Direct Soir n°420 10 oct 2008
Direct Soir n°420 10 oct 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°420 de 10 oct 2008

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 2 Mo

  • Dans ce numéro : J.M.G. le Clézio, la consécration

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
14 OPÉRA CULTURE Rigoletto, un bouffon à la Bastille « Rigoletto », un des opéras les plus populaires de Giuseppe Verdi, est à l’affiche à l’Opéra-Bastille, mis en scène par Jérôme Savary. Jérôme Savary avait déjà mis en scène Rigoletto en 1996. Rigoletto est un bouffon au service du duc de Mantoue. Du soir au matin, il rit de tout et tourne tout en dérision dans l’ambiance débauchée de la cour. Libertin, le duc lui-même se comporte de la même façon. Tout se passe avec insouciance, jusqu’au jour où un père voulant venger sa fille outragée par le duc lance une malédiction sur Rigoletto, qui a osé se moquer de lui. C’est à ce moment que Verdi nous montre l’envers du décor, avec la vie privée de Rigoletto, ses craintes, ses tendresses et ses soucis. Le plus important est évidemment sa fille, la belle Gilda, enlevée le soir même. Composé d’après la pièce de Victor Hugo Le roi s’amuse, Rigoletto est l’une des œuvres les plus célèbres de Verdi, avec l’air fameux de La donna è mobile (La femme est inconstante), qui reste immanquablement sur les lèvres au sortir du spectacle. Créée en 1850 pour la Fenice de Venise, cette œuvre bénéficie de la prolifique collaboration de Verdi avec le librettiste Francesco Maria Piave. A la fois bouffe et tragique, superficielle et profonde, l’intrigue s’appuie sur une musique forte et enlevée pour jouer les notes du destin, celui des grands comme des petits. N’allez pas croire à une farce musicale. La pièce de Victor Hugo fut interdite en 1832 pour raisons politiques, et l’opéra de Verdi dut, lui aussi, affronter la censure de l’empire autrichien. Rigoletto était et reste une attaque en règle du pouvoir et de ses excès. Une fois n’est pas coutume, la mise en scène de Jérôme Savary reste sobre, et les costumes et les décors respectent le livret. Les grands airs de cet opéra transportent le spectateur jusqu’au final, forcément tragique et émouvant chez le compositeur italien. Rigoletto, de Giuseppe Verdi, mise en scène de Jérôme Savary. Opéra-Bastille, jusqu’au 2 novembre. CONCERT Y’a de l’électro dans l’Air ■ Leur dernière invitation en Ile-de- France, en juin 2007 sur le bassin Neptune du château de Versailles, s’était soldée par une annulation pour cause de pluie diluvienne. Après cette lourde déception, le groupe Air revient enfin en région parisienne. Malheureusement, c’est déjà complet, mais des places sont parfois libérées 48h avant le concert. Telle une création in situ, les deux Versaillais Jean-Benoît Dunckel et Nicolas Godin proposent Close Up, un projet spécialement réalisé pour la Salle Pleyel, dans laquelle ils seront demain, avec en première partie un set acoustique du groupe Bang Gang. Close Up, demain à 20h. Salle Pleyel, 252, rue du Faubourg- Saint-Honoré, Paris 8 e (01 42 56 13 13). www.sallepleyel.fr www.pocket-symphony.com Jean-Benoît Dunckel et Nicolas Godin, les compères d’Air. FESTIVAL Directsoir N°420/Vendredi 10 octobre 2008 DR Paroles et images mènent grand tapage ■ Il y a six ans, la chaîne Arte et La ferme du buisson ont fait un rêve. De cette envie de créations conjointes, qui mêleraient le théâtre et le cinéma, est né le festival Temps d’images. L’événement fête cette année sa 7 e édition et propose installations, projections, performances… mais aussi des rétrospectives de l’œuvre de deux cinéastes israéliens, Avi Mograbi et Ari Folman, réalisateur du remarqué Valse avec Bachir. Temps d’images, du 11 au 19 octobre. La ferme du Buisson, allée de la Ferme, Noisiel (77). www.lafermedubuisson.com ÉVÉNEMENT LIVRE DR Trois jours pour fêter la lecture ■ Pour son 20 e anniversaire, « Lire en fête » met la jeunesse à l’honneur. Durant trois jours, 4 000 manifestations sont prévues en France et à l’étranger. Parmi elles, deux expositions consacrées à la littérature jeunesse à la Bibliothèque de France, dont l’une dédiée à ses personnages cultes : Babar, Harry Potter et compagnie, livres d’enfants d’hier et d’aujourd’hui, le 12 octobre ; ou bien encore Codex, le premier festival populaire de littérature jeunesse, les 11 et 12 à la Grande Halle de la Villette. Tout le programme des festivités sur le site : www.lire-en-fete.culture.fr. Lire en fête, jusqu’au 12 octobre. Manifestations dans toute la France. De l’humour au nom de l’amour ■ Jean-Louis Fournier livre son quotidien de père de deux enfants handicapés sous forme d’anecdotes. A partir d’une situation qui peut paraître insurmontable, l’auteur tire un livre plein d’émotions, sans moralisme ni provocation. L’écriture permet de déculpabiliser, au même titre que l’humour : « Pendant de nombreuses années, j’ai bénéficié d’une vignette automobile gratuite. Grâce à eux, j’ai pu rouler dans de grosses voitures américaines. » Finalement, la situation est grave, mais pas si désespérée. Où on va, papa ?, Jean-Louis Fournier, Stock, 15 €.
www.directsoir.net ÉVÉNEMENT Le 104 ouvre le passage à la création Après plus de deux ans de travaux, le Centquatre ouvre ses portes demain à Paris. Sa vocation : accueillir des artistes en résidence, mais aussi ouvrir grand ses portes au public. Le Centquatre, un nouveau lieu parisien dédié à l’expression artistique. CULTURE 15 Robert Cantarella et Frédéric Fisbach ont présenté cette semaine le Centquatre à la presse… 104, rue d’Aubervilliers, un bébé joufflu de 39 000 m² sur lequel les deux codirecteurs planchent depuis quatre ans. Le projet, initié par la Ville de Paris, sera inauguré demain. Côté CV, les deux responsables sont respectivement les anciens directeurs du Centre dramatique national de Dijon et du Studio théâtre de Vitry. C’est avec une passion communicative qu’ils ont levé le voile sur un lieu artistique transdisciplinaire (arts plastiques, vidéo, musique, danse, théâtre…) original, dévoué à la création et pensé sur le principe du « work in progress ». Leur candidature à la tête du Centquatre a été retenue, annoncent-ils en préambule, parce qu’elle comprenait la création d’un nouveau passage parisien : l’allée centrale de ce nouvel espace mène en effet du 104 de la rue d’Aubervilliers au 5 de la rue Curial, dans le 19 e arrondissement. Le passage, bordé d’ateliers, sera gratuitement accessible au public tous les jours de 11 heures à 23 heures. L’enceinte abritera à terme des commerces (boutiques, cafés, restaurants), une Maison des petits et un jardin. Mais l’intérêt principal du lieu tient à son concept, qui impose par contrat aux artistes qui se succéderont en résidence dans les dix-neuf ateliers d’ouvrir régulièrement leurs portes aux visiteurs.Vrai bouillon de culture, on peut déjà y croiser moult artistes (un compositeur travaillant avec les machines de l’Ircam, ou bien encore les équipes de tournage de la BBC enregistrant une sorte de Star Academy du design…). Anecdote pittoresque, le Centquatre est installé dans les murs des anciennes pompes funèbres de la Ville de Paris, un bâtiment édifié en 1873, dont les façades et verrières ont été inscrites à l’inventaire des Monuments historiques en 1995. Sa réhabilitation aura coûté 104 millions d’euros. Les festivités de l’inauguration débuteront à 14h30 (entrée gratuite), et se poursuivront jusqu’à 2h du matin. En point d’orgue, Tricky donnera à 21h un concert gratuit dans la Halle Aubervilliers. Le Centquatre, 104, rue d’Aubervilliers/5 rue Curial, Paris 19e. Toutes les infos sur le site www.104.fr.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :