Direct Soir n°415 3 oct 2008
Direct Soir n°415 3 oct 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°415 de 3 oct 2008

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 1,9 Mo

  • Dans ce numéro : Gad Elmaleh, l'ami public n°1

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
8 L’INDUSTRIE CULTURELLE La tour Eiffel Les exigences d’une grande dame Depuis 118 ans, la tour Eiffel trône comme une reine au milieu de la capitale française. Surnommée « La grande dame » par son constructeur, elle est aujourd’hui le monument payant le plus visité au monde, avec sept millions d’entrées par an. Visite guidée dans les coulisses. Tôt le matin, la tour Eiffel crépite déjà sous les flashs des photographes amateurs venus en nombre découvrir la grande dame. Ce lundi à 10h15, soit quarante-cinq minutes après son ouverture, près de 1000 personnes avaient déjà atteint son sommet. Et depuis le 1 er janvier 2008, 5 390 795 visiteurs ont utilisé les ascenseurs ou les marches pour jouir du plus beau panorama de Paris, à 312 mètres de hauteur ! Difficile de croire qu’après sa construction en 1889, pour l’Exposition universelle, elle devait disparaître du paysage. Le symbole 1665 C’est le nombre de marches à gravir pour accéder au dernier étage de la tour Eiffel. de Paris doit sa survie tant à son immense succès touristique qu’aux soins et à l’entretien minutieux prodigués depuis le XIX e siècle. INDISPENSABLE PEINTURE En 2006, la mairie de Paris, propriétaire de la tour Eiffel, a mandaté la Sete (Société d’exploitation de la tour Eiffel) pour conduire 3 questions à… DENIS/REA les plans de modernisation du monument. Au premier rang, on trouve le rafraîchissement de la peinture. Gustave Eiffel lui-même avait indiqué en 1900 que « la peinture est l’élément essentiel de la conservation d’un ouvrage métallique et que les soins qui y sont apportés sont la seule garantie de sa durée ». Grâce à cet adage, le temps n’a pas eu de prise sur la Tour, puisque tous les cinq ans (du premier étage au sommet) et tous les dix ans (du sol au premier étage), une grande campagne de peinture est organisée. La prochaine aura lieu au printemps 2009,selon des règles bien établies. A chaque campagne, environ vingt-cinq peintres sont mobilisés pour appliquer 60 tonnes de peinture sur les 200000 m² de surface à entretenir. La couleur, « brun tour Eiffel », n’a pas changé depuis plusieurs décennies. Elle se décline en trois tons, du plus foncé en bas au plus clair vers le sommet, « le tout pour garder son aspect élancé », explique-t-on à la Sete. La dernière campagne de peinture a été réalisée en 2001 – à cette époque, la Tour était repeinte tous les sept ans – et a coûté près de trois millions d’euros.Autre défi d’envergure pour l’équipe gestionnaire de la tour Eiffel : l’entretien des ascenseurs. Jean-Bernard Bros* - Président de la Sete ■ Quels sont les prochains travaux sur la tour Eiffel ? Nous allons changer complètement l’ascenseur du pilier ouest. Nous allons le démonter et le reconstruire à l’identique en améliorant la vitesse et en ajoutant un programme de développement durable. Les travaux vont durer dix-huit mois et coûter quarante millions d’euros. Directsoir N°415/Vendredi 3 octobre 2008 Depuis 1889, La grande dame (haute de 320 m) domine le Champ-de-Mars. VESTIGES DU XIX E Les ascenseurs existent depuis 1889. Véritables prouesses techniques, ceux des piliers ouest et est demandent un entretien très particulier car leur mécanisme n’a pas changé. A celui de 1899 s’est seulement ajouté celui de 1986, qui a modernisé le système. Au total, le parcours cumulé des ascenseurs par an représente deux fois et demie le tour de la Terre. Dans les couloirs sous Avez-vous eu des demandes particulières concernant la tour Eiffel ? On refuse tout ! En revanche, pour les demandes émanant de l’Etat, comme par exemple l’éclairage en bleu jusqu’à la fin de l’année, nous acceptons. Mais toute demande privée est systématiquement refusée. *Jean-Bernard Bros est aussi adjoint au maire de Paris chargé du Tourisme et des Nouveaux médias. les piliers se déploie une incroyable mécanique. Pour les deux plus anciens ascenseurs, les accumulateurs se mêlent aux pistons, groupes électrogènes et aux cabines des transformateurs. Yves Camaret, directeur technique depuis cinq ans, précise que les couleurs sont d’origine. Ainsi le jaune, le bleu et le rouge se côtoient « comme dans la marine mais avec un peu moins de signification », indique cet ancien sous-marinier. Quels sont les projets à venir ? On travaille sur les flux, c’est-à-dire les files d’attente. Nous espérons doter l’édifice de billetterie électronique et de préréservation. Pour réduire les temps d’attente, nous souhaitons mettre en place un système de « fast past ». Ce système devrait voir le jour dans les années à venir.
www.directsoir.net LE « BUNKER » Plus loin, à deux cents mètres de la tour Eiffel, sous le Champ-de-Mars, se cache un véritable bunker. Désormais transformée en local pour les entreprises travaillant sur la Tour –on y trouve par exemple la cave du restaurant Jules Verne–, cette forteresse fut pendant longtemps le local de Gustave Eiffel, dans lequel il faisait des expériences, notamment en matière de téléphonie sans fil, dès 1915. Enfin, cet endroit fut un studio de télévision utilisable en cas de crise, jusqu’à l’arrivée de Jacques Chirac au pouvoir, en 1995. La proximité de l’antenne de la tour Eiffel aurait en effet permis au Président en poste d’annoncer Amériques 16% ■ Source : Sete, 2005. Asie 11% Deux vues de la machinerie des ascenseurs de la tour Eiffel. Après deux ans, deux mois et cinq jours de travaux, Gustave Eiffel gravit les marches pour planter le drapeau tricolore au sommet de la Tour. les mesures à prendre en cas de problème grave. Heureusement, personne n’en a jamais eu l’utilité. Cent dix-neuf ans après sa construction, la tour Eiffel est aujourd’hui comme neuve. Le travail organisé par la Sete permet de conserver ce monument dans toute son authenticité. Il est désormais loin le temps où l’on envisageait la destruction de la tour Eiffel : elle est à présent totalement intégrée au paysage de la capitale, au point d’être devenue le monument payant le plus visité au monde. Gustave Eiffel s’amuserait sans doute à voir sa statue au pied de la tour Eiffel, lui qui avait donné son accord pour la détruire, mais qui fit tout pour la garder. PROVENANCE DES VISITEURS À L’ÉCHELLE MONDIALE Europe centrale 9% Autres pays 7% Europe occidentale 57% LA SAGA DE L’ÉCONOMIE 9 P.NICOU/SETE P.NICOU/SETE BETTMANNN/CORBIS EN SAVOIR PLUS HISTOIRE Les prouesses d’un génie ■ A la fin du XIX e siècle, un grand concours est lancé dans le Journal officiel. Le pari est « d’étudier la possibilité d’élever sur le Champde-Mars une tour de fer à base carrée de 125 mètres de côté, et de 300 mètres de hauteur ». Plus de cent projets sont étudiés, mais c’est celui de Gustave Eiffel qui est sélectionné. Né à Dijon en 1832, Gustave Eiffel est un ingénieur de génie. C’est lui qui construit le viaduc Maria Pia au Portugal (1876), le viaduc de Garabit (1880), l’observatoire de Nice et sa grande coupole (1884), l’armature de la Statue de la liberté (1885). Initialement, le projet du Champ-de-Mars est appelé « tour de 300 mètres ». Les travaux débutent en 1887 pour s’achever en 1889, date de l’ouverture de l’Exposition universelle. Après cette prouesse L’ANECDOTE La tour Eiffel à vendre ■ Difficile à croire et pourtant, en 1925, un homme, Victor Lustig, a réussi à vendre la tour Eiffel en pièces détachées à un ferrailleur. L’histoire est simple. Au début des années 1920, l’escroc lit dans la presse que la tour Eiffel pourrait être démolie. Sans attendre, Lustig et un compère rencontré à New York fabriquent de faux documents Victor Lustig. à l’en-tête du ■ Comme beaucoup de lieux mythiques, la tour Eiffel a maintes fois été citée dans des chansons. En 1937, c’est Charles Trenet qui l’entonne dans Y’a de la joie avec ces quelques mots : « Y a d’la joie la tour Eiffel part en balade/Comme une folle elle saute la Seine à pieds joints ». En 1968, Jacques Dutronc évoque la tour Eiffel dans Il est 5 heures Paris s’éveille avec « La tour Eiffel a froid aux pieds/L’Arc Gustave Eiffel. architecturale – à l’époque l’idée d’une tour de 300 mètres de haut n’avait jamais été mise en pratique–, Gustave Eiffel est impliqué dans le scandale du canal de Panama. En 1895, il est condamné par la cour de Paris, mais le jugement est cassé. Après son procès, il réalisera encore quelques projets. Il meurt le 27 décembre 1923. ministère des Postes et Télégraphes, responsable de la Tour à l’époque, pour convoquer les cinq plus grandes compagnies récupératrices de métaux ferreux pour procéder à de fausses négociations. Les deux hommes ont annoncé au plus offrant qu’il avait remporté le marché. Le « gagnant » fit un gros chèque mais ne vit jamais les pièces de ferrailles arriver ! Victor Lustig s’enfuit en Autriche, puis retenta l’expérience avec d’autres ferrailleurs. Mais surveillés de près par la police, les deux hommes s’enfuirent à New York. EN MUSIQUE Ils ont chanté la tour Eiffel BETTMANN/CORBIS de Triomphe est ranimé ». Plus tard, en 1996, c’est Arthur H qui la mentionne dans La tour Eiffel sidérale avec « J’attends que la tour Eiffel décolle/Que fait donc posée sur ses pieds/Cette belle fusée qui s’ennuie… ». Enfin, plus récemment, c’est Renan Luce dans Camelote qui la suggère avec « Pour voir une tour Eiffel sous une neige imbécile/Elle alliait le pas beau au franchement inutile ». CORBIS



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :