Direct Soir n°392 2 sep 2008
Direct Soir n°392 2 sep 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°392 de 2 sep 2008

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 3,1 Mo

  • Dans ce numéro : Bernard Kouchner diplomatie sous haute tension

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
10 LES INVENTIONS Saint-Louis Le royaume du cristal Il s’agit de la plus ancienne cristallerie française d’Europe continentale. Saint-Louis, aujourd’hui propriété du groupe Hermès, a su conserver depuis le XVIII e siècle son savoir-faire si précieux, à l’origine de sa renommée mondiale. La fabrication du cristal, c’est une histoire de rouages bien huilés… Mais n’oublions pas que cette histoire-là est née d’un grain de sable. » C’est le genre de rappel que l’on peut entendre dans la plus ancienne cristallerie française d’Europe continentale, Saint-Louis, créée au XVIII e siècle et devenue la propriété du groupe Hermès en 1995. Le sable fin extra-blanc est en effet l’élément premier du précieux mélange en fusion. Mais la recette compte d’autres composants tout aussi essentiels à la préparation, comme la potasse et le minium de plomb, qui donne au cristal clair ses attributs les plus nobles, comme son poids, sa sonorité et son éclat. Pour conférer au cristal sa teinte, le procédé consiste à ajouter différents oxydes métalliques. Les oxydes de cuivre mélangés à du chlorure d’or donnent par exemple la couleur rouge rubis. Les oxydes de nickel offrent du violet et de cobalt le bleu tel qu’on le connaît notamment chez Saint-Louis. LA NAISSANCE D’UN SAVOIR-FAIRE Etablie à Münzthal, en Moselle, la Verrerie royale de Saint-Louis – son nom lui a été donné par Louis XV en hommage au roi 3 questions à… P.RAFFERY 24% de plombdans la matière sont nécessaires pour avoir l’appellation cristal. Louis IX – met au point en 1781, soit plus d’un siècle après les Anglais, la composition gardée si secrète du cristal au plomb. Un an après, l’Académie des sciences déclare cet assemblage conforme à la recette britannique trouvée par George Ravenscroft en 1676. La Verrerie royale de Saint-Louis, dirigée par François de Beaufort, devient alors la Cristallerie royale de Saint-Louis. Le site s’est déjà profondément transformé depuis quelques années. Surtout depuis les lettres patentes de Louis XV en date du 4 mars 1767, qui concèdent l’exploitation de la forêt de Bitche pour permettre de chauffer les fours. Avec le temps, le village prendra le nom de Saint-Louis-lès-Bitche, qu’il porte toujours aujourd’hui. Collection Extravagance de Saint-Louis. Directsoir N°392/Mardi 2 septembre 2008 Roger Lévy – Président-fondateur du Musée du cristal Saint-Louis Pourquoi avoir ouvert un Musée du cristal Saint-Louis ? Dès 1994, nous réfléchissions à l’idée d’un musée et nous avons trouvé deux jeunes architectes (Pascal Rollet et Florence Lipsky,ndlr) qui ont fait un travail original. Nous l’avons inauguré le 25 juin 2007. Que peut-on y trouver ? Nous y exposons 2000 pièces anciennes sur les 7000 qui constituent LE FROID, LE CHAUD, DEUX UNIVERS A Saint-Louis, deux univers cohabitent et se succèdent, sans jamais s’entremêler. C’est d’abord celui du chaud, de l’incandescent, de la fusion du cristal à très haute température. Le four à bassin à coulée continue, qui fonctionne tous les jours de l’année, brûle à 1350 °C. A l’aide de leur canne, les verriers prélèvent dans les « baies de cueillage » chauffées à 1 200 °C la matière orange dont ils ont besoin pour la réalisation d’un objet.Avec aisance et habileté, ils tournent la canne dans un sens puis dans un autre et soufflent de tout leur coffre. « Autour de la matière en fusion, dans une furie de flammes et de vapeurs, commence notre patrimoine. La plus ancienne date de 1775. Il s’agit d’un gobelet gravé qui est la dernière pièce en verre réalisée avant que Saint-Louis devienne cristallier. Ces pièces sont exposées sur une grande étagère longue de 953 mètres qui s’enroule sur trois niveaux autour d’une immense fosse qui avait reçu les fondations d’un four à pot. Audessus de cette fosse sont suspendus cinq lustres dont un de tradition, qui compte 120 lumières et pèse 1,3 tonne. Quelle est la fréquentation de ce musée ? Au bout d’un an, nous avons reçu avec surprise plus de 20000 visiteurs dont 30% d’étrangers, surtout des Allemands, des Belges, des Luxembourgeois, des Américains et des Japonais. Musée du cristal Saint-Louis, 59620 Saint-Louis-lès-Bitche (03 87 06 40 04). SAINT-LOUIS le silencieux ballet des verriers, entre force et grâce, où le souffle tient lieu de parole. » Puis la matière transformée refroidit. Et c’est là que s’ouvre l’autre univers, celui du froid et des tailleurs. A Saint-Louis, ils sont environ 150, autant que les verriers. Dans les ateliers de taille, de gravure, de dorure et de polissage, qui font aussi la réputation de Saint-Louis, fourmillent des mains habiles, minutieuses et expertes, qui peuvent opérer par exemple jusqu’à 35 interventions pour graver et décorer un verre avec de l’or 24 carats. DES CRÉATIONS EXCEPTIONNELLES Plus de 300 000 pièces entièrement réalisées à la main sortent chaque année
SAINT-LOUIS www.directsoir.net Un maître verrier travaillant à la réalisation d’un vase, modèle Versailles, de Saint-Louis. des ateliers de fabrication de Saint-Louis. « Nous fournissons les plus grandes tables au monde, raconte Roger Lévy, présidentfondateur du Musée du cristal et administrateur des cristalleries de Saint-Louis. Le service Trianon est le plus ancien de nos services. Depuis 1834, nous n’avons jamais cessé de le produire. Et le service Caton est par exemple présent dans toutes les ambassades de France dans le monde. » Mais il existe aussi des pièces plus rares, telles que les trois lustres surprenants 140 120 100 80 60 40 20 2000 2001 ■ Source : Sessi-août 2008 2002 « Autour de la matière en fusion, dans une furie de flammes et de vapeurs, commence le silencieux ballet des verriers, entre force et grâce, où le souffle tient lieu de parole. » La ligne Excess de Saint-Louis. 2003 2004 Indices bruts Indices tendance fabriqués il y a deux ans, pesant plus de deux tonnes et constitués de 200 lumières chacun. Parmi toutes les mains agiles du groupe, on compte celles de six ouvriers consacrés Meilleur ouvrier de France, dont un possède également le grade de chevalier des Arts et des Lettres. Ouvert en 2007, le Musée du cristal Saint-Louis, qui s’appelle aussi La Grande Place, rend hommage à tous ces hommes qui font la renommée de la maison. ÉVOLUTION DE LA PRODUCTION DE LA BRANCHE « CRISTALLERIE, VERRERIE ET FLACONNAGE À LA MAIN » 2005 2006 2007 LA SAGA DE L’ÉCONOMIE 11 2008 LALIQUE ACTEURS DU MARCHÉ BACCARAT Du verre au cristal ■ Fondée en 1764 dans le village de Baccarat, en Lorraine, la verrerie éponyme commence par produire du verre à vitre et des miroirs avant de se lancer dans la fabrication du cristal le 15 novembre 1816. Avec cinquante-trois boutiques, vingt et une concessions et plus de mille cinq cents points de vente, la marque est présente dans quatre-vingt-cinq pays. En 2007, son chiffre d’affaires s’est élevé à 142,8 millions d’euros, dont près de la moitié a été réalisée en Europe. Harcourt ou Juvisy sont les noms de quelques-uns de ses prestigieux services. Innovante, la maison est la première cristallerie française à réaliser des luminaires en cristal, des pièces colorées et des ■ En 1910, René Lalique, bijoutier renommé, renonce à sa passion pour s’abandonner à un nouvel amour : ■ Créée en 1878, la maison Daum s’affirme d’abord dans la verrerie avec audace et créativité. En 1900, l’Exposition universelle consacre la marque et lui donne une notoriété internationale. Mais ce n’est qu’à l’aube de la Seconde Guerre mondiale que la maison décide d’explorer le travail du cristal. Défiant les limites du possible, Daum invente en 1968 la pâte de cristal, devenue depuis sa spécificité, en s’inspirant du procédé de la pâte de verre. Cette nouvelle matière est ainsi dotée de nombreux atouts comme sa translucidité, sa brillance, l’intensité de ses couleurs et sa maniabilité. La maison Baccarat à Paris. flacons à parfum. Depuis quinze ans, Baccarat s’est aussi lancé avec succès dans la fabrication de bijoux en présentant deux collections par an. LALIQUE La poésie du verre Les « cachets poisson » Lalique. celui du verre. Cinq ans auparavant, le Champenois commençait déjà à créer des flacons de parfums. Mais ce n’est qu’en 1919 que l’artiste installe ses ateliers à Wingen-sur-Moder, dans les Vosges. Fort de son succès, il ouvre une seconde usine deux ans plus tard. L’année 1925, avec l’exposition des Arts décoratifs, marque l’apogée de sa très diverse production de verre. Lalique contribuera ensuite à décorer le Côte d’Azur Pullman Express, le paquebot Normandie ou l’église Saint Matthew à Jersey et ornera même les voitures Citroën, Delage, Bentley ou encore Rolls-Royce. DAUM L’audace et la créativité Aujourd’hui encore la maison Daum est la seule cristallerie au monde à maîtriser cette technique. DR Blue Oil Head de Daum.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :