Direct Soir n°384 7 jui 2008
Direct Soir n°384 7 jui 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°384 de 7 jui 2008

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 1,4 Mo

  • Dans ce numéro : Yasuo Fukuda, Premier ministre japonais, accueille le G8

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
4 LOISIRS FÊTES DE LA MER RENDEZ-VOUS QUAI DES LÉGENDES Voiliers mythiques et vieux gréements, objets de rêves et de fascination. Passionnés, amateurs et béotiens peuvent se réjouir : Paris, Rouen, Brest et Douarnenez accueillent les plus beaux d’entre eux cet été. Cette année, c’est sur les bords de Seine que commencent les festivités. Depuis plusieurs mois, la merveilleuse Boudeuse, au mouillage sur les quais parisiens face à la bibliothèque François-Mitterrand, ouvre ses portes tous les jours aux curieux, qui peuvent la visiter en groupes restreints (participation libre, mais inscription préalable sur www.la-boudeuse.org). Le trois-mâts goélette du capitaine Franceschi, construit il y a près d’un siècle, y prépare son prochain tour du monde. Plus en aval sur la Seine, l’incontournable Armada a débuté samedi à Rouen. Près de quarante des plus beaux navires du monde (dont l’Amerigo Vespucci, l’Etoile, le JR Tolkien…) s’y sont donné rendez-vous pour une dizaine de jours. Ils descendront le fleuve pour arriver dimanche à son embouchure pour la grande « Parade en Seine » qui réunira des milliers d’admirateurs sur les berges. En plus de l’observation de ces embarcations, les visiteurs pourront profiter des soirées festives, qui crépiteront de feux d’artifice et vibreront au son de nombreux concerts (dont Gilberto Gil vendredi et Cali samedi à Rouen). Ceux qui auraient raté la grande Armada ou qui l’auraient quitté le cœur gros rejoindront la Bretagne pour assister à Brest 2008. Loin du calme fluvial, les embruns bretons donnent un autre caractère, plus sauvage, à cet autre grand rassemblement qui ouvre ses portes vendredi, jusqu’au 17 juillet. A nouveau, de superbes voiliers En savoir plus DR À LIRE ■ Gérard Chaliand, Patrice Franceschi, Jean- Claude Guilbert : trois aventuriers contemporains dans le sens le plus strict du terme. Chacun à des degrés différents et suivant des modalités personnelles. Tous trois livrent leurs échanges sur l’esprit d’aventure et sur le fruit du risque. Quatre cents pages d’oxygène enfin rééditées. De l’esprit d’aventure, éd. de l’Aube, 12 €. attendent les visiteurs, mais aussi des yachts de légende, des répliques historiques, des flottilles exotiques ou encore les plus performants des bateaux de course au large contemporains, tel le Pen Duick, le mythique voilier d’Eric Tabarly, disparu en mer il y a dix ans. Dernière escale, inévitable cette année : les fêtes maritimes de Douarnenez, qui prennent le relais dès la clôture de Brest 2008, entre le 17 et le 20 juillet. Il sera possible d’admirer les plus beaux bâtiments, dont le quatre-mâts barque russe Kruzenshtern, deuxième plus long voilier du monde avec ses 114,50 mètres. À ÉCOUTER ■ Que serait un bateau s’il ne résonnait pas de chants marins ? Nostalgiques, aventureux ou picaresques, ils sont le fidèle reflet de l’histoire et de l’esprit des marins au travers des siècles. Ils rassurent au cœur de la tempête, ils galvanisent pendant la bataille, ils soudent après l’effort. Le chœur Montjoie Saint-Denis a eu la bonne idée de les ressusciter avec talent. Chants de la marine en bois, 19 chants, livret de 36 pages, 20 €. L’ambiance sera au rendez-vous sur les quais de ce port de pêche célèbre pour ses conserveries, avec des spectacles, des ateliers, des animations pour les enfants et bien entendu de nombreuses escales pour les gourmands. Hissez les voiles ! Informations:•La Boudeuse : www.la-boudeuse.org.•Armada Rouen : www.armada.org et 0235892003.•Brest 2008 : www.brest2008.fr et 0298322008.•Fêtes de Douarnenez : www.tempsfete-dz.com et 0298922929. La Boudeuse, ici en mer, est actuellement amarrée sur les quais de Seine à Paris. DR DR E. FEFERBERG/AFP À REGARDER Directsoir N°384/Lundi 7 juillet 2008 VU PAR « La première fois que je suis monté sur un voilier, je n’avais que 7 ans. C’était un Requin, un bateau magnifique. J’ai toujours été fasciné par les espaces de liberté extraordinaires que sont la mer et le ciel : j’ai fait deux tours du monde, l’un en ULM, l’autre avec La Boudeuse. La mer est un espace d’une immense poésie. Si je suis avec intérêt les grandes courses nautiques contemporaines, je préfère être en compétition avec moi-même qu’avec les autres. Les grands voiliers portent une poésie, une esthétique et une nostalgie incomparables. […] A Rouen, Brest ou Douarnenez, le public vient découvrir une manière d’exister où subsiste encore une forme de liberté perdue ailleurs. Ces grandes manifestations ont en outre le mérite de rappeler aux visiteurs combien leur patrimoine marin est fragile. La France ne peut aligner que trois ou quatre grands voiliers, quand les Pays-Bas – et bien d’autres pays – en possèdent encore des centaines. » ■ Les voiliers, par leur majesté et leur éclat, font partie des plus beaux objets photographiques qui soient. La patine du bois s’accorde avec bonheur à la blancheur des voiles, à l’indigo du ciel et à l’éclat du soleil. La qualité iconographique du dernier hors-série du Figaro le démontre. La pertinence des commentaires et de la mise en perspective littéraire (Faulkner, Stevenson, Melville…) confère en outre à ces navires une vraie personnalité associant force et vulnérabilité. Les cathédrales des mers, hors-série du Figaro, 7,90 €, en kiosque. DR « Une forme de liberté perdue ailleurs » Patrice Franceschi, capitaine de « La Boudeuse »
www.directsoir.net ALBUM Joseph d’Anvers, au bon endroit Parti s’exiler à Rio pour enregistrer la suite de son premier album qui figurait « Les choses en face », le Français Joseph d’Anvers revient avec des « Jours sauvages » aux sons métissés et colorés, album produit par le collaborateur des Beastie Boys Mario Caldato Jr. Joseph d’Anvers quitte le quartier de Pigalle pour un horizon international, qui passe par les Amériques. Peu porté sur les mathématiques, Joseph d’Anvers ne voulait pas de suite logique. Laissant loin derrière lui Les choses en face de son premier album, ce jeune auteur aperçu aux côtés d’Alain Bashung et de Dick Rivers a voulu donner de l’air à sa musique pour venir à bout de ces Jours sauvages : « Au moment d’écrire le deuxième album, j’ai eu comme un blocage. J’ai eu l’impression que je faisais non plus ce que j’avais envie de faire, mais seulement ce que je savais faire. Je devais partir. » Envie d’ailleurs et d’autre chose, Joseph d’Anvers est donc parti à Rio rejoindre l’un de ses producteurs favoris, le célèbre Mario Caldato Jr, à qui l’on doit notamment le son des Beastie Boys, de Beck et de bien d’autres. « J’ai voulu mettre à profit ce que j’écoute, explique-t-il. J’ai été catalogué « chanson française » alors que mes influences sont anglo-saxonnes. Et puis, autant mon premier disque était intemporel, autant celui-ci, je le voulais ancré dans son époque. » Quelques mesures des Jours sauvages suffisent pour l’entendre : les vœux de Joseph ont été exaucés. Morceau d’ouverture étonnant, Kids sonne du côté de Gorillaz avec la bénédiction du rappeur Money Mark. « Je voulais que mes chansons aient une rythmique hip-hop sans perdre de leur essence pop », explique-t-il. Drôle d’idée, à première vue, mais évidente quand on y pense. En préférant l’amour du risque aux valeurs sûres, Joseph d’Anvers s’est finalement offert un album à la croisée des genres qui lui ressemble : sincère, moderne et terriblement attachant. Les jours sauvages, de Joseph d’Anvers, Atmosphériques. R. SENERA/CIT’EN SCENE OPÉRA « Louise » : un opéra populaire « Louise, c’est Zola en musique », écrivait Paul Morand. ■ L’opéra de Paris programme pour la deuxième année consécutive le chef-d’œuvre de Gustave Charpentier, Louise. Mise en scène par André Engel, cette œuvre révèle le quotidien d’une jeune ouvrière parisienne. Elève de Jules Massenet, Gustave Charpentier dresse ici le portrait d’une famille pauvre et travailleuse et offre un manifeste engagé en faveur des petites gens et de l’amour libre. Un sujet qui ne manqua pas de susciter un vif débat en 1902, date de sa première représentation. Louise, jusqu’au 12 juillet à 19h30 à l’Opéra Bastille, Paris 12e. EXPO En bref Oum Kalsoum, voix divine ■ L’Institut du monde arabe (IMA) présente la « diva de l’Orient » que tout un peuple pleura à sa mort en 1975. Cette exposition réunit un large éventail d’objets : costumes de scène, effets personnels, extraits de concerts, photographies… ainsi que des œuvres de plasticiens la représentant. Un hommage à l’âme d’une femme qui ne fut pas seulement une voix mais aussi l’étoile du peuple égyptien. Oum Kalsoum, la quatrième pyramide, jusqu’au 2 novembre, IMA, 1, rue des Fossés- Saint-Bernard, Paris 5 e (0140513838). CULTURE 5 FESTIVAL Jazz tous azimuts Le saxophoniste Sonny Rollins. ■ Le festival Jazz à Vienne, la référence française sur la scène internationale, bat déjà son plein, mais sa programmation réserve encore de superbes soirées. Le mythique Théâtre antique accueillera notamment le monstre du jazz Sonny Rollins le 8 et, au cours de la nuit de clôture du 11, la voix magique de Stacey Kent. Jazz à Vienne (38), jusqu’au 11 juillet. Programmation et renseignements au 0892702007 (0,34 € /min) et www.jazzavienne.com. La rentrée avec Foresti/Du 24 au 27 septembre, Florence Foresti se produit au Palais des sports de Paris. L’humoriste, accompagnée d’une quinzaine d’invités, y révélera une série de sketchs, parodies, courts-métrages et chansons. Direction au féminin/Après Murielle Mayette, nommée en 2006 directrice de la Comédie-Française, deux autres femmes ont pris la tête de grands théâtres nationaux. Julie Brochen, celle du Théâtre national de Strasbourg à compter du 1 er juillet, et son homologue Dominique Hervieu la direction du Théâtre national de Chaillot, depuis le 16 juin.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :