Direct Soir n°420 10 oct 2008
Direct Soir n°420 10 oct 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°420 de 10 oct 2008

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 2 Mo

  • Dans ce numéro : J.M.G. le Clézio, la consécration

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
8 EN COUVERTURE ses derniers ouvrages, qui entraîne le lecteur sur la piste d’une république idéale mexicaine, a été tiré à 65000 exemplaires chez Gallimard en février 2006. Des chiffres qui font rêver dans le paysage engorgé des lettres françaises. UN ÉCRIVAIN NOMADE Par-delà son talent littéraire, Le Clézio a bâti son propre personnage, qui a séduit le public autant que ses écrits. Par bien des aspects, il appartient totalement à l’univers de ses romans. L’homme est discret, s’est longtemps défié des photographes, a toujours protégé sa famille, mais ne refuse pas pour autant de se prêter au jeu de la critique littéraire ni de rencontrer les journalistes. Le présenter comme un écrivain mystérieux est séduisant mais ne correspond pas fondamentalement à la nature de Le Clézio, plus simple qu’on ne le dit. En état de découverte permanente, il va au-devant du monde pour le pénétrer et le raconter à luimême et aux autres. Son physique avantageux, son port de tête altier, son regard céruléen lui confèrent une ressemblance avec le Peter O’Toole de Lawrence d’Arabie ou le Lambert Wilson qui incarne l’abbé Pierre dans Hiver 54. Deux personnages qui auraient pu inspirer Le Clézio par les valeurs dont ils sont porteurs l’un ou l’autre, parfois l’un et l’autre : la rencontre, le souffle de l’ailleurs, le dépassement de la différence et le souci des plus petits. Il n’est guère surprenant dans ces conditions que les écrits de Charles de Foucauld, l’« ermite du Sahara » qui synthétise ces aspirations, aient été son premier contact avec l’univers du désert. Cet « éternel adolescent » se défend de toute Quelques repères DR « JE NE VIS PAS EN FRANCE, JE VIS EN LITTÉRATURE. JE N’ÉCRIS QUE POUR INVENTER UN MONDE QUI N’EXISTE PAS. » LA RECONNAISSANCE ■ Pour Le procès-verbal (Gallimard, 1963), on avait laissé espérer le Goncourt à Le Clézio. Pour sa part, il aurait préféré recevoir le prix Formentor, récompensé par un séjour dans l’île de Formentera. C’est par la radio qu’il apprend finalement qu’il est lauréat du Renaudot. Aujourd’hui, il est membre du jury de ce prix prestigieux. velléité prophétique mais a pris à bras-lecorps des questions contemporaines comme l’acculturation des pays du Sud ou encore la violence ordinaire. ANTHROPOLOGUE DE LA RENCONTRE De nombreuses rencontres nourrissent toute l’œuvre de Le Clézio. Ainsi a-t-il embarqué il y a trois ans à bord de La Boudeuse, le trois-mâts goélette de Patrick Franceschi, pour partir « à la découverte des peuples de l’eau » : ceux de l’île de Pentecôte de l’archipel de Vanuatu, au nord de la Nouvelle-Calédonie. De cette expérience, vécue dans d’autres contrées mais suivant le même principe que celui d’écrivains comme Patrick Chamoiseau ou Régis Debray, il a tiré la matière de Raga, approche du continent invisible, publié au Seuil en novembre 2006. On retrouve dans Raga le modèle d’inspiration classique de Le Clézio : la découverte d’une contrée et la rencontre intime avec ses habitants. Ainsi, à Raga, il côtoie une société – féminine en l’espèce – acculturée en deux générations et soumise à la violence quotidienne. Pour l’écrivain, cette expérience est l’occasion d’une réflexion sur le dialogue et sur la violence pour dégager une « anthropologie de la rencontre », ou encore un « livre de philosophie nomade » pour reprendre la belle expression de Jérôme Garcin. UNE AUTRE VISION DE L’HOMME Le métier d’écrivain est parfois proche de celui d’un diplomate au point de se confondre avec lui : Paul Claudel, Albert Cohen, Saint-John Perse ou plus récemment Jean-Christophe Rufin l’ont prouvé. Si Jean-Marie Le Clézio n’est guère un DR LE COUP DE CŒUR ■ L’un des livres les plus remarqués de Le Clézio est Désert (Gallimard, 1980), récompensé par le prix Paul-Morand l’année de sa publication. Ce milieu physique et climatique est source d’inspiration sans fin pour l’écrivain. Il publiera, avec sa femme Jemia, un recueil de textes et de photographies sur le désert : Gens des nuages (Gallimard, 1999). Directsoir N°420/Vendredi 10 octobre 2008 Le souffle de l’ailleurs, le dépassement de la différence font partie des valeurs de Le Clézio. DR LE DERNIER-NÉ habitué des chancelleries, il n’en est pas moins ambassadeur d’une certaine idée de l’humanité. Une vision complexe, universelle, forgée par des décennies de découvertes, de dialogues et de confrontations entre différentes civilisations. Aujourd’hui, il jauge l’homme pour ce qu’il est : fragile, veule parfois, émouvant souvent, mais digne d’une solidarité de tous les instants.Avec d’autres figures contemporaines, il ouvre la voie d’une nouvelle vision des relations entre les hommes, loin du choc des civilisations, du tiersmondisme vindicatif ou des utopies sans lendemain. C’est aussi ce regard qui a été récompensé hier en Suède. Couronné après quelques autres « immortels » de la littérature française, Le Clézio espère bien continuer encore longtemps ce chemin d’un « nomade » désormais célèbre. ■ Ritournelle de la Faim raconte l’histoire d’Ethel, la mère de l’auteur, jeune adolescente parisienne des années 1930 qui se retrouve projetée dans les tourments de la guerre. Puisé dans l’histoire personnelle et dans l’imagination de Le Clézio, ce récit esquisse le profil d’une « héroïne qui s’ignore », offre une formidable galerie de portraits et propose une belle et déchirante histoire d’amitié.
250 000 spectateurs l’ont vue. A partir du 1 er novembre 2008, la comédie musicale PIAF JE T’AIME rassemble sur la scène du Cirque d’Hiver Bouglione, dans une mise en scène originale de Jacques DARCY, 32 artistes, un orchestre live, 320 costumes de création, dans les merveilleux décors lumières signés Jacques ROUVEYROLLIS. De Montmartre à New York, vous allez découvrir les différents personnages qui ont marqué la vie d’EDITH PIAF. De YVES MONTANT à JEAN COCTEAU, de PAUL MEURISSE à MARCEL CERDAN, de EDDIE CONSTANTINE à CHARLES AZNAVOUR…



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :