Direct Soir n°47 25 oct 2006
Direct Soir n°47 25 oct 2006
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°47 de 25 oct 2006

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2 Mo

  • Dans ce numéro : Kristin Scott-Thomas euro star

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
Directsoir t Mercredi 25 octobre 2006 10 ACTU MONDE TCHAD/Reprise de la rébellion Les insurgés de l’Union des Forces pour la Démocratie et le Développement ont repris les armes. Un avion français a été pris pour cible par un missile sol-air.combats ont repris depuis dimanche dans le sud-est du Tchad. LLes rebelles se seraient emparés brièvement de deux villages avant d’être chassés par les forces gouvernementales. A la tête de l’insurrection : le général Mahamat Nouri, l’ancien ministre de la Défense, qui a rejoint les rangs de l’opposition armée après la réélection du président Idriss Deby au mois de mai dernier. Après la dernière flambée de violence du printemps, la rébellion qui avait poussé son offensive jusqu’à N’Djamena, la capitale, semblait exsangue. Repoussée et divisée, elle vient de retrouver un semblant d’unité le week-end dernier avec la création de l’UFDD qui regroupe les débris de deux mouvements historiques : le Conseil démocratique révolutionnaire (CDR) et le Front uni pour ROYAUME-UNI/Voile sur la ville h Les Britanniques ont mal à leur modèle multiculturel. Depuis les déclarations du président de la chambre des Communes, Jack Straw, qui appelait à un débat sur le voile, la question s’est transformée en polémique. La pomme de discorde est le Niqâb, le voile islamique ne laissant apparaître que les yeux des femmes le portant. Une institutrice auxiliaire de 24 ans a été suspendue par son école. Pour celle-ci, le vêtement créait une barrière entre l’enseignante et ses élèves. Une première dans un pays où le foulard fait partie du paysage scolaire. Le Royaume-Uni compte 1,6 million de musulmans, 560 000 Hindous et 336 000 Sikhs pour une population de 60 millions d’âmes. Après les attentats de Londres, le 7 juillet 2005, les sujets de sa gracieuse Majesté ont pris conscience le changement (FUC). Pour le moment, N’Djamena relativise l’importance de ces nouveaux affrontements. La France, historiquement présente dans le pays, est préoccupée. Les 1000 hommes déployés sur place dans le cadre de l’opération Epervier se tiennent prêts. Lundi, un Bréguet-Atlantique de La suspension d’une institutrice voilée déchaîne la polémique. Le pays craint les dérapages. GUILLAUME ZELLER,SAMUEL ROUSSEAU RETUTERS/STR NEW Des soldats tchadiens chaussés surveillent les rebelles (pieds nus) à N’Djamena, en avril dernier. des limites d’un modèle fondé sur l’ignorance mutuelle. Si les solutions font discorde, le constat est unanime. Tony Blair y voit une « marque de séparation » entre les Musulmans et leurs concitoyens. Le Conseil des musulmans de Grande-Bretagne a concédé que le « voile crée un malaise chez les non-musulmans. » Le royaume tourne son regard vers la France et sa loi sur la laïcité qui inspire certains penseurs britanniques. Les nombreuses émeutes raciales, du quart de siècle passé outre-Manche, dont celles de Birmingham en 1981, font craindre à Londres un embrasement. Le président de la Commission pour l’égalité raciale s’est ainsi inquiété du fait que si aucun geste n’était tenté, son pays connaîtrait bientôt des événements comparables à ceux des banlieues françaises. l’armée de l’air a été pris pour cible par un missile sol-air au-dessus des zones de combat. Interrogé par l’AFP, le général Nouri a démenti toute implication. Mais l’épisode laisse planer le doute et ne poussera sans doute pas Paris à nuancer son soutien – régulièrement contesté – au président Deby. Le Niqâb, objet du délit. Saira Kahn, reporter anti-voile. Jack Straw avec des responsables musulmans à Blackburn. STRINGER/RUETERS DS.THOMPSON/APPHOTO B.ADAMS/AP PHOTO M. BALCE CENETA/AP EN BREF ETATS-UNIS : BARACK OBAMA, RIVAL D’HILLARY « Hillary Clinton est une candidate formidable. » Ce n’est pas le porte-parole du Parti démocrate qui le déclare mais Dick Cheney, le vice-président républicain interrogé hier sur la chaîne de télévision Fox. Non pas que le n°2 de la Maison- Blanche ait viré sa cuti : « Je suis en désaccord avec elle sur presque tous les sujets », précise-t-il. Mais la femme de Bill Clinton lui apparaît comme un véritable danger dans la perspective de l’élection présidentielle de 2008, pour lesquelles il ne nourrit aucune ambition personnelle, rappelait-il encore hier. De son côté, Hillary Clinton s’estime flattée par la multiplication des encouragements et des commentaires laudatifs à son égard. Mais elle n’aurait encore pris aucune décision à ce sujet. On évoque aussi souvent le nom du sénateur Barack Obama pour briguer la fonction suprême. Seul Noir siégeant au Sénat, sa candidature serait une révolution culturelle. Au-delà de ces conjonctures, c’est avant tout sur les élections de « mid-terms » du 7 novembre que la classe politique américaine focalise son attention. L’administration Bush pourrait enregistrer un sérieux revers à cette occasion. LE PRINCE CHARLES COÛTE 3,5 PENCE À CHAQUE BRITANNIQUE S’agit-il d’un acte de lèse-majesté ? Un groupe de députés britanniques, emmenés par le conservateur Edward Leigh, s’intéresse de près au statut fiscal de l’héritier de la couronne. Le prince Charles déclare des revenus annuels de 20 millions d’euros (3,29 millions de livres) et verse le quart aux impôts. Mais il ne paie pas son écôt sur les revenus du capital, en l’occurrence celui des duchés de Cornouailles et de Lancaster. CACHETS D’OUTRE-TOMBE Selon le site du magazine Forbes, 50 millions de dollars ont été engrangés en 2005 au nom de Kurt Cobain, le leader mythique de Nirvana, qui s’est suicidé en 1994 à l’âge de 27 ans. Il déloge ainsi Elvis Presley de la liste prestigieuse des personnalités décédées dégageant le plus de revenus, parmi lesquelles on compte aussi John Lennon ou Albert Einstein.
www.directsoir.net ALLEMAGNE/Schröder se souvient L’ancien chancelier publie ses mémoires : « Décisions. Ma vie en politique ». Présentation officielle aujourd’hui, à Berlin. Gerhard Schröder et Vladimir Poutine à Saint-Pétersbourg, le 7 octobre 2005. h Qu’on le sache, Gerhard Schröder ne prépare pas le terrain de son éventuel retour, alors qu’Angela Merkel, qui lui a succédé à la chancellerie, connaît de sérieuses difficultés politiques. Il l’a déclaré sans ambiguïté dans un entretien publié lundi dans Der Spiegel. Sans doute faut-il prendre ses mémoires pour ce qu’elles sont : une chronique du pouvoir outre-Rhin. Arrivé au pouvoir en 1998, Gerhard Schröder a traversé une phase cruciale de la vie internationale : celle de l’après 11-Septembre. Un bouleversement qui l’a conduit à porter la voix de l’Allemagne sur la scène diplomatique. C’est lui qui ITAR TASS/REUTERS décide d’envoyer des soldats de la Bundeswehr en Afghanistan mais qui refuse de soutenir la politique américaine en Irak. Au-delà de l’exposé de ces grandes options, d’intéressants portraits des interlocuteurs majeurs de Gerhard Schröder émaillent son ouvrage. Se défendant de tout antiaméricanisme primaire, il se montre sévère sur George Bush, accusé de confusion entre les sphères religieuse et politique. Il est beaucoup plus aimable en revanche à l’égard de Vladimir Poutine, dont il souligne « l’intelligence » et la « forme physique ». A la lecture de cet éloge, certains observateurs ne manqueront pas de rappeler que M. Schröder est désormais un des dirigeants du groupe énergétique Gazprom, dont le principal actionnaire n’est autre que l’Etat russe. MONDE ISRAËL/Olmert soigne sa droite h L’extrême droite entrera au gouvernement israélien. Avigdor Lieberman a finalement séduit le Premier ministre Ehud Olmert. Il intègre son cabinet en tant que vice-Premier ministre, chargé des affaires stratégiques. Un poste nouveau. Les onze députés du parti de Lieberman, Israël Beiténou (« Israël notre maison » ), parti soutenu en grande majorité par le million d’Israéliens originaire d’ex-URSS. Ils rejoindront la coalition dirigée par le parti Kadima. Le programme de ce parti divise : Israël Beiténou veut annexer certaines colonies juives des territoires en échange de « transferts de population » », c’est-à-dire de villes israéliennes arabes, vers le futur Etat palestinien. La nouvelle majorité comptera donc désormais 78 sièges sur les 120 que compte la Knesset. La décision d’Olmert de recentrer sa coalition à droite est largement due aux difficultés qu’il rencontre depuis la campagne libanaise de l’été dernier. La défaite politique a créé un vrai déficit de légitimité pour Kadima. Certains éléments dissidents du Parti travailliste ont ainsi menacé de ne pas voter le budget 2007, alors même qu’ils participent au gouvernement. Olmert s’est ainsi réjoui en promettant qu’il « resterait très longtemps au pouvoir ».



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :