Direct Soir n°385 8 jui 2008
Direct Soir n°385 8 jui 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°385 de 8 jui 2008

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 12

  • Taille du fichier PDF : 1 Mo

  • Dans ce numéro : Monica Bellucci, l'histoire d'une italienne

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
4 FESTIVAL On a testé… CULTURE Chalon-sur-Saône, cinq jours de fête Créé en 1987 par Dominique Perben (alors maire de Chalonsur-Saône), Pierre Layac et Jacques Quentin, qui l’ont organisé jusqu’en 2003, Chalon dans la rue, festival transnational (dix nationalités représentées cette année), peut aujourd’hui se targuer d’une belle expertise. Pluridisciplinaire, populaire, interactif, il est un lieu d’échanges entre artistes – amateurs et professionnels – et public. Selon les organisateurs, ce sont encore quelque 300000 personnes qui parcoureront tous les recoins de la ville pour découvrir, à travers vingt spectacles programmés dans le In et cent-dix-sept dans le Off, les inventions de 150 artistes : acteurs de théâtre, circassiens, musiciens, danseurs, plasticiens, marionnettistes, performeurs, pyrotechniciens… Une fierté pour CUISSON EXPRESS Evénement incontournable pour les amateurs de théâtre « hors les murs », la 22 e édition du festival Chalon dans la rue commence le 16 juillet. La Compagnie des bains-douches présente son spectacle Cueilleurs de vent. Chalon et son Abattoir, lieu de fabrique reconnu (un des neuf centres nationaux des arts de la rue), qui profite de l’événement pour présenter ses créations maison. La fête sera d’autant plus belle que les spectacles sont pour la majorité gratuits et que les rares payants ne dépassent pas les 8 €. Pas de quoi se priver de ce joyeux charivari, d’autant qu’il aura lieu en bien belles compagnies : Circolando, Culturarte, Doedel, Délit de façade, Grand magasin, Internationale Alligator, Les Hommes penchés… Festival Chalon dans la rue, du 16 au 20 juillet à Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire), dans divers lieux. Renseignements : www.chalondanslarue.com, réservations au 03 85 90 88 86. ■ « A toutes vapeurs » ne signifie pas que vous mangerez vite. Il s’agit d’un restaurant dont les plats sont cuits à la vapeur. Le concept de l’établissement est de bien manger sans se priver. Car ici, le chef Robert Petit, aux petits soins avec les clients, concocte diverses recettes diététiques. Tout est cuit à la vapeur sèche en moins d’une minute, ce qui préserve le goût et les vitamines des aliments. Tout est présenté dans des « paniers » de bois : « panier du maraîcher » avec sucrine (laitue), carottes, haricots et tomates cerises ou « panier de la mer » aux saumon, poireaux et quartiers d’orange. La fin sucrée idéale est sans doute le « panier dessert » mangue, raisins, citrons confits et pomelos. Compter entre 3,50 € et 8 € le panier. A toutes vapeurs, 7, rue de l’Isly, Paris 8 e (01 44 90 95 75). CINÉMA Opération ping-pong ■ Ancien champion de ping-pong, Randy Daytona (Dan Fogler, un ersatz de Jack Black) est recruté par le FBI pour infiltrer une compétition secrète organisée par Feng (Christopher Walken, aux antipodes de son rôle dans Voyage au bout de l’enfer), un chef de triade qui a assassiné son père. Balles de feu est une comédie à voir au 36 e degré, écrite et réalisée par les auteurs de La nuit au musée et de la série Reno 911, n’appelez pas. Le parti pris : un humour potache. Si quelques rares gags sont réussis, le film s’avère tout de même hautement facultatif. Balles de feu, de Robert Ben Garant. En salles demain. Se souvenir des temps anciens ■ Pris par leurs vies, un frère (Charles Berling) et une sœur (Miou-Miou) essaient de s’occuper au mieux de leur mère, atteinte de la maladie d’Alzheimer. Croyant retrouver son mari décédé, celle-ci retourne dans leur ancien appartement, carrefour de leur existence. Pour son premier long métrage, Cyril Gelblat dresse un portrait touchant, parfois dérangeant d’une famille confrontée à la dure réalité du temps qui passe. Les murs porteurs, de Cyril Gelblat, en salles demain. Miou-Miou, Charles Berling, Anaïs Demoustier et Shulamit Adar. DR ZELIG FILMS DISTRIBUTION Directsoir N°385/Mardi 8 juillet 2008 DR DR CINÉMA Un week-end à la campagne ■ Après le thriller subversif et tendu Londonto Brighton, Paul Andrew Williams prend un virage pour son deuxième long métrage en choisissant l’humour, et le plus décalé possible, dans la meilleure tradition anglaise. L’histoire se déroule à la campagne, dans un cottage isolé du monde. C’est là que deux frères kidnappent Tracey, une jeune bimbo, qui va rapidement leur en faire voir de toutes les couleurs. Un troisième larron, Andrew, beau-frère des deux autres, joue le rôle de l’idiot, prétexte à des scènes désopilantes. La suite fricote avec l’épouvante, lorsque le trio rencontre un fermier aux intentions peu conventionnelles… Bienvenue au cottage, de Paul Andrew Williams, en salles demain. DVD Douglas Sirk, du rire aux larmes ■ Toutes deux sorties en 1952, Qui donc a vu ma belle ? et No Room for the Groom constituent les seules comédies réalisées par le maître du mélodrame, Douglas Sirk. Le réalisateur emploie sa maestria à décrire l’Amérique des années 1950 dans ces deux films au casting inédit. Qui donc a vu ma belle ? marque à la fois la première collaboration avec Rock Hudson – acteur fétiche de Sirk – et les débuts au cinéma de James Dean. Quant à No Room for the Groom, on peut y voir Tony Curtis en jeune premier. Coffret 2 comédies de Douglas Sirk, Carlotta Films, 35 €.
www.directsoir.net BELGIQUE Promenons-nous à Bruxelles La capitale belge expose une palette d’artistes composite et variée. De Bruegel l’Ancien à Patti Smith, en passant par Magritte, tour d’horizon des expositions de l’été. Le musée Magritte ouvrira ses portes en juin 2009, place Royale à Bruxelles. Présidence de l’Union européenne oblige, la saison culturelle sera très riche en France, mais la programmation estivale de la ville de Bruxelles mérite toutefois une escapade. Il y en a pour tous les goûts et tous les âges. Pour les plus jeunes (mais pas seulement), c’est au Centre belge de la bande dessinée que la visite commence, avec une rétrospective de l’œuvre de Peyo. Ses Schtroumpfs fêtent cette année leur 50 e anniversaire (L’union fait la schtroumpf, jusqu’au 16 novembre, www.cbbd.be). Les amateurs d’art contemporain se laisseront ensuite tenter par une escapade au Bozar. L’exposition It’s not only rock’n’roll Baby ! propose d’étudier la relation entre la musique rock et l’art. En effet, avant d’être musiciens, certains artistes ont été plasticiens. Découvrez les œuvres graphiques des icônes des années 1970 à nos jours : Patti Smith, Brian Eno et même Pete Doherty (jusqu’au 14 septembre, www.bozar.be). Dans un registre beaucoup plus classique, les musées royaux des Beaux-Arts de Belgique exposent une cinquantaine de tableaux issus des collections de la Reine Elizabeth II. Véritable réunion de chefs-d’œuvre des XVI e et XVII e siècles,The British Royal Collection vous permettra d’admirer des paysages de Bruegel, des portraits de Rubens ou des scènes religieuses signées Van Dyck (jusqu’au 21 septembre. www.fine-arts-museum.be). Les fashionistas ne seront pas en reste. Elles délaisseront certainement les magasins pour faire un saut au musée du Costume et de la Dentelle, qui propose une sélection des plus belles créations des années 1950 (Du new-look à l’expo 58, jusqu’au 30 décembre, +32 2213 44 50). Les trésors de la ville comme le Manneken-Pis, l’Atomium ou tout simplement les façades art nouveau, disséminées un peu partout dans la ville, ne vous laisseront peut-être pas le temps de tout voir. Il faudra alors retourner à Bruxelles, de préférence en juin 2009, lorsque le musée Magritte aura ouvert ses portes place Royale. La plus grande collection au monde des œuvres du peintre surréaliste belge y sera alors exposée sur trois niveaux. Textes, lettres et manifestes compléteront les 170 tableaux réunis dans ce futur musée monographique. CHRISTIE’S IMAGE/SUPERSTOCK/SIPA SIERAKOWSKI/ISOPIX/SIPA K. TRIPPLAAR/SIPA PRESS T. SHEEHAN CONCERTS Jack Johnson surfe sur la folk Jack Johnson sera demain soir à Bercy. ■ Jack Johnson, ex-champion de surf, sera en concert au POPB demain à 19h30. Le chanteur, qui a collaboré à plusieurs reprises avec Ben Harper, interprétera entre autres les chansons de son sixième album, Sleep Through the Static, paru en février dernier. Album de qualité, mais qui ne peut faire oublier ses succès précédents, dont Sitting, Waiting, Wishing et Good People, parus en 2005. Jack Johnson, demain soirau Palais omnisports de Paris Bercy, Paris 12e. « Hallelujah », le poète est de retour ■ Après 15 ans d’absence sur scène, Leonard Cohen a entrepris en juin une tournée mondiale, qui passera demain par les Nuits de Fourvière. Retiré entre 1993 et 2001 dans un monastère bouddhiste près de Los Angeles (où il est ordonné moine en 1996) puis en Inde, le poète canadien rompt un long silence, entrecoupé seulement d’un album, Ten New Songs (2001) et d’un recueil de poésies, Book of Longing (2006). La légende folk à la voix grave et sensuelle hypnotisera son (ô combien chanceux) public avec ses magistrales odes au spleen et autres classiques tels I’m Your Man, Suzanne, Hallelujah… Leonard Cohen, demain aux Nuits de Fourvière à Lyon (0472320000, www.nuitsdefourviere.fr) et le 22 au Nice Jazz Festival. En bref CULTURE 5 DALLE/APRF My Bloody Valentine remonte le son Le leader du groupe, Kevin Shields. ■ En 1991, le groupe irlandais My Bloody Valentine signait avec Loveless l’un des disques les plus mythiques du rock. Leur leader, Kevin Shields, fut cependant incapable de donner une suite à ce chef-d’œuvre « noise » et hypnotique. Après seize ans de silence, le groupe irlandais, jamais officiellement dissous, retrouve enfin la scène et passe demain soir par Paris pour un concert événement. Mais toujours pas de traces de nouveau titre… My Bloody Valentine, demain soir au Zénith, Paris 19e. Rock and roll junior/Petit frère du bimestriel Muziq, Muziq Star fait son apparition dans les kiosques. Le premier numéro est consacré à Benjamin Siksou. Le finaliste de Nouvelle Star partage ses influences musicales : Hendrix, Bashung, Gainsbourg, Prince… Un mag bien vu/Nouveau venu dans les magazines photographiques prestigieux, Vu Mag publie son premier numéro. Edition bisannuelle et bilingue, ce magazine propose une nouvelle approche de la photographie contemporaine et soutient ainsi la créativité des professionnels (25 €).



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :