Direct Soir n°411 29 sep 2008
Direct Soir n°411 29 sep 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°411 de 29 sep 2008

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 1,4 Mo

  • Dans ce numéro : Juliette Binoche, tous les talents

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
12 DÉCO Tendance déco Le style boudoir Hyperféminin, luxueux et intimiste, le style boudoir continue de faire bien des émules. Plus qu’une mode, un art de vivre inscrit dans l’époque. Un petit coin rien que pour soi. Le boudoir serait né au XVIII e siècle, de la nécessité de se créer un îlot d’intimité à l’abri des regards et du monde. Les femmes s’y réfugient le temps d’une « bouderie » ou d’une confidence. Après tout, les hommes ont bien leur fumoir. Tissus précieux, mobilier délicat et accessoires tous féminins, le style boudoir fait toujours autant d’émules. « C’est un univers intimiste qui, dans une époque de repli sur soi, séduit », commente Guillaume Albisetti, directeur du développement chez AG*R. « Le boudoir séduit parce que c’est par essence un univers d’esthète qui fait rêver. » L’éditeur de meubles réalise le mobilier des collections de Chantal Thomass, des lignes ultraféminines qui reprennent tous les codes de la créatrice. On y trouve des commodes et des poufs qui épousent les formes de son légendaire corset, une coiffeuse laquée de dentelle noire et des sofas capitonnés qui invitent à la DR CARNET D’ADRESSES Ci-dessus : commode Louis XV Rose, de Moissonier. Ci-dessous : poufs corset Chantal Thomass. confidence, et plus si affinités… Pour Carla Vizzi, le boudoir n’est pas un mouvement de mode : « Le film Marie-Antoinette s’est contenté de jeter un coup de projecteur pop sur un style indétrônable. » La décoratrice a ouvert, dans le Marais, à Paris, « Le boudoir et sa philosophie ». Un nom qui dit tout de la boutique où sont présentées des rééditions d’objets anciens tous empruntés à l’univers de précieuses marquises : des mouchettes en nacre et métal argenté pour éteindre les bougies, de la cire à cacheter, ou encore des portraits de chiens « en décolleté Pompadour pour les filles et redingote pour les garçons », réalisés sur commande par un artiste animalier. Les meubles de style Moissonnier sont un autre incontournable du genre. L’ébéniste explore l’univers extravagant des XVIII e et XIX e siècles, qu’il réinterprète sur une base de couleurs flashy. On citera sa fameuse commode Louis XV, réplique du grand maître Bernard II Van Riesen Burgh, éditée en « rose shocking », ou encore ses petites commodes très féminines ornées de motifs de papiers peints, baroques et « boudoir » à souhait. Le Hi, hôtel modulable aux tons acidulés ■ Le Hi est un hôtel de Nice entièrement décoré par le designer Matali Crasset. Il attire les curieux et les passionnés de décoration. Cet hôtel hors norme, sans aucune devanture, invite au mouvement. Une nacelle en bois suspendue dans le lobby intrigue par son volume et sa légèreté. Des fauteuils « interface » permettent plusieurs combinaisons en banquette ou en face-à-face. Les chambres ont été créées autour de neuf concepts. Certaines ont des couleurs vives et sont influencées par la cyberculture – murs de pixels et canapés avec casques intégrés. D’autres, comme la « White and White », jouent sur le blanc. Matali interroge et répond : « Quand il n’y a plus de couleurs, que reste-t-il ? Le vide, le bien-être. » Le Hi joue aussi sur le « modulable ». La chambre « Happy Day » souligne ainsi le passage du jour et de la nuit en se métamorphosant. Le jour, c’est un salon avec un canapé dans une harmonie de bois clair et de vert acide. Le soir, en ouvrant les deux portes, on dégage une alcôve rose pour découvrir l’autre moitié du lit. L’hôtel est un endroit branché de la Côte d’Azur où l’on peut trouver de bonnes idées pour aménager son intérieurs. Retrouvez le travail de Matali Crasset sur l’Hôtel Hi dans Déco8, sur Direct8. Hôtel Hi, 3, avenue des Fleurs, Nice (049707 26 26). www.hi-hotel.net. Hotel Hi : 3, avenue des Fleurs, Nice (06)• Le boudoir : 9, rue du Perche, Paris 3 e• LivingColors : www.lighting.philips.com/microsite/living_colors• Jardins de cristal : jusqu'au 2 novembre, Parc des jardins de Bagatelle, Paris 16e. DR Les prix sont donnés à titre indicatif. Directsoir N°411/Lundi 29 septembre 2008 A. SÜTTERLIN/VITRA DESIGN MUSEUM Objet culte Le Tube Chair de Joe Colombo ■ Le designer Joe Colombo a tenté, avec ce fauteuil, de rendre le design accessible au grand public. Le Tube Chair tient son nom de sa composition variable, faite de quatre tubes cylindriques dont les diamètres sont différents, qui peuvent être insérés les uns dans les autres et être ainsi transportés à l’endroit voulu. Le Tube Chair est fabriqué en PVC, recouvert d’un tissu avec des joints d’assemblage en métal et caoutchouc. Idée lumineuse LivingColors ■ Habillé de noir, le LivingColors de Philips est l’indispensable lampe qui allie lumière et déco ! L’intensité de la couleur d’éclairage se choisit grâce à une petite télécommande. Une idée lumineuse pour une ambiance en accord avec son intérieur. 169 €. DR Exposition Les jardins de cristal ■ Plus que quelques semaines pour découvrir les Jardins de cristal ! Le Parc de Bagatelle et le Trianon servent d’écrin cette année pour faire découvrir les joyaux réalisés par Baccarat, Daum, Lalique et Saint-Louis. Des œuvres inspirées de la faune et de la flore, qui ne laissent personne indifférent. Jusqu’au 2 novembre, de 10h à 18h, 3 €, route de Sèvres, bois de Boulogne, Paris 16e. www.paris.fr Retrouvez sur Direct8, tous les dimanches de 9h à 10h l’émission Déco8, présentée par Caroline Munoz. C. WEBER



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :