Direct Soir n°384 7 jui 2008
Direct Soir n°384 7 jui 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°384 de 7 jui 2008

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 1,4 Mo

  • Dans ce numéro : Yasuo Fukuda, Premier ministre japonais, accueille le G8

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
6 ALBUM CULTURE Un chanteur à multiples facettes Crooner à succès devenu « beau bizarre » et dandy culte, Christophe est de retour avec un chef-d’œuvre, « Aimer ce que nous sommes », qui va faire date. Le nouvel album de Christophe, beau et audacieux, sort aujourd’hui. Quand, en 1965, la complainte Aline s’est imposée comme l’un des premiers tubes de l’été, il était impossible de prédire que son interprète allait devenir l’un des créateurs les plus intrépides de la chanson française. Grand amateur de blues, de juke-box et de grosses cylindrées, Christophe s’est cependant très vite démarqué de la vague yé-yé, en signant des disques audacieux, à l’étrangeté envoûtante (Le beau bizarre, 1978), tout en ayant son quota de succès (Les marionnettes, Les mots bleus…). En 2001, il a poussé encore un peu plus loin ses expérimentations avec Comm’si la Terre penchait. Désormais dandy électro et artiste culte salué par la nouvelle génération (Sébastien Tellier, Julien Doré…), Christophe est de retour à 62 ans avec un chef-d’œuvre : Aimer ce que nous sommes. Un disque en forme de voyage sonore que ce perfectionniste a longtemps élaboré, d’abord à Séville puis dans son studio de Montparnasse. Un fascinant maelström de guitares rock, d’arrangements andalous, de cordes classiques, de trompette rêveuse (Erik Truffaz), de samples, de sons électroniques, magnifié par la voix haut perchée de l’interprète, plus irréelle que jamais. Impossible de résumer ces chansons, car chacune d’elles est une histoire. Signalons simplement que c’est Isabelle Adjani qui prête sa voix pour l’introduction, tandis que Daniel Filipacchi lit le générique de fin de cet album, certainement le plus beau et le plus bizarre de son auteur. Aimer ce que nous sommes, de Christophe, AZ/Universal. B. BEBERT/SIPA JAZZ Le don de Juan Le guitariste John McLaughlin. ■ Pour sa 48 e édition, Jazz à Juan, doyen des festivals de jazz européens, invite à nouveau des pointures à se produire dans le cadre boisé de la pinède Gould. On pourra entendre des stars de la musique improvisée (John McLaughlin le 13, le trio Jarrett, Peacock, DeJohnette le 18…), mais aussi de la soul (Solomon Burke et Sharon Jones le 15), du gospel (le 20) et des chanteurs pop anglais (James Blunt le 10, James Morrison le 12). Jazz à Juan, du 10 au 20 juillet à Juan-les-Pins (06), www.antibesjuanlespins.com. DVD En bref Directsoir N°384/Lundi 7 juillet 2008 Max la menace sur tous les fronts ■ Avant la sortie le 23 juillet du remake de Max la menace avec SteveCarrell en espion maladroit, (re)découvrez la série américaine multirécompensée signée Mel Brooks, qui dans les années 1980 avait inspiré le réalisateur Clive Donner. De quoi renouer avec les agents 86 (le désopilant Don Abrams) et 99 (Barbara Feldon), toujours sur le qui-vive pour sauver le monde. Un véritable défi pour ces espions des plus gauches. Le retour de Max la menace, en DVD le 9 juillet, Columbia. ALBUM/CONCERT Un Beck mordant ■ Beck combine aujourd’hui la sortie de son nouvel album et sa venue à Paris pour un concert à l’Olympia. Modern Guilt, son dixième opus, est produit par Danger Mouse et accuse une sonorité plus sixties que son dernier CD, l’excellent The Information sorti en 2006. Expérimentant toujours le mélange des genres, le musicien invite Cat Power à chanter avec lui sur le titre Orphans et continue à creuser le sillon de compositions psyché-folks. Modern Guilt, de Beck, XL Recordings. Ce soir à l’Olympia, Paris 9e. Le Frac Ile-de-France au Mac Val/Du 4 juillet au 31 août, à l’occasion de son 25 e anniversaire, le Frac Ile-de-France déploie l’ensemble de sa collection au Mac Val. Participant à une action commune –, constituer le patrimoine de demain et rendre l’art accessible à tous – ces deux structures amies présenteront entre autres les œuvres de Michel Blazy, Loïc Raguénès, Lynne Cohen… Tom Waits au Grand Rex/En tournée européenne, le compositeur, chanteur et performeur américain Tom Waits, après huit ans d’absence, fait escale à Paris les 24 et 25 juillet pour deux concerts exceptionnels. DR
www.directsoir.net CINÉMA Will Smith, antihéros de choc et de charme ★★★★★ Après « Le royaume », le réalisateur Peter Berg porte à l’écran « Hancock », un film de superhéros pas comme les autres. Relégué dans les tiroirs d’Hollywood depuis plus de dix ans, Hancock, des scénaristes Vincent Ngo et Vince Gilligan, n’aurait sûrement pas vu le jour sans l’intérêt de Will Smith et de sa maison de production Overbrook. Et pour cause : confié au réalisateur Peter Berg, ce film de superhéros s’émancipe d’un modèle convenu – héros vertueux en costume flashy – en portant à l’écran un surhomme atypique, alcoolique et grincheux. Car audelà de son rôle de sauveur qui, par dépit, secourt les mortels et traque les malfrats, Hancock est devenu une véritable plaie pour les citoyens de Los Angeles. Partout où il passe, il détruit voirie et buildings, jusqu’à sa rencontre avec Ray Embrey (Jason Bateman). Ce spécialiste des relations publiques, marié à la ravissante Mary, incarnée par Charlize Theron, décide de redorer l’image du héros intenable. Si toute l’équipe a su porter un projet original, Hancock ne s’affranchit pas des règles du genre.Tout y est : superpouvoirs, effets spéciaux signés John Dykstra – deux fois oscarisé pour La guerre des étoiles et Spider-Man 2 –, rebondissements, humour et sentiments. Au final, on ne peut que saluer la prise de risque de Will Smith, tant pour ses cascades rocambolesques que pour sa capacité d’innovation. Il vient d’ailleurs d’acquérir les droits d’adaptation de Bienvenue chez les Ch’tis. Hancock, de Peter Berg, en salles le 9 juillet. CULTURE 7 Will Smith est Hancock, héros impopulaire aux « mauvaises manières ».



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :