Direct Soir n°57 17 nov 2006
Direct Soir n°57 17 nov 2006
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°57 de 17 nov 2006

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,6 Mo

  • Dans ce numéro : Royal, impériale

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
Directsoir t Vendredi 17 novembre 2006 10 ACTU MONDE R.ZVULUN/POOL/AFP PHOTO PROCHE-ORIENT/Un nouveau socle pour la paix VATICAN/Le célibat a ses raisons Lors d’une réunion au Vatican, la Curie a réaffirmé hier son attachement au célibat des prêtres. h « La valeur du choix du célibat des prêtres, selon la tradition catholique, a été réaffirmée ». Telle est la conclusion de la réunion dirigée par le pape Benoît XVI qui s’est tenue hier au Vatican. Ce bref communiqué entend contenir la fronde dirigée par l’archevêque zambien excommunié en septembre dernier, Mgr Milingo, qui prône le mariage des prêtres. Le prélat avait agité cette question pour affirmer l’importance de son courant dissident face à Rome. La question du célibat des prêtres est régulièrement évoquée et constitue un dossier au long cours pour l’Eglise. A l’heure actuelle, un homme marié ne peut devenir prêtre. Certaines églises orientales qui dépendent du Vatican font cependant exception, à l’instar des maronites libanais. Mais ceux-ci ne peuvent pas prononcer les sacrements catholiques SAMUEL ROUSSEAU Ehud Olmert est pour un dialogue direct avec les Palestiniens. s’ils ne sont pas célibataires. Par ailleurs, l’accès au sacerdoce pour les hommes mariés dans des cas très précis (conversion tardive au catholicisme), constitue un autre aspect du problème. Hans Küng, éminent théologien suisse en rupture avec le Vatican, lie ce sujet à bien d’autres, comme les femmes prêtres ou les tensions entre le catholicisme et l’islam. Celui qui fut l’ami de Benoît XVI avec qui il enseignait à l’Université allemande de Tübingen, souligne que la théologie doit faire une plus grande place à la souffrance humaine, fût-elle en contradiction apparente avec les dogmes de l’église. Et Hans Küng voit justement dans le nouveau pape un homme brillant et patient, capable d’amener l’Eglise à prendre des décisions dans une temporalité qui n’est pas celle des sociétés civiles occidentales. Israël rejette le plan européen de Gérone. Au profit d’un dialogue direct avec les Palestiniens ? h Il y a quinze ans, le 30 octobre 1991, s’ouvrait la conférence de Madrid, début du processus qui allait déboucher sur les accords d’Oslo (1993) après bien des rebondissements. Coïncidence des calendriers et des lieux, J. Chirac et J. Zapatero, en sommet à Gérone (Catalogne), annonçaient hier un projet franco-hispano-italien pour la paix. Celui-ci prévoit un cessez-le-feu immédiat, un échange de prisonniers et une conférence internationale. La méthode appliquée au Liban. Rejet immédiat d’Israël, pour qui « l’ingérence internationale ne ferait que compliquer l’affaire ». Une position prèvisible alors que les doutes planent sur la future politique étrangère américaine. La faiblesse actuelle du président Bush et la lassitude des opinions internationales poussent les deux parties à s’entendre. Aujourd’hui, la Palestine a un gouvernement d’union nationale et Israël a balayé les ambitions du Hamas de faire de Gaza un nouveau Liban. Qu’ils cherchent à se parler seuls est peut-être une chance pour la paix. Le statu quo ne leur convient plus. Mais reste à savoir si, comme en 1993, les sujets les plus délicats et les concessions les plus dures seront remis à plus tard. Si une nouvelle chance sera gâchée. Benoît XVI. Hans Küng, théologien suisse. Emmanuel Milingo, archevêque zambien excommunié. T. GENTILE/REUTERS J. SAGET/AFP N. KAMM.AFP PHOTO E. ADAMS/AP EN BREF MORT D’UN PRIX NOBEL GÉNIE DE L’ÉCONOMIE Milton Friedman. Milton Friedman n’est plus. Il a été emporté par une crise cardiaque à l’âge de 94 ans. L’Américain a bouleversé l’économie mondiale et continue de l’influencer. Pour Margaret Thatcher, c’est l’homme qui a « relancé l’économie de la liberté, alors qu’elle était purement et simplement tombée aux oubliettes. C’était un combattant de la liberté intellectuelle ». En 1948, il fonde l’Ecole de Chicago, une véritable académie du libéralisme. Depuis les années 1950, il a combattu sans relâche les idées de Keynes qui triomphent alors en Occident et qui influencent encore certains pays, dont la France. Ses théories sur la nécessité d’une politique monétaire claire et prévisible ont fondé le système financier contemporain. Ennemi acharné de l’intervention de l’Etat dans l’économie, le père du monétarisme est récompensé du prix Nobel d’économie en 1976. Dans les années 1980, il exerce une influence décisive sur R. Reagan et M. Thatcher. Pour William Poole, prédecesseur de Friedmannà la tête de la Reserve fédéral : « les économistes n’étaient pas pris au sérieux par les politiques ». Le monétarisme, qui connaît des heures de doute malgré ses succès et son influence, doit maintenant à faire le deuil de son père. Un père dont la pensée est un héritage qui n’a pas encore donné toute sa mesure. BAIN DE BEAUJOLAIS Au pays du soleil levant, le beaujolais nouveau est si populaire que certains se baignent dedans. Un centre de remise en forme à l’ouest de Tokyo propose ainsi des cures thermales à base du fameux vin primeur français. Sur son site Internet, l’entreprise assure que se « baigner dans le vin est bon pour rajeunir le corps », et que Cléopâtre « adorait se prélasser dans un bain vineux ». Premier importateur mondial de beaujolais, l’archipel a commandé cette année 11 millions de bouteilles qui devraient être vendues en quelques jours. L’AMÉRIQUE REGARDE À L’OUEST Le Forum de coopération économique Asie-Pacifique (APEC) qui commence demain, est le premier grand événement international auquel participe George W. Bush depuis sa débâcle électorale. Pour Washington, la région est une priorité. Face à la montée en puissance des échanges commerciaux entre l’Asie et les Etats-Unis, maintenant plus importants que les échanges transatlantiques, le président américain pourrait mettre en avant l’idée d’une zone de libre-échange géante.
www.urgencedarfour.com ROYALE SEGOLENE Vous voici désignée. Et pour le Darfour, que pensez-vous faire ? Chère Madame Ségolène ROYAL, Pour le Rwanda nous avons su après. Aujourd’hui, au Darfour, loin des regards, se déroule en silence le premier génocide du XXI e siècle. Comme vous le savez, depuis 2003, 400 000 personnes y ont été massacrées par les milices janjawid alliées au gouvernement du Soudan et plus de 2,5 millions de personnes ont été chassées de leurs terres. Le 13 septembre, devant la presse, mettant en garde contre un « nouveau Rwanda », Kofi ANNAN prévenait de l’imminence d'un désastre si la communauté internationale n’était pas capable de déployer rapidement une force de l’ONU dans la région. Le gouvernement du Soudan refuse – est-ce surprenant ? – le déploiement d’une force des Nations unies au Darfour. Tous les observateurs disent que les troupes de l’Union africaine ne sont pas en mesure d’assurer la protection effective des populations civiles. Il faut une intervention immédiate des forces de l’ONU pour sauver les survivants du Darfour. Parce que chaque minute compte, parce qu’il n’est pas plus juste qu’un enfant souffre et meure aujourd’hui au Darfour qu’hier au Rwanda, en Bosnie, au Cambodge ou dans les camps de la mort, parce qu’un Signez l’appel du Collectif « Urgence Darfour » www.urgencedarfour.com/petition Pour toute question d’ordre général contact@urgencedarfour.org jour, on écrira l’histoire des enfants et vieillards errant sans main sous le feu du Darfour, tués par l’indifférence des gouvernements et des peuples, parce que se taire, c’est être complice de non-assistance à personnes massacrées, parce que la France pourrait intervenir. Madame Ségolène ROYAL, de toute urgence et d’une seule voix nous devons solliciter de notre Gouvernement qu’il use de son influence auprès du Conseil de sécurité de l’ONU pour que des casques bleus soient envoyés au Darfour, accord du Soudan ou non. Cette démarche sera l’honneur de la France. COLLECTIF URGENCE DARFOUR 2006 - Crédit : Thierry Pasquet - Editingserver.com



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :