonnement au thallium, un composant de la mort-aux-rats. Scotland Yard a ouvert une enquête vendredi et placé la victime sous protection policière. Ancien agent du KGB, colonel des FSB (les services russes), Litvinenko est aussi un ennemi déclaré de Vladimir Poutine. Il est réfugié politique au Royaume- Uni depuis 2000. Dans un livre publié en 2003, il avait accusé ses anciens supérieurs des services secrets d’être responsables des attentats à la bombe qui avaient fait plus de 300 morts en Russie en 1999 et qui avaient été imputés aux séparatistes tchétchènes. Ces attaques avaient déclenché la deuxième guerre de Tchétchénie.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :