Direct Soir n°421 13 oct 2008
Direct Soir n°421 13 oct 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°421 de 13 oct 2008

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 1,5 Mo

  • Dans ce numéro : Bénabar sortie de son nouvel album

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
4 EN COUVERTURE Bruno Nicolini, dit Bénabar, représentant de la « nouvelle scène française », sort un cinquième album, Infréquentable. Une question de nature peutêtre, un brin d’humilité sûrement… Quoi qu’il en soit, Bénabar n’arrive pas à expliquer son succès. Pourtant, c’est grâce à des textes relatant le quotidien qu’il caracole en tête des ventes.Aujourd’hui, avec Infréquentable, il explore un univers un peu plus sombre que les précédents. « Vieillir a légèrement modifié ma façon de percevoir les choses, le fait d’avoir un enfant aussi », confie-t-il à Directsoir. Peutêtre est-ce l’album de la maturité pour Bénabar, qui signe ici des textes plus aboutis qui pointent à merveille les petits tracas du quotidien, sans toutefois donner de leçons. A bientôt 40 ans, Bénabar utilise les mêmes thèmes que dans ses précédents opus tout en plongeant un peu plus loin dans la description de ces « instants de vie ». CHRONIQUEUR DE LA VIE C’est ce qu’il sait faire de mieux : décrire les moments de vie de monsieur et madame Tout-le-monde. Déjà dans son premier album La petite monnaie (1997), il s’amuse avec les mots, décrit les repas traditionnels du dimanche midi, évoque l’adolescence difficile d’une jeune fille dont les parents sont désabusés, et raconte une soirée arrosée entre amis. Trois thèmes récurrents dans l’univers de Bénabar que l’on retrouve ensuite dans son album éponyme (2001), avec des titres comme Y’a une fille qu’habite chez moi, qui fait état de la vie d’un couple qui vient d’emménager ensemble pour la première fois. Avec Vélo, il raconte un souvenir d’enfance et l’apprentissage difficile de la bicyclette pour un garçon de cinq ans. Dans Bon anniversaire, il traite du passage à la trentaine, fêté là encore entre amis. Dans Les risques du métier (2003), Bénabar dépeint la vie de couple encore une fois, avec Les mots d’amour, l’amitié avec Dis-lui oui et les blessures de la jeunesse avec Je suis de celles. Enfin, dans Reprise des négociations (2005), il reproduit la même chose avec Tu peux compter sur moi, Quatre murs et Directsoir N°421/Lundi 13 octobre 2008 BÉNABAR LE POÈTE DU QUOTIDIEN Avec « Infréquentable », son cinquième album qui sort aujourd’hui, Bénabar reprend la plume pour le plus grand plaisir de ses fans. Toujours dans la même veine, le poète du quotidien nous emmène cette fois-ci un peu plus dans sa vie de père de famille à travers douze chansons. Malgré cela, il n’omet pas ses thèmes récurrents, comme les amis ou le couple. un toit et Les épices du souk du Caire. Finalement, il le dit lui-même : « Le quotidien m’inspire beaucoup, on y trouve de tout. » Ses chansons résonnent depuis dans toutes les têtes. Dans le dernier album, il essaie de combiner plusieurs thèmes. Où t’étais passé ?, par exemple, est une histoire de jalousie entre copains, qu’il a choisi de traiter à l’instar de la jalousie de couple. « C’est le choc entre deux idées qui me donne envie d’écrire, c’est excitant intellectuellement », précise-t-il. NOUVELLE SCÈNE FRANÇAISE Tout comme Cali, Vincent Delerme, Benjamin Biolay, Raphael et Renan Luce,
www.directsoir.net Bénabar appartient à la bulle de la nouvelle chanson française. Un monde où se côtoient tranches de vie, émotions, réflexion, bons moments et bons mots. Il fait donc partie de ceux qui se livrent en racontant des souvenirs et en analysant la société. A la manière de leurs prédécesseurs (Brel, Brassens, Higelin), les chanteurs de la nouvelle scène utilisent le quotidien pour nourrir leurs chansons.Artiste populaire, un qualificatif qui lui convient : « C’est ce qu’on peut devenir de mieux, j’espère le rester. Mon objectif est de chanter pour tout le monde, après c’est le public qui décide. » On peut dire de Bénabar qu’il est à la chanson ce que Claude Sautet est au cinéma : il rentre dans la vie des gens. Qui n’a pas surnommé sa femme avec des noms ridicules (Les mots d’amour, 2003) ? Qui n’a jamais annulé une soirée entre amis, préférant un DVD et une pizza chez soi (Le dîner, 2005) ? Avec ses chansons, Bénabar place l’auditeur au cœur du texte. La recette fonctionne puisque, avec Reprise des négociations en 2005, il se place à la quatrième place des albums les plus vendus de l’année, derrière Diam’s (Dans ma bulle), Laurent Voulzy (La septième vague) et les Enfoirés (Le village des Enfoirés). Mais à traiter toujours les mêmes sujets, Bénabar pourrait aussi lasser son public. De manière à se renouveler, il a choisi pour son dernier album de beaucoup travailler la musique. « Quand on a eu la chance de vendre beaucoup d’albums, ce qui est mon cas, il ne faut pas s’endormir sur ses lauriers. J’ai choisi de me renouveler dans la manière de traiter mes thèmes de prédilection et d’insister plus sur la musique. » Pour Infréquentable, il s’est entouré des meilleurs et a privilégié un son plus pop. « Avant, je construisais toute la chanson autour des paroles, et la musique venait seulement après ; cette fois-ci, j’ai décidé de les placer au même niveau. » Avec son ami François Delabrière – il avait participé à l’album précédent –, il donne une touche plus anglo-saxonne à son travail. Mais « cela reste du Bénabar, avec tout le côté franchouillard que cela comporte ». DU MICRO À LA CAMÉRA Dans moins d’un an, Bénabar fera ses premiers pas au cinéma. Un univers qu’il connaît déjà puisque c’est en écrivant des courts métrages qu’il s’est pris de passion pour la musique. Mais il n’avait encore joué aucun rôle. En 1992, il a reçu le prix Georges-de-Beauregard, le prix du public de Nancy et le prix spécial du jury de Montréal pour son court métrage José Jeannette. Il utilise ensuite ses talents de scénariste pour le petit écran et écrit des « J’ÉCRIS TOUT LE TEMPS » textes pour la série H, diffusée sur Canal+. « J’ai l’impression de continuer à faire ce que je faisais à l’époque de H, c’est un peu le même principe que pour les chansons, il suffit de raconter une histoire », indiquet-il. Au mois de juillet, il jouera donc pour la première fois. Il sera à l’affiche d’Incognito d’Eric Lavaine, rencontré à Canal+, où il campera un chanteur qui utilise les chansons d’un ami qu’il croit mort. Bénabar, l’acteur, partagera l’affiche avec Isabelle Nanty, Jocelyn Quivrin, Franck Dubosc et Anne Marivin. Touche-à-tout, Bénabar n’exclut pas de réaliser un jour un long métrage. De ses années de scénariste, il lui reste encore un scénario à terminer. Pour le moment, il choisit de se concentrer sur la musique et sur la scène. Il partira en tournée dès le mois de février prochain et fera escale à Paris du 11 au 14 mars 2009. « Je suis encore dans l’expectative de cette tournée. Pour le moment c’est encore loin, mais je reste raisonnablement angoissé », confiait-il. Sans doute comme aujourd’hui, pour la sortie de son cinquième album. Et Bénabar de conclure sur le même thème : « Espérons que ce ne sera pas l’album de l’échec. » Pas de faux-semblants chez cet artiste, qui n’a pourtant connu aucune fausse note jusqu’à présent. EN COUVERTURE 5 Le chanteur sera en tournée dès février dans toute la France, et à Paris du 11 au 14 mars prochain. FOCUS Les petits plus de Bénabar ■ ARTISTE MASCULIN DE L’ANNÉE 2007. Le 10 mars 2007, c’est la consécration pour Bénabar. Il reçoit deux victoires de la musique. Une en tant qu’artiste de l’année et une autre pour la chanson originale de l’année, avec Le dîner. En 2004, il avait déjà remporté une récompense pour le meilleur album avec Les risques du métier. Enfin, il avait été nommé en 2003 dans les catégories révélation de l’année et révélation sur scène. Natasha Saint Pier et Sanseverino ont gagné respectivement ces prix. ■ ARTISTE ENGAGÉ. Même s’il n’en fait pas étalage, depuis plusieurs années, Bénabar participe aux concerts des Enfoirés (2007 et 2008). Il est également engagé dans la lutte contre le sida (concert pour Sidaction en 2007). Sur un plan politique, il a participé à la manifestation organisée par Charlie Hebdo et SOS Racisme contre l’amendement Mariani sur les tests ADN. Enfin, il y a deux ans, on l’a entendu chanter au stade Charléty pendant la campagne présidentielle en faveur de la candidate socialiste Ségolène Royal. ■ SON AMI HENRI. C’est en écoutant l’album Bénabar qu’Henri Salvador lui demande de faire la première partie de sa tournée à travers toute la France. Au total, Bénabar fera 140 premières parties du crooner légendaire.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :