Direct Soir n°50 8 nov 2006
Direct Soir n°50 8 nov 2006
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°50 de 8 nov 2006

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2 Mo

  • Dans ce numéro : USA : victoire démocrate Nancy Pelosi à la tête du Congrès

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
Directsoir t Mercredi 8 novembre 2006 6 ACTU EN COUVERTURE ÉLECTIONS USA/Une femme de contre-pouvoir L’analyse de Philippe Labro La plus grande vertu de l’Amérique, c’est sa capacité de renouvellement, sa faculté de rebondir. La victoire des démocrates au Congrès vient d’en faire la démonstration, avec, à la tête d’une nouvelle majorité, une femme, Nancy Pelosi. Rien de cela ne relève du hasard et permet de rappeler aux anti-américains que l’on peut tout dire des Etats-Unis, sauf que ce n’est pas un pays qui bouge. Et qui respecte l’un de ses credos : « we try, we fail, we fix », c’est-à-dire : « on essaye, on se trompe, on répare. » Nancy Pelosi est l’agent n°1 de ce grand tournant, cette volonté de « réparer », en particulier la politique Irakienne conduite par les républicains. Il y a quelques jours, seuls les Américains connaissaient son nom et son visage. Aujourd'hui, le monde va découvrir une femme, dont les premières déclarations répètent à satiété le mot clé : le changement. Ce n’est pas un amateur : à 66 ans, elle siège au Congrès depuis près de trente ans. Ce n’est pas une provocatrice irréfléchie : elle refuse de procéder à une approche de destitution de George W. Bush. Pour elle, ce serait une « perte de temps ». Pragmatique, elle ajoute, à l’adresse du Président : « Travaillons ensemble pour trouver une solution. » Enfin, elle ne dépend d’aucun lobby d’argent : mariée à un Comme prévu, les démocrates ont remporté les élections du « demimandat ». L’événement, c’est qu’une femme, Nancy Pelosi, devient leader du Congrès. Les trois champions Hillary Clinton Avec quasiment 30 millions de dollars de budget de campagne, le plus gros pour ces élections, Hillary Clinton se devait de marquer les esprits. Non seulement elle s’est fait réélire dans un fauteuil comme sénatrice de l’Etat de New York, ce dont nul n’avait jamais douté, mais elle a aussi grandement contribué à la conquête par son parti de plusieurs sièges de représentants, ce qui pourrait lui gagner de précieuses loyautés dans la phase des primaires pour la présidentielle 2008, si elle s’y lance. Favorite des démocrates, elle est toutefois en recul dans son propre camp. J. ZELEVANSKY/REUTERS Par tous les moyens XAVIER FORNEROD,JEAN-BAPTISTE WERNER millionnaire, Nancy Pelosi est libre de toute influence occulte – le péché qui a coûté leur défaite aux républicains. Elle vient de l’Ouest, élue à San Francisco, dans cette Californie qui a toujours été un berceau des révolutions dans les idées et les tendances, l’Etat qui s’ouvre sur le Pacifique, c’est-àdire, l’avenir, la Chine, l’Asie. Déterminée, Pelosi sait sourire, convaincre, à l’image d’une autre femme, la plus en vue sans aucun doute, Hillary Clinton, qu’on attend pour 2008, prochaine élection présidentielle. Il ne faut donc pas se tromper : le temps des femmes est arrivé. Bachelet au Chili, Merkel en Allemagne, sont déjà au pouvoir. Par un effet ricochet que ses partisans ne manqueront pas d’exploiter, Ségolène Royal, en France, peut profiter de ce grand mouvement qui s’amorce. Pour Nancy Pelosi, même si elle ne brigue pas le pouvoir suprême, le rôle que va jouer cette Américaine dans les deux ans qui viennent, servira, ou pas, de référence à d’autres femmes, sous d’autres régimes. Symbole de la grande mutation du XXI e siècle. T.BOYLE/GETTY IMAGES/AFP Nancy Pelosi hier à Washington. l’outsider du futur Comme pour toutes les autres femmes, la tâche de Nancy Pelosi sera difficile. On attend toujours plus d’une femme. D’autant que l’on dit d’elle : « she is controversial », elle suscite la controverse. Comme Hillary Clinton, elle peut irriter d’autres femmes, américaines moyennes, plus enclines à conserver l’ordre des choses qu’à le bouleverser. Néanmoins, elle incarne et illustre quelques-uns des principes qui ont fondé cette grande démocratie que demeure l’Amérique, et ce, depuis sa fondation : rien n’est fatal, rien n’est irréversible, on peut toujours inverser le cours des choses. « Tomorrow is another day. » Barack Obama Le sénateur démocrate dont le siège n’était pourtant pas concerné par les élections, a été l’une des figures en vue de la campagne. De très nombreux candidats ont tenté de bénéficier du charisme de cet élu de Chicago, seul noir siégeant actuellement au Sénat. Sa performance, coïncidant avec la publication d’un deuxième livre de réflexions politiques, en fait l’un des candidats potentiels pour la présidentielle 2008, malgré sa jeunesse. Selon un sondage CNN, Barack Obama aurait la préférence de 17% des démocrates, distancé uniquement par sa collègue Hillary Clinton (28%). K. DJANSEZIAN/AP Un gouverneur inconnu de l’Arkansas peut, en quelques mois, devenir président des Etats- Unis (Bill Clinton). Et une Californienne, mère de 5 enfants, peut devenir l’interlocutrice la plus redoutée de la Maison Blanche. Tout peut arriver sur ce continent qui, avec l’arrivée massive des « latinos » et l’émergence des femmes dans l’entreprise, comme le service public, s’engage dans une dynamique typique. Personne ne peut prédire comment la nouvelle star des démocrates va faire face aux défis qui s’annoncent, mais on peut déjà dire qu’un nouveau chapitre de l’éternel roman américain vient de s’ouvrir. Et c’est une femme qui va l’écrire. Apprentissage terminé Arnold Schwarzenegger L’ex-star hollywoodienne a appris l’art du compromis au contact du pouvoir. Arnold Schwarzenegger a été réélu triomphalement hier au poste de gouverneur de la Californie, reconduit avec plus de 57% des voix, selon des résultats partiels. « Governator » a su adoucir son discours d’origine. Dans cet Etat frontalier du Mexique, également le plus riche et le plus peuplé, il se veut « conservateur » en économie mais « progressiste » pour certaines questions de société. Une attitude qui séduit les électeurs californiens, normalement acquis aux démocrates, avec des prises de position en contradiction avec la politique du Président. J. REED/REUTERS
www.directsoir.net CRASH DU MONT SAINTE-ODILE/Les compagnies civilement responsables h Il aura fallu attendre 14 ans, mais le jugement a enfin été prononcé. Les six prévenus poursuivis dans le dossier du crash du Mont Sainte-Odile ont tous été relaxés, le parquet ayant estimé qu’ils n’avaient « pas commis de faute pénale ». Le président du tribunal, Pierre Wagner, a cependant relevé que deux d’entre eux, le contrôleur aérien Eric Lammari et l’architecte de l’A320, Bernard Ziegler, avaient commis des négligences. Si le jugement est clément pour les personnes physiques mises en cause, il en va autrement pour les personnes morales. Airbus et Air France ont été reconnus « entièrement DÉFENSE/Jacques Chirac et l’armée du futur h L’armée de l’air mise sur les drones. En visite sur la base aérienne d’Istres, Jacques Chirac s’est fait présenter les projets militaires aéronautiques du futur. Les avions sans pilotes ont notamment une place importante. La France compte parmi les quatre pays au monde capables de produire des drones. Le chef de l’Etat, également chef des armées, a tenu à souligner l’importance du maintien du budget des équipements militaires, au-delà de son mandat. Il voit dans sa démarche l’assurance de crédibiliser « notre outil militaire et notre sécurité ». SÉCURITÉ/Une police pas si tranquille h En cherchant à « restaurer un lien de confiance avec les zones sensibles » grâce à une « police de tranquillité publique », Dominique de Villepin dévoile sa conception de la police de proximité. Hier à Paris, devant les procureurs, préfets et recteurs, le Premier ministre a expliqué qu’elle devrait être « en contact régulier avec la population », sans pour autant « jouer le rôle des associations ». Une critique visant la police de proximité mise en place par les socialistes en 1997, et supprimée par Nicolas Sarkozy en 2002. responsables du préjudice subi par les victimes ». Airbus est ainsi condamné pour une « négligence constitutive d’une faute civile » dans la conception de l’ergonomie du cockpit de l’A320, qui pourrait avoir conduit les pilotes à confondre l’angle de descente avec la vitesse de descente. Pour M e Claude Lienhard, l’un des avocats des parties civiles, « ce qui a été condamné au civil aujourd’hui, c’est la conception de l’Airbus qui volait ce jour-là ». M e Hervé Témine, avocat d’Echo, l’association des victimes et des familles des victimes de la catastrophe, a salué une décision historique. « A notre J.P.PELISSIER/REUTERS R.DAMORET/REA connaissance, il n’y a pas de précédent dans l’histoire de l’aéronautique française. Airbus n’avait jamais été condamné pour la conception d’un appareil. » CRÈCHES/Des solutions pour faire garder bébé LES SITES À CONSULTER ★★ ★★★ ★ ★★★★ 240000 enfants sans solution de garde www.family-sphere.com www.abcpuericulture.asso.fr www.bebe-annonce.com www.caf.fr Air France a lui été condamné en tant que successeur de la compagnie Air Inter, au titre de sa responsabilité contractuelle de transporteur. Cinq des six prévenus attendent le délibéré du procès. h Philippe Bas a lancé hier son plan « Petite enfance » afin de pallier le manque de places dans les crèches. Le ministre délégué à la Famille prévoit l’ouverture de 40000 places sur cinq ans. Une mesure qui se faisait pressante car 10% des 2,4 millions d’enfants de moins de trois ans se trouvent sans solution de garde. Un chiffre qui, selon le ministre interviewé hier par Le Figaro, « ne compte pas les cas où la maman a pris un congé parental, non par souhait, mais faute de mode de garde ». Ce projet donne aux parents davantage de solutions pour faire garder leurs enfants, de quoi leur donner envie de faire un bébé de plus. F.FLORIN/AFP FRANCE LA CLASS ACTION À LA FRANÇAISE Alain Bazot, président de l’association UFC Que Choisir. 1 Aujourd’hui, à l’issue du Conseil des ministres, le gouvernement a étudié l’introduction dans le droit français du recours collectif. Une voie judiciaire encore loin des class actions à l’américaine. 2 Les procès retentissants contre les cigarettiers américains et leurs millions de dollars de dommages et intérêts ont contribué à la notoriété de ces actions. En France, la justice privilégie actuellement les recours individuels, même si les associations de consommateurs disposent déjà d’actions spécifiques pour réparer des préjudices collectifs. 3 Concrètement, le projet de loi étudié par le gouvernement aujourd’hui et par le Parlement avant la fin de l’année, permettra aux personnes ayant subi le même tort de saisir collectivement la justice. Toutefois, la portée serait restreinte aux préjudices matériels subis n’excédant pas 2 000 euros. 4 Pour Pascal Clément, le ministre de la Justice, cette nouvelle action a ses limites. Elle ne permettra pas de lancer de procédure concernant les atteintes à l’environnement, les relations salariésemployeurs, la réparation de préjudices corporels, ni les cas de catastrophe aérienne ou d’infections nosocomiales, ayant causé un grand nombre de victimes. THOMAS LIARD,CAROLE TOLILA,ANTONIN MOSER,NICOLAS CAILLEAUD,ALEXANDRE GIRAUD DENIS/REA Directsoir t Mercredi 8 novembre 2006 7



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :