Direct Soir n°569 15 jun 2009
Direct Soir n°569 15 jun 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°569 de 15 jun 2009

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (256 x 341) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 1,9 Mo

  • Dans ce numéro : les cent ans du salon du Bourget.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
10 CD CULTURE Le choc YAS Avec « Arabology », le producteur Mirwais et la chanteuse Yasmine Hamdan orchestrent la rencontre entre l’électro-pop occidentale et la langue arabe. Voici l’un des albums les plus singuliers et envoûtants de l’année : Arabology, ou le croisement entre Kraftwerk et Oum Kalsoum. Ce disque en forme de melting-pop musical est le fruit du projet YAS, dans lequel on retrouve la chanteuse libanaise Yasmine Hamdan et le producteur électro Mirwais. Parisien originaire d’Afghanistan, ce dernier n’en est pas à son premier coup d’essai. Dans le sillage de la révolution punk, il avait été, avec Daniel Darc, le leader de Taxi Girl, fulgurante formation de new wave devenue le symbole des années Palace. Le musicien connaîtra ensuite une reconnaissance planétaire en produisant en 2000 l’album Music de Madonna. RALPH MECKE La rencontre avec la belle Yasmine Hamdan a poussé Mirwais dans l’aventure YAS, véritable « manifeste esthétique » qui entend bouleverser la géopolitique musicale et dresser un pont entre l’Occident et l’Orient. Aussi loin de la world music que des productions kitch de la variété égyptienne, Arabology propose un véritable dialogue entre la culture arabe – Yasmine Hamdan maîtrise plusieurs dialectes pour avoir été ballottée durant son enfance dans de nombreux et différents pays – et l’électro-pop hédoniste. Toujours défricheuse, l’émission Le grand journal de Canal+ ne s’est d’ailleurs pas trompée en utilisant l’imparable single Get It Right pour son générique. Arabology, YAS, AZ/Universal. REPRISE Un vaudeville façon Guitry ➔ Véritable succès de l’année 2008, Aux deux colombes retrouve les planches de la Pépinière pour soixante représentations. Une belle occasion de (re)voir cette pièce de Sacha Guitry, mise en scène et jouée par le talentueux Jean-Laurent Cochet. Après la disparition de sa femme, un brillant avocat s’est remarié avec la sœur de sa défunte épouse. Mais après 22 ans de silence, celle qu’on croyait morte revient et entend bien récupérer son mari. Aux deux colombes, jusqu’au 25 juillet. Théâtre la Pépinière-Opéra, 7, rue Louis-le-Grand, Paris 2 e (0142614416). Les comédiens d’Aux deux colombes. BD Falkner mis en bulles ➔ Devenu célèbre avec l’adaptation cinématographique de Fritz Lang, le roman de John Meade Falkner est maintenant adapté en BD. L’histoire reste la même : au XVIII e siècle, le jeune John Tranchard découvre l’emplacement du trésor de Barbe Noire dans la crypte de son village, devenue depuis le QG d’un vaste réseau de contrebande. Si le scénario d’Igor Szalewa est parfois un peu trouble, les dessins de Marion Mousse sont fort ambitieux et rappellent ce que peut faire un Mike Mignola avec le noir et blanc. Les contrebandiers de Moonfleet, Igor Szalewa et Marion Mousse, Glénat, 20 €. C. BESSE DR Directsoir N°569/Lundi 15 juin 2009 LIVRE FESTIVAL DR Retour aux origines ➔ Eustace Conway aurait pu être un personnage imaginaire. Pourtant, cet Américain de 48 ans, sujet du livre d’Elizabeth Gilbert, existe vraiment et sa vie dépasse, comme c’est parfois le cas, la fiction. A l’âge de 17 ans, ce natif de Caroline du Nord décide de tout plaquer et de partir vivre dans la forêt. Se nourrissant et se vêtissant alors grâce à la chasse et la pêche, il quitte rarement son tipi, et quand il le fait, c’est pour aller prêcher la bonne parole. L’auteure de l’ouvrage Le dernier Américain est tombée en admiration devant cet être hors du commun qui se fait le porte-parole d’une vie alternative, loin de tout matérialisme et progrès. Livrant un témoignage sans fard sur le caractère de Conway, Elizabeth Gilbert décortique les choix et les contradictions de ce « dernier Américain », archétype de l’homme étatsunien parti trouver la vérité dans les grands espaces. Le dernier Américain, Elizabeth Gilbert, Calmann-Lévy, 18 €. Métal hurlant ➔ Depuis 2006, le Hellfest s’est imposé comme la Mecque des musiques extrêmes, autrement dit de tous les dérivés du métal. Le week-end prochain, les fans de heavy, de trash, de hardcore, de death (et on en passe) se rendront en masse dans la cité médiévale de Clisson (Loire-Atlantique) pour la quatrième édition d’un festival né sur les cendres du Fury Fest. L’affiche s’annonce bruyante, avec notamment le grand retour de Mötley Crüe, la venue de Marilyn Manson et la présence de vedettes aux noms aussi joyeux que Killing Joke, Napalm Death, Anthrax ou Suicidal Tendencies. Hellfest, du 19 au 21 juin, Clisson (44). www.hellfest.fr



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :