Direct Soir n°50 8 nov 2006
Direct Soir n°50 8 nov 2006
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°50 de 8 nov 2006

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2 Mo

  • Dans ce numéro : USA : victoire démocrate Nancy Pelosi à la tête du Congrès

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
Directsoir t Mercredi 8 novembre 2006 4 EXCLUSIVITÉ INTERVIEW ÉLISABETH GUIGOU « Pour un filet social » Dans « Rallumer les étoiles » *, l’ancienne ministre de Lionel Jospin, actuelle députée PS de Seine-Saint- Denis, propose des réponses de gauche aux désillusions de l’élection de 2002 et du « non » au projet de traité constitutionnel européen. Confidences d’une amoureuse de la justice sociale et de l’Europe. Rallumer les étoiles, un programme de future présidente de la République ? Cela y ressemble, mais je ne suis pas candidate. J’y ai pensé, il y a un an et demi ou deux, mais comme j’ai fait le choix de Lionel Jospin, c’est un peu tombé à l’eau. Que vous évoque la candidature de Ségolène Royal ? Pour les femmes, c’est un symbole de changement très fort. En même temps, il ne suffit pas de symboliser ce changement par une candidature, il faut la conduire et la réussir. Rien n’est jamais facile pour les femmes dont on exige toujours beaucoup plus. Ses prises de positions vous surprennent-elles ? Elles ne surprennent pas que moi ! Je ne pense pas que généraliser l’encadrement militaire soit une solution à la délinquance des jeunes. Et les jurys citoyens ? Je n’aime pas le terme « jury », trop proche de « judiciaire ». Nous sommes dans une société qui est en train de tout rendre judiciaire. Je suis cependant favorable à plus de démocratie participative. Repères Vous proposez de créer un droit de pétition auprès de l’Assemblée nationale. C’était dans le projet socialiste et dans le projet constitutionnel européen. Quand un million de citoyens souhaitent l’examen d’une loi, il est souhaitable qu’ils puissent la mettre à l’ordre du jour. Il faut aussi consulter les citoyens à travers les comités de quartiers, les budgets participatifs, la démocratie de proximité. Le Conseil des ministres à la télévision, qu’en pensez-vous ? Cela n’a aucun sens. Ce qui est intéressant en Conseil des ministres ne peut être montré à la télévision. Les appréciations du ministre des Affaires étrangères sur l’attitude de certains gouvernements ne peuvent être filmées car il s’agit de la sécurité de l’Etat. Et le reste est extrêmement formel. Que reprochez-vous au gouvernement actuel ? Des effets d’annonce permanents qui ne sont jamais suivis d’actes. Nicolas Sarkozy en particulier s’est bien rendu compte que les gens en avaient assez d’entendre des promesses jamais réalisées. Il fait passer l’agitation médiatique pour de l’action. Mais les gens ne sont pas naïfs, ils voient bien que les promesses ne sont pas tenues. Cette situation renforce les extrêmes. J’ai fait le choix de Jospin, c’est un peu tombé à l’eau J. LANGEVIN/CORBIS E. DE MALGLAIVE/GAMMA P.OTHONIEL/JDD/GAMMA N’est-ce pas un peu facile de marier chacune de vos propositions avec une hausse de la fiscalité ? Je n’augmente pas les impôts, je propose de supprimer les baisses offertes aux plus privilégiés, soit 13,5 milliards d’euros par an. Je ne comprends pas qu’on tolère qu’un million d’enfants vive dans des familles avec moins de 650 euros par mois.Permettre à toutes les familles, en particulier monoparentales, d’avoir au moins 650 euros coûterait 4 milliards d’euros par an. J’aimerais bien les ponctionner dans ces 13,5 milliards d’allégement d’impôts. Le Danemark est-il un modèle ? Ce pays est passé d’un taux de chômage de 10% à 5%. Même si on ne peut transposer le modèle du Danemark (6 millions d’habitants, 85% de travailleurs syndiqués, contre 8% en France), on doit pouvoir s’en inspirer. Le filet social danois permet une formation constante, et les chômeurs sont suivis individuellement. J.B. VERNER/CORBIS Que pensez-vous de la réforme de la justice esquissée par l’ancien garde des Sceaux Dominique Perben ? C’est une réforme qui n’est absolument pas à la hauteur de la tragédie d’Outreau. Une réforme d’ampleur n’est pas possible avant une élection. Le principal problème de la justice en France, c’est sa misère. Nous sommes 17 e sur 25 pour le budget de la justice par habitant en Europe. Il y a de bonnes dispositions dans le projet du garde des Sceaux, comme la possibilité pour les citoyens de faire des réclamations auprès du médiateur. Mais on n’a pas une seule indication des moyens supplémentaires qui lui seront attribués. Les « maisons de la justice et du droit » que vous proposez de généraliser, c’est une forme de justice de proximité ? Ces maisons de la justice sont distinctes des tribunaux. On dit au jeune délinquant « voilà ce que tu as fait », on lui fait rencontrer sa victime et on lui inflige une peine de réparation. 80% des primo-délinquants traités par ces procédures ne récidivent pas. *Rallumer les étoiles, éd.Calmann-Lévy,15 €. L’Europe La justice L’emploi Dès 1984, elle conseille François Mitterrand sur les Affaires européennes. Elle supervise la politique européenne du gouvernement d’opposition de 1986 à 1988. Ministre déléguée aux Affaires européennes, elle négocie le traité de Maastricht en 1992. PROPOS RECUEILLIS PAR BORIS EHRGOTT PROPOSITIONS Une maison des parents dans chaque commune, un logement décent pour chaque famille, des maisons de la justice pour le traitement immédiat de la délinquance… quelques-unes des initiatives proposées par l’ancienne ministre. En 1997, sous le gouvernement Jospin, elle devient la première femme ministre de la Justice. Elle marque la chancellerie par la loi sur la présomption d’innocence. Elle renforce aussi l’indépendance des juges et impulse une politique judiciaire européenne commune. En 2000, elle succède à Martine Aubry au portefeuille ministériel de l’Emploi et de la Solidarité. Contre l’exclusion des jeunes, elle instaure une prime de 300 euros aux chercheurs d’emploi de moins de 25 ans.
EXPOPROTECTION Smart access... Smart security. 7 au 10 novembre 2006 stand N1 Hall 5 - Parc d’expositions de Paris-Nord Villepinte www.automatic-systems.com Equipements de contrôle d’accès et de sécurité pour les piétons et véhicules. 30, rue du Morvan Silic BP 20518 F-94623 Rungis Cedex (Paris) Tel. : 33.1.56 70 07 07 Fax : 33.1.56 70 07 08 e-mail : asmail@automatic-systems.fr



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :