Direct Soir n°39 13 oct 2006
Direct Soir n°39 13 oct 2006
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°39 de 13 oct 2006

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,2 Mo

  • Dans ce numéro : Vanessa oiseau de paradis

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
Directsoir t Vendredi 13 octobre 2006 4 EXCLUSIVITÉ INTERVIEW XAVIER BERTRAND Haro sur le tabac Le ministre de la Santé présente le dispositif de lutte contre le tabagisme mis en place par le gouvernement. La chasse aux fumeurs est ouverte. Pourquoi cette interdiction intervient-elle aujourd’hui ? Nous attendions le rapport de la mission parlementaire du mois d’octobre. Nous avons voulu prendre le temps d’un vrai débat pour faire évoluer les esprits. Les professionnels ont compris que l’interdiction totale était inévitable, comme dans tous les autres pays européens. Il faut interdire pour protéger les non-fumeurs et enclencher une prise de conscience chez les fumeurs, comme c’est le cas pour la sécurité routière. Concrètement, qu’est ce qui va changer à l’horizon 2007 ? Dès février 2007, 25 millions de Français vont voir le tabac disparaître de leur lieu de travail. Il sera interdit dans les entreprises publiques et privées, dans les magasins, les hôpitaux, les écoles, les collèges… Notre politique s’appuie sur deux piliers : l’interdiction du tabac et l’accompagnement des fumeurs. Elle s’appliquera au plus vite, car la santé publique est La santé publique est plus importante que les élections Repères J. GUEZ/AFP plus importante que les élections qui ont lieu l’année prochaine. Les fumeurs bénéficieront-ils d’aides ? C’est la première fois qu’une aide aussi conséquente est fournie par un pays : 100 millions d’euros par an seront débloqués pour aider les fumeurs. Avec la prise en charge d’un forfait de 50 euros pour un traitement à base de gommes, de patchs ou de médicaments – le fumeur déterminera, avec son médecin, ce qui est le plus efficace pour lui. Nous allons également doubler le nombre des consultations de tabacologie et renforcer les actions de sensibilisation en doublant aussi les subventions aux associations de prévention et de lutte contre le tabac. Cette politique globale permettra de diminuer sensiblement le nombre de fumeurs. Nous ferons un premier bilan fin 2007 pour savoir s’il faut aller encore plus loin dans les mesures d’accompagnement. Craignez-vous l’impopularité de cette mesure auprès des professionnels ? On possède aujourd’hui des informations que l’on n’avait pas au moment de la loi Evin. Le tabagisme passif cause 6 000 décès chaque année. On ne peut pas détourner le regard. De plus, les salariés de la restauration nous WITT/TSCHAEN/SIPA FACELLY/SIPA disent : « on pense à nous. » On m’a raconté une anecdote dans un restaurant proche du ministère. Le serveur a passé une radio des poumons et son médecin lui a demandé s’il était fumeur. Il répond : « Non j’ai arrêté il y a trente ans. » Et le médecin de lui rétorquer : « Alors, si j’en crois votre radio, vous travaillez dans la restauration. » Comment les restaurants vont-ils s’y prendre pour faire appliquer la loi ? C’est très simple, d’ici le premier janvier 2008, WITT/SIPA ils vont devoir choisir entre un restaurant totalement non-fumeur ou bien l’installation d’une pièce réservée aux fumeurs avec des normes sanitaires très strictes, close et sans service pour protéger les salariés. Le décret ne reproduira pas les erreurs d’application de la loi Evin. Il sera très clair et très précis. Les Etats généraux de l’alcool ont commencé récemment, comptez-vous durcir là aussi la politique ? Ce n’est pas un sujet tabou, dans toute la France les Etats généraux vont permettre d’informer sur les dangers de l’alcool. Nous avons aussi décidé que figure sur les étiquettes des boissons alcoolisées un petit pictogramme qui rappelle aux femmes enceintes que pendant la grossesse c’est zéro alcool. Chaque année, 1 500 enfants sont victimes de handicaps, parce que leur mère a consommé de l’alcool pendant la grossesse. Nous souhaitons aussi relancer une campagne contre les addictions. Le sujet doit être abordé partout, à Paris et en province. Là aussi, c’est un véritable enjeu de santé publique. Au gouvernement Engagé précoce Gaulliste Ministre de la Santé depuis juin 2005, Xavier Bertrand connaît bien son sujet. En mars 2004, Secrétaire d’Etat à l’assurance-maladie, il travaille au côté de Philippe Douste-Blazy, à qui il succédera. ADRIENNE DE MALLERAY,NICOLAS CAILLEAUD INITIATIVE Cette semaine, le ministère de la Santé s’engage dans une campagne d’information et de valorisation des métiers hospitaliers. 150 professions sont concernées, du chirurgien à l’aide-soignant. « Les métiers hospitaliers, des professions au service de la vie » devra permettre au grand public de mieux comprendre ce qu’est véritablement le milieu médical. Le 2 septembre 2006, le ministre participe à un match de football organisé à Marseille par les jeunes militants de l’UMP. Lui-même a commencé à militer au RPR dès l’âge de 16 ans. Xavier Bertrand appartient à la nouvelle garde gaulliste. Il soutient depuis toujours Jacques Chirac. C’est un des membres de la génération montante à droite.
• 1nternet Haut Débit• Télévision numérique• Appels illimités vars las postas fixas an France at vars plus da 30 pays• Plus d'abonnement téléphonique à payer voir condlllone www.neuf.fr 29 € '/gmo 0 is<1> ne uF



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :