Direct Soir n°47 25 oct 2006
Direct Soir n°47 25 oct 2006
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°47 de 25 oct 2006

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2 Mo

  • Dans ce numéro : Kristin Scott-Thomas euro star

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
Directsoir t Mercredi 25 octobre 2006 8 ACTU FRANCE EN BREF 500 locos pour Pékin v La société française Alstom a conclu un contrat sur la fourniture de 500 locomotives de fret à la Chine d’une valeur de plusieurs centaines de millions d’euros, a annoncé ce matin son PDG, Patrick Kron. Ce contrat a été révélé en marge de la visite d’Etat que le président Jacques Chirac vient d’entamer en Chine. Il devrait être officiellement signé demain à Pékin. Grigny : deux jeunes arrêtés v Deux jeunes de 13 et 18 ans, soupçonnés d’avoir mis le feu à un bus dimanche dans le quartier de la Grande- Borne à Grigny, ont été mis en examen hier soir pour « destruction de biens par incendie en bande organisée ». Le majeur de 18 ans a été placé en détention provisoire. Le mineur de 13 ans a, quant à lui, été placé sous contrôle judiciaire, assorti d’une mesure d’éloignement. Verdict clément pour Léonie Crevel v Léonie Crevel, 80 ans, a été condamnée hier à deux ans de réclusion criminelle, avec sursis, par la cour d’assises de Seine-Maritime pour avoir tué sa fille handicapée de 41 ans afin de « mettre fin à ses souffrances ». L’avocate générale, Delphine Mienniel, avait requis cinq ans avec sursis. Habillement : les Français dépensent moins v Le budget textile moyen annuel par foyer en France s’est établi à 672 euros en 2006, soit 27 euros de moins qu’en 2004, indique une étude du cabinet TNS Worldpanel. Autre enseignement : les achats sur Internet explosent. Selon l’étude, 7,4% des foyers français ont acheté au moins un article textile sur Internet en 2006. PS/Ils ont enfin débattu GDF-SUEZ/Détente dans la fusion h GDF et Suez peuvent enfin souffler. Le projet de fusion, annoncé en février dernier pour contrer une OPA de l’italien Enel sur Suez, pourrait bientôt voir le jour. Après l’Assemblée nationale au début du mois, c’est au tour du Sénat d’avoir approuvé, la nuit dernière, la privatisation de Gaz de France. A l’issue de huit jours de discussions, l’article 10 du projet de loi sur l’énergie, qui réduit la part de l’Etat dans le capital du gazier français à environ un tiers, a été adopté par 173 voix contre 145. Le PS, le PCF, les radicaux de gauche et une partie de l’UDF ont voté contre. Dernière étape à franchir : l’accord de la Commission européenne. Après six mois d’enquête et de nombreuses concessions de la part des deux groupes énergétiques français, Bruxelles s’apprêterait à bénir la fusion des deux entités, délestées de nombreux actifs, le 14 novembre prochain. THOMAS LIARD,ALEXANDRE GIRAUD,BÉRENGÈRE DE TERMONT,ANTONIN MOSER,NICOLAS CAILLEAUD T. COEX/AP Enfin, le ton est monté. Hier soir, Ségolène Royal, Dominique Strauss-Kahn et Laurent Fabius ont esquissé les contours d’un véritable débat à l’occasion de leur deuxième rencontre sur les plateaux de télévision. Après les questions économiques le 17 octobre dernier, l’échange d’hier, souvent véhément, a été consacré aux sujets de société, un domaine où les candidats à l’investiture pouvaient afficher leurs divergences. Les prises de position de Ségolène Royal, notamment en faveur de « jurys citoyens », ont provoqué quelques grincements de dents chez ses adversaires, tout comme sa volonté d’ouvrir le Conseil des ministres aux citoyens. Dans les rangs de la majorité, les réactions à cette dernière proposition ont été vives. « C’est le summum de la démagogie », a souligné ce matin Christian Jacob, ministre de la Fonction publique, sur RTL. Selon lui, Ségolène Royal incarnerait « non seulement le déni de la vie politique, c’est-à-dire l’incapacité à décider, l’incapacité à trancher, même l’incapacité à avoir des convictions ». Un point de vue qui a fait son chemin, même chez les socialistes. Le sénateur PS de l’Essonne, Jean-Luc Mélenchon, partisan de Laurent Fabius, a dénoncé, toujours sur RTL ce matin, « un paternalisme social, qui nie toutes les instances de représentation, c’est un très gros problème ». Hier soir, Ségolène Royal n’a pourtant pas failli et prouvé qu’elle savait réagir à la critique. Elle a notamment reproché à ses deux contradicteurs de ne pas mesurer l’ampleur de la « crise démocratique ». Une fermeté qui a séduit ses soutiens les plus fidèles. François Rebsamen, numéro 2 du PS, a salué ce matin la capacité de sa candidate à « dessiner par petites touches son projet pour la France » et estimé qu’elle était prête « à débattre avec Nicolas Sarkozy ». La remarque est malicieuse. Dans trois semaines, les militants devront faire leur choix entre les trois caciques du Parti socialiste. Entretemps, le 7 novembre prochain, aura lieu le troisième et dernier débat télévisé. Une dernière occasion pour eux de se confronter avant la croisade finale contre les champions de la droite. ANNIVERSAIRE/Le Travail centenaire h Le ministère du Travail fête aujourd’hui le centenaire de sa création. Une cérémonie est organisée pour l’occasion au Carrousel du Louvre par le ministre de l’Emploi, Jean-Louis Borloo, et son ministre délégué, Gérard Larcher. C’est Georges Clemenceau qui créa, en 1906, ce ministère, nommé à l’origine ministère du Travail et de la Prévoyance sociale. Une mesure dictée par l’urgence sociale. Le nouveau ministère est confié à un socialiste indépendant, René Viviani, chargé d’œuvrer au bien-être du salarié au travail et à la gestion des questions d’assurance sociale, retraite, logement ouvrier, etc. Le ministère s’attelle vite à la compilation de l’ensemble des textes du droit du travail. En 1925, la première version exhaustive du code du travail est achevée. Il s’enrichit depuis régulièrement de nouvelles règles. Il prévoit, entre autres, des droits collectifs pour les travailleurs. La généralisation des conventions collectives (1936), la représentation du personnel (1936 et 1945) et la section syndicale en entreprise KEYSTONE L’exclu Directsoir La presse de ce matin, France Soir et Le Parisien en tête, considère que Ségolène Royal a été la plus convaincante hier soir. LaCroix, La Tribune, et L’Humanité ont évité de se prononcer. (1968) en sont les meilleurs exemples. Du côté des droits individuels du salarié, deux grands chantiers : la réduction du temps de travail (du repos du dimanche de 1906 aux 35 heures de Martine Aubry) et l’octroi des congés payés (des quinze jours de 1936 aux cinq semaines de 1981). Autre œuvre majeure, la création de la Sécurité sociale à la Libération, ou encore la signature des célèbres « Accords de Grenelle » du 27 mai 1968. A partir des années 70, le ministère élargit son action à l’emploi, face aux réalités du chômage de masse. Le ministère du Travail en 1954.
www.directsoir.net Une triple greffe cœur-poumons-foie. Annoncée hier, l’opération réalisée le 4 août dernier par une équipe des CHU de Nantes et Rennes sur une jeune fille atteinte de mucoviscidose est une prouesse médicale. Si Jennifer, âgée de 18 ans, n’est pas la première à bénéficier d’une telle greffe, l’intervention a été pratiquée moins d’une quinzaine de fois en dix ans. Un événement qui rappelle la greffe partielle de visage réussi par le professeur Devauchelle en novembre dernier ou encore la greffe des deux mains réalisé par le professeur Dubernard en 2000. Les avancées en matière de greffe sont particulièrement suivies car ces opérations permettent de soulager de grandes souffrances, voire de sauver des vies. Et les techniques n’ont cessé de progresser ces dernières années. « Les résultats à court terme sont positifs et s’améliorent de plus en plus », indique le professeur Christophe Legendre, chef du service de transplantation rénale adulte de l’hôpital Necker à Paris. « Aujourd’hui, 90 à 95% des patients ne subissent pas de perte de greffon la première année. En revanche, à 10 ans, le taux n’est plus que de 60%. Les patients doivent alors subir une nouvelle transplantation. » Il y a donc encore des progrès à faire. L’une des causes de ces pertes est le rejet de l’organe. Celui-ci est considéré comme un corps étranger par l’organisme qui déclenche alors une réaction immunitaire pour s’en débarrasser. Pour éviter un GOH CAHI HIN/AFP SANTÉ/De l’espoir pour l’avenir de la greffe La greffe est parfois le seul moyen de sauver une vie. Des avancées colossales ont été réalisées ces dernières années, mais la recherche doit encore progresser. C’estdit « Les résultats à court terme sont positifs et s’améliorent de plus en plus » tel phénomène, le patient doit suivre à vie un traitement lourd qui diminue les défenses de l’organisme. Le greffon n’est alors plus reconnu comme étranger. Mais les microbes et les cancers non plus. N’étant plus attaquées par le système immunitaire, les affections se développent plus facilement. « Le nombre de cancers est plus élevé chez les greffés », relève le professeur Legendre. « Les recherches se tournent vers des traitements plus spécifiques vis-à-vis du greffon. » Autrement dit, l’organisme intègre le nouvel organe, mais s’attaque aux microbes. Ces traitements pourraient apparaître d’ici cinq à dix ans. « A terme, ajoute le chirurgien, on espère induire une tolérance chez l’individu. L’organisme reconnaîtrait alors les agressions extérieures mais il tolérerait le greffon sans l’aide des médicaments. Le traitement servirait alors à acquérir cette capacité mais il ne sera plus nécessaire de le suivre à vie. » Une autre piste de recherche, bien plus polémique, est la greffe de cellules souches. Ces cellules prélevées sur des embryons ne sont pas encore différenciées. Elles ne sont ni des cellules de rein ou de cœur ni d’aucun organe. Injectées, elles se transforment pour remplacer n’importe quelle cellule. Mais à l’heure actuelle, elles ne peuvent remplacer qu’un type de tissu à la fois. On ne sait pas reproduire un organe complet, formé d’une imbrication de tissus différents, à partir de cellules souches. Une telle prouesse nécessiterait des progrès considérables. Mais la loi française est très stricte et seuls quelques laboratoires très contrôlés peuvent utiliser ces cellules issues d’embryons pour leurs recherches. Et les risques sont encore inconnus. La greffe de ces cellules pourrait provoquer des troubles sérieux. La recherche a donc encore un long chemin à parcourir, mais les greffes représentent déjà un magnifique espoir de vie pour les malades. « Nous avons (…) l’espoir que des témoins en relation avec la mort de Grégory puissent enfin parler, libérer leur conscience. La diffusion de ce film et son retentissement peuvent, peutêtre, déclencher des aveux. » Jean-Marie Villemin, père du petit Grégory (dans une interview exclusive à La Croix, avant la diffusion d’un téléfilm sur France 3, les 28, 29 et 30 octobre prochains) « Je ne me satisfais (…) pas de la faiblesse de nos parts de marché et par conséquent du caractère trop déséquilibré de nos échanges commerciaux. » Jacques Chirac, à son arrivée en Chine, (entretien avec l’agence de presse officielle Chine nouvelle) Les professeurs Boudjema et Despins, le docteur Noury et Jennifer, atteinte de mucoviscidose et triplement greffée, au CHU de Nantes, hier. « Si quelqu’un se renseigne sur moi, on lui dira (à Zidane,ndlr) qu’en dehors du terrain je suis un chic type. » Marco Materazzi, footballeur italien (dans une interview à VSD et RTL) FRANK PERRY/AFP FRANCE ÉCOLOGIE/Menaces sur l’eau h L’avenir de l’eau inquiète. Si l’on sait que nous n’en manquerons pas, le problème de sa répartition sur le globe reste au cœur des débats. Hier, l’Académie des sciences a dévoilé son rapport sur « les eaux continentales » qui souligne les menaces qui pèsent sur elles. Avec 9 milliards d’habitants sur Terre à l’horizon 2050, couplé à une urbanisation galopante, des actions devront être menées en particulier dans les zones à faible pluviosité. Mais dans l’état actuel, si les changements climatiques sont considérés comme « inéluctables », leurs conséquences sur la répartition de l’eau n’ont rien d’évidentes. Ainsi, les auteurs admettent ne pas savoir comment la planète a réagi à la fonte des glaciers, il y a 20 000 ans. En outre, selon le groupe de scientifiques, leurs travaux devront s’orienter davantage sur la prévention des sécheresses, plutôt que sur la prévention des crues. L’hygiène reste aussi au cœur des préoccupations. Actuellement, 1 milliard de personnes n’a pas accès à l’eau potable et 2,4 milliards ne sont pas raccordées à un réseau d’assainissement. L’objectif actuel est de diviser ces chiffres par deux, d’ici à 2015, pour un coût astronomique estimé à plus de 1500 milliards d’euros. Dans les KIOSQUES Parole de mamans arrive dans les kiosques. Comme son nom l’indique, ce nouveau magazine aborde l’ensemble des questions relatives à la maternité. Une originalité : bien souvent, les principales intéressées prendront elles-mêmes la plume. JENS GROSSMANN/LAIF-REA Directsoir t Mercredi 25 octobre 2006 9



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :