Direct Soir n°409 25 sep 2008
Direct Soir n°409 25 sep 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°409 de 25 sep 2008

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 2,9 Mo

  • Dans ce numéro : Clotilde Courau de retour au théâtre

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
16 TOURISME Viêtnam À la rencontre des peuples des montagnes Installées parfois depuis des millénaires, les minorités ethniques du Viêtnam ont su conserver leurs traditions, à l’abri dans les montagnes. Visite haut perchée à la rencontre de peuples riches et authentiques. De grandes jupes brodées et chatoyantes et des châles multicolores : à les voir ainsi vêtus, on se croirait un jour de fête. Les Thaïs noirs du Nord-Viêtnam ont conservé leur tenue traditionnelle pour travailler aux champs. Ici, le temps semble avoir moins de prise qu’ailleurs. Résistant à la « viêtnamisation » de leur culture, les ethnies montagnardes du pays s’efforcent de préserver leur mode de vie, loin du fracas des villes. Parmi une dizaine d’ethnies originaires de la Chine ancienne se trouvent les Thaïs, les Hmongs, ou encore les Daos.Traquées pendant des siècles, elles ont trouvé refuge dans ces montagnes. Quelques agences invitent les voyageurs à aller à leur rencontre. Les itinéraires combinent trek et séjour chez l’habitant.Atalante propose ainsi une randonnée à partir de la vallée de Mai Chau, dans le nord-ouest du pays. On séjourne dans une maison thaïe traditionnelle sur pilotis, en plein cœur des rizières. Un guide local nous conduit ensuite dans les montagnes. A travers bois et champs, de village en village, on découvre la richesse de ces peuples. Les femmes « hmong fleurs » se reconnaissent à la beauté de leurs vêtements. Elles sont couvertes de paillettes et de rubans, dont elles s’ornent de la tête aux pieds. Les Thaïs, dont l’écriture remonte au V e siècle, s’illustrent par la diversité de leur production littéraire – contes, chants d’amour et poèmes. Le soir, on se retrouve autour du foyer familial, on mange un bol de « pho bo » (soupe au poulet ou au bœuf), des nems, du riz et des légumes bouillis aux aromates. Le confort reste sommaire, même si les villages répondent désormais aux normes touristiques de base (matelas, moustiquaire et éclairage électrique). Les échanges se font par le biais du traducteur, mais l’expérience est mémorable. Reste que si le tourisme peut représenter Directsoir N°409/Jeudi 25 septembre 2008 Le nord-ouest du Viêtnam offre à travers collines, forêts et terrasses en rizières d’immenses possibilités de trekking. DR Quelques références ■ L’association ATR (Agir pour un tourisme responsable) : www.tourisme-responsable.org Atalante : www.atalante.fr Allibert : www.allibert-trekking.com Chamina : www.chamina-voyages.com Le guide des destinations indigènes, de Sylvie Blangy, éd. Indigène. ■ Limitez votre empreinte écologique : remportez tout ce que vous avez apporté avec vous, car rien n’est prévu DR pour le traitement des déchets. En l’absence de latrines, il convient de brûler son papier hygiénique. Le piège des cadeaux ■ Les bonbons gâtent les dents (surtout quand les soins sont rares). L’argent donné aux enfants encourage la mendicité, voire pire. Ils n’ont pas besoin de vêtements. Et les médicaments remis ont toutes les chances d’être mal administrés, aux dépens de remèdes traditionnels. une chance pour ces minorités, il peut aussi souvent être dommageable. Le comportement du voyageur, ainsi que le choix du voyagiste, sont essentiels pour que ces peuples puissent bénéficier des retombées économiques, sans subir de plein fouet une acculturation (voir encadré).
San Marco, berceau de l’aristocratie, ne se limite pas à sa sublime place : arpenter ses campi permet de le découvrir. D’abord, le campo San Luca, à deux pas du Rialto, à la croisée des chemins. Ensuite, San Fantín, plus intime. Enfin, Santo Stéfano et San Vidal, véritables carrefours du quartier. De là, il n’y a qu’un pas jusqu’au pont de l’Accademia, avec son arche en bois unique à Venise. Le Dorsoduro prend alors la relève. Puis, vers l’embouchure du Grand Canal, les anciennes douanes de mer et la Salute font face aux splendeurs de San Marco. R ESTAURANTS Al Angolo (C2) ➔ San Marco 3464, campo Santo Stéfano Tél. 041 522 0710 Lun.-sam. 6h30-21h (0h été) Le rendez-vous des employés qui travaillent aux alentours. Large choix de tramezzini, de panini et de salades. Petite terrasse très agréable, face à l’église Santo Stéfano, idéale pour savourer un repas léger et bon marché. Carte 8-16 €. Al Bacareto (C1) ➔ San Marco 3447, calle delle Botteghe Tél. 041 528 9336 Lun.-ven. 7h30-16h30, 18h-23h30 ; sam. 10h-16h30 Cette trattoria familiale, valeur sûre depuis le XIX es., fait la part belle aux pâtes fraîches et au poisson : spaghettis aux seiches ou aux cèpes, morue à la polenta, etc. Excellents dolci. Petite terrasse à la belle saison. Carte 35-50 €. GLACIERS Extrait du Cartoville Venise. Textes et photographies : K. Bourtel, G. Mastinu, R. Vinon. Gelateria Nico (A4) ➔ Dorsoduro 922, fondamenta Zàttere ai Gesuati Tél. 041 522 5293 Ven.-mer. 6h30-23h (21h hiver) Un classique des glaciers vénitiens. L’endroit pour goûter au gianduiotto (chocolat, noisettes et chantilly). La terrasse sur pilotis regarde l’île de la Giudecca. BARS, « ENOTECAS » Al Volto (E1) ➔ San Marco 4081, calle Cavalli Tél. 041 À Venise avec Cartoville Découvrez San Marco et l’est du Dorsoduro GELATERIA NICO AL VOLTO LEGATORIA PIAZZESI PALAZZO GRASSI CHIESA DI SANTA MARIA DELLA SALUTE ADRESSES PRATIQUES SITES CULTURELS 522 8945 Lun.-sam. 10h-14h30, 17h-22h30 Dans une ruelle calme, donnant sur le Grand Canal, une chaleureuse enoteca, au plafond couvert d’étiquettes de crus italiens. Cicchetti variés, bières pression et vins. SHOPPING Legatoria Piazzesi (E2) ➔ San Marco 2511/C, campiello della Feltrina Tél. 041 522 1202 Lun.-sam. 10h-13h, 15h-19h L’un des plus anciens fabricants de papier de Venise. On l’a beaucoup copié mais pas souvent égalé. Ici, tout est artisanal et abordable : agendas, carnets... ★ Gran Teatro La Fenice (E2) ➔ San Marco 1965, campo San Fantìn Tél. 041 24 24 Visite Tlj. 10h-18h Admirable théâtre néoclassique, et l’une des plus célèbres scènes lyriques au monde. Le « Phénix », détruit par des incendies (1836 et 1996) a dû par deux fois renaître de ses cendres. Dans la salle, reconstituée à l’identique, la saison a repris fin 2004. ★ Palazzo Grassi (B2) ➔ San Marco 3231, campo San Samuele Tél. 041 523 1680 Mai-nov. : tlj. 10h-19h (juil.-nov. fermé mar). Un des centres culturels les plus actifs au monde avec des expositions aussi variées que les Phéniciens, Duchamp, Modigliani ou Dalí. Ce palais (1749), l’un des derniers construits sous la Sérénissime, a été réaménagé en 2005 par Tadao Ando pour accueillir des expositions issues de l’impressionnante collection d’art contemporain de l’homme d’affaires François Pinault. ★ I Gesuati (B4) ➔ Dorsoduro 909, záttere ai Gesuati Rens. Chorus (voir page Bienvenue) L’un des plus beaux décors rococo de Venise. Au plafond, 4 fresques (1737-1739) de Tiepolo rivalisent de virtuosité. C’est aux dominicains, et non aux jésuates qui ne lui ont laissé que leur nom, que l’on doit cette église (1724- 1736) à la façade d’inspiration palladienne. ★ Collezione Peggy Guggenheim (D3) ➔ Dorsoduro 704, calle San Cristoforo Tél. 041 240 5411 Mer.-lun. 10h-18h Une des plus importantes collections d’art moderne au monde, rassemblée Partez en week-end avec Cartoville le guide 2 en 1 Pour chaque quartier de la ville, un plan à déplier + les adresses et les sites culturels à ne pas manquer Plus de 60 villes en France, en Europe et dans le monde. 8,40 € par l’excentrique Peggy Guggenheim. Les œuvres de Picasso, Dalí, Kandinsky, Klee, Miró, Calder, Bacon, peuplent le palais inachevé des Venier, aussi amateurs de bizarreries au XVIII es. Les lions enchaînés dans la cour auraient donné son nom au Palazzo dei Leoni. ★ Chiesa di Santa Maria della Salute (E3) ➔ Dorsoduro 1, campo della Salute Tél. 041 241 1018 Tlj. 9h-12h, 15h-17h30 À l’embouchure du Grand Canal, la plus imposante expression du baroque vénitien, due à Longhena. À la façade ornée de 125 statues répond un intérieur riche en tableaux de maîtres : Titien, le Tintoret, Palma le Jeune... Édifiée (1631-1681) après une terrible épidémie de peste, la Salute accueille les processions du 21 novembre.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :