Direct Soir n°387 10 jui 2008
Direct Soir n°387 10 jui 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°387 de 10 jui 2008

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 1,5 Mo

  • Dans ce numéro : Alicia Keys le nouveau visage RnB

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
4 ROMAN On a testé… CULTURE Sur la piste des vampires Le nouvel ouvrage de la reine du polar français, Fred Vargas, « Un lieu incertain » renouvelle encore le genre, par un style alerte et une énigme magistralement ficelée. Quatre ans après Les vents de Neptune, Fred Vargas donne enfin des nouvelles d’Adamsberg. Le dernier Vargas, le dixième déjà, s’ouvre sur une situation pour le moins sordide : une dizaine de pieds coupés encore chaussés sont posés devant un cimetière londonien. Curieuse histoire, que le commissaire Adamsberg adore laisser mijoter dans son esprit rêveur. L’attachant Danglard, véritable dictionnaire encyclopédique de la bande, est enfin sur la pente de l’amour. Pas de redondance et de formule toute faite, puisque l’archéozoologue réussit encore à innover, en poussant encore plus loin son tour d’horizon des peurs anciennes, qui deviennent sous sa plume un prétexte à révéler les côtés sombres de l’homme moderne. Après sa virée londonienne, Adamsberg enquête à Paris sur le meurtre de Pierre Vaudel, dont le corps a été retrouvé en charpie. Partie de Londres, l’enquête mènera le commissaire jusqu’en Serbie, sur les traces d’un vampire. Il y a du souffle dans cette histoire, qui mélange la superstition, les langues étrangères et des mots bien curieux (le Zerquetscher), les pieux, les gothiques, quelques moments sanglants et des dialogues savoureux. On tremble, comme dans les bonnes histoires de vampires. Un lieu incertain, de Fred Vargas, éd. Viviane Hamy. LA TERRASSE DU CHALET ■ Citadins fatigués du bitume et du brouhaha urbain, rendez-vous au chalet de l’Oasis, un restaurant niché dans les hauteurs du Parc de Saint-Cloud. Son « plus » inestimable, sa belle terrasse animée par le chant des oiseaux. On y sert une cuisine de brasserie abordable et généreuse : radis, terrine de campagne, ou melon au jambon de parme peuvent y précéder un onglet de bœuf sauce au poivre (17 €), des gambas sautées « sweet chili sauce » (22 €), ou un pavé de saumon cru bio (20 €) … Un repas chic à faire suivre pourquoi pas d’une promenade digestive dans les méandres du parc et ou d’une sieste sur l’herbe fraîche… Le chalet de l’Oasis, Parc de Saint-Cloud, La butte aux chèvres, Saint-Cloud (92) (0149661283). DR EXPO César exposé par Jean Nouvel ■ En 1984, la Fondation Cartier pour l’art contemporain ouvrait ses portes avec l’exposition Les fers de César. Dix ans après sa disparition, le sculpteur est commémoré par son ami l’architecte Jean Nouvel qui, pour l’occasion, se fait scénographe. Expansions, fers, empreintes humaines, compressions : la centaine d’œuvres rassemblées couvre toutes les périodes créatrices de l’artiste qui avait rallié le groupe des Nouveaux réalistes dès 1960. César, anthologie par Jean Nouvel, jusqu’au 26 octobre, Fondation Cartier, 261, Bd Raspail, Paris 14 e, (01 42 18 56 50). FESTIVAL J-4 avant le début des festivités Quartier d’été ■ Bientôt 20 ans que Paris offre son patrimoine au festival Paris Quartier d’été. Cinq semaines durant, plus de cent trente représentations de danse, théâtre, cirque et musique seront données dans les lieux les plus prestigieux, symboliques ou insolites de la capitale. Cet été, on va danser avec Trisha Brown dans la cour d’Orléans du Palais-Royal (du 23 au 26) et écouter le Malien Vieux Farka Touré au jardin du Luxembourg (le 28). De belles rencontres en perspective. Jusqu’au 15 août. Renseignements au 0144949800 ou sur www.quartierdete.com. DR NAN MELVILLE Directsoir N°387/Jeudi 10 juillet 2008 DANSE Étoiles au clair de lune ■ Dans son majestueux théâtre vieux de 2000 ans, Vaison-la- Romaine accueillera à nouveau cette année le meilleur de la danse. Le chorégraphe américain Alonzo King ouvre le bal ce soir, avec sept moines shaolin dans un spectacle qui confronte Orient et Occident. Le 13 juillet, les dix danseurs de la Compania Buenos Aires Express Tango donneront un Tango Métropolis sensuel et rythmé. Tandis que le Béjart Ballet Lausanne offrira, le 16, une anthologie des meilleures pièces de Maurice Béjart, disparu en novembre dernier. La troupe Momix et la compagnie Maguy Marin complètent cette prestigieuse programmation. Vaison Danses, jusqu’au 26 juillet. Théâtre antique, rue Bernard-Noël, Vaison-la-Romaine (84), www.vaison-danses.com. SCÈNE Cap sur la Méditerranée ■ La 21 e édition des estivales de Perpignan joue la carte de la diversité avec une programmation où artistes confirmés côtoieront la génération montante de la scène culturelle. Du théâtre, de la danse, avec une reprise de L’amour, la danse (le 20 et 21) par le Béjart Ballet de Lausanne ou encore le spectacle Bale de Rua aux couleurs du Brésil, gros succès de l’hiver. Côté musique, on retrouvera les concerts de Luz Casal (ce soir), Cali (le 15), Etienne Daho (le 17), Morcheeba (le 23) ou encore Pink Martini (le 27) et une nuit africaine avec Asa et Rokia Traoré (le 30). Jusqu’au 30 juillet. Renseignements au 0892705305 ou sur www.estivales.com.
www.directsoir.net ALBUM Une autre musique est possible « Lychee Queen », nouvel album du duo timbré Bumcello, synthétise une idée de la musique actuelle, vibrante et libre, jazz et hip-hop, et surtout mondiale. Cyril Atef (au premier plan) et Vincent Ségal. On ne peut jamais prévoir ce que sera un album de Bumcello. Sera-t-il jazz, hip-hop, à tendance classique ou tourné vers les musiques africaines, sera-t-il émouvant ou amusant, sera-t-il délicat ou abrasif ? Les possibilités sont infinies, peut-être autant que la culture musicale de ses deux membres, Cyril Atef et Vincent Ségal, Bum et Cello, le percussionniste et le violoncelliste. On les a vus, l’un et l’autre ou ensemble, dans des dizaines de formations différentes, sur les tournées de -M-, avec l’Orchestre national de Barbès, Vanessa Paradis ou le 113 et participer à de nombreux projets jazz ou DR afro beat. Vincent a travaillé avec Cesaria Evora, Blackalicious ou Elvis Costello. Cyril a côtoyé Cheb Mami, Princess Erika ou le Yves Robert Quintet. Cette ouverture leur a permis de créer une musique très personnelle, basée sur l’improvisation, qui trouve encore un nouveau souffle dans leur dernier album, Lychee Queen. Leurs élucubrations deviennent ici hypnotiques et sensuelles, grâce à la présence de cuivres. Les invités y sont sans doute pour beaucoup : Magic Malik, habituellement génie de la flûte traversière, exploite sa voix fascinante sur Eurostar. Chocolate Genius chante, inspiré, sur le tendu No Ennemies, Blackalicious galvanise le très efficace One Two Three. Ces deux dernières chansons sont le reflet de la grande tendance de l’album, tourné vers un hip-hop américain mélodique et raffiné. Mais le duo n’aime rien moins que tracer une route avec virages, qui sont, selon, une invitation à se perdre avec le Camerounais Mama Ohandja, sur l’euphorisant Assiko Mintanan, ou une virée nocturne sur la chanson titre, Lychee Queen, délicat thème porté par le violoncelle de Vincent Ségal. Lychee Queen, de Bumcello, Tôt ou Tard. C. GASSIAN C. LIONEL-DUPONT/FEDEPHOTO JAZZ Trio magique Keith Jarrett, Jack DeJohnette et Gary Peacock. ■ En janvier 1983, le caractériel mais inspiré pianiste Keith Jarrett, le contrebassiste Gary Peacock et le batteur Jack DeJohnette se retrouvaient pour une session légendaire dans un studio à Manhattan. Le trio, devenu l’un des plus influents de l’histoire du jazz, célèbre actuellement ses vingt-cinq ans de collaboration par une tournée dans toute l’Europe. Jarrett, DeJohnette et Peacock, le 25 juillet, aux Nuits de Fourvière, Lyon 5e. CULTURE 5 EXPOSITION Je suis une légende ■ A l’initiative d’Alexis Vaillant, l’exposition Légende est digne d’un film de science-fiction. Partant du postulat : « Notre présent ne serait-il pas en train de passer du côté de la légende ? », il présente 47 artistes aux travaux atypiques. A travers une centaine d’œuvres insolites – des plaquettes de chewing-gum enserrées dans un piercing, des cannettes radioscopées… – l’histoire du XXI e siècle et de ses objets s’expose telle une relique du passé. Légende, jusqu’au 28 septembre au Domaine de Chamarande (91).



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :